La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

DEI VERBUM Texte… commentaires… et citations bibliques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "DEI VERBUM Texte… commentaires… et citations bibliques."— Transcription de la présentation:

1 DEI VERBUM Texte… commentaires… et citations bibliques

2 DEI VERBUM CONSTITUTION DOGMATIQUE SUR LA RÉVÉLATION DIVINE Préambule En écoutant religieusement et proclamant avec assurance la parole de Dieu, le saint Concile fait sienne cette parole de saint Jean : « Nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous est apparue : ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, afin que vous soyez en communion avec nous et que notre communion soit avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ » (1 Jean 1, 2-3). C'est pourquoi, suivant la trace des Conciles de Trente et du Vatican I, il entend proposer la doctrine véritable sur la Révélation divine et sur sa transmission, afin que, en entendant l'annonce du salut, le monde entier y croie, qu'en croyant il espère, qu'en espérant il aime.

3 Préambule Le préambule contient en résumé, comme en un noyau, tout le contenu de la constitution, à savoir lexpression de ce quest la révélation. Pour cela, les Pères du Concile ont choisi de citer le début de la première lettre de Jean, qui lui-même est comme un commentaire du prologue de lEvangile (cf. les diapos suivantes). Et le prologue de lEvangile de Jean renvoie à la première page de la Genèse : « au commencement, Dieu créa le ciel et la terre… Dieu dit : que la lumière soit ! Et la lumière fut… » Nous voici donc situés dans ce qui est le plus fondamental, à la source des sources, à la racine de tout être.

4 I Jean 1:1-4 Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie ; -- car la Vie s'est manifestée: nous l'avons vue, nous en rendons témoignage et nous vous annonçons cette Vie éternelle, qui était tournée vers le Père et qui nous est apparue -- ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. Et notre communion (est) avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. Tout ceci, nous vous l'écrivons pour que notre joie soit complète.

5 Prologue de lEvangile de Jean 1:1 Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. 1:2 Il était au commencement avec Dieu. 1:3 Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut. 1:4 Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes, 1:5 et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas saisie. 1:6 Il y eut un homme envoyé de Dieu. Son nom était Jean. 1:7 Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 1:8 Celui-là n'était pas la lumière, mais il avait à rendre témoignage à la lumière. 1:9 Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme; il venait dans le monde. 1:10 Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l'a pas reconnu. 1:11 Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas accueilli. 1:12 Mais à tous ceux qui l'ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, 1:13 lui qui ne fut engendré ni du sang, ni d'un vouloir de chair, ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu.

6 1:14 Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. 1:15 Jean lui rend témoignage et il clame: "C'est de lui que j'ai dit: Celui qui vient derrière moi, le voilà passé devant moi, parce qu'avant moi il était." 1:16 Oui, de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. 1:17 Car la Loi fut donnée par Moïse; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. 1:18 Nul n'a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l'a fait connaître.

7 Préambule Relisons le préambule et les textes de Jean en décrivant la révélation divine en termes de communication. Toute communication suppose un émetteur : ici, cest Dieu. Elle suppose un récepteur : ici, ce sont les disciples de Jésus, les disciples de ces disciples et les autres hommes… potentiellement, toute lhumanité. Elle suppose aussi un « média », ici cest lhomme-Jésus. Elle suppose enfin un but. Le but de la Révélation est non seulement de faire savoir qui est Dieu, de le révéler, mais plus encore – une perspective qui dépasse absolument tout ce que nous pouvons concevoir – de faire entrer les hommes en communion avec Dieu, de leur faire partager la vie divine, la condition divine. Parole où Dieu se donne (comme dans le consentement du mariage) = Parole dalliance

8 CHAPITRE PREMIER LA RÉVÉLATION ELLE-MÊME (Nature de la Révélation) 2. « II a plu à Dieu dans sa sagesse et sa bonté de se révéler en personne et de faire connaître le mystère de sa volonté (cf. Eph. 1, 9) grâce auquel les hommes, par le Christ, le Verbe fait chair, accèdent dans l'Esprit-Saint, auprès du Père et sont rendus participants de la nature divine (cf. Eph. 2,18 ; 2 Pierre 1, 4). Dans cette Révélation le Dieu invisible (cf. Col. 1,15 ; 1 Tim. 1,17) s'adresse aux hommes en son immense amour ainsi qu'à des amis (cf. Ex. 33,11 ; Jean 15,14-15), il s'entretient avec eux (cf. Bar. 3, 38) pour les inviter et les admettre à partager sa propre vie. Pareille économie de la Révélation comprend des événements et des paroles intimement unis entre eux, de sorte que les œuvres, réalisées par Dieu dans l'histoire du salut, attestent et corroborent et la doctrine et le sens indiqués par les paroles, tandis que les paroles publient les œuvres et éclairent le mystère qu'elles contiennent. La profonde vérité que cette Révélation manifeste, sur Dieu et sur le salut de l'homme, resplendit pour nous dans le Christ, qui est à la fois le Médiateur et la plénitude de toute la Révélation. »

9 (nature de la révélation) « II a plu à Dieu » ce nest pas là le caprice dun souverain, mais lexpression de la liberté divine. Cest gratuitement, par pur amour, que Dieu crée et se révèle. Dieu se fait connaitre et il fait connaitre son projet sur lhomme. Et ce projet est que les humains, tous les humains, vivent comme ses enfants, quils aient part – aussi extraordinaire que cela puisse paraitre – à sa condition divine (voir diapos suivantes : hymne de lEpître aux Ephésiens)… Quils aient « accès au Père, par le Christ et dans lEsprit Saint. » Structure trinitaire de la révélation, ce qui fait penser à la fin de la prière eucharistique : « Par lui, avec lui et en lui, à toi Dieu le Père tout puissant, dans lunité du Saint Esprit… » Dieu sadresse familièrement aux hommes « comme à des amis »… Léconomie de la révélation, cest-à-dire la manière dont Dieu lorganise, comprend à la fois des paroles et des actions ; un double aspect que nous allons retrouver régulièrement au fil de la constitution. « VECU » (ce qui s'est passé) + « PAROLE » (interprétation, sens, liberté) = « EXPERIENCE » Au cœur et au sommet de la Révélation : le Christ, qui en est à la fois « le Médiateur et la plénitude » (voir diapos suivantes : citation de la 2° lettre aux Corinthiens)

10 Ep 1,3-10 Qu'il soit béni, le Dieu et Père de notre Seigneur, Jésus, le Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l'Esprit, au ciel, dans le Christ. Il nous a choisis, dans le Christ, avant que le monde fût créé, pour être saints et sans péchés devant sa face grâce à son amour. Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils par Jésus, le Christ. Ainsi l'a voulu sa bonté, à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu'il nous a faite dans le Fils bien-aimé. En lui, par son sang, nous avons le rachat, le pardon des péchés. C'est la richesse de sa grâce dont il déborde jusqu'à nous en toute intelligence et sagesse. Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté, selon que sa bonté l'avait prévu dans le Christ : pour mener les temps à leur plénitude, récapituler toutes choses dans le Christ, celles du ciel et celles de la terre.

11 2 Co 3,17 … 4,6 3,17 Car le Seigneur, c'est l'Esprit, et où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté. 18 Et nous tous qui, le visage découvert, réfléchissons comme en un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en cette même image, allant de gloire en gloire, comme de par le Seigneur, qui est Esprit… 4,5 Car ce n'est pas nous que nous prêchons, mais le Christ Jésus, Seigneur; nous ne sommes, nous, que vos serviteurs, à cause de Jésus. 6 En effet le Dieu qui a dit: "Que des ténèbres resplendisse la lumière", est Celui qui a resplendi dans nos coeurs, pour faire briller la connaissance de la gloire de Dieu, qui est sur la face du Christ.

12 (Préparation de la Révélation évangélique) 3. Dieu, qui crée (cf. Jean 1, 3) et conserve toutes choses par le Verbe, donne aux hommes dans les choses créées un témoignage incessant sur lui-même (cf. Rm. 1, 19-20) ; voulant de plus ouvrir la voie d'un salut supérieur, il se manifesta aussi lui-même, dès l'origine, à nos premiers parents. Après leur chute, par la promesse d'un rachat, il les releva dans l'espérance du salut (cf. Gn. 3, 15) ; il prit un soin constant du genre humain, pour donner la vie éternelle à tous ceux qui, par la fidélité dans le bien, recherchaient le salut (cf. Rom. 2, 6-7). A son heure il appela Abraham pour faire de lui un grand peuple (cf. Gn. 12, 2) ; après les patriarches, il forma ce peuple par l'intermédiaire de Moïse et par les prophètes, pour qu'il le reconnaisse comme le seul Dieu vivant et vrai, Père provident et juste juge, et qu'il attende le Sauveur promis, préparant ainsi au cours des siècles la voie à l Evangile.

13 (3. Préparation de la Révélation évangélique) Ici se pose une grave question, car cette affirmation des juifs, puis des chrétiens, peut sembler extrêmement prétentieuse et même scandaleuse. Pourquoi faut-il que Dieu choisisse un peuple, un homme, et pas les autres ? Ny a-t-il pas là une terrible injustice ? Pourquoi Dieu ne se révèle-t-il pas uniformément, de façon égalitaire, à tous les peuples et à tous les êtres humains ? La réponse est dans la logique de lincarnation : Dieu a voulu se faire connaître aux hommes et les sauver, non pas « du haut du ciel », mais en empruntant le chemin des hommes, en entrant dans lhistoire. Ainsi, avec Abraham, Moïse, David... il choisit et prépare un peuple à travers une longue histoire faite dappels, de réponses, dinfidélités, de pardons et de nouveaux départs... Les membres fidèles de ce peuple se réduiront finalement au « petit reste » dont parlent les prophètes (Am 5,15). Au centre de lhistoire, tout se concentre en Jésus, « lElu », dans lévénement de sa mort et de sa résurrection. De là naît lEglise, nouveau peuple choisi pour annoncer la Bonne Nouvelle à toute lhumanité. Cest ce quessaie dexprimer le schéma ci-après. (Voir la diapo suivante) Lappartenance à ce peuple nest certainement pas un privilège ni une sinécure, mais une responsabilité. Comme celle de Jésus, la vie de son disciple sera traversée par la croix. Comme Jésus il doit vivre complètement pour les autres, partageant le souci du Père qui « veut que tous les hommes soient sauvés » (1 Tm 2,3).

14 L« élection » : Dieu choisit un peuple

15 (Le Christ plénitude personnelle de la Révélation) 4. « Après avoir, à bien des reprises et de bien des manières, parlé par les prophètes, Dieu « en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par son Fils » (Hb. 1, 1-2). Il a envoyé en effet son Fils, le Verbe éternel qui éclaire tous les hommes, pour qu'il demeurât parmi eux et leur fit connaître les secrets de Dieu (cf. Jean 1, 1-18). Jésus-Christ donc, le Verbe fait chair, « homme envoyé aux hommes », « prononce les paroles de Dieu » (Jean 3, 34) et achève l'œuvre de salut que le Père lui a donnée à faire (cf. Jean 5, 36 ; 17, 4). C'est donc lui - le voir, c'est voir le Père (cf. Jean 14, 9) - qui, par toute sa présence et par la manifestation qu'il fait de lui-même par paroles et œuvres, par signes et miracles, et plus particulièrement par sa mort et par sa résurrection glorieuse d'entre les morts, par l'envoi enfin de l'Esprit de vérité, achève en la complétant la révélation, et la confirme encore en attestant divinement que Dieu lui-même est avec nous pour nous arracher aux ténèbres du péché et de la mort et nous ressusciter pour la vie éternelle. L'économie chrétienne, étant l'Alliance Nouvelle et définitive, ne passera donc jamais et aucune nouvelle révélation publique n'est dès lors à attendre avant la manifestation glorieuse de notre Seigneur Jésus-Christ (cf. 1 Tm. 6,14, et Tite 2, 13). »

16 (4: Le Christ plénitude personnelle de la Révélation) Comme cela était annoncé dès le préambule de la constitution, toute la révélation se concentre en Jésus. Les premières phrases de lEpitre aux Hébreux et de lEvangile de Jean laffirment en des termes qui devraient nous étonner (si nous ny étions un peu trop habitués…) : En ces temps qui sont les derniers, Dieu nous a parlé « en un Fils ». Jésus est ce Fils, mais une autre manière de dire son identité est de le présenter comme le « Verbe », cest-à- dire la Parole même de Dieu. Jésus nous fait connaitre Dieu, non seulement par ses paroles, mais tout simplement par sa présence et aussi par ses actions. Ces actions, que le quatrième Evangile résume en sept « signes et œuvres », sont tout entières destinées à sauver lhomme, à lui donner la vie. Elles culminent dans la geste pascale : Jésus meurt en donnant sa vie pour nous et il ressuscite pour nous donner la vie. Cette révélation et cette œuvre de salut se continuent aujourd'hui grâce à l'Esprit-Saint. Cette action divine opérée en lhomme Jésus est définitive ; cest « une fois pour toutes » que Dieu, en Jésus, sauve toute lhumanité.

17 (Accueil de la Révélation par la foi) 5. A Dieu qui révèle est due « l'obéissance de la foi » (Rom. 16, 26 ; cf. Rom. 1, 5 ; 2 Cor. 10, 5-6), par laquelle l'homme s'en remet tout entier et librement à Dieu dans « un complet hommage d'intelligence et de volonté à Dieu qui révèle » et dans un assentiment volontaire à la révélation qu'il fait. Pour exister, cette foi requiert la grâce prévenante et aidante de Dieu, ainsi que les secours intérieurs du Saint-Esprit qui touche le cœur et le tourne vers Dieu, ouvre les yeux de l'esprit et donne « à tous la douceur de consentir et de croire à la vérité ». Afin de rendre toujours plus profonde l'intelligence de la révélation, l'Esprit Saint ne cesse, par ses dons, de rendre la foi plus parfaite.

18 (4: Accueil de la Révélation par la foi) En reprenant les termes de Saint Paul, en particulier lintroduction de lEpitre aux Romains, le concile décrit la réponse de lhomme à Révélation comme « lobéissance de la foi. » Peut-être ce langage sonne-t-il désagréablement à nos oreilles, notre culture étant fort éprise de liberté et dindépendance... Mais il faut nous rappeler que le mot français « obéir », qui vient du latin, comme dailleurs le mot « exaucer », qui vient du grec, ne signifient pas autre chose que « écouter. » Nous voici ramenés à lappel lancé par Moïse au peuple de Dieu : « Ecoute, Israël ! Le Seigneur notre Dieu est le seul Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton être, de toute ta force... » (Dt 6,3), des paroles quaujourdhui encore les Israélites répètent chaque jour dans leur prière. Apprendre à écouter (Dieu ou les hommes)… beau programme !

19 (Révélation divine et connaissance naturelle de Dieu) 6. Par la Révélation divine, Dieu a voulu se manifester et se communiquer lui-même ainsi que manifester et communiquer les décrets éternels de sa volonté concernant le salut des hommes, « à savoir de leur donner part aux biens divins qui dépassent toute pénétration humaine de l'esprit ». Le saint Concile reconnaît que « Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine à partir des choses créées » (cf. Rom. 1, 20) ; mais il enseigne qu'on doit attribuer à la Révélation « le fait que les choses qui dans l'ordre divin ne sont pas de soi inaccessibles à la raison humaine, peuvent aussi, dans la condition présente du genre humain, être connues de tous, facilement, avec une ferme certitude et sans aucun mélange d'erreur.

20 (4: Révélation divine et connaissance naturelle de Dieu) Dei Verbum reprend ici lenseignement du concile Vatican 1 : Par sa seule raison lhomme peut parvenir à une certaine connaissance de Dieu, mais cette connaissance, il la trouve plus facicilement grâce à la Révélation; et surtout, grâce à la révélation, il entre dans le secret, dans le mystère de Dieu dune manière absolument impossible pour la raison humaine, selon le schéma suivant : Connaissance naturelle de Dieu Connaissance "surnaturelle" de Dieu (en tant qu'il est inaccessible) par la raison par la révélation

21 CHAPITRE II LA TRANSMISSION DE LA RÉVÉLATION DIVINE

22 Ch. 2. LA TRANSMISSION DE LA REVELATION DIVINE (7: Les apôtres et leurs successeurs, hérauts de l'Evangile) « Transmission », en latin, se dit « traditio ». Avec ce chapitre 2 de Dei Verbum, nous découvrons, ou nous redécouvrons, une idée de la tradition infiniment plus riche, plus dynamique, que ce que lon entend dordinaire par ce mot. Dans la diapo qui suit le texte du paragraphe 7 est présenté de manière à mettre en évidence les multiples aspects du développement de la tradition vivante qui aboutit à la rédaction du Nouveau Testament : Jésus, ses apôtres et les disciples des apôtres ; Les paroles, les actions, les institutions ; La Bonne Nouvelle du salut et léthique qui en découle Enseignement de Jésus avant Pâques et œuvre de lEsprit Saint après Pâques Ainsi se trouve esquissé un tableau du développement de tout le Nouveau Testament. Les diapos suivantes, extraites dun document de la Société des Ecoles du Dimanche, expriment ce processus avec beaucoup de clarté et dexactitude.

23 7. (Les apôtres et leurs successeurs, hérauts de l'Evangile) Cette Révélation donnée pour le salut de toutes les nations, Dieu, avec la même bienveillance, prit des dispositions pour qu'elle demeurât toujours en son intégrité et qu'elle fût transmise à toutes les générations. C'est pourquoi le Christ Seigneur, en qui s'achève toute la Révélation du Dieu très haut… - ayant accompli lui-même - et proclamé de sa propre bouche l Evangile d'abord promis par les prophètes, ordonna à ses apôtres de le prêcher à tous - comme la source de toute vérité salutaire - et de toute règle morale en leur communiquant les dons divins. Ce qui fut fidèlement accompli, tantôt par les apôtres, qui, - dans la prédication orale, - dans les exemples - et les institutions, transmirent, - soit ce qu'ils avaient appris de la bouche du Christ en vivant avec lui et en le voyant agir, - soit ce qu'ils tenaient des suggestions du Saint-Esprit, tantôt par ces apôtres et par des hommes de leur entourage, qui, sous l'inspiration du même Esprit-Saint, consignèrent par écrit le message de salut. »

24 7. (Les apôtres et leurs successeurs, hérauts de l'Evangile - suite) … Mais pour que l Evangile fût toujours gardé intact et vivant dans l'Eglise, les apôtres laissèrent comme successeurs les évêques, auxquels ils remirent leur propre fonction d'enseignement. Cette sainte Tradition et la Sainte Ecriture de l'un et l'autre Testament sont donc comme un miroir où l'Eglise en son cheminement terrestre contemple Dieu, dont elle reçoit tout jusqu'à ce qu'elle soit amenée à le voir face à face tel qu'il est (cf. 1 Jean 3, 2).

25

26

27 (La sainte Tradition) 8. C'est pourquoi la prédication apostolique, qui se trouve spécialement exprimée dans les livres inspirés, devait être conservée par une succession ininterrompue jusqu'à la consommation des temps. Les apôtres, transmettant donc ce qu'ils ont eux-mêmes reçu, engagent les fidèles à garder les traditions qu'ils ont apprises soit de vive voix soit par écrit (cf. 2 Thess. 2, 15) et à lutter pour la foi qui leur a été une fois pour toutes transmise (cf. Jude 3). Quant à la Tradition reçue des apôtres, elle comprend tout ce qui contribue à conduire saintement la vie du peuple de Dieu et à en augmenter la foi ; ainsi l'Eglise perpétue dans sa doctrine, sa vie et son culte et elle transmet à chaque génération, tout ce qu'elle est elle-même, tout ce qu'elle croit. »

28 (N° 7 & 8. La tradition…) De Jésus aux apôtres... des apôtres aux hagiographes (auteurs du N.T.)... et à leurs successeurs… (cf. le schéma de la formation du N. T.) Transmission, non seulement des paroles mais aussi des actions, des institutions et finalement de la vie tout entière de l'Eglise : cest en se donnant que lEglise met en relation avec Dieu qui se donne. Autrement dit, la révélation est bien autre chose quun simple enseignement, ou quune « doctrine ».

29 (8. La sainte Tradition - suite) … Cette Tradition qui vient des apôtres se poursuit dans l'Eglise, sous l'assistance du Saint-Esprit : en effet, la perception des choses aussi bien que des paroles transmises s'accroît, soit par la contemplation et l'étude des croyants qui les méditent en leur cœur (cf. Luc 2, 19 et 51), soit par l'intelligence intérieure qu'ils éprouvent des choses spirituelles, soit par la prédication de ceux qui, avec la succession épiscopale, reçurent un charisme certain de vérité. Ainsi l'Eglise, tandis que les siècles s'écoulent, tend constamment vers la plénitude de la divine vérité, jusqu'à ce que soient accomplies en elle les paroles de Dieu.

30 (N° 7 & 8 Le "développement" de la Tradition vivante: …) Grâce à la vie de toute l'Eglise, sous tous ses aspects (prière, réflexion, action, expérience intérieure de Dieu... ), le contenu réel de la révélation ("choses" et "paroles transmises") est de mieux en mieux « perçu ». Ce n'est donc pas la révélation qui s'accroît ou se modifie, mais la compréhension de celle-ci. Donc tout est contenu dans lEcriture… mais cest comme dans un noyau, une graine, une semence (reprenons ici cette image chère à Jésus). Tout larbre futur est contenu dans la graine, mais il faut encore quil développe ses branches et ses fleurs et ses fruits. De la même manière tout est contenu dans lEcriture, mais au fur et à mesure que sécoule la vie du monde et de lEglise, son message est de mieux en mieux reçu, de mieux en mieux « perçu », de mieux en mieux compris. Il déploie des significations quon nimaginait pas auparavant. Et cela à cause des circonstances diverses de la vie des hommes, à cause de la diversité des cultures humaines avec lesquelles lEvangile entre en dialogue, à cause de la prière, de la réflexion, de laction des chrétiens ; tout cela étant dû à laction de lEsprit Saint ; cest déjà ce que Jésus annonçait aux disciples la veille de sa mort (cf. diapo suivante).

31 Jn 14, : Je vous ai dit cela demeurant près de vous. Mais le Paraclet, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, celui-là vous enseignera tout et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. Jn 16,12-13 J'ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand viendra Celui-là, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière; en effet il ne parlera pas de lui-même, mais il dira ce qu'il entendra, et vous annoncera les choses à venir.

32 (8. La sainte Tradition - fin) … L'enseignement des saints Pères atteste la présence vivifiante de cette Tradition, dont les richesses passent dans la pratique et dans la vie de l'Eglise qui croit et qui prie. C'est cette même Tradition, qui fait connaître à l'Eglise la liste intégrale des Livres Saints (Canon de lAT et du NT : cf. ci-après) ; c'est elle aussi qui, dans l'Eglise, fait comprendre cette Ecriture Sainte et la rend continuellement opérante. Ainsi Dieu, qui parla jadis, ne cesse de converser avec l'Epouse de son Fils bien-aimé, et l'Esprit-Saint, par qui la voix vivante de l'Evangile retentit dans l'Eglise et, par l'Eglise, dans le monde, introduit les croyants dans la vérité tout entière et fait que la parole du Christ réside en eux avec toute sa richesse (cf. Col. 3,16).

33 LE CANON DE LANCIEN TESTAMENT A droite : l'ordre de la Bible latine, qui suit la Bible grecque. C'est l'ordre adopté par la Bible de Jérusalem. A gauche : l'ordre, plus ancien, de la Bible hébraïque, adopté, avec quelques modifications, par la TOB. (1) En italiques: livres qui sont seulement dans la bible grecque (2) « Petits prophètes » : Os, Jl, Am, Ab, Jon, Mi, Na, Ha, So, Ag, Za, Ml

34 Résumé sur la formation du canon du Nouveau Testament (cf. introduction de la Traduction Œcuménique de la Bible) Pour les chrétiens de la première génération, deux instances : les Ecritures (AT) et « le Seigneur » (message de Jésus rapporté par les Apôtres) Au II° siècle, formation progressive dun corpus... En particulier les lettres de Paul sont rassemblées en une collection. Réaction provoquée par lintervention de Marcion (+ 160) qui voulait expurger du NT toute référence à lAT. Œuvre dIrénée (entre autres), qui insiste sur lautorité apostolique comme fondement de la canonicité des Évangiles. Au seuil du III° siècle, le « Canon de Muratori » (document latin, Milan) contient déjà : les quatre Évangiles, les Actes, treize lettres de Paul, la première de Pierre et la première de Jean. Constitution définitive (à peu de choses près) du Canon au IV° siècle.

35 ( Le rapport réciproque entre la Tradition et l'Ecriture) 9. La sainte Tradition et la Sainte Écriture sont donc reliées et communiquent étroitement entre elles. Car toutes deux, jaillissant d'une source divine identique, ne forment pour ainsi dire qu'un tout et tendent à une même fin. En effet, la Sainte Écriture est la parole de Dieu en tant que, sous l'inspiration de l'Esprit divin, elle est consignée par écrit ; quant à la sainte Tradition, elle porte la parole de Dieu, confiée par le Christ Seigneur et par l'Esprit Saint aux Apôtres, et la transmet intégralement à leurs successeurs, pour que, illuminés par l'Esprit de vérité, en la prêchant, ils la gardent, l'exposent et la répandent avec fidélité : il en résulte que l'Eglise ne tire pas de la seule Écriture Sainte sa certitude sur tous les points de la Révélation. C'est pourquoi l'une et l'autre doivent être reçues et vénérées avec un égal sentiment d'amour et de respect.

36 ( 10. Tradition, Ecriture, peuple de Dieu et magistère) 10. La sainte Tradition et la Sainte Écriture constituent un unique dépôt sacré de la parole de Dieu, confié à l'Eglise ; en s'attachant à lui, le peuple saint tout entier uni à ses pasteurs reste assidûment fidèle à lenseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières (cf. Ac. 2, 42 grec), si bien que, dans le maintien, la pratique et la confession de la foi transmise, s'établit, entre pasteurs et fidèles, une singulière unité d'esprit. La charge d'interpréter de façon authentique la parole de Dieu, écrite ou transmise, a été confiée au seul magistère vivant de l'Eglise dont l'autorité s'exerce au nom de Jésus-Christ. Pourtant, ce magistère n'est pas au-dessus de la parole de Dieu, mais il la sert, n'enseignant que ce qui fut transmis, puisque par mandat de Dieu, avec l'assistance de l'Esprit Saint, il écoute cette Parole avec amour, la garde saintement et l'expose aussi avec fidélité, et puise en cet unique dépôt de la foi tout ce qu'il propose à croire comme étant révélé par Dieu. Il est donc clair que la sainte Tradition, la sainte Écriture et le magistère de l'Eglise, par une très sage disposition de Dieu, sont tellement reliés et solidaires entre eux qu'aucune de ces réalités ne subsiste sans les autres, et que toutes ensemble, chacune à sa façon, sous l'action du seul Esprit Saint, contribuent efficacement au salut des âmes.

37 (9 & 10. Ecriture, Tradition et magistère) Les paragraphes 9 et 10 situent lune par rapport à lautre lEcriture et la tradition, mais en insistant sur leur unité. Elles ne constituent pas deux sources séparées de la Révélation mais sont unies dès lorigine. On pourrait, me semble-t-il, prendre la comparaison dun corps où le squelette donne structure et solidité (lEcriture) tandis que la chair et tout le reste permet au corps dêtre vivant. Lun et lautre, ensemble, constituent un corps vivant. Le paragraphe 10 décrit aussi le rôle du magistère, qui a la charge de garantir la bonne interprétation de lEcriture, mais en insistant sur le fait que le magistère – bien loin dêtre en position dominante – se situe comme un serviteur de la Parole.

38 CHAPITRE III L'INSPIRATION DE LA SAINTE ÉCRITURE ET SON INTERPRÉTATION

39 (Inspiration et vérité de la Sainte Ecriture) 11. La vérité divinement révélée, que contiennent et présentent les livres de la Sainte Ecriture, y a été consignée sous l'inspiration de l'Esprit- Saint. Notre sainte Mère l'Eglise, de par sa foi apostolique, juge sacrés et canoniques tous les livres tant de l'Ancien que du Nouveau Testament, avec toutes leurs parties, puisque, rédigés sous l'inspiration de l'Esprit- Saint (cf. Jean 20, 31 ; 2 Tim. 3, 16 ; 2 Pierre 1,19-21 ; 3,15-16), Ils ont Dieu pour auteur et qu'ils ont été transmis comme tels à l'Eglise elle- même. En vue de composer ces livres sacrés, Dieu a choisi des hommes auxquels il eut recours dans le plein usage de leurs facultés et de leurs moyens, pour que, lui-même agissant en eux et par eux, ils missent par écrit, en vrais auteurs, tout ce qui était conforme à son désir, et cela seulement. Dès lors, puisque toutes les assertions des auteurs inspirés ou hagiographes doivent être tenues pour assertions de l'Esprit-Saint, il faut déclarer que les livres de l'Ecriture enseignent fermement, fidèlement et sans erreur la vérité que Dieu pour notre salut a voulu voir consignée dans les Lettres sacrées. C'est pourquoi « toute Ecriture inspirée de Dieu est utile pour enseigner, réfuter, redresser, former à la justice, afin que l'homme de Dieu se trouve accompli, équipé, pour toute œuvre bonne » (2 Tim. 3,16-17 grec). »

40 (11. Inspiration et vérité de la Sainte Ecriture) Dei Verbum commence ici à expliquer ce quest linspiration divine de lEcriture. Cest finalement un mystère comparable à celui de lIncarnation : Jésus vrai Dieu et vrai homme. Dire que lEcriture est « inspirée », quelle est la Parole de Dieu, cest dire que Dieu en est réellement lauteur. Mais en même temps, lEcriture est authentiquement parole humaine. Il ne faut pas concevoir linspiration (comme on la fait souvent), de manière purement mécanique, Dieu dictant à tel prophète ou à tel saint les mots quils devaient écrire… Ces hommes ont écrit en vrais auteurs, à partir de leur culture, de leur expérience, de leur méditation, de leur prière. Ce paragraphe répond aussi (en trois mots !) à une question qui a fait couler beaucoup dencre : la question de l « inerrance » de lEcriture, cest-à-dire le fait quelle ne contienne pas derreur. Le texte le dit clairement : la Bible ne contient pas derreur ! Mais alors… ??? On croit entendre toutes les objections faisant état de contradictions entre la Bible et les sciences daujourdhui, astrophysique, paléontologie, archéologie, etc. etc. La Bible ne contient aucune erreur en ce qui concerne son objet, à savoir « notre salut ». Elle a été écrite uniquement pour nous révéler Dieu et pour nous faire entrer en relation avec lui, ce qui est la condition de la réussite, du bonheur de lhomme (rappelons nous ce que nous disions en lisant le préambule). Cest par rapport à cet objet que la Bible ne contient aucune erreur. Quant aux sciences que nous évoquions à linstant, elles soccupent dune foule de questions très intéressantes, et sen occupent en général très bien… mais ces questions nont rien à voir avec le propos et la vérité de lEcriture Sainte.

41 (Comment interpréter l'Ecriture) 12. Cependant, puisque Dieu, dans la Sainte Ecriture, a parlé par des hommes à la manière des hommes, il faut que l'interprète de la Sainte Ecriture, pour voir clairement ce que Dieu lui-même a voulu nous communiquer, cherche avec attention ce que les hagiographes ont vraiment voulu dire et ce quil a plu à Dieu de faire passer par leurs paroles. « Ce que les hagiographes ont vraiment voulu dire » désigne ce quon appelle le sens littéral de lEcriture. « Ce quil a plu à Dieu de faire passer par leurs paroles » Désigne ce quon appelle le sens plénier de lEcriture.

42 12. (Comment interpréter l'Ecriture - suite) … Pour découvrir l'intention des hagiographes (sens « littéral » de lEcriture), on doit, entre autres choses, considérer aussi les « genres littéraires ». Car c'est de façon bien différente que la vérité se propose et s'exprime en des textes diversement historiques, en des textes, ou prophétiques, ou poétiques, ou même en d'autres genres d'expression. Il faut, en conséquence, que l'interprète cherche le sens que l'hagiographe, en des circonstances déterminées, dans les conditions de son temps et l'état de sa culture, employant les genres littéraires alors en usage, entendait exprimer et a, de fait, exprimé. En effet, pour vraiment découvrir ce que l'auteur sacré a voulu affirmer par écrit, on doit tenir un compte exact soit des manières natives de sentir, de parler ou de raconter courantes au temps de l'hagiographe, soit de celles qu'on utilisait ça et là à cette époque dans les rapports humains.

43 (12. Sens littéral de lEcriture : les genres littéraires) « C'est de façon bien différente que la vérité se propose et s'exprime en des textes diversement historiques, en des textes, ou prophétiques, ou poétiques, ou même en d'autres genres d'expression. » Cette phrase exprime une réalité finalement assez simple et que tout le monde connait bien et cependant, quand il sagit de la Bible, la plupart des gens veulent absolument ignorer cela. Tout le monde sait quon ne lit pas de la même manière une carte postale ou un procès verbal, un texte de loi ou un roman, un traité de philosophie ou une chanson damour, un missel ou le compte-rendu dun match de foot… les « lois du genre », comme on dit, ne sont pas les mêmes. Eh bien la Bible, bibliothèque de tout un peuple, au long dune histoire de nombreux siècles, montre une diversité plus grande encore ! Il nest donc pas raisonnable de lire ces textes comme sils avaient été écrits dans un genre unique, à savoir une sorte de chronique historique, et comme sils avaient été rédigés en fonction de notre culture daujourdhui… (cest ce quon appelle le fondamentalisme). Chaque livre de la Bible exprime à sa manière, dans le genre qui lui est propre, dans des circonstances et dans un but déterminés, une vérité qui lui est propre. Et dune façon ou dune autre cela se rapporte à la question de notre salut. Ce rapport peut dailleurs être très direct (par exemple dans des discours de Jésus ou de tel ou tel prophète) ou au contraire très lointain (par exemple dans les descriptions de péripéties politiques dun recoin de lhistoire dIsraël). Pour bien comprendre ces textes, il est utile (mais cest plutôt laffaire des spécialistes) de comprendre ainsi chaque texte dans son contexte. Cependant, ce nest pas là le dernier mot de la révélation…

44 12. (Comment interpréter l'Ecriture - fin) Cependant, puisque la Sainte Ecriture doit être lue et interprétée à la lumière du même Esprit qui la fit rédiger, il ne faut pas, pour découvrir exactement le sens des textes sacrés, porter une moindre attention au contenu et à l'unité de toute l'Ecriture (sens « plénier » de lEcriture), eu égard à la Tradition vivante de toute l'Eglise et à l'analogie de la foi. Il appartient aux exégètes de s'efforcer, suivant ces règles, de pénétrer et d'exposer plus profondément le sens de la Sainte Ecriture, afin que, par leurs études en quelque sorte préparatoires, mûrisse le jugement de l'Eglise. Car tout ce qui concerne la manière d'interpréter l'Ecriture est finalement soumis au jugement de l'Eglise, qui exerce le ministère et le mandat divinement reçus de garder la parole de Dieu et de linterpréter.

45 (12. Sens plénier de lEcriture) LEcriture ne livre son dernier mot que comprise dans son unité. Malgré sa diversité, elle constitue un ensemble et un ensemble organisé. Cest le projet de Dieu, ou – autre manière de dire la même chose – laction de lEsprit Saint dun bout à lautre de lhistoire du salut, qui forme son unité. Et cette unité a un cœur, un centre, un sommet : Jésus, sa vie, sa mort, sa résurrection (rappelons-nous le schéma en « X » que nous avons vu à propos du paragraphe 3). Cest Jésus et lévénement pascal qui sont le centre unificateur et la clé dinterprétation de toute lEcriture, le passage obligé pour comprendre la révélation. Cette remarque est essentielle pour échapper à des difficultés du genre : « On peut faire dire nimporte quoi à un texte en général et plus encore à la Bible dont les textes sont si divers et quelquefois même contradictoires ! » Eh bien cela est faux. On ne peut pas faire dire nimporte quoi à un Dieu qui se révèle en son Fils, un Fils qui sur la croix nous dit son amour « jusquau bout » (Jn 13,2 ; 15,13) et rejoint les derniers des derniers pour que tous soient sauvés. Qui lit lEcriture, toute lEcriture, avec cette clé dinterprétation, y découvrira toujours des significations nouvelles et plus profondes.

46 (La condescendance de Dieu) 13. Dans la Sainte Écriture, la vérité et la sainteté de Dieu restant toujours sauves, se manifeste donc la « condescendance » merveilleuse de la Sagesse éternelle « pour que nous apprenions l'ineffable bienveillance de Dieu et à quel point aussi, dans ses soins prévenants pour notre nature, il a adapté son langage ». En effet, les paroles de Dieu, passant par les langues humaines, ont pris la ressemblance du langage des hommes, de même que jadis le Verbe du Père éternel, ayant pris l'infirmité de notre chair, est devenu semblable aux hommes.

47 CHAPITRE IV L'ANCIEN TESTAMENT

48 (L'histoire du salut dans les livres de l'Ancien Testament) 14. Dieu, projetant et préparant en la sollicitude de son amour extrême le salut de tout le genre humain, se choisit, selon une disposition particulière, un peuple auquel confier les promesses. En effet, une fois conclue l'Alliance avec Abraham (cf. Gen. 15, 18) et, par Moïse, avec le peuple d'Israël (cf. Ex. 24,8), Dieu se révéla, en paroles et en actes, au peuple de son choix, comme l'unique Dieu véritable et vivant ; de ce fait, Israël fit l'expérience des « voies » de Dieu vers les hommes, et, Dieu lui-même parlant par les prophètes, il en acquit une intelligence de jour en jour plus profonde et plus claire, et en porta un témoignage grandissant parmi les nations (cf. Ps. 21, ; 95, 1-3 ; Isaïe 2, 1-4 ; Jér. 3, 17 – cf. diapo. suivante ). L'économie du salut, annoncée d'avance, racontée et expliquée par les auteurs sacrés, apparaît donc dans les livres de l'Ancien Testament comme la vraie parole de Dieu ; c'est pourquoi ces livres divinement inspirés conservent une valeur impérissable : « Car tout ce qui a été écrit, l'a été pour notre instruction, afin que par la patience et la consolation venant des Ecritures, nous possédions l'espérance » (Rom. 15, 4). (Dieu se choisit un peuple… cf. ce que nous avons vu au paragraphe N° 3 : Préparation de la Révélation évangélique)

49 « un témoignage grandissant parmi les nations » Ps 21, : La terre tout entière se souviendra et reviendra vers le SEIGNEUR ; toutes les familles des nations se prosterneront devant sa face: Au SEIGNEUR, la royauté ! Il domine les nations. Psaumes 96, 1-3 : Chantez au SEIGNEUR un chant nouveau, chantez au SEIGNEUR, terre entière; chantez au SEIGNEUR, bénissez son Nom ! Proclamez son salut de jour en jour ; annoncez sa gloire parmi les nations, ses merveilles parmi tous les peuples ! Isaïe 2, 1-4 : Ce que vit Esaïe fils d'Amoç, au sujet de Juda et de Jérusalem. Il arrivera dans l'avenir que la montagne de la Maison du SEIGNEUR sera établie au sommet des montagnes et dominera sur les collines. Toutes les nations y afflueront. Des peuples nombreux se mettront en marche et diront: " Venez, montons à la montagne du SEIGNEUR, à la Maison du Dieu de Jacob. Il nous montrera ses chemins et nous marcherons sur ses routes. " Oui, c'est de Sion que vient l'instruction et de Jérusalem la parole du SEIGNEUR. Il sera juge entre les nations, l'arbitre de peuples nombreux. Martelant leurs épées, ils en feront des socs, de leurs lances ils feront des serpes. On ne brandira plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à se battre. Jérémie 3, 17 : A ce moment-là, on appellera Jérusalem " Trône du SEIGNEUR " ; toutes les nations conflueront vers elle à cause du nom du SEIGNEUR donné à Jérusalem ; elles ne persisteront pas dans leur entêtement exécrable.

50 (Importance de l'Ancien Testament pour les chrétiens) 15. L'économie de l'Ancien Testament avait pour raison d'être majeure de préparer l'avènement du Christ Sauveur du monde, et de son royaume messianique, d'annoncer prophétiquement cet avènement (cf. Luc 24, 44 ; Jean 5, 39 ; 1 Pierre 1, 10) et de le signifier par diverses figures (cf. 1 Cor. 10, 11). Compte tenu de la situation humaine qui précède le salut instauré par le Christ, les livres de l'Ancien Testament permettent à tous de connaître qui est Dieu et qui est l'homme, non moins que la manière dont Dieu dans sa justice et sa miséricorde agit avec les hommes. Ces livres, bien qu'ils contiennent de l'imparfait et du caduc, sont pourtant les témoins d'une véritable pédagogie divine. C'est pourquoi les chrétiens doivent les accepter avec vénération : en eux s'exprime un vif sens de Dieu ; en eux se trouvent de sublimes enseignements sur Dieu, une bienfaisante sagesse sur la vie humaine, d'admirables trésors de prières ; en eux enfin se tient caché le mystère de notre salut.

51 (15. Importance de lAncien Testament pour les chrétiens) Dieu, dans la Bible, et dès lAncien Testament, nous révèle non seulement qui il est, lui, mais aussi, tout autant qui est lhomme. De ce point de vue aussi, la Bible est livre de vie pour toute lhumanité. Nous notions, à propos du paragraphe N° 12, la très grande diversité des livres bibliques et le fait quil est nécessaire de situer chaque texte dans son contexte historique. Il nest donc pas étonnant que certains éléments de ces écrits apparaissent aujourdhui « imparfaits ou caducs », par exemple marqués par une grande violence, ou par une vision encore fruste de la divinité et de lhumanité. La révélation, la découverte de Dieu et de lhomme sest effectuée dans une longue progression, dans un lent cheminement vers son sommet : Jésus et lévénement pascal.

52 (L'unité des deux Testaments) 16. Inspirateur et auteur des livres de l'un et l'autre Testament, Dieu les a en effet sagement disposés de telle sorte que le Nouveau soit caché dans l'Ancien et que, dans le Nouveau, l'Ancien soit dévoilé. Car, encore que le Christ ait fondé dans son sang la Nouvelle Alliance, (cf. Luc 22, 20 ; 1 Cor. 11, 25), néanmoins les livres de l'Ancien Testament, intégralement repris dans le message évangélique atteignent et montrent leur complète signification dans le Nouveau Testament (cf. Mat. 5,17 ; Luc 24, 27 ; Rom. 16, ; 2 Cor. 3, 14-16), auquel ils apportent en retour lumière et explication.

53 (16. Unité des deux testaments) Ancien et Nouveau Testament séclairent mutuellement. Et le croyant en découvre le sens dans une sorte de va-et-vient entre lune et lautre. En fait, contrairement à ce quon imagine quelquefois. Il est absolument impossible de faire connaissance avec Jésus et de recevoir son message si lon ignore lhistoire de son peuple, tout ce qui a fait sa culture, sa religion, la façon dont lhomme-Jésus pensait, parlait, priait… Et cest tout cela que nous apprend lAncien Testament.

54 CHAPITRE V LE NOUVEAU TESTAMENT

55 (Excellence du Nouveau Testament) 17. La parole de Dieu, qui est une force divine pour le salut de tout croyant (cf. Rom. 1,16), se présente dans les écrits du Nouveau Testament et sa puissance s'y manifeste de façon singulière. Dès que fut venue, en effet, la plénitude des temps (cf. Gal. 4, 4), le Verbe de Dieu s'est fait chair, et il a habité parmi nous plein de grâce et de vérité (cf. Jean 1, 14). Le Christ a instauré le règne de Dieu sur terre ; par gestes et paroles, il a révélé et son Père et lui-même ; par sa mort, sa résurrection, son ascension glorieuse et par l'envoi de l'Esprit-Saint, il a parachevé son œuvre. Elevé de terre, il attire à lui tous les hommes (cf. Jean 12, 32 grec), lui qui seul possède les paroles de la vie éternelle (cf. Jean 6, 68). Mais ce mystère n'a pas été dévoilé aux autres générations comme il l'a été désormais dans l'Esprit-Saint à ses saints apôtres et prophètes (cf. Eph. 3, 4-6 grec), afin qu'ils prêchent l'Evangile, qu'ils suscitent la foi en Jésus, le Christ et le Seigneur, et qu'ils rassemblent son Eglise. De ces faits, les écrits du Nouveau Testament présentent un témoignage permanent et divin.

56 (17. Excellence du Nouveau Testament) Notons cette définition de lEvangile, assez surprenante si lon y pense, que St Paul donne au début de lEpître aux Romains : il est « force », « dynamisme » qui vient de Dieu pour le salut du croyant, cest-à-dire tout simplement de celui qui veut bien laccueillir. Notons aussi que dès les premières pages de lEvangile, par exemple en Mc 1,15, la mission de Jésus se trouve ainsi résumée ; il proclame cette Bonne Nouvelle : « les temps sont accomplis, le Règne de Dieu sest fait proche… » Mais en quoi consiste ce Règne de Dieu, autrement dit comment les choses se passent-elles quand cest Dieu qui est roi ? Nous trouvons une réponse très précise dans le Ps 146 (diapo. Suivante). Cest en quelque sort de programme de Jésus qui se trouve ici exposé.

57 Psaume 145 (146) 1 Alléluia ! Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur ! 2Je veux louer le Seigneur tant que je vis, chanter mes hymnes pour mon Dieu tant que je dure. 3 Ne comptez pas sur les puissants, des fils d'homme qui ne peuvent sauver ! 4 Leur souffle s'en va : ils retournent à la terre ; et ce jour-là, périssent leurs projets. 5 Heureux qui s'appuie sur le Dieu de Jacob, qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu, 6lui qui a fait le ciel et la terre et la mer et tout ce qu'ils renferment ! Il garde à jamais sa fidélité, 7il fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain ; le Seigneur délie les enchaînés. 8Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes, 9Le Seigneur protège l'étranger. Il soutient la veuve et l'orphelin, il égare les pas du méchant. 10 D'âge en âge, le Seigneur régnera : ton Dieu, ô Sion, pour toujours

58 (L'origine apostolique des Évangiles) 18. II n'échappe à personne qu'entre toutes les Écritures, même celles du Nouveau Testament, les Évangiles possèdent une supériorité méritée, en tant qu'ils constituent le témoignage par excellence sur la vie et sur l'enseignement du Verbe incarné, notre Sauveur. Toujours et partout l'Eglise a tenu et tient l'origine apostolique des quatre Évangiles. Ce que les apôtres, en effet, sur l'ordre du Christ, ont prêché, par la suite eux-mêmes et des hommes de leur entourage nous l'ont, sous l'inspiration divine de l'Esprit, transmis dans des écrits qui sont le fondement de la foi, à savoir, l'Évangile quadriforme selon Matthieu, Marc, Luc et Jean.

59 (18. L'origine apostolique des Évangiles) Lorigine « apostolique » des quatre Evangiles de Matthieu, de Marc, de Luc et de Jean, cela signifie ceci : Ce qui les qualifie comme canoniques, ce qui fait que lEglise les considère comme Parole de Dieu, cest leur lien aux apôtres de Jésus. En schématisant un peu on pourrait dire : « Quand on eut fini de mettre par écrit les témoignages de ceux qui ont vécu avec Jésus, tout a été dit. » (Dautres écrits, quelquefois fort respectables et édifiants, nont pas été retenus dans le Canon, parce quon ne pouvait les rattacher à un des apôtres) Dans les deux paragraphes suivants : 19. « Leur caractère historique » et 20. « Les autres écrits du Nouveau Testament », nous retrouvons le thème de la formation du Nouveau Testament déjà abordé au chapitre II : « La transmission de la révélation divine ».

60 (Leur caractère historique) 19. Notre sainte Mère l'Eglise a tenu et tient fermement et avec la plus grande constance, que ces quatre Evangiles, dont elle affirme sans hésiter l'historicité, transmettent fidèlement ce que Jésus le Fils de Dieu, durant sa vie parmi les hommes, a réellement fait et enseigné pour leur salut éternel, jusqu'au jour où il fut enlevé au ciel (cf. Act. 1, 1-2). En effet, ce que le Seigneur avait dit et fait, les apôtres après son Ascension le transmirent à leurs auditeurs avec cette intelligence plus profonde des choses dont eux-mêmes, instruits par les événements glorieux du Christ et éclairés par la lumière de l'Esprit de vérité, jouissaient. Les auteurs sacrés composèrent donc les quatre Evangiles, choisissant certains des nombreux éléments transmis soit oralement soit déjà par écrit, rédigeant un résumé des autres, ou les expliquant en fonction de la situation des Eglises, gardant enfin la forme d'une prédication, de manière à nous livrer toujours sur Jésus des choses vraies et sincères. Que ce soit, en effet, à partir de leur propre mémoire et de leurs souvenirs, ou à partir du témoignage de ceux qui « furent dès le début témoins oculaires et serviteurs de la Parole », ils composèrent leurs écrits dans le but de nous faire éprouver la « solidité » des enseignements que nous avons reçus (cf. Luc 1, 2-4).

61 (Les autres écrits du Nouveau Testament) 20. Le canon du Nouveau Testament, outre les quatre Evangiles, comprend aussi les épîtres de saint Paul et les autres écrits apostoliques, composés sous l'inspiration de l'Esprit-Saint ; ces écrits, selon les sages dispositions de Dieu, confirment ce qui touche au Christ Notre Seigneur, présentent sa doctrine authentique avec des précisions toujours plus grandes, font connaître aux hommes l'œuvre divine du Christ avec sa puissance de salut, racontent les débuts de l'Eglise et son admirable diffusion, et annoncent par avance sa glorieuse consommation. Le Seigneur Jésus en effet comme il l'avait promis, assista ses apôtres (cf. Mal. 28, 20) et il leur envoya l'Esprit consolateur qui devait les introduire dans la plénitude de la vérité (cf. Jean 16, 13).

62 CHAPITRE VI LA SAINTE ÉCRITURE DANS LA VIE DE LEGLISE

63 (Importance de la Sainte Ecriture pour lEglise) 21. L'Eglise a toujours vénéré les divines Ecritures, comme elle l'a toujours fait aussi pour le Corps même du Seigneur, elle qui ne cesse pas, surtout dans la sainte liturgie, de prendre le pain de vie sur la table de la parole de Dieu et sur celle du Corps du Christ, pour l'offrir aux fidèles. Toujours elle eut et elle a pour règle suprême de sa foi les Ecritures, conjointement avec la sainte Tradition, puisque, inspirées par Dieu et consignées une fois pour toutes par écrit, elles communiquent immuablement la parole de Dieu lui-même et font résonner dans les paroles des prophètes et des apôtres la voix de l'Esprit-Saint. Il faut donc que toute la prédication ecclésiastique, comme la religion chrétienne elle-même, soit nourrie et régie par la Sainte Ecriture. Dans les Saints Livres, en effet, le Père qui est aux cieux vient avec tendresse au-devant de ses fils el entre en conversation avec eux ; or, la force et la puissance que recèle la parole de Dieu sont si grandes qu'elles constituent, pour l'Eglise, son point d'appui et sa vigueur et, pour les enfants de l'Eglise, la force de leur foi, la nourriture de leur âme, la source pure et permanente de leur vie spirituelle. Dès lors ces mots s'appliquent parfaitement à la Sainte Ecriture : « Elle est vivante donc et efficace la parole de Dieu » (Héb. 4, 12), « qui a le pouvoir d'édifier et de donner l'héritage avec tous les sanctifiés » (Act. 20, 32 ; 1 Thess. 2,13).

64 (21. Importance de la Sainte Ecriture pour lEglise) Ce paragraphe 21 est motivé par le risque d'un moindre respect, de la part des catholiques, à l'égard de l'Ecriture qu'à l'égard de l'eucharistie : naguère, il est vrai, à la messe, la liturgie de la parole était moins mise en valeur, paraissait moins importante que la liturgie eucharistique. Le "Pain de Vie" se trouve également "à la table de la Parole" (cf. Jn 6,63.68) et "à la table du Corps du Christ" (cf. Jn 6,51) : Complémentarité du signe sensible qui manifeste le don de vie et de la parole qui s'adresse à l'intelligence et à la liberté. De même que lon parle de « présence réelle » à propos du corps et du sang du Christ, on peut à juste titre parler de présence réelle au sujet de lEvangile. Les derniers paragraphes de la constitution, de tonalité plus pastorale, ne demandent pas de grand commentaire, non pas quils soient de peu dimportance; au contraire ils sont essentiels ! Mais ils ne sont pas difficiles à comprendre.

65 (Nécessité des différentes versions et traductions) 22. II faut que l'accès à la Sainte Ecriture soit largement ouvert aux chrétiens. Pour cette raison l'Eglise, dès le commencement, fit sienne cette antique version grecque de l'Ancien Testament, appelée des Septante; elle tient toujours en honneur les autres versions, orientales et latines, principalement celle qu'on nomme la Vulgate. Comme la parole de Dieu doit être à la disposition de tous les temps, l'Eglise, avec une sollicitude maternelle, veille à ce que des traductions appropriées et exactes soient faites dans les diverses langues, de préférence à partir des textes originaux des Livres Sacrés. S'il se trouve que pour une raison d'opportunité et avec l'approbation des autorités ecclésiastiques ces traductions soient le fruit d'une collaboration avec des frères séparés, elles pourront être utilisées par tous les chrétiens. (Cf. la Traduction Œcuménique de la Bible)

66 (La tâche apostolique des théologiens catholiques) 23. L'Epouse du Verbe incarné, l'Eglise, instruite par le Saint-Esprit, s'efforce d'acquérir une intelligence chaque jour plus profonde des Saintes Ecritures, pour offrir continuellement à ses enfants la nourriture de la parole divine ; aussi favorise-t-elle également à bon droit l'étude des saints Pères, tant d'Orient que d'Occident, et celle des saintes liturgies. Il faut que les exégètes catholiques et tous ceux qui s'adonnent à la théologie sacrée, unissant activement leurs forces, s'appliquent, sous la vigilance du magistère sacré, et en utilisant des moyens adaptés, à si bien scruter et à si bien présenter les divines Lettres, que le plus grand nombre possible de serviteurs de la parole divine soient à même de fournir utilement au peuple de Dieu l'aliment scripturaire, qui éclaire les esprits, affermit les volontés et embrase d'amour de Dieu le cœur des hommes. Le saint Concile encourage fortement les fils de l'Eglise qui se consacrent aux sciences bibliques, à poursuivre jusqu'au bout le travail heureusement entrepris, avec une énergie chaque jour rénovée, une ardeur totale, et conformément au sens de l'Eglise.

67 (Ecriture Sainte et théologie) 24. La théologie sacrée s'appuie sur la parole de Dieu écrite, inséparable de la sainte Tradition, comme sur un fondement permanent ; en elle aussi elle se fortifie, s'affermit et se rajeunit toujours, tandis qu'elle scrute, sous la lumière de la foi, toute la vérité, qui se puise cachée dans le mystère du Christ. Les Saintes Écritures contiennent la parole de Dieu et, puisqu'elles sont inspirées, elles sont vraiment cette parole ; que l'étude de la Sainte Écriture soit donc pour la sacrée théologie comme son âme. Que le ministère de la parole, qui comprend la prédication pastorale, la catéchèse, et toute l'instruction chrétienne, où l'homélie liturgique doit avoir une place de choix, trouve, lui aussi, dans cette même parole de l'Écriture, une saine nourriture et une sainte vigueur.

68 (Recommandation de la lecture de l'Ecriture Sainte) 25. C'est pourquoi tous les clercs, en premier lieu les prêtres du Christ, et tous ceux qui vaquent normalement, comme diacres ou comme catéchistes, au ministère de la parole, doivent, par une lecture spirituelle assidue et par une étude approfondie, s'attacher aux Écritures, de peur que l'un d'eux ne devienne « un vain prédicateur de la parole de Dieu au-dehors, lui qui ne l'écouterait pas au-dedans de lui », alors qu'il doit faire part aux fidèles qui lui sont confiés, spécialement au cours de la sainte liturgie, des richesses sans mesure de la parole divine. De même le saint Concile exhorte de façon insistante et spéciale tous les chrétiens, et notamment les membres des ordres religieux, à apprendre, par la lecture fréquente des divines Ecritures, « la science éminente de Jésus-Christ » (Phil. 3, 8). « En effet, l'ignorance des Ecritures, c'est l'ignorance du Christ ». Que volontiers donc ils abordent le texte sacré lui-même, soit par la sainte liturgie imprégnée des paroles de Dieu, soit par une pieuse lecture, soit par des cours appropriés et par d'autres moyens qui, avec l'approbation et par les soins des pasteurs de l'Eglise, se répandent partout de nos jours d'une manière digne d'éloges. Qu'ils se rappellent aussi que la prière doit aller de pair avec la lecture de la Sainte Écriture, pour que s'établisse le dialogue entre Dieu et l'homme, car « nous lui parlons quand nous prions, mais nous l'écoutons quand nous lisons les oracles divins ». …

69 (25. Recommandation de la lecture de l'Ecriture Sainte - suite) … Il revient aux évêques « dépositaires de la doctrine apostolique » d'apprendre de manière convenable aux fidèles qui leur sont confiés, à faire un usage correct des Livres divins, surtout du Nouveau Testament et en tout premier lieu des Évangiles, grâce à des traductions des textes sacrés ; celles-ci seront munies des explications nécessaires et vraiment suffisantes, afin que les enfants de l'Eglise fréquentent les Écritures sacrées avec sécurité et profit, et s'imprègnent de leur esprit. De plus, que l'on fasse à l'usage des non-chrétiens eux-mêmes, des éditions de l'Écriture Sainte, annotées comme il faut et adaptées à la situation des destinataires ; que, de toute manière, pasteurs d'âmes et chrétiens, quel que soit leur état, veillent à les diffuser judicieusement.

70 (Epilogue) 26. Ainsi donc, que par la lecture et l'étude des Livres saints « la Parole de Dieu accomplisse sa course et soit glorifiée » (2 Thess. 3, 1), et que le trésor de la révélation confié à l'Eglise comble de plus en plus le cœur des hommes. De même que l'Eglise reçoit un accroissement de vie par la fréquentation assidue du mystère eucharistique, ainsi peut-on espérer qu'un renouveau de vie spirituelle jaillira d'une vénération croissante pour la parole de Dieu, qui « demeure à jamais » (Isaïe 40, 8 ; cf. 1 Pierre 1, 23-25).


Télécharger ppt "DEI VERBUM Texte… commentaires… et citations bibliques."

Présentations similaires


Annonces Google