La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les tortues d’eau en Languedoc-Roussillon Identification, biologie et problématiques écologiques Thomas Gendre – CEN L-R Thierry Coulée – ONCFS Bernard.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les tortues d’eau en Languedoc-Roussillon Identification, biologie et problématiques écologiques Thomas Gendre – CEN L-R Thierry Coulée – ONCFS Bernard."— Transcription de la présentation:

1 Les tortues d’eau en Languedoc-Roussillon Identification, biologie et problématiques écologiques Thomas Gendre – CEN L-R Thierry Coulée – ONCFS Bernard Boussac – Tortues Passion

2 Les tortues palustres en Languedoc- Roussillon : 3 espèces (principalement) - Tortue de Floride ou Trachémyde à tempes rouges (Trachemys scripta elegans) : INTRODUITE - Cistude d’Europe (Emys orbicularis) : AUTOCHTONE - Emyde lépreuse (Mauremys leprosa) : AUTOCHTONE

3 Hivernage Octobre/Novembre Février Sept/Octobre Mars Août Juillet Juin Mai Avril Période d’activité Reproduction 1 ère ponte Eclosion (premiers orages) Activités quotidiennes : Bains de soleil et Alimentation 2 ème ponte Cycle d’activité annuel Activité minime

4 La Cistude d ’Europe, Emys orbicularis Reptile - Chelonien Corps sombre recouvert de points jaunes vifs Carapace = dossière+plastron –Dossière peu bombée –Longueur de 11 à 20 cm –« décoration » variable : points jaunes, plus ou moins visibles sur fond (noir - brun) Pattes palmées avec griffes

5 MÂLE FEMELLE Femelle : Cloaque à l’aplomb dossièreMâle : Cloaque éloigné de la dossière Détermination du sexe

6 Les femelles sont plus grandes : Durée vie : 40 ans (à 60 ans) MâleFemelle Poids0,6 kg1,3 kg Long. dossière16 cm20 cm Détermination du sexe

7 Thermorégulation T° corporelle liée à T° extérieure Thermorégulation par des « bains de soleil » –Acquérir l’énergie suffisante aux activités quotidiennes Quelles activités ? –Se déplacer –S’alimenter –Recherche partenaire sexuel –S’accoupler –Incuber/Pondre Quels supports ? –Berges, –Embâcles, –Planches, –Roseaux, –Branches basses…

8

9

10 Régime alimentaire : –Carnivore et charognarde: Insectes aquatiques Poissons morts Crustacés Vers Mollusques… Pas de salades !! « L’éboueur des zones humides » Alimentation

11 Accouplement (début de printemps) Maturité sexuelle : Mâles 6 ans - Femelles 8 ans

12 Sites de ponte : - Terrestres non-inondables - Herbacés - Ensoleillés Bords chemins, pâtures, prairies Fécondité : –7 à 10 œufs par ponte –1 à 2 pontes / an Nid de cistude Pontes (fin de printemps)

13 Zones à végétation rase, ensoleillées et non inondables Milieux utilisés pour la ponte Exemple : Fourrières agricoles Marais à cistudes Potentiel pour la ponte

14 La prédation des pontes Ponte prédatée

15 Sexe déterminé par T° du nid pendant l’incubation : mâle < 28,5°C < femelle Nouveaux-nés : 4 g et 2 cm de diamètre Eclosion (fin d’été - orages)

16

17 Hivernage Vie ralentie Milieux plus denses en végétation Vulnérabilité & moindre mobilité

18 Marais du Grès – Etang de l’Or (Hérault) Habitats aquatiques : marais, mares, étangs, roselières, cours d’eau lents, canaux… Eaux stagnantes ou peu courantes Eaux douces à sub- saumâtres (inf. 6 g/l)

19 Roubines de Camargue Gardoise (St Laurent d’Aigouze)

20 Mares de Port Leucate (Aude)

21 L’Orb – vers Lignan sur Orb (Hérault)

22 Répartition de la Cistude d’Europe Répartition hors Europe : Ouest de l’Asie et Nord-Ouest de l’Afrique Tortue la plus nordique au monde

23 Répartition de la Cistude d’Europe en Languedoc-Roussillon Leucate Etang de l’Or Camargue gardoise Bellegarde St Gély du Fesc (2005) Cours d’eau concernés (statut mal connu) : Aude, Hérault, Orb, Mosson, Vistre, Vidourle, le Gardon et leurs affluents

24 Répartition de la Cistude d’Europe en Languedoc-Roussillon Source : Bdd « Malpolon » EPHE, 2011

25 Traces de présence historique et préhistorique Restes de cistudes dans les sites archéologiques fréquentés par l’homme

26 Répartition préhistorique et contemporaine de la Cistude d’Europe dans le Midi de la France (Cheylan, inédit) Aire probable de répartition Entre 1850 et 1950 : x Sites de présence connus Zones de présence actuelle En 2005 :

27 Facteurs de déclin en Languedoc-Roussillon Dégradation des zones humides : -Assèchement / Comblement -Rectification / recalibrage des cours d’eau / endiguements… -Morcellement par développement des réseaux (route, train…) -Exploitation des milieux aquatiques (dépôts, prélèvements, pompage, gestion cynégétique…) Premières démoustications (gasoline, DDT…) Usage massif de pesticides, produits phytosanitaires, désherbants dans les années 70 Compétition avec les tortues exotiques Capture pour l’alimentation, la pharmacopée Pêche aux engins Prélèvements pour l’agrément Surfréquentation

28 Des foyers fragmentés en Camargue gardoise (Lyet & Cheylan, 2002)

29 La cistude à l’étang de l’Or (T.Gendre, 2007)

30 L’Emyde lépreuse, Mauremys leprosa Carapace : 25 cm max. Couleur marron à olive Corps : verdâtre à rayures jaunes plus ou moins continues Tache orange fréquente sur les tempes

31 L’Emyde lépreuse, Mauremys leprosa Arrête vertébrale souvent saillanteTache orangée à la tempe (fréquente) JEUNES

32 Habitats : –Eaux vives, ruisseau, rivières, rus de montagne –Plans d’eau Ruisseau des Albères espagnoles – Catalogne

33 L’Orb – Sablière de St Louis (Hérault)

34 Répartition –Afrique du Nord (du Maroc à la Lybie) et péninsule ibérique –France : Languedoc-Roussillon (Aquitaine?)

35 Répartition de l’Emyde lépreuse en Languedoc-Roussillon

36 Répartition en LR

37

38 Trachemys scripta elegans dite « Tortue de Floride » Corps sombre à vert strié de jaune. Rayures assez continues Signe particulier : tache rougeâtre sur les tempes Carapace : - jusqu’à 28 cm Plus grande que les tortues autochtones - marbrures fréquentes - coloration variable plutôt sombre

39 Plastron jaunâtre à grosses taches noires fréquentes Trachemys scripta elegans dite « Tortue de Floride »

40 Aire d’origine : Bassin versant du Mississippi Origine de la tortue de Floride

41 Histoire classique d’une Tortue de Floride… Histoire classique d’une Tortue de Floride… de l’aquarium à la nature 1. Achat de juvéniles en animalerie 2. Juvénile dans son bac d’agrément 3. Au bout de quelques temps… l’animal a grandi… 4. L’animal est relâché volontairement en milieu naturel…

42 Répartition de la Tortue de Floride en Europe

43 Présence connue de Trachemys scripta elegans en 2005 Répartition de la Tortue de Floride en Languedoc-Roussillon Manque de données Transmettre les observations !

44 Ancienne carrière, Castries Etang de l’Or, Lansargues Bassin récupération eaux, Etang de Pujaut-Planas Large gamme d’habitats naturels et anthropiques

45 Compétition avec la Cistude d’Europe avérée - Postes d’insolation -Ressources alimentaires Déplacement des populations d’Emydes en Espagne Paramètres biologiques en faveur des Florides Risques de transmission de pathogènes aux tortues voire à l’homme Impact sur les écosystèmes aquatiques mal connus Risques de fondation de populations (reproduction avérée bien que peu de mâles) Principe de précaution : -extraire du milieu naturel -confirmer l’identification Problématiques de conservation

46 Difficultés de détermination: –assombrissement avec l’âge et la présence en milieu naturel –Tache peu ou pas visible Cistude d’Europe Tortue de Floride Tortue de Floride sombre Tortue de Floride avec motifs visibles

47 Tortue de Floride mélanique

48 L’Emyde lépreuse, Mauremys leprosa Juvénile d’Emyde Juvénile de Floride

49  Attention d’autres tortues américaines sont présentes - Trachémydes (Trachemys spp.) - Graptémydes (Graptemys spp.) - Pseudémydes (Pseudemys spp.) - Chrysemydes (Chrysemys spp.) - … Mœurs assez comparables aux tortues de Floride et donc compétition potentielle sur les tortues autochtones. Risques de confusions supplémentaires ! Graptemys sp. Pseudemys sp.

50 Tortue alligator Macrocelys temminckii Tortue serpentine (dite Tortue hargneuse) Chelydra serpentina  Attention d’autres tortues américaines sont présentes

51 Réseau de récupérateurs en L-R Les associations : - Tortues Passion (Vergèze 30) - Tartuga LR (Sauvian 34) - CEPEC (St Quentin la Poterie 30) - La vallée des tortues (Sorèdes 66)

52 Réglementation

53 Nasses doubles entrées (25€) Verveux (120€) La nasse est à ce jour le piège le plus efficace et le plus pratique Prospections par piégeage

54 Marquage par encoche Photographies de carapace

55 Enjeux et principes de conservation AMELIORER LES CONNAISSANCES La contribution de tous les usagers et gestionnaires est nécessaire  Formation des agents de terrain à la reconnaissance  Information/mobilisation des usagers (pêcheurs, promeneurs, propriétaires, chasseurs,…) - Pas de prélèvements de tortues en nature - Signalement des observations (PHOTOS dessus/dessous-LIEU-DATE) - Pas de lâcher de tortues exotiques (cf. centres de récup.)  Campagnes de prospection par piégeage (autorisation nécessaire) et par recherche visuelle  Transmettre les observations au CEN L-R (conservation@cenlr.org)

56 Enjeux et principes de conservation PRINCIPES DE GESTION  Intégrer l’inventaire et le diagnostic « tortues » dans les études préalables aux aménagements et travaux  Identifier, localiser et hiérarchiser les enjeux écologiques des cours d’eau: pour minimiser l’impact écologique des aménagements  Conservation de la naturalité des cours d’eau et leurs annexes : - Limitation des enrochements, recalibrages - Conservation des écrans de végétation en berge (hélophyte, ripisylves) - Pas de plantations d’essences exotiques - Contrôler l’expansion des plantes invasives (Amorpha, Jussies…)

57

58 Enjeux et principes de conservation PRINCIPES DE GESTION  Entretien des bras morts et annexes naturelles (mares…) : - éviter le comblement naturel - la fermeture complète de la végétation – bon ensoleillement - pas de reconnexion systématique au cours d’eau  Formation des techniciens de gestion et sensibilisation des régies ou entreprises de travaux (curages…) pour vigilance / alerte / lors des travaux  Limiter les travaux dans le lit par grand froids (T° de l’eau < 10°C).  Gestion parcimonieuse de la végétation des berges et des milieux aquatiques: répartir dans le temps et l’espace les travaux (ex : gestion alternée des berges).  Organisation de la fréquentation : conservation de zone de quiétude  Conservation de terrains propices à la ponte à proximité des milieux aquatiques (milieux ouverts, non-inondables, ensoleillés..) Se poser la question !

59 Merci de votre attention Faire remonter mes observations… Opération Tortues d’Oc Coming soon… http://www.tortuesdoc.fr/


Télécharger ppt "Les tortues d’eau en Languedoc-Roussillon Identification, biologie et problématiques écologiques Thomas Gendre – CEN L-R Thierry Coulée – ONCFS Bernard."

Présentations similaires


Annonces Google