La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

+ doc 2 p 268. + doc 1 p 268 + doc 2 p 275 + doc 3 p 269.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "+ doc 2 p 268. + doc 1 p 268 + doc 2 p 275 + doc 3 p 269."— Transcription de la présentation:

1 + doc 2 p 268

2 + doc 1 p doc 2 p doc 3 p 269

3 Un continent du Sud Des problèmes partagés Globalement les pays SUD souffrent de multiples handicaps liés notamment à des problèmes de pauvreté et de fortes inégalités sociales - doc 3 p 281 = la carte montre de nombreux écarts allant de 1 à 7; au plan mondial, cest le continent Latino américain qui apparait le plus « riche » du SUD mais lAfrique est celui qui sans conteste souffre le plus de la pauvreté, tandis que lAsie est situation intermédiaire. Au plan régional, deux espaces sont particulièrement marqués par la pauvreté = lAsie du Sud et lAfrique subsaharienne. Cette situation de pauvreté marquée pour lAfrique va engendrer de nombreux problèmes que les autres espaces du Sud connaissent aussi mais de façons moins marqués: - des problèmes démographiques = la moitié de la population a moins de 15 ans (doc 1) ce qui pose des pb des besoins en infrastructures de scolarisation, de logements, des besoins alimentaires etc… cette situation sexplique par la forte croissance démographique que connait lAfrique subsaharienne = la plupart des pays sont encore dans la 1° phase de transition démographique = si leur mortalité tend a baisser depuis les années 1950 (mais --> maintien dune forte mortalité infantile et récurrence du SIDA), la natalité reste élevée : voir le doc 2 p 268 : le Niger => 6.88 enfants par femme en 2008 ! => situation de surpopulation = quand une population est trop forte par rapport aux ressources dont peut disposer le pays. Ces problèmes démographiques peuvent alors être mis en parallèle avec dautres problèmes de lAfrique subsaharienne : - la situation alimentaire que connait lAfrique subsaharienne = malnutrition chronique et famine. Mais ce sont aussi les problèmes politiques et notamment les conflits qui entraîne les épisodes de famines (voir doc 14). Enfin la sécurité alimentaire est de plus en plus difficiles dans les régions fragilisées par la crise de de (doc poly 1). - lurbanisation : doc 4 et 2 p 275 => lAfrique subsaharienne connait des taux durbanisation très forts mais est lespace le moins urbanisé du monde - surtout lAfrique Orientale)(avec lAsie du Sud, ses taux nexcèdent pas la moyenne mondiale de 50% durbains) => importance de lexode rural lié aux fortes croissances démographiques. - Lanalphabétisme est abordé dans le document 2 = ce problème est lié à linsuffisance des infrastructures, le manque décoles => frein au progrès dans tous les domaines. (voir compléments dans le cours)

4 Doc 5 Doc 6

5 Doc 7 Doc 8

6 Une division Nord/Sud à nuancer Une limite pertinente ? Doc 6 : IDH = Indicateur de Développement Humain => mis au point par le PNUD = Programme des Nations Unies pour le Développement il prend en compte des indicateurs variés pour donner une idée plus fiable du développement que les seuls indicateurs de richesse (PIB, PNB ou RNB/hab) Doc 5 : A léchelle mondiale, certains Etats du Sud ont un IDH comparable aux Etats du Nord : Mexique, Costa Rica, Panama, Brésil, Uruguay, Argentine, Chili, Libye, Arabie Saoudite, EAU, Koweit, Qatar, Oman, Malaisie, Hong-Kong … mais à léchelle de lAfrique seulement une Etat = Libye Doc 7 : la division Nord Sud est assez schématique (on parle plus volontiers « des Nord » et « des Sud » ) il faut la nuancer : finalement chaque Etat devrait étre étudié selon ses propres critères… en plus les distinctions régionales ne peuvent être visibles. Une situation évolutive : Doc 8: on voit lévolution de lIDH entre 1995 et 2004 = les indicateurs sont globalement en hausse dans les Etats du Sud => (X 1.1 à 1.33 pour de nombreux pays dAfrique et dAsie. À noter que la progression en Amérique latine est moins forte car les états y était déjà plus développés en 95. Une situation plutôt optimiste mais situation critique dans les Etats dAfrique subsaharienne. (on peut trouver des explication dans les situations conflictuelles que connaissent ces états ou dans la progression du SIDA. Doc 6 : en 2000 lONU a fixé 8 objectifs dits « du millénaire » (OMD) pour faire progresser la situation. Des progrès ont été réalisés mais les crises financière et alimentaire de 2008 les remettent en cause.

