La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

2 Dominique Blanc Vice Présidente Responsable des thèmes élue délégué à l’urbanisme France Barrat Présidente Chevalier de la légion d’Honneur et du mérite.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "2 Dominique Blanc Vice Présidente Responsable des thèmes élue délégué à l’urbanisme France Barrat Présidente Chevalier de la légion d’Honneur et du mérite."— Transcription de la présentation:

1

2 2 Dominique Blanc Vice Présidente Responsable des thèmes élue délégué à l’urbanisme France Barrat Présidente Chevalier de la légion d’Honneur et du mérite Maire adjoint (issoire) à l’urbanisme Vice Présidente femmes chefs d’entreprise France Femmes Leaders Mondiales Comité Côte d’Azur

3 A VANT PROPOS La première chose que je retiens dans cet énoncé est : Confort et Dignité La pyramide de Maslow ci-contre est un des modèles existant, faisant apparaitre des besoins nécessaires à l’épanouissement de l’être humain. Personnellement la notion de confort correspond à la qualité de réalisation de ces différents besoins. La dignité quand à elle représente la capacité qu’à l’autre (individu ou organisation) à respecter et donc à concevoir, son intime sensibilité. 3

4 4 Quelques réflexions : La silver économie prend en compte les personnes de 60 ans et plus : Cette fourchette très large regroupe différentes étapes de vie de la retraite active à la fin de vie niveaux de dépendances (cf. pyramide de M) Les femmes sont plus nombreuses que les hommes dans les maisons de retraites. Quels sont les différences de vécu pour chacune des parties de l’humanité ? Quels pourraient être les comportements de nos geeks actuels ? Le virtuel remplacera-t-il les petits jardins ? La recherche en ergonomie adaptée au besoin des personnes très âgées, a beaucoup de ressources à exploiter. Les habitats et surtout les objets existants, outre leurs fonctions, sont souvent vécus comme humiliants. Il y a surement de nombreuses collaborations à mettre en place, afin de développer ces produits tout en diversifiant leur utilisation finale. A VANT PROPOS

5 5 La protection « financière » de la personne pourrait être plus sécurisée. N’est-il pas trop facile de faire acheter n’importe quoi à une personne âgée ? Il suffit de jouer sur l’affect pour que beaucoup d’entre elles cède face à un besoin de confort ou de sécurité qu’elle n’envisageait même pas. Comment garantir un « minimum » de lien intergénérationnel ? Divers organismes publics se coordonnent pour que le maintien à domicile jusqu’aux soins palliatifs soient possibles. Hors, il est difficile pour les familles éclatées géographiquement de comprendre ce système d’aide propre à chaque région (pas d’accès à l’offre complète par le web ou autre), et de pouvoir transmettre les informations efficacement dans les pics d’urgences (sans compter la collecte d’informations). Qu’en est-il pour les plus défavorisés ? De plus les organismes de service à la personne (publiques ou privés) ont énormément de mal à maitriser leur planning ; peut être que là plus qu’ailleurs le sous effectif n’est pas tolérable. Car ce n’est pas forcément le coût de la prestation qui détermine le niveau de respect accordé à l’être, mais bien uniquement la qualité des relations humaines. A VANT PROPOS

6 C OMITÉ C ÔTE D ’ AZUR : SILVER E CONOMIE

7 S OMMAIRE Une leçon d’amitié Quelques soit le thème traité nous avons appris à travailler ensemble, à nous voir en dehors des séances, exemple : choix des textes avec Nathalie Poupon et participation à d’autres manifestations telle Var Dialogue (Michèle beaufort et Andrée Heymonet, membres ou ex-membres également de FML) sur le développement durable à fin de pouvoir élargir un public nouveau et dans la tranche d’âge pouvant bénéficier des bienfaits de la silver économie (photo) Choix des photos pour le sujet Silver Economie avec « Dakota » 7 Dakota et Nathalie au RCT Café

8 S OMMAIRE L’ensemble des intervenantes ont dressé un état des lieux, nous proposerons en conclusion des solutions en matière de domotique et de système retraite grâce à Mr Garello professeur d’économie U3, à Mr Mumbach et à Mr Richomme. Le sujet inclut la gestion de sa propre mort à l’heure du numérique à fin de ne pas alourdir le thème, les documents seront rajoutés en annexe. Dominique Blanc 8 Les soirées blanches du castellet, notre table conviviale avec le rotary nous a permis d’élargir le cercle.

