La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Faculté déducation EDU 5671 Le counselling: théories et pratique I Semaine 6, 7 et 8 : Les approches axées sur la cognition I La théorie de Beck André

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Faculté déducation EDU 5671 Le counselling: théories et pratique I Semaine 6, 7 et 8 : Les approches axées sur la cognition I La théorie de Beck André"— Transcription de la présentation:

1

2 Faculté déducation EDU 5671 Le counselling: théories et pratique I Semaine 6, 7 et 8 : Les approches axées sur la cognition I La théorie de Beck André Samson, Ph.D., c.o. Professeur

3 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck Plan de la présentation Introduction générale 1. Développement de la thérapie cognitive 1.1 Aaron Beck 1.2 Les sources théoriques 1.3 De la psychanalyse à lapproche cognitive 2. Les influences théoriques 2.1 Beck et les sciences cognitives 2.2 Beck et Albert Ellis

4 Plan de la présentation 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.1 Recherches du Beck Institute of cognitive therapy 3.2 Le modèle cognitif 3.3 Les distorsions cognitives 3.4 Les pensées automatiques 3.5 Les croyances individuelles 3.6 Les schémas cognitifs 4. Synthèse schématique Conclusion : Le cognitivisme est avant tout une science de la pensée Bibliographie et ressources

5 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck Aaron Beck: Fondateur de lapproche cognitive « Nos pensées colorent nos sentiments »

6 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck Introduction Lutilisation de lapproche cognitive sétend constamment depuis 25 ans. À linstar des lapproches centrée sur la personne et existentielle, lapproche cognitive tire ses racines de la phénoménologie. La thérapie cognitive se fonde sur la signification que les gens accordent à leurs expériences, et ce, à partir de leurs système de croyances. Selon les tenants de cette approche l'évaluation cognitive d'une situation détermine les émotions et les comportements. En conséquence, cette approche vise à modifier la cognition ou les système de croyances dysfonctionnels.

7 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 1. Développement de la thérapie cognitive 1.1 Aaron Beck Lapproche cognitive en psychothérapie est associée aux travaux du psychiatre américain Aaron Beck. Né en 1921, Beck était le cinquième et dernier enfant de Harry Beck et Elizabeth Temkin Beck, tous deux des juifs russes immigrés aux États-Unis. Après avoir perdu deux de ses enfants, la mère de Beck sombra dans une profonde dépression. Aaron Beck percevait sa mère comme une personne presque toujours déprimée, imprédictible et surprotectrice, et ce, contrairement à son père qui affichait un calme stoïcien.

8 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 1. Développement de la thérapie cognitive (suite) 1.1 Aaron Beck (suite) Aaron Beck traversa de nombreuses difficultés durant son enfance. Il était souvent malade et absent de ses cours. Ses échecs scolaires le conduisirent à développer une perception négative de ses propres habiletés intellectuelles. De plus, son état maladif est à la source de beaucoup de ses peurs irrationnelles telles que la crainte de perdre tout son sang en cas de blessure ou encore la peur de suffoquer sil lui fallait prendre la parole en public. En utilisant le raisonnement pour apaiser ses anxiétés, Beck réussit à compléter ses études de médecine de même quà donner de nombreuses présentations en public.

9 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 1. Développement de la thérapie cognitive (suite) 1.1 Aaron Beck (suite) Aaron Beck reçut son doctorat en médecine à luniversité de Yale en De 1946 à 1948, il servit comme médecin stagiaire et résident en pathologie au Rhode Island Hospital de Providence. Puis, il oeuvra comme résident en neurologie et entra au département de psychiatrie du Cushing Veterans Administration Hospital à Framingham, Massachutts. En 1953, il obtint son certificat de spécialiste en psychiatrie de lAmerican Board of Psychiatry and Neurology.

10 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 1. Développement de la thérapie cognitive (suite) 1.1 Aaron Beck (suite) En 1956, Beck reçoit son diplôme de lInstitut Psychanalytique de Philadelphie. Il devint professeur au département de psychiatrie de lécole médicale (Medical School) de lUniversité de Pennsylvanie. Ses recherches sur la dépression (Beck, 1961, 1964) furent publiées en 1967 sous le titre de Depression Clinical, Experimental and Theoretical Aspects. Il exposa dans cet ouvrage ses thèses principales concernant limportance de la cognition dans le traitement de la dépression. Beck a écrit plus de 400 articles et 15 livres portant sur la thérapie cognitive et les traitements des différents désordres émotionnels. Il est sans conteste le fondateur de lapproche cognitive en thérapie.

11 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 1. Développement de la thérapie cognitive (suite) 1.2 Sources théoriques et historiques (suite) Selon Moss (1992), la thérapie cognitive tire ses racines théoriques chez les philosophes stoïciens grecs et romains. Epictète croyait que les gens étaient troublés non par les choses, mais par leurs manières de les percevoir. Déçu par lapproche psychanalytique, Beck commença à se concentrer sur les cognitions ou les constructions rationnelles de ses patients. Beck remarqua que ses clients expérimentaient des pensées quils ne rapportaient pas dans leurs libres associations. Ces pensées, apparaissant rapidement et automatiquement. De plus, elles échappaient au contrôle des patients. En invitant à ses patients de parler de leurs pensées, Beck identifia thèmes négatifs dans leurs vies, comme le sentiment de défaite ou le malaise qui influençait leur vision du passé, du présent et du futur.

12 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 1. Développement de la thérapie cognitive (suite) 1.3 De la psychanalyse à lapproche cognitive Beck comparait les pensées automatiques de ses clients au concept freudien de « préconscient ». Il était intéressé par ce que ses clients disaient deux-mêmes et par la manière dont ils géraient leur système de communication interne (dialogue intérieur ou pensées automatiques). Il parvint ainsi à découvrir que les individus développent des systèmes de croyances à partir de leurs communications internes ou personnelles (dialogue interne). Cest à partir de leurs croyances quils formulent leurs propres règles ou leurs normes de vie, les schémas ou les patterns qui déterminent comment ils vont percevoir et interpréter leurs diverses expériences.

13 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 2. Les influences théoriques 2.1 Beck et les sciences cognitives La théorie cognitive de Beck a été aussi influencée par dautres théories psychothérapeutiques, la psychologie cognitive et la science cognitive. De plus, il y a des similarités entre la thérapie cognitive et les travaux dAlbert Ellis et dAlfred Adler, notamment notamment en ce qui concerne les croyances individuelles. La théorie de la construction de la personnalité de Georges Kelly et les travaux de Jean Piaget sur le développement de la cognition participent aussi à la compréhension des systèmes cognitifs des individus.

14 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 2. Les influences théoriques (suite) 2.2 Aaron Beck et Albert Ellis Albert Ellis a aussi utilisé des approches actives pour confronter les croyances irrationnelles. Parfois, il peut être ardu de différencier la pensée de Beck par rapport à celle dEllis.. Lors de lAPA 2000, Frank Farley souleva cette question avec Ellis qui animait une session avec Beck: « Frank Farley began by asking the two what the difference is between their theories. Ellis joked that people love to steal his ideas, and after the two of them noted some slight differences, it became clear that they basically are very close to each other's beliefs about beliefs, and differ mostly in technique and style, more than in perspective. »

15 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 2. Les influences théoriques (suite) 2.2 Aaron Beck et Albert Ellis (lAPA 2000 )

16 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.1 Les recherches du Beck Institute of cognitive therapy Les recherches en psychologie cognitive et dans les champs correspondants contribuent au développement des nouvelles méthodes dintervention et dévaluation de cette pratique thérapeutique. Les recherches dans ce domaine sont largement publiées dans les diférentes revues de thérapie cognitive telles que: Cognitive Therapy and Research, Journal of Cognitive Psychotherapy: An international Quarterly, et Cognitive Behavioral Practice. Le Beck Institute For Cognitive Therapy and Research, à Bala Cynwyd, en Pennsylvanie, dirigé par la fille de Beck, Judith Beck, assure la formation des thérapeutes et attire chaque année les visites de plusieurs chercheurs de renom.

17 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux Judith Beck et son père

18 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux

19 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck

20 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.2 Le modèle cognitif Selon Judith Beck (traduction libre de sa définition du modèle cognitif): « En un mot, le modèle cognitif propose que les pensées dysfonctionnelles ou les distorsions cognitives (qui influencent lhumeur et le comportement du patient) sont communes à tous les troubles psychologiques. » Elle poursuit son explication du modèle cognitif en psychothérapie en ces termes: « Lévaluation réaliste et la modification de la pensée produisent un changement positif de lhumeur et du comportement » (Beck, J., 1995, p. 1). Le but de la thérapie cognitive est denseigner aux gens à identifier, évaluer et modifier les dysfonctionnements de leurs propres pensées et croyances.

21 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.2 Le modèle cognitif (suite) Le sens accordée à un événement déterminera la réaction. En retour, les émotions et les états physiologiques sous-jacents influencent les cognitions. Selon le point de vue adopté, lhumeur change: Il peut sembler également catastrophique de constater quun fils adolescent refuse dobéir, mais c'est peut-être aussi le signe qu'il devient un adulte capable de s'affirmer. Le point de vue (ou la perception) adopté influence la réaction.

22 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.2 Le modèle cognitif (suite) Par exemple, un patient sur le point de subir un examen médical peut se sentir découragé en pensant: « La douleur sera intolérable. » et « Je suis certain quils vont découvrir un cancer virulent en phase terminale. » Certaines interventions cognitives peuvent aider ce client à réorganiser sa façon de penser. Une étape importante du processus est didentifier les pensées mal adaptées. Lintervenant questionnera la justesse du point de vue du patient. Ce questionnement socratique vise à semer doute et à ébranler les certitudes déprimantes et/ou angoissantes.

23 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.2 Le modèle cognitif (suite) Le patient peut en venir à penser: «Cet examen est désagréable, mais ce nest quun mauvais moment à passer. J'ai déjà subi des examens désagréables antérieurement » et « Je n'ai pas assez dinformation pour conclure tout de suite de la gravité de ma maladie ». « Je ne peux que faire des hypothèses, y compris celle que les médecins vont découvrir une maladie bénigne et facile à traiter, ou quils vont découvrir quelque chose de désagréable mais que je réussirai à surmonter. » Ces dernières pensées vont probablement amener le patient à se sentir mieux et à composer de manière plus positive avec la situation.

24 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.2 Le modèle cognitif (suite) En examinant ses sources dinformation et la provenance de ses convictions, le patient finira par constater que ses pensées sont des hypothèses, des éléments danticipation craintive quil devra réévaluer à la lumière des informations quil détient ou quil ira chercher. Le questionnement bienveillant le motivera à se mettre en mouvement pour découvrir comment gérer la douleur et comment générer plusieurs hypothèses face aux événements à risque, y compris des hypothèses positives et réalistes. En travaillant de manière collaborative avec les clients, les intervenants cognitifs sont des éducateurs qui amènent leurs clients à questionner leurs croyances irrationnelles afin de les transformer.

25 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.3 Les distorsions cognitives À partir de ses observations cliniques, Beck formula le concept de « negative cognitive shift ». Linformation positive pertinente est ignorée au profit dune information négative. Il y a une distorsion (distort en anglais) qui consiste à exagérer les aspects négatifs. Des commentaires tels que: « Je ne pourrai jamais faire quelque chose de bon », « Ma vie nest quun fiasco » ou « Je suis sans espoir », sont des exemples de généralisation, dexagération que Beck considère comme étant typiques aux gens qui sont déprimés.

26 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.3 Les distorsions cognitives (suite) Selon la théorie cognitive, chaque désordre mental est caractérisé par ce types de distorsions cognitives relativement prédictibles. Une identification pertinente de ces types de distorsions peut aider les clients à sengager avec lucidité dans la voix du changement. Elle peut aussi aider lintervenant à réunir les informations nécessaires à la compréhension de la situation de son client. Tout en se concentrant sur les pensées, le thérapeute cognitiviste adopte une approche holistique et considère chaque consultation comme étant une nouvelle situation dapprentissage du processus de formation et de développement critique de la personnalité.

27 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.3 Les distorsions cognitives (suite) Les distorsions de la pensée sont le fruit dinterférences arbitraires du sujet sur ses pensées. Ces processus, bien entendu, nourrissent et aggravent le stress. –Lectures de pensées : lindividu simagine savoir ce que pensent les autres sur lui-même. Ex. : « Ils me prennent pour un imbécile. » –Affirmation sans preuve : ce sont la plupart du temps des prédictions aléatoires, à la forme négative. Ex. : « De toute façon, on ne va pas y arriver. » –Maximalisation et minimalisation : Tendance à surestimer les échecs, à sous-estimer les réussites. Ex. : « Là, de toute façon, cétait trop facile. Tout le monde pouvait le faire. » –Généralisations abusives Ex. : « Les hommes sont des... » –Tout ou rien : Ex. : « On existe que quand on gagne» –Déduction abusive ou sélective : tendance à ne retenir que ce qui sert lidée anxiogène, en le sortant de son contexte. Ex. : « Il ne ma pas passé le sel. Tu vois quil ne maime pas. » –Personnalisation excessive des événements : ramener les événements à soi. Ex. : «Tout ce qui arrive est de ma faute. »

28 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.4 Les pensées automatiques Les pensées automatiques constituent le concept clé de la psychothérapie cognitive de Beck. Ces pensées surgissent spontanément, sans aucun effort de la part de lindividu. Dans les troubles psychologiques, les pensées automatiques sont souvent déformées, extrêmes ou inadéquates. Elles senracinent dans les croyances négatives de base. Par exemple, Linda narrive pas à se décider dappliquer pour un emploi parce quelle croit que sa candidature ne sera pas retenue par la direction. La thérapie cognitive peut aider à comprendre que cette pensée automatique vient de ce que son père lui disait souvent: « Elle ne pourra rien faire de bon dans la vie. Une femme est faite pour rester à la maison. »

29 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.5 Les croyances intermédiaires Selon les concepts de lapproche cognitives, les croyances individuelles se développent dès la prime enfance et ce, tout au long de la vie. Les premières expériences de lenfance produisent les croyances de base en ce qui concerne la perception de soi et de lenvironnement. Normalement, ce sont les expériences personnelles de soutien et damour de ses parents qui amènent lindividu à se dire « Je suis aimable » et « Je suis compétent », ce qui conduit à une vision positive de soi à lâge adulte.

30 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.5 Les croyances intermédiaires (suite) La plupart des personnes qui développent un dysfonctionnement psychologique ont vécu des expériences négatives durant leur enfance. Ces expériences négatives favorisent le développement de croyances négatives: « Je ne suis pas aimable », « Je ne suis pas adéquat » ou « Je ne suis pas capable ». Les expériences négatives, comme le fait dêtre ridiculisé par un professeur ou abaissé par un patron, peuvent conduire à des croyances conditionnelles du genre: « Si les autres naiment pas ce que je fais, alors je ne vaux rien. » De telles croyances peuvent favoriser le développement des schémas négatifs.

31 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.6 Les schémas cognitifs ou croyances centrales Les schémas cognitifs sont les perceptions du monde, les croyances et les opinions concernant les gens, les événements et lenvironnement. Il y a deux types de schémas cognitifs de base: le type positif (adaptive schemas en anglais) et le type négatif (maladaptive schemas). Un schéma peut être positif dans une situation et négatif dans une autre situation.

32 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 3. Les concepts théoriques fondamentaux 3.6 Les schémas cognitifs ou croyances centrales En décrivant les schémas, Beck note que ces structures se développent tôt dans la vie à partir des expériences personnelles et des interactions avec les autres individus. Certains schémas sont associés avec la vulnérabilité cognitive ou la prédisposition à la détresse psychologique. Par exemple, un individu qui est déprimé peut avoir un schéma négatif tel que: « Je ne peux rien faire de bon », « Les autres sont plus compétents que moi », « Je ne suis pas du tout intelligent ». Dans ce cas, la vulnérabilité cognitive peut être perçue dans ce schéma négatif. Quand un client présente un schéma négatif, lintervenant peut noter ce que Beck appelle un cognitive shift ou une distorsion cognitive. Le but de la thérapie cognitive est daider le client à découvrir ses distorsions cognitives qui se trouvent derrière ses schémas négatifs.

33 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 4. Synthèse schématique Modèle de développement cognitif ©Copyright by Hardwood Academic publishers Expériences de la prime enfance Développement des schémas, croyances de base, croyances conditionnelles Incidents critiques de la vie Activation des schémas, croyances de base, croyances conditionnelles Pensées automatiques Émotions -- Comportements -- Réponses physiologiques

34 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck 4. Synthèse schématique (suite) Les cognitions sont composées globalement par nos pensées, nos représentations de soi, des autres et du monde. Bref, notre manière de penser le réel.

35 4. Synthèse schématique (suite) EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck

36 4. Synthèse schématique (suite) SituationPensées – Type de distorsion Émotions - Comportement Pensées alternatives Exemple : En arrivant au travail "Jai trop de travail, je ne vais jamais y arriver." Déduction abusive Panique, découragement. Comportement hyperactif "Je peux demander de l'aide." "Si je n'y arrive pas, je peux tout à fait continuer demain." "Jusqu'à présent, j'y suis toujours arrivé."

37 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck Conclusion Le cognitivisme est avant tout une science de la pensée Pensées automatiques (dialogue intérieur) –Ex : « Ça narrive quà moi », «De toute façon, je vais me planter », «Il ne me supporte pas… » Ce mode de pensée est donc automatique, immuable et constant : la pensée contrôle le sujet. Pensées "rationnelles" –La démarche cognitive propose de sinterroger dabord sur ces pensées automatiques et leur mise en place pour, dans un second temps, les remplacer par des observations plus rationnelles et conformes à la réalité. Le sujet reprend le contrôle de ses pensées et de leur pertinence. Quel est votre dialogue intérieur?

38 EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck Bibliographie et ressources Academy of Cognitive Therapy. (2008).Cognitive Behavioral Therapy (CBT) Outcome Studies. Retrieved August 21, Beck, A., Freeman, A., & Associates. (1990). Cognitive therapy of personality desorders. New York: Guilford. Beck, J.S. (1995). Cognitive therapy: Basics and beyond. New York: Guilford Bricker, D. C., & Young, J.E. (1993). A clients guide to schema-focused cognitive therapy. New York: Cognitive Therapy Center of New York. Butler, A. C., Chapman, J. E., Forman, E. M., Beck, A. T. (2006). The empirical status of cognitive behavioral therapy: A review of meta-analyses. Clinical Psychology Review, 26, Freeman, J. B., Garcia, A. M., Coyne, L., Ale, C., Przeworski, A., Himle, M., Compton, S., & Leonard, H. L. (2008). Early childhood OCD: Preliminary findings from a family-based cognitive-behavioral approach. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 47(5),

39 Bibliographie et ressources Ghahramanlou-Holloway, M., Wenzel, A., Lou, K., & Beck, A. T. (2007). Differentiating cognitive content between depressed and anxious outpatients. Cognitive Behaviour Therapy, 36(3), Goldberg, J. F., Gerstein, R. K., Wenze, S. J., Welker, T. M., & Beck, A. T. (2008). Dysfunctional attitudes and cognitive schemas in bipolar manic and unipolar depressed outpatients: Implications for cognitively based psychotherapeutics. Journal of Nervous and Mental Disease, 196(3), Merrill, K.A., Tolbert, V.E., & Wade, W.A. (2003). Effectiveness of cognitive therapy for depression in a community mental health center: A benchmarking study. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 71, Selingman, L. (2006). Theories of Counseling and Psychotherapy: Systems, Strategies and Skill. Pearson Prentice Hall. Test de pensées positives proposé aux étudiants EDU semaine 5: Les approches axées sur la cognition I: La théorie de Beck


Télécharger ppt "Faculté déducation EDU 5671 Le counselling: théories et pratique I Semaine 6, 7 et 8 : Les approches axées sur la cognition I La théorie de Beck André"

Présentations similaires


Annonces Google