La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le graphisme : De la presse a l’internet. La chaîne graphique  Préparation des documents Le cahier des charges - Le budget - Le calendrier d'action Le.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le graphisme : De la presse a l’internet. La chaîne graphique  Préparation des documents Le cahier des charges - Le budget - Le calendrier d'action Le."— Transcription de la présentation:

1 Le graphisme : De la presse a l’internet

2 La chaîne graphique  Préparation des documents Le cahier des charges - Le budget - Le calendrier d'action Le photographe - L’utilisation des photos - Le graphiste - La maquette de base Le rédacteur - Les symboles de correction - Les dessins techniques La typographie  Mise en page L’ordinateur pour la PAO L’infographiste - Le texte - La publication assistée par ordinateur ou PAO  Fabrication Le photograveur - La reproduction des couleurs - La quadrichromie La photogravure traditionnelle - La photogravure numérique Les trames - L’inclinaison des trames  Impression Les formes imprimantes - Le format machine - L’imposition Le choix du papier Le façonnier - Le routeur - L’envoi des documentations  Préparation des documents Le cahier des charges - Le budget - Le calendrier d'action Le photographe - L’utilisation des photos - Le graphiste - La maquette de base Le rédacteur - Les symboles de correction - Les dessins techniques La typographie  Mise en page L’ordinateur pour la PAO L’infographiste - Le texte - La publication assistée par ordinateur ou PAO  Fabrication Le photograveur - La reproduction des couleurs - La quadrichromie La photogravure traditionnelle - La photogravure numérique Les trames - L’inclinaison des trames  Impression Les formes imprimantes - Le format machine - L’imposition Le choix du papier Le façonnier - Le routeur - L’envoi des documentations

3 Des métiers  Le photographe ou cadreur (prises de vue photos ou vidéo)  Le graphiste (illustrations et dessins)  Le rédacteur (textes et corrections)  Le maquettiste ou web designer (Mise en page ou conception des pages Web)  L’infographiste, l’imprimeur et le façonnier

4 Des outils :  Adobe Photoshop / The Gimp Photoshop est un logiciel de retouche, de traitement et de dessin assisté par ordinateur édité par Adobe. Il est principalement utilisé pour le traitement de photographies numériques, mais sert également à la création d'images ex nihilo. Photoshop est un logiciel dit "Bitmap" (ne pas confondre avec le format d'enregistrement) car les images sont constituées d'une grille de points appellés pixels. L'interêt de ces images est de reproduire des graduations subtiles de couleurs.  Adobe Illustrator / Inkscape Adobe Illustrator est le logiciel de création graphique vectorielle de référence dans les environnements professionnels. Il fait partie de la gamme Adobe et peut être utilisé indépendamment ou en complément de Photoshop, offre des outils de dessin vectoriel puissants. Les images vectorielles sont constituées de courbes générées par des formules mathématiques. L'un des outils principaux d'Illustrator étant "la plume" qui permet de tracer des courbes à l'aspect parfait grâce au placement de point d'ancrage et de tangentes qui vont en modifier la courbure.Un des avantages des images vectorielles est qu'elles ne sont pas dépendantes de la résolution, c'est à dire qu'elles ne perdent pas en qualité si on les aggrandit. Adapté aussi bien à la création de document papier qu'à celle d'illustrations pour Internet (logos, affiches, etc.)  Adobe Indesign / Scribus Adobe InDesign est un logiciel de mise en page ou PAO créé par la société Adobe. Il est utilisé pour créer des magazines, des journaux, des livres, des plaquettes... Comme ses concurrents, il est axé sur la forme et permet d'appliquer des mises en pages beaucoup plus complexes et créatives qu'un logiciel de traitement de texte, qui est axé, lui, sur le contenu.  Adobe Golive / NVU GoLive est un éditeur HTML WYSIWYG ou éditeur tel-tel. Il permet d'éditer une page Web à peu près telle qu'elle apparaît dans les navigateurs courants. Il propose les fonctions classiques des traitements de texte tel-tel. Ses deux principaux avantages sont la facilité d'utilisation et l'observation immédiate du rendu graphique.  Adobe Photoshop / The Gimp Photoshop est un logiciel de retouche, de traitement et de dessin assisté par ordinateur édité par Adobe. Il est principalement utilisé pour le traitement de photographies numériques, mais sert également à la création d'images ex nihilo. Photoshop est un logiciel dit "Bitmap" (ne pas confondre avec le format d'enregistrement) car les images sont constituées d'une grille de points appellés pixels. L'interêt de ces images est de reproduire des graduations subtiles de couleurs.  Adobe Illustrator / Inkscape Adobe Illustrator est le logiciel de création graphique vectorielle de référence dans les environnements professionnels. Il fait partie de la gamme Adobe et peut être utilisé indépendamment ou en complément de Photoshop, offre des outils de dessin vectoriel puissants. Les images vectorielles sont constituées de courbes générées par des formules mathématiques. L'un des outils principaux d'Illustrator étant "la plume" qui permet de tracer des courbes à l'aspect parfait grâce au placement de point d'ancrage et de tangentes qui vont en modifier la courbure.Un des avantages des images vectorielles est qu'elles ne sont pas dépendantes de la résolution, c'est à dire qu'elles ne perdent pas en qualité si on les aggrandit. Adapté aussi bien à la création de document papier qu'à celle d'illustrations pour Internet (logos, affiches, etc.)  Adobe Indesign / Scribus Adobe InDesign est un logiciel de mise en page ou PAO créé par la société Adobe. Il est utilisé pour créer des magazines, des journaux, des livres, des plaquettes... Comme ses concurrents, il est axé sur la forme et permet d'appliquer des mises en pages beaucoup plus complexes et créatives qu'un logiciel de traitement de texte, qui est axé, lui, sur le contenu.  Adobe Golive / NVU GoLive est un éditeur HTML WYSIWYG ou éditeur tel-tel. Il permet d'éditer une page Web à peu près telle qu'elle apparaît dans les navigateurs courants. Il propose les fonctions classiques des traitements de texte tel-tel. Ses deux principaux avantages sont la facilité d'utilisation et l'observation immédiate du rendu graphique.

5 Charte graphique La charte graphique est un document de travail qui contient l'ensemble des règles fondamentales d'utilisation des signes graphiques qui constituent l'identité graphique d'une organisation, d'un projet, d'une entreprise. Le terme vient du latin charta qui signifie « papier » et qui en français a pris le sens de « loi, règle fondamentale ». Le but de la charte graphique est de conserver une cohérence graphique dans les réalisations graphiques d'une même organisation, projet ou entreprise quels que soient les différents intervenants de la production (graphiste, directeur artistique…). L'intérêt de réaliser une charte graphique est double : 1. L'identité graphique reste intacte quelles que soient les réalisations graphiques, afin que l'organisation, le projet ou l'entreprise (qui sont une somme d'individualités) parle « d'une seule voix ». Les anglophones parlent de corporate design (littéralement : dessin de l'entreprise). 1. L'identité graphique reste intacte quelles que soient les réalisations graphiques, afin que l'organisation, le projet ou l'entreprise (qui sont une somme d'individualités) parle « d'une seule voix ». Les anglophones parlent de corporate design (littéralement : dessin de l'entreprise). 2. La charte graphique permet au récepteur d'identifier facilement l'émetteur et, par habitude si la cohérence est respectée, de se repérer visuellement dans les différentes réalisations graphiques, et au sein même d'un même support graphique (ce qui facilite la lecture). 2. La charte graphique permet au récepteur d'identifier facilement l'émetteur et, par habitude si la cohérence est respectée, de se repérer visuellement dans les différentes réalisations graphiques, et au sein même d'un même support graphique (ce qui facilite la lecture). La charte graphique s'applique à définir : 1. Le logotype : ses couleurs définies grâce aux Pantones, sa position dans la page sur tous les supports (papier à en-tête, documents officiels, plaquettes, dossier et chemises, camion, etc.), la zone d'exclusion (espace protégé minimum autour du logo), ses déclinaisons sur des fonds blancs et de couleurs. La charte peut également définir les interdits : par exemple, l'interdiction d'apposer le logo sur un fond noir, de redimensionner le logo sans garder un rapport d'homothétie … 1. Le logotype : ses couleurs définies grâce aux Pantones, sa position dans la page sur tous les supports (papier à en-tête, documents officiels, plaquettes, dossier et chemises, camion, etc.), la zone d'exclusion (espace protégé minimum autour du logo), ses déclinaisons sur des fonds blancs et de couleurs. La charte peut également définir les interdits : par exemple, l'interdiction d'apposer le logo sur un fond noir, de redimensionner le logo sans garder un rapport d'homothétie … 2. Les polices de caractères utilisées dans les documents afin de permettre de créer différents niveaux de textes et d'apporter un bon confort de lecture. La typographie est l'une des composantes essentielles de l'univers graphique d'une entreprise pour sa reconnaissance. Dans certains cas comme Renault ou l'Aéroport de Paris, on va jusqu'à créer une police de caractères spécifique. 2. Les polices de caractères utilisées dans les documents afin de permettre de créer différents niveaux de textes et d'apporter un bon confort de lecture. La typographie est l'une des composantes essentielles de l'univers graphique d'une entreprise pour sa reconnaissance. Dans certains cas comme Renault ou l'Aéroport de Paris, on va jusqu'à créer une police de caractères spécifique. 3. Les jeux de couleurs déclinables sur les différents supports de communication : d'une manière générale la charte indique les valeurs Pantone, CMJN, RVB et hexadécimale de chaque couleur 3. Les jeux de couleurs déclinables sur les différents supports de communication : d'une manière générale la charte indique les valeurs Pantone, CMJN, RVB et hexadécimale de chaque couleur 4. L'utilisation des élements graphiques tels que les filigranes, détail du logo agrandi, courbes et traits spécifique à l'entreprise. 4. L'utilisation des élements graphiques tels que les filigranes, détail du logo agrandi, courbes et traits spécifique à l'entreprise. 5. Les principes du choix des images et des illustrations. 5. Les principes du choix des images et des illustrations. Un des problèmes de la charte graphique est la photocopie et la télécopie (fax) : il faut s'attacher à ce que le document ressorte de manière lisible, et que les éléments graphiques soient identifiables, après une photocopie voire une photocopie de photocopie ou bien après une transmission par télécopie. Il existe parfois des logo simplifiés en noir-et-blanc avec des contrastes tranchés pour ces cas-là. La charte graphique est un document de travail qui contient l'ensemble des règles fondamentales d'utilisation des signes graphiques qui constituent l'identité graphique d'une organisation, d'un projet, d'une entreprise. Le terme vient du latin charta qui signifie « papier » et qui en français a pris le sens de « loi, règle fondamentale ». Le but de la charte graphique est de conserver une cohérence graphique dans les réalisations graphiques d'une même organisation, projet ou entreprise quels que soient les différents intervenants de la production (graphiste, directeur artistique…). L'intérêt de réaliser une charte graphique est double : 1. L'identité graphique reste intacte quelles que soient les réalisations graphiques, afin que l'organisation, le projet ou l'entreprise (qui sont une somme d'individualités) parle « d'une seule voix ». Les anglophones parlent de corporate design (littéralement : dessin de l'entreprise). 1. L'identité graphique reste intacte quelles que soient les réalisations graphiques, afin que l'organisation, le projet ou l'entreprise (qui sont une somme d'individualités) parle « d'une seule voix ». Les anglophones parlent de corporate design (littéralement : dessin de l'entreprise). 2. La charte graphique permet au récepteur d'identifier facilement l'émetteur et, par habitude si la cohérence est respectée, de se repérer visuellement dans les différentes réalisations graphiques, et au sein même d'un même support graphique (ce qui facilite la lecture). 2. La charte graphique permet au récepteur d'identifier facilement l'émetteur et, par habitude si la cohérence est respectée, de se repérer visuellement dans les différentes réalisations graphiques, et au sein même d'un même support graphique (ce qui facilite la lecture). La charte graphique s'applique à définir : 1. Le logotype : ses couleurs définies grâce aux Pantones, sa position dans la page sur tous les supports (papier à en-tête, documents officiels, plaquettes, dossier et chemises, camion, etc.), la zone d'exclusion (espace protégé minimum autour du logo), ses déclinaisons sur des fonds blancs et de couleurs. La charte peut également définir les interdits : par exemple, l'interdiction d'apposer le logo sur un fond noir, de redimensionner le logo sans garder un rapport d'homothétie … 1. Le logotype : ses couleurs définies grâce aux Pantones, sa position dans la page sur tous les supports (papier à en-tête, documents officiels, plaquettes, dossier et chemises, camion, etc.), la zone d'exclusion (espace protégé minimum autour du logo), ses déclinaisons sur des fonds blancs et de couleurs. La charte peut également définir les interdits : par exemple, l'interdiction d'apposer le logo sur un fond noir, de redimensionner le logo sans garder un rapport d'homothétie … 2. Les polices de caractères utilisées dans les documents afin de permettre de créer différents niveaux de textes et d'apporter un bon confort de lecture. La typographie est l'une des composantes essentielles de l'univers graphique d'une entreprise pour sa reconnaissance. Dans certains cas comme Renault ou l'Aéroport de Paris, on va jusqu'à créer une police de caractères spécifique. 2. Les polices de caractères utilisées dans les documents afin de permettre de créer différents niveaux de textes et d'apporter un bon confort de lecture. La typographie est l'une des composantes essentielles de l'univers graphique d'une entreprise pour sa reconnaissance. Dans certains cas comme Renault ou l'Aéroport de Paris, on va jusqu'à créer une police de caractères spécifique. 3. Les jeux de couleurs déclinables sur les différents supports de communication : d'une manière générale la charte indique les valeurs Pantone, CMJN, RVB et hexadécimale de chaque couleur 3. Les jeux de couleurs déclinables sur les différents supports de communication : d'une manière générale la charte indique les valeurs Pantone, CMJN, RVB et hexadécimale de chaque couleur 4. L'utilisation des élements graphiques tels que les filigranes, détail du logo agrandi, courbes et traits spécifique à l'entreprise. 4. L'utilisation des élements graphiques tels que les filigranes, détail du logo agrandi, courbes et traits spécifique à l'entreprise. 5. Les principes du choix des images et des illustrations. 5. Les principes du choix des images et des illustrations. Un des problèmes de la charte graphique est la photocopie et la télécopie (fax) : il faut s'attacher à ce que le document ressorte de manière lisible, et que les éléments graphiques soient identifiables, après une photocopie voire une photocopie de photocopie ou bien après une transmission par télécopie. Il existe parfois des logo simplifiés en noir-et-blanc avec des contrastes tranchés pour ces cas-là.

6 Les polices L’utilisation des polices se fait en fonction du support. Les polices avec sérif (avec empattement) conviennent aux supports imprimés longs Les polices sans sérif (sans empattements) conviennent aux supports multimédias

7 La mise en forme du texte Réglage de la police Réglage de l’alignement Réglage du contour et du fond

8 Les couleurs Le cercle chromatique Synthèse additive (RVB écran) Synthèse soustractive (CMJN papier) Ajout du noir en imprimerie Les couleurs en tons directs : PANTONE, FOCOLTONE, TRUMATCH,…

9

10 La mise en page La mise en page doit être au service du contenu, du message que l’on souhaite mettre en avant. Plus le document est grand, moins il doit y avoir de texte et inversement. Pensez l’accroche visuelle générale (sémiologie graphique)

11 Les formats de documents Le façonnage ou pliage

12 A Voir :  ons.htm ons.htm ons.htm  er2.php er2.php er2.php  regles-compositions.php regles-compositions.php regles-compositions.php  fr/index.htm fr/index.htm fr/index.htm 


Télécharger ppt "Le graphisme : De la presse a l’internet. La chaîne graphique  Préparation des documents Le cahier des charges - Le budget - Le calendrier d'action Le."

Présentations similaires


Annonces Google