9 I NTERVENANTES 9 MONIQUE DULBECCOCLAUDIA MARTIN AGNES BOURASSIN NATHALIE POUPON M.F SANTOS D. AQUILINA

10 10 AGNES BOURASSIN Visite de l’ehpad Renaissance et reception et commentaire par son directeur Mr Jean Luc Serre Notre réunion de mardi 1er juillet 2014 à la maison de retraite EHPAD de Jean Luc SERRE à Toulon qui a donné quelques réponses pour permettre aux personnes très agées d'accéder à une vie digne chez elles, ou en collectivité. « France Barrat »

11 11 Réunion du mardi 1er juillet C’est à RENAISSANCE MAYOL EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) que nous nous sommes réunies le mardi 1 er France BARRAT, Présidente a présenté Jean – Luc SERRE, propriétaire et gestionnaire, qui nous a d’abord entretenu de son établissement, situé au cœur du centre ville de TOULON. Il fait ensuite retracé un historique de l’EHPAD. Ce tour d’horizon lui a permis d’expliquer outre le fonctionnement mais aussi les différentes réglementations qui régissent l’ensemble des EHPAD De France. Présentant ensuite les autres secteurs qui structurent et organisent les différentes prises en charges des personnes âgées, il a rappelé que seul la coordination entre l’ensemble des intervenants, aide à domicile, résidence séniors, EHPAD, Hôpital, aidants peuvent participer au bien être de la personne âgée. Nous sommes a t il rappelé à l’aube de changements techniques, informatiques, domotiques, qui vont révolutionner dans les années à venir la vie des séniors.

12 SILVER AGE 12 MONIQUE DULBECCO

13 1.ETAT DES LIEUX Une population de plus en plus vieillissante. La part des plus de 65 ans augmente inexorablement depuis 30 ans. *Allongement de la durée de vie *Amélioration des moyens techniques permettant de prolonger la vie ( prévention, sensibiliser *l’individu à la notion de » capital santé » *Néanmoins maintien des inégalités entre hommes et femmes ; *Mutation du modèle sociétal de la famille (divorce, pacs, famille recomposée) *Le SILVER AGE pose un problème inédit pour notre société, dans le sens ou c’est la première fois que nous y sommes confrontés. *Le vieillissement de la population s’oppose au ralentissement de la natalité et à une limitation de l’immigration, qui permettait de régler le niveau de la natalité. 13

14 2.ENJEUX Comment permettre le bien vieillir, en permettant l’autonomie le plus longtemps possible et en repoussant la dépendance le plus tard possible ? 14

15 3.LES LIMITES DES ENJEUX -Financière : situation économique de l’Etat qui doit réduire la dette publique -Chômage: baisses importantes des cotisations -Salaires stagnants : capacités financières de l’individu à financer son autonomie, repousser l’indépendance également compromise, cotisations des assurances et mutuelles très élevées -prise en charge des personnes âgées à 70% par des établissements privés (d’où..recherches de bénéfices avec problèmes de la qualité de la prise en charge) -désengagement de l’Etat au profit de l’associatif et du privé (quasi disparition de l’EPHAD publique, actuellement à 70% privé) Privé : 3 groupes : ORPEA, KORIAN, DOMUSVIE côtés au C 40 15

16 4.ALTERNATIVES EXISTANTES AUJOURD ’ HUI POUR RÉPONDRE À L ’ ENJEU - développement HAD ( hospitalisation à domicile) - services à la personne 16

17 5.QUELLES SOLUTIONS POUR TOUS CES POINTS 5-1 Quelles pistes pour résoudre la problématique financière du vieillissement de la population ? - niveau personnel *Inciter les individus à développer et maintenir un capital financier qui leur permettra de financer l’autonomie et l’indépendance *Adhérer à une mutuelle « Dépendance » …..adapter le domicile par des travaux, location de lit contre les escarres, service à la personne. *Achat d’une chambre ou studio dans un établissement médicalisé - niveau institutionnel de prise en charge *continuer à développer la HAD *former les professionnels du service à la personne à la problématique du vieillissement et de l’indépendance (femme de ménage doit savoir relever un malade âgé ou infirmières spécialisées en gérontologie *institutions publiques et associatives ……trouver des nouvelles voies de financement autres que celles de l’Etat - niveau étatique *réforme du système des retraites : Harmonisation des régimes de retraites ? Passage d’un système de répartition à un système de capitalisation ? envisager un système mixte ? *flexi solidarité…appliqué en Norvège, Suède et Danemark Il s’agit d’adapter les charges salariales au marché de l’emploi, basé sur le système de solidarité. Chômage fort : on baisse très fortement les charges salariales pour favoriser l’embauche, cette baisse se répercutant sur le niveau des pensions de retraite. Lors du retour du plein emploi (taux chômage structurel de 3 à 4%). Les cotisations reviennent à leur niveau d’origine tout comme les systèmes de retraite - situation économique favorable supérieure ou = à 5 points du PIB Les charges sont à leur niveau d’origine et les bénéfices de la balance du PIB sont redistribués sur les retraites. 17

18 5.QUELLES SOLUTIONS POUR TOUS CES POINTS 5-1 Quelles pistes pour résoudre la problématique financière du vieillissement de la population ? - niveau personnel *Inciter les individus à développer et maintenir un capital financier qui leur permettra de financer l’autonomie et l’indépendance *Adhérer à une mutuelle « Dépendance » …..adapter le domicile par des travaux, location de lit contre les escarres, service à la personne. *Achat d’une chambre ou studio dans un établissement médicalisé - niveau institutionnel de prise en charge *continuer à développer la HAD *former les professionnels du service à la personne à la problématique du vieillissement et de l’indépendance (femme de ménage doit savoir relever un malade âgé ou infirmières spécialisées en gérontologie *institutions publiques et associatives ……trouver des nouvelles voies de financement autres que celles de l’Etat - niveau étatique *réforme du système des retraites : Harmonisation des régimes de retraites ? Passage d’un système de répartition à un système de capitalisation ? envisager un système mixte ? *flexi solidarité…appliqué en Norvège, Suède et Danemark Il s’agit d’adapter les charges salariales au marché de l’emploi, basé sur le système de solidarité. Chômage fort : on baisse très fortement les charges salariales pour favoriser l’embauche, cette baisse se répercutant sur le niveau des pensions de retraite. Lors du retour du plein emploi (taux chômage structurel de 3 à 4%). Les cotisations reviennent à leur niveau d’origine tout comme les systèmes de retraite - situation économique favorable supérieure ou = à 5 points du PIB Les charges sont à leur niveau d’origine et les bénéfices de la balance du PIB sont redistribués sur les retraites. 18

19 5.QUELLES SOLUTIONS POUR TOUS CES POINTS 5-2 Cadre sociétal *prise en compte de la notion Capital Santé en développant les mesures de Prévention : Ateliers pour la prévention des coups de soleil des enfants qui déclarent au bout de nombreuses années des cancers de la peau *développer l’éducation thérapeutique du patient : Brossage des dents, P N N..Plan National Nutrition contre l’obésité, fort niveau chez les personnes à faibles revenus, Acheter des légumes, Apprendre à cuisiner d’où les Conseillers en Economie sociale et Familiale *lutte contre les inégalités sociales de santé En développant les systèmes de transports, et en luttant contre les déserts médicaux -Sensibiliser les individus à anticiper le vieillissement et la problématique de l’indépendance *lutter contre l’isolement (clubs…) *pratiquer un sport (marche….) *envisager le logement adapté au mode de vie de la personne âgée (pas d’escaliers, pas de baignoires….) *suivi médical---- annuel ---- bilan de santé à faire régulièrement, accompagner un changement de mentalité en passant du curatif au préventif A developper par l’associatif, c’est un travail de fond et éducatif -Favoriser les échanges transgénérationnels, étudiants vivant chez une personne âgée, moyennant quelques aides ménagères, voir aussi le parrainage et le bénévolat. 19

20 5.QUELLES SOLUTIONS POUR TOUS CES POINTS 5-3 GERONTOLOGIE -Comment les nouvelles technologies peuvent être une aide, un support pour le vieillissement ? * électrification des volets *hauteurs des interrupteurs à voir, attention aux tapis *privilégier les douches aux baignoires *système de surveillance à distance.ex : Home Veil (bracelets, pendentifs) * adaptabilité de l’espace public à la personne âgée ( allonger le temps des feux tricolores, abaisser la hauteur des trottoirs, des marchepieds pour monter dans les transports en commun *initiation à internet….institunationaliser les aides…déclarations d’impôts, consulter les comptes bancaires et autres services, EDF, GDF, Serveurs de téléphone, Emetteurs des programmes TV et… *création de villages construits, pensés et adaptés, pour être occupés par une population vieillissante et offrant tous les services à une vie normale * foyers logements….municipaux, mais peu nombreux actuellement * adaptation des conditionnements des produits au mode de vie d’une personne vivant seule (packs à bannir) 20

21 5.QUELLES SOLUTIONS POUR TOUS CES POINTS 5-4 ENJEU ECONOMIQUE AUTOUR DU SILVER AGE Tenir compte que cette population a le plus fort pouvoir d’achat : *loisirs, croisières, restaurations * immobilier *habillement *bien être (soins du corps, esthéticiennes) * Limites à cet enjeu *situation économique fait que …plusieurs générations vivent sous le même toit,… génération Tanguy Projets limités d’où le concept de Pause de Vie, conséquences : peut provoquer des situations de stress chez les personnes âgées avec un impact sur l’état de santé 21

22 5.QUELLES SOLUTIONS POUR TOUS CES POINTS 5-5 PROBLEMATIQUES DES AIDANTS * En général cette fonction est assurée par les conjoints, la famille, amis Personnes de bonne volonté mais non préparées ni initiées aux situations pénibles, Eviter la Maltraitance Domestique Incidences sur la vie des Aidants : - les former aux actes quotidiens - les préserver, peut avoir des conséquences sur la vie professionnelle, (fatigue fait que la personne est moins performante dans sa fonction professionnelle, rendement moindre l’entreprise est confrontée à une nouvelle problématique. - Les Tuteurs Familiaux, nouvelle fonction qui peut éviter la mise sous tutelle (organismes actuellement saturés) A REFLECHIR SUR CES PROBLEMATIQUES ? TROUVEZ AUTRES SOLUTIONS ? 22

23 5.QUELLES SOLUTIONS POUR TOUS CES POINTS CONCLUSION Acharnement thérapeutique ? Maintient en vie coûte que coûte ? Loi Léonetti, positionnement plus clair, voir comparaison européenne sur ce sujet si personnel (Hollande et Suisse pratiquent le suicide assisté) Possibilité de faire enregistrer sa dernière volonté pour « mourir dans la dignité » association présente sur le terrain Voir le coût des obsèques, l’achat d’une concession dans un cimetière, incinérations. Colombariums deviennent eux aussi, au même titre que les cimetières importants en occupation de sol pour les communes. 23

24 24 CLAUDIA MARTIN Silver économie Accessibilité à la culture pour les personnes âgées.

25 L’accessibilité à la culture pour le plus grand nombre et une question qui préoccupe nos institutions françaises depuis les années quatre- vingt. Les structures muséales sont les premières à s’être posé la question des publics. Cependant, il est souvent question de publics empêchés, comme les personnes en situation de handicap ou socio culturellement défavorisées. Les personnes âgées sont, au mieux, assimilées à un public lambda, éclairé, consommateur de produits culturels et donc peu susceptible d’être intéressé par un accompagnement. Malheureusement, trop souvent assimilées aux publics en situation de handicap, il n’existe que peu de dispositifs qui leur soient pleinement consacrés, et qui tiennent compte des particularités inhérentes à cette catégorie de public. 25

26 La culture, stimuli intellectuel et cognitif : Il apparaît qu’en gérontologie, les désafférentations intellectuelles sont marquées par le manque de stimulations cognitives. Il s’agit, pour ces publics, d’un tarissement à la source de ces stimulations liés au phénomène de vieillissement (fatigue intellectuelle et physique, capacité d’attention réduite, problèmes d’audition, de mémoire). L’accès à la culture est d’autant plus important qu’il permet de palier à l’appauvrissement en stimuli du milieu dans lequel peuvent évoluer les personnes âgées, à travers la lecture, l’écoute, la découverte, la rencontre, ainsi que par les réflexions et questionnements que suscite l’objet culturel. La culture, vectrice de lien social : Il apparaît également que cet appauvrissement peut être dû à l’isolement de l’individu par rapport à son environnement. L’isolement est un des problèmes auxquels peuvent êtres confrontés les personnes ayant atteint un certain âge, et doit être l’une de nos principales préoccupations. Permettre à ces publics d’accéder à la culture favorise le maintien du lien social, par le biais de sorties, par les rencontres autour de l’objet culturel, le mélange intergénérationnel, le sentiment d’appartenance à un groupe partageant les même centres d’intérêts. 26

27 Les difficultés auxquelles sont confrontés les médiateurs culturels face à ces publics : Problèmes d’audition : Les espaces d’exposition étant des espaces partagés, un bourdonnement latent envahi souvent les lieux, ce qui rend d’autant plus difficile l’écoute pour des personnes ayant déjà des problèmes d’audition. Difficultés à rester debout : Les personnes âgées supportent plus difficilement la station debout que d’autres publics, il est donc important de prévoir des pauses régulières et des endroits où s’asseoir. Difficultés d’attention : Une visite trop longue peu vite devenir pénible pour ces publics qui fatiguent et de fait, on du mal à se concentrer sur un discours qui peu paraître trop long. Il faut donc :  Réduire le temps de visite sans provoquer de frustration chez les publics (ce que va provoquer une visite parcellaire de l’exposition)  Prévoir des sièges et faire régulièrement des poses pour ce réhydrater, s’asseoir...  Éviter les espaces trop grands et trop bruyants afin d’éviter toute résonance et pollution auditive. 27

28 Les dispositifs à mettre en place pour faciliter l’accessibilité à la culture pour les personnes âgées : 1- Les bus expo : Une des pistes à explorer serait le développement de bus-expo. Sur le modèle des bibliobus il serait intéressant d’aménager des bus en espaces d’exposition, afin de créer des expositions itinérantes. Ces bus auraient pour vocation de porter la culture au plus près de ces publics, en allant directement stationner devant les structures d’accueil des personnes âgés (maison de retraite, résidences...). L’espace du bus étant réduit, il permet de s’affranchir de toutes les contraintes évoquées plus haut en permettant à la personne âgée de bénéficier pleinement de l’exposition. Il n’est plus alors question de réduire le temps de visite pour éviter la fatigue. L’espace du bus devra donc comprendre à la fois des espaces d’accrochage et de détente (banquettes permettant au visiteur de s’installer confortablement) afin de permettre une vue d’ensemble de l’exposition tout en évitant la station debout. Le montage d’une exposition, qu’elle soit in-situ ou itinérante, nécessite la mobilisation de personnels qualifiés, afin de répondre aux normes de conservation et de transport des œuvres d’art. Ce dispositif nécessiterait en plus l’emploi de chauffeurs de bus et de médiateurs culturels afin de déplacer et faire vivre les expositions. 28

29 2- Les ateliers créatifs : Des ateliers de création existent déjà dans certaines maisons de retraite, mais peu ou pas dans les résidences à logement individuels. Généraliser les ateliers d’art thérapies dans toutes les structures d’accueil, ainsi que des ateliers de lecture/ écriture, des cafés philos, etc...., bref, multiplier l’offre culturelle vers ces publics par la création de dispositifs spécifiques, encadrés par des personnels qualifiés, permet un maintient des stimuli et donc de réduire les désafférentations intellectuelles. Les résidences privées avec logement individuels type « Senioriales » étant amenées à se multiplier, il semble d’autant plus important de pouvoir proposer à ces publics une offre culturelle variée au sein même de ces résidences. Associations, professionnels de la culture, plasticiens, peuvent trouver là des débouchés à leur savoir et leur savoir faire. 29

30 3- les visites patrimoniales : Les œuvres d’art sont transportables, pas les monuments, et la vieillesse n’est pas synonyme d’immobilité. En tenant compte des contraintes physiques liées à l’âge, il est également important de permettre à ces publics d’effectuer des visites de monuments sans que cela ressemble à un marathon ou un parcours du combattant. Les lieux culturels ayant leur personnel et leurs propres règles, il est malheureusement souvent difficile d’obtenir des visites réellement adaptées, et venir visiter les lieux, pour un groupe, avec son propre guide, et très mal vu, voir prohibé. Dans ces conditions, la solution serait de proposer à ces lieux des dispositifs « clés en mains » pensés et conçus par des cabinets spécialisés dans la médiation culturelle pour les publics de 60 ans et plus. Pour l’instant, il n’existe que peu de structures qui soient capables de concevoir ce type de dispositifs, mais nous ne manquons pas de jeunes diplômés en médiation qui, actuellement, ont beaucoup de mal à trouver un emploi en adéquation avec leur formation. 30

31 LA SILVER ECONOMIE: UNE OPPORTUNITE DE CROISSANCE POUR LA FRANCE 31 M.F SANTOS D. AQUILINA

32 CONSTAT L’augmentation inéluctable de la longévité des françaises et français est perçue actuellement comme un problème pour notre société et nos institutions. Les évolutions socio démographiques en France entraînent un besoin grandissant de protection des personnes : Aujourd’hui 15,6 millions de françaises et de français soit 24% de la population ont plus de 60 ans. En 2035, 21,4 millions de françaises et français soit 31 % de la population auront plus de 60 ans. En 2051, 11 millions de françaises et français auront plus de 75 ans et ceux de 85 ans seront 4 fois plus élevés qu’à ce jour - l’espérance de vie augmente - l’avancée en âge des baby boomers On observe un vieillissement de la population avec une part très importante des plus de 60 ans - la modification de la famille * parents plus élevés * hausse des divorces et de la monoparentalité Entre 2005 et 2035, le nombre de seniors devrait connaître une hausse de 80 % Si nous nous donnons les moyens de pouvoir vieillir en bonne santé dans un environnement favorable, ces problèmes au contraire devraient être une chance et nous devrions nous interroger sur les sources de croissance à créer pour l’économie de notre pays qu’engendre la pleine expansion des seniors. 32

33 ORIENTATIONS Plusieurs orientations semblent essentielles afin de définir : 1. Une véritable stratégie nationale - Etablir un programme de prévention de la dépendance - Garantir le financement de sa prise en charge - Développer tous les leviers de l’économie liée à cette longévité plus communément appelée : la Silver Economie 2. Définir les principes et les moyens de la gouvernance de cette politique - Permettre le maintien à domicile des aînés le plus tard possible en proposant une nouvelle offre de logements adaptables et adaptés - Mieux accompagner les personnes âgées dans les établissements d’hébergement de personnes âgées et dépendantes - Donner un véritable statut aux aidants et la famille et leur permettre de vivre des moments de répit. 33

34 BESOIN DES PERSONNES AGEES - Le logement: * Intégrer le confort d’usage y compris l’évolutivité du logement et son adaptation à la perte d’économie * Améliorer l’accessibilité du bâtiment et de l’habitation * Développer la communication autour des aides possibles - L’environnement du logement et l’adaptation de la ville aux habitants agés : * Proximité du logement avec les services et petits commerces * Adapter l’environnement, aménagements urbains visant la sécurité des routes, des lieux Publics, etc…) * Faciliter les déplacements et les transports * Favoriser les déplacements et les sorties du domicile (bus spécifiques, accompagnements…) et multiplier les sollicitations culturelles et loisirs pour sortir de chez soi - Le tissu humain, le lien avec la société : * Changer le regard sur le vieillissement * Favoriser l’insertion dans le voisinage * Mélanger les générations * Développer l’entraide de proximité * Communiquer sur les loisirs * Soutenir les actions citoyennes envers les personnes agées 34

35 SOURCES DE CROISSANCE - Créer une stratégie d’émergence de la filière SILVER ECONOMIE en ciblant les seniors les plus aisés. - Recentrer l’aide financière sur les plus en difficulté. - Ouverture de plusieurs marchés de produits dédiés aux personnes âgées, d’où un effet de levier majeur à l’ensemble de la politique industrielle et économique (robotique, domotique, numérique et technologie pour l’autonomie) - Dégager des comportements qui ont une influence sur les marchés immobiliers et sur l’aménagement du territoire selon plusieurs critères, le logement, l’environnement et le tissu humain afin de permettre à ces personnes âgées ou dépendantes de rester le plus longtemps possible à leur domicile et dans les meilleures conditions Donc création de services dédiés à ces personnes. - Faire une nouvelle offre de logements adaptés et adaptables - Créer dans les établissements financiers des produits plus adaptés à cette clientèle âgée. Recentrer l’épargne disponible des seniors vers le financement de la croissance par la mise en place d’une épargne adaptée. - Réforme du viager, pour rendre l’épargne immobilière plus facilement adaptable 35

36 ROLE ATTENDU DES POUVOIRS PUBLICS - 77 % des investisseurs individuels attendent des pouvoirs publics des mesures pour le développement des services de soins domicile, une priorité évoquée avant l’amélioration des services d’accueil ou des solutions financières pour financer la dépendance. - 54% des investisseurs individuels seraient intéressés par la création d’un livret A argenté (complément optionnel du livret A, afin de canaliser une épargne liquide des seniors vers le financement de la croissance 36

37 COMMENT MIEUX VIEILLIR EN FRANCE Il faudra convaincre les municipalités et communautés de communes et d’agglomération d’investir dans des approches innovantes de la prise en charge dans leur territoire de l’importance du développement des nouvelles donnes que représente l’augmentation de l’espérance de vie. Le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement est loin d’apporter toutes les solutions nécessaires. 37

38 L E PROJET N AT P OUPON 38 NATHALIE POUPON

39 39

40 P OSTULAT Les mots employés comme Valeur, Richesse, Performance etc. ont des détracteurs. Mais je pense qu’ils ont tous une part en eux qui justifie leur emploi dans le bon contexte, pour peu que l’on prenne le temps de leur donner des limites et surtout que nous travaillons tous ensemble exempts de tout procès d’intentions. 40

41 L’ IDÉE A NTICIPER POUR NE PLUS COURIR APRÈS LA RENTABILITÉ POTENTIELLE IMMÉDIATE 41 Prendre du recul Pour se projeter Mettre en pratique l’anticipatio n Trouver des sources d’innovation s allant dans le sens d’un progrès fertile Ê TRE DANS LE WAGON DE TÊTE

42 L ES FREINS ET LEURS IMPACTS identité de l’offre varoise Management par € et non pour € manque innovation sociétale manque de satisfaction des salariés manque de satisfaction des citoyens manque de cohérence de respect 42

43 L’ HISTOIRE Regrouper des hommes ayant pour base le souci de la Pérennité, à la recherche d’un cadre dans lequel évolue des « valeurs » harmonieusement Créer un partenariat entre la RSE/O et l’Ethique Inventer des business capables de continuer à se développer demain à l’échelle d’un filière pour plus de cohérence: Tourisme/Nautisme – Energie durable – Sylver économie ….. Apporter les preuves qu’il manque 43

44 C OMMENT ? Dans un premier temps bénévolement afin de prendre la hauteur nécessaire et sortir du cadre En mettant en commun nos différentes visions de la RSE Inventer et Créer les rouages manquants Dans le respect de l’écoute afin d’apporter les réflexions à des décisions collégiales 44

45 L ES ÉTAPES 1. Réunir le noyau dur G1 2. S’accorder sur le fonctionnement 3. Début des actions et évolution du système 4. Sortie du bénévolat. Modélisation? 5. S’étendre à d’autres filières 45

46 L E GROUPE G1 Réunir ce groupe G1 issu de mondes différents mais animés par une même volonté. 46 Garder ou non les items du Global Compact ?

47 Q UI ? 47 Artiste Scientifique Philosophe Entrepreneur Ethnologue Technophile Juriste Cultivateur Enseignant …

48 L ES TRAITS JAUNES REPRÉSENTENT LA MATURITÉ DES ITEMS ÉTHIQUES, ILS POURRONT AVOIR PLUSIEURS NIVEAUX : A - LES GRANDS AXES COMME DANS LE GLOBAL COMPACT B - LES DIVERS CENTRES D ’ INTÉRÊTS EX $ PUISQU ’ ON EN EST ENCORE LÀ C - LES VERTUS CARDINALES OU AUTRES DÉCLINAISON DE L ’ ÉTHIQUE 48

49 CONCLUSION 49

50 50 Compte tenu de l’importance du sujet, la presse numérique et la presse régionale ont été très présentes et nous a valu trois articles sur ouest-var.info, la Provence et Var-matin, Mr Mumbach, Mr Richomme en domotique et Mr Garello qui nous a parlé du système de retraite chilien, nous ont permis de trouver des solutions futuristes à notre présent. Dominique Blanc Vice Présidente du Comité Côte d’Azur Femmes Leaders Mondiales Responsable des thèmes Photo de l’equipe

51 51

52 ANNEXES 52

53 Gir 6Gir 5Gir 4Gir 3Gir 2Gir 1 Service bancaire - Assurentiel Service à la personne Produits d’aide à l’autonomie Logement / Hébergement Aménagement de l’habitat Domotique - Robotique - télé.. (surveillance etc) Activité à ou avec l'internationnal Tourisme Voyages / Vacances Loisirs / Culture (artistique etc, intergénérationnel...) Sport et bien-être Agri bio Distribution des informations Santé Services aux professionnels Transports / déplacements 53

54 54 Les Gir vont de 1 à 6, du moins autonome au plus autonome. Le Gir 1 regroupe les personnes âgées confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales sont gravement altérées et qui nécessitent la présence continue d’intervenants. la tranche d'âge va de 60 à... Le Gir 2 correspond à deux catégories de personnes âgées dépendantes :ceux qui veulent en profiter avec ou sans moyens * les personnes confinées au lit ou au fauteuil, dont les fonctions mentales ne sont pas totalement altérées, et qui ont besoin d’une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante ; ceux qui'il faut divertir un minimum malgrès eux? (aroma, massage, quels sens?, ambiances cognitives) * les personnes dont les fonctions mentales sont gravement altérées mais qui ont conservé leurs capacités de se déplacer. ceux qui sont isolés Le Gir 3 réunit les personnes qui ont conservé leur autonomie mentale mais qui ont besoin d’être aidées tous les jours et plusieurs fois par jour pour accomplir les gestes de la vie courante (se lever, se coucher, s’habiller, aller aux toilettes…). Le Gir 4 correspond à deux catégories de personnes : * les personnes qui ont besoin d’aide pour se lever et se coucher mais peuvent ensuite se déplacer seules à l’intérieur du logement. Une assistance leur est parfois nécessaire pour l’habillage et la toilette ; * les personnes qui n’ont pas de difficultés à se déplacer mais ont besoin d’une aide pour les activités corporelles et pour les repas. Le Gir 5 regroupe les personnes qui ont besoin d’une aide ponctuelle pour la toilette, la préparation des repas et le ménage. Le Gir 6 désigne les personnes ayant totalement conservé leur autonomie dans les actes de la vie courante.

55 55


Télécharger ppt "2 Dominique Blanc Vice Présidente Responsable des thèmes élue délégué à l’urbanisme France Barrat Présidente Chevalier de la légion d’Honneur et du mérite."

Présentations similaires


Annonces Google