7 Doc 9

8 Doc 10 Doc 11 Doc 12

9 Le pétrole du Nigéria Le pays est le 6° exportateur de pétrole et le premier en Afrique avec 2.6 millions de barils par jour qui fournissent 95% des ressources en devises du pays. Il ambitionne dextraire 4 millions de barils à lhorizon Le delta du Niger est son éponge à pétrole. Divisé administrativement en 7 Etats […], il abrite près de 25 millions dhabi- -tants dont une dizaine de millions de lethnie ijaw. Depuis le milieu des années 80, 90% de la production nigériane est extraite de cette vaste zone fertile, constituée de marécages, de mangroves et de forêts, au prix dune pollution dévastatrice. Le Gouvernement perçoit 80% des royalties et rentes dexploitation. Les 20% vont aux Etats fédérés, mais corruption et gabegie privent presque totalement la population de toute amélioration de son niveau de vie. Les projets de routes, décoles, dorment dans des cartons et, comble de lironie, ce sont des compagnies pétrolières qui investissent le plus dans ces équipements. Ces problèmes alimentent depuis de nombreuses années divers mouvements de protestation. Adèle NOIRAT, Une région hautement explosive, Afrique Asie, Juin 2007 Doc 13

10 Un potentiel de développement mal valorisé en Afrique ? Les voies du développement Doc 9 : la voie la plus choisie par les pays dAfrique subsaharienne est celle faite « dans le cadre de la mondialisation » cest-à-dire lexportation de produits bruts. Ces produits ont souvent été développés pendant la période coloniale sous la forme de plantations extensives. Ce mode de développement a pu dans un premier temps être porteur despoir de développement économique (= on parle du « miracle ivoirien » dans les années 70) mais au final, la fluctuation des prix des matières bruts a rendu les économies subsahariennes dépendantes de la consommation des pays du Nord sans parler de leur concurrence notamment dans le domaine agricole. Un continent « mal exploité» LAfrique est très riche en minerais et en hydrocarbures, très recherchés par les puissances développées ou émergentes. Les hydrocarbures notamment attirent les investisseurs étrangers (= exemple de la Chine au Soudan ou des Etats Unis dans le Golfe de Guinée) => on remarque en plus dans le document 11 que les hydrocarbures sont de plus en plus exportés mais que leur consommation sur le continent reste très limitée. Cependant les investissements ne permettent pas le développement = le doc 12 évoque lapport effectif de capitaux « la manne pétrolière » tout en soulignant quils servent surtout « à alimenter les conflits », là encore lexemple du Golfe de Guinée est particulièrement parlant. La carte 10 permet de localiser les infrastructures de transport sur le continent : chemins de fer et oléoducs sont mis au service de lexportation. Et pas pour un quelconque processus dindustrialisation.

11 Doc 14

12 Doc 14 bis La démocratie en Afrique recule_ html

13 Des Etats Faibles La corruption Elle est dénoncée à plusieurs reprises dans le film comme un des pb majeurs de lAfrique. Aminata Traore la qualifiée de « gangrène ». Bien souvent en effet, largent de laide publique est détournée par les ministres aux dépens du développement. Pour Aminata Traore, le FMI et la Banque mondiale apparaissent comme des complice de la pratique: en encourageant la libéralisation de léconomie et les privatisations, elle permet à lélite politique et bureaucratique de racheter les entreprises et de contrôler léconomie. La démocratisation renforce la course non pas au pouvoir pour redresser et développer le pays mais pour le profit. La faiblesse de la démocratie Dans ces conditions, on comprend que la démocratisation soit fragile = ex de la Côte dIvoire récemment Daprès le document 14b, le processus de démocratie est encore bien imparfait= il touche surtout les pays dAfrique australe (suivant lexemple de lAfrique du Sud -> 1994) LAfrique est le continent le plus en proie aux guerres, des guerres civiles, interethniques, pour le contrôle des ressources ou le tracé des frontières. (doc 14) On parle d« Etats défaillants » (voir cours H6) pour les Etats qui ne parviennent pas à assurer la sécurité de ses habitants et leur apporter….

14 Doc 16 Doc 17

15 Doc 18

16 Doc 19

17 Doc 20 Doc 21

18 Doc 22

19 Doc 23 Doc 24

20 II - Quelles perspectives pour le développement en Afrique ? Les logiques de la mondialisation libérale peuvent – elles répondre aux problèmes de lAfrique Le FMI et la Banque mondiale depuis 1945 Le rôle de ces deux organisations est daider au développement des pays en développement. Depuis les années 90, devant lendettement croissant des pays du Sud qui ne parviennent pas au développement, ils imposent aux pays endettés des réformes appelées « PAS » ( = plans dajustement structurels ) => 4 objectifs = - réduction du déficit - action sur la monnaie (dévaluation) - développement du secteur privé - ouverture du marché = > les répercussions économiques ont pu être jugées satisfaisantes mais leur cout social est terrible = dans BAMAKO, la plupart des témoins dénoncent les PAS et ses conséquences sur labandon des services publics (= baisse des moyens déducation, privatisation des transports qui a comme conséquence lenclavement des villages qui ne sont plus desservis par manque de rentabilité). Ainsi le film dénonce léchec de cette politique menée par le FMI et la Banque mondiale. Le document 18 montre que ce sont surtout les femmes qui payent le prix des PAS, elles sont déjà au départ discriminées dans laccès à léducation, la crise accentue la discrimination. Les Etats – Unis et Bush sont particulièrement pris à partie dans le film Bamako = cest là que se situent les sièges des deux organisations même si le doc 17 rappelle que les Européens y sont plus influents au sein du conseil dadministration du FMI. Le président Bush et son administration a cependant marqué les esprits en Afrique par sa volonté dexporter le modèle libéral américain (la fameuse « démocratie de marché ») que défendent les PAS. Les pays africains dans les débats de lOMC rappel = OMC => Organisation mondiale du commerce doc 19 : lagriculture dans les pays du sud occupe au moins 50% de la population active; cest une agriculture dexportation (économie de plantation développée sous la colonisation) dont le poids dans le PIB est loin dêtre négligeable. La mondialisation encourage le Sud à multiplier leurs exportations mais il se trouve alors en

21 avec les agricultures des pays du Nord et des pays émergents, plus productives et pour les agricultures européennes et américaines, subventionnées ! Ex du coton au Mali = lAfrique de louest est la 2° zone exportatrice derrière les USA, or les IUSA vendent leur production à un prix inférieur à celui du marché mondial (prix dailleurs fixé par les pays du Nord, à NY). la priorité donnée par les choix économiques à une agriculture commerciale a été fatale aux agricultures de subsistance, abandonnées au profit des importations alimentaires. Quant à laide internationale, en inondant le marché africain de fripes, elle a fait sombrer les activités artisanales. le FMI et la Banque mondiale ont en plus exigé la privatisation de la production du coton jusque là gérée par le CMDT= organisme public qui permettait aux producteurs lassurance de débouchés pour leurs productions et des services (sanitaires, éducatifs en particulier). La question des OGM a aussi été posée mais les paysans maliens se sont mobilisés pour finalement refuser. Le coton représente environ 80% des exportations du pays, ce qui fragilise léconomie; Le problème de la dette la dette des pays dAfrique a été multiplié par 30 entre 1970 et Dans Bamako, Maître Tall, qui défend la société civile, rappelle quelle représente 40% du budget du Kenya, 36% du budget du Cameroun ! En 1996, le FMI annonce lannulation de la dette ou une partie de celle-ci pour les PPTE = pays pauvres très endettés. En échange cependant est demandée la mise en place de règles de « bonne gouvernance » en 2005 = G8 annonce lannulation de la dette Parallèlement, des accords de co-développement ou de désendettement – développement sont mis en place Les demandes dannulation sont défendues par de nombreuses ONG (ex le CADTM = Comité pour lannulation de la dette du Tiers monde) Lémigration Autre fléau cité dans le film Bamako, qui apparait comme seule solution pour une génération de jeunes qui nont pas eu accès à linstruction ou dont les études ne sont pas prises en compte dans le pays (instituteurs qui ne sont pas payés). Le doc 23 montre que le « brain drain», la fuite des cerveaux, concerne aussi les pays dAfrique subsaharienne = ex des médecins du Cameroun qui ne voit pas de perspectives de travail dans leur pays et qui choisissent lémigration => 25 à 302% des diplômés émigrent sans conmpter ceux qui font leurs études dans les pays du Nord.

22 les candidats à lémigration sont prêts à partir dans des conditions très difficiles = traversée du désert et incertitude quant à larrivée = le but est lEurope, vue comme un eldorado. Les routes de lémigration = par le Sahara puis passage par Gibraltar (seulement 15 km entre les côtes africaines et européennes) mais depuis 5/6 ans le renforcement de la surveillance du côté de lUnion européenne a entrainé des passages au large de lAtlantique, notamment vers les Canaries ( à 100 km des côtes !). Depuis 2005, on considère quil y aurait eu 1200 à 1300 personnes qui ont perdu la vie en essayant de migrer par cette route. Lautre route est celle qui passe par lîle de Lampedusa (au large de la Sicile) mais cest aussi le point dentrée ne Europe dautres migrants (du Moyen Orient et du Maghreb). Des tentatives de co-gestions de flux migratoires sont mises en place par les pays daccueil notamment la France mais ce contrôle des migrations est mal vu par les pays de départ car jugés trop restrictifs. En France toujours la politique dexpulsion est jugée comme contraire aux droits humains fondamentaux de liberté de circuler par les sociétés civiles africaines et dénoncés par les ONG. Tiken Jah Fakoly, artiste ivoirien. Ses textes sont particulièrement engagés, dénoncent les maux africains et notamment la trop grand ingérence des pays du Nord.

23 Doc 25

24 Doc 25 bis

25 Dautres perspectives De nouveaux investisseurs Doc 25 : Les investissements en Afrique on particulièrement augmenté mais ils ne représentent toujours quune petite part des IDE mondiaux (4% en 2007). Dautre part les bénéficiaires en sont surtout les pays du Maghreb et lAfrique du Sud. Cependant les matières premières et notamment le pétrole sont de plus en plus prisés par les investisseurs du Nord et des émergents. Dans les échanges commerciaux on notre également une belle progression, avec les pays de lAsie de lEst = X 12 avec la Chine depuis apport des capitaux passés de 9 milliards en 2000 à 62 milliards en 2008 Doc 25 b : les investisseurs chinois, contrairement aux occidentaux, notamment américains, nimposent pas de mesures de « bonne gouvernance » en échanges de leurs investissements. Cependant, ils ferment volontiers les yeux sur les conditions de travail et les conflits en cours.. (voir refus chinois à une intervention de lONU au Soudan pour soutenir le Darfour) Même si les hydrocarbures et les matières premières restent les biens les plus échangés, et le principal champ dinvestissements, on note une diversification : téléphonie, industries manufacturières, BTP mais aussi services.

26 Doc 26

27 Doc 27

28 Doc 28

29 Doc 29 Doc 30

30 Des actions pour une autre monde - réformer la mondialisation : le prix Nobel déconomie J. Stiglitz (doc 26) rappelle la nécessité dorganiser les échanges de telle façon quils puissent répondre aux défis du développement pour « un meilleur niveau de vie pour tous ». - les altermondialistes = ils cherchent à rendre la mondialisation plus juste => sengent dans ONG => dans plusieurs directions (doc 27) : défense de la société civile contre les intérêts des FTN; lutte pour lannulation de la dette, pour la défense des paysans dans le cadre des échanges NORD/SUD inégaux, lutte pour la défense des services publiques sans oublier laide humanitaire. les ONG sont de plus présents pour faire pression sur les organisations internationales, dans les campagnes de publicité auprès des sociétés civiles dans les pays du Nord => leur mobilisation peut peser sur les décisions politique. - laide au développement : il faut distinguer laide publique (par le biais des Etats et des Organisation Internationale= ONU) et laide privée (ONG, fondations) doc 28 augmentation de laide ( en hausse de 30% depuis 2004) grâce à larrivée de nouveaux donateurