La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Gile Ops contr et autom1 LES RESSOURCES COGNITIVES EN TRADUCTION ET INTERPRETATION : UNE INTRODUCTION Daniel Gile

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Gile Ops contr et autom1 LES RESSOURCES COGNITIVES EN TRADUCTION ET INTERPRETATION : UNE INTRODUCTION Daniel Gile"— Transcription de la présentation:

1 Gile Ops contr et autom1 LES RESSOURCES COGNITIVES EN TRADUCTION ET INTERPRETATION : UNE INTRODUCTION Daniel Gile

2 Gile Ops contr et autom2 OPERATIONS AUTOMATIQUES ET CONTROLEES : INTRODUCTION Psychologie cognitive : actions de lHomme se répartissent en gros en deux catégories 1.Celles qui demandent des ressources attentionnelles (capacité de traitement), et un certain temps : « opérations contrôlées » 2.Celles qui sont « spontanées », qui se font sans que ces ressources attentionnelles soient sollicitées, et qui sont très rapides : « opérations automatiques »

3 Gile Ops contr et autom3 OPERATIONS AUTOMATIQUES ET CONTROLEES : EXEMPLES Exemples dopérations contrôlées : - Evaluation raisonnée de deux options pour en choisir une - Marche sur verglas Exemple dopérations automatiques : - Perception dun son - Accélération du rythme cardiaque quand on court - Cligner des yeux quand un objet passe brursquement très près de vous

4 Gile Ops contr et autom4 OPERATIONS AUTOMATIQUES ET CONTROLEES : recadrage du concept En réalité, ces deux catégories sont une simplification : Certaines opérations demandent beaucoup dattention, dautres en demandent très peu Ou en demandent très peu dans certaines circonstances, et beaucoup dans dautres (marcher condx norm. / marcher sur du verglas, conduire condx norm. /conduire sur route de montagne dans le brouillard)

5 Gile Ops contr et autom5 OPERATIONS AUTOMATIQUES ET CONTROLEES : Cumul Cest cela qui nous intéresse, parce que 1.Lattention / les ressources attentionnelles / la capacité de traitement (synonymes ici) dont nous disposons à tout moment est/sont limitées 2.De ce fait, si lon peut réaliser en même temps plusieurs opérations automatiques, on ne peut réaliser en même temps quune ou deux ou trois opérations contrôlées, selon leurs besoins attentionnels.

6 Gile Ops contr et autom6 OPERATIONS AUTOMATIQUES ET CONTROLEES : l« automatisation » Autre loi importante : Une action contrôlée s« automatise » progressivement quand elle est répétée souvent : - Elle devient de plus en plus rapide - Demande de moins en moins de capacité de traitement …et de ce fait libère des ressources attentionnelles pour dautres tâches que lon aurait à accomplir en même temps

7 Gile Ops contr et autom7 EN QUOI CELA INTERESSE-T-IL LES TRADUCTEURS ET INTERPRETES ? Si certaines opérations sont toujours contrôlées (tests de plausibilité, décisions de reformulation, tests dacceptabilité et de fidélité…) Dautres peuvent être automatisées partiellement, à commencer par certaines opérations de compréhension et de production du discours

8 Gile Ops contr et autom8 Avertissement sur lemploi de « automatique » et de « capacité de traitement » ici Par souci de simplification, Je qualifierai ici dopérations « non automatiques » celles qui soit demandent une certaine attention (cest la définition habituelle en psychologie cognitive) soit, par dérogation à la définition habituelle, nen demandent pas nécessairement mais passent par une mémoire dont la capacité est limitée, et sont donc soumises à des limites en matière de traitement de ce fait Je parlerai de « capacité de traitement » en incluant dans ce concept la capacité de stockage limitée de ces mémoires

9 Gile Ops contr et autom9 LA PRODUCTION DU DISCOURS NEST PAS AUTOMATIQUE Il faut choisir ses mots (Vous vous en rendez compte quand vous hésitez) Il faut à chaque moment de lénonciation se rappeler les mots déjà assemblés pour envisager la suite Sur cette base, il faut prendre des décisions syntaxiques (hésitations aussi) … Pour certaines réactions linguistiques simples et spontanées, on peut parler dautomaticité. Pour dautres, non, surtout en traduction et en interprétation (discussion ultérieure)

10 Gile Ops contr et autom10 LA COMPREHENSION DU DISCOURS NEST PAS AUTOMATIQUE (1) Parce que : Si la perception des images et des sons est immédiate et ne consomme pas dattention (quand les conditions sont bonnes), Leur identification comme représentation de mots ou phrases précis nest pas automatique Parce quil ny a pas de correspondance parfaite entre ces images ou ces sons et des éléments de langue (Variabilité des sons et des images, exemple des logiciels de dictée, difficulté de lecture de lettres manuscrites…)

11 Gile Ops contr et autom11 LA COMPREHENSION DU DISCOURS NEST PAS AUTOMATIQUE (2) Autrement dit, La compréhension du discours (la totalité des opérations qui se déroulent entre la perception du signal et la compréhension du sens de lénoncé dans la situation concernée) demande du temps (en général à léchelle des dixièmes de seconde) et de la capacité de traitement Ce qui peut empêcher la réalisation dune autre opération contrôlée en même temps

12 Gile Ops contr et autom12 LA COMPREHENSION DU DISCOURS NEST PAS AUTOMATIQUE (3) - Obstacles Quest-ce qui peut rendre la compréhension du discours plus difficile / plus longue ? Accent ou prosodie peu courants Manière de signer non standard (interprètes) Fautes de langue Phrases longues et complexes… (à tel point que parfois saturation et incompréhension !) Quand écriture manuelle, écriture peu claire Mécanisme illustré par métaphore plus loin

13 Gile Ops contr et autom13 MEMOIRES (1) Mémoire à long terme Correspond à « mémoire » dans lacception usuelle du terme Capacité de stockage illimitée, stockage nest pas coûteux (métaphore disque dur de votre ordinateur) Mémoire sensorielle / Registre sensoriel Enregistre spontanément (« automatiquement ») ce que vos sens, notamment la vue et louïe, perçoivent Capacité de stockage très limitée en espace, et surtout en temps (de lordre de 1 seconde). Après, disparition de linformation

14 Gile Ops contr et autom14 MEMOIRES (2) Mémoire de travail Comme un plan de travail, une petite mémoire dédiée aux opérations en cours (comme le plan de travail à la cuisine, le bureau où lon travaille) On y met les éléments dont on a besoin pour faire quelque chose, on les assemble On libère la place quand le produit est fini - Espace de stockage limité (de lordre de 7 éléments) - Le maintien déléments en Mémoire de travail nécessite de la CT, qui les « rafraîchit » ou les « répète » (métaphore mémoire vive sur ordinateur)

15 Gile Ops contr et autom15 MEMOIRES (2) Mémoire de travail - avertissement La « mémoire de travail » est un concept qui vise à élaborer un modèle du fonctionnement cognitif Ce nest pas une réalité physique A mesure que lexploration de la cognition de lhomme avance, on change d« architecture » de MDT (lensemble des éléments dont on suppose que se compose la MDT et les relations entre eux) Pour nous, cette évolution ne change pas grand-chose Nous allons nous en tenir à une conception générique de MdT

16 Gile Ops contr et autom16 COMPREHENSION / PRODUCTION DU DISCOURS ET MEMOIRES Métaphore du bureau Bibliothèque : mémoire à long terme Bureau: mémoire de travail Capacité de traitement nécessaire pour : Travail sur mémoire de travail Transferts vers et depuis mémoire à long terme Peut-être, un petit peu, pour la maintenance de la mémoire à long terme, pour empêcher loubli

17 Gile Ops contr et autom17 MEMOIRE DE TRAVAIL ET MEMOIRE A LONG TERME UNE METAPHORE - COMPREHENSION Mémoire a long terme Mémoire de travail Stimulus externe

18 Gile Ops contr et autom18 COMPREHENSION DU DISCOURS – Les opérations - Perception des signes visuels ou auditifs - Interprétation de ces signes en éléments linguistiques Puis (mais parfois en même temps) - Interprétation des assemblages linguistiques en un « sens » et déverbalisation spontanée (partielle) c.a.d. oubli partiel de la forme, Simplement parce que la forme ayant servi, elle nest plus utile et prend de la place en mémoire de travail, ce qui empêche celle-ci de traiter la suite du discours

19 Gile Ops contr et autom19 COMPREHENSION DU DISCOURS – Le rôle des différentes mémoires - Registre sensoriel qui maintient les images ou sons pendant un très bref moment, le temps de les transmettre à la MdT - Puis, en mémoire de travail, interprétation de ces signes en éléments linguistiques et interprétation de des assemblages linguistiques en sens Les deux composantes dinterprétation (signes en mots, mots en sens) se font grâce à des éléments de connaissance qui sont stockés en mémoire à long terme Le processus nest pas entièrement linéaire Le processus nest pas automatique

20 Gile Ops contr et autom20 MEMOIRE DE TRAVAIL ET MEMOIRE A LONG TERME UNE METAPHORE - PRODUCTION Mémoire à long terme Mémoire de travail Idée Enoncé

21 Gile Ops contr et autom21 PRODUCTION DU DISCOURS Les idées et la volonté de les énoncer lancent la recherche dinformations pertinentes, notamment linguistiques, en mémoire à long terme et leur mise en MdT pour assemblage Quand lassemblage est terminé, lordre est envoyé aux organes dexécution de prononcer, signer ou écrire ces assemblages La MdT a des limites, et il y a déverbalisation spontanée partielle dès quun assemblage (ou sous-assemblage) est prêt et a été envoyé aux organes dexécution Doù parfois des fautes daccord, discontinuités syntaxiques et autres maladresses

22 Gile Ops contr et autom22 RAPPEL SUR LES MODELES Toutes ces modélisations sont par définition des simplifications de la réalité Elles vous sont proposées pour mettre en valeur des éléments importants Mais ne décrivent pas en détail et de manière précise lensemble de la réalité quelles modélisent


Télécharger ppt "Gile Ops contr et autom1 LES RESSOURCES COGNITIVES EN TRADUCTION ET INTERPRETATION : UNE INTRODUCTION Daniel Gile"

Présentations similaires


Annonces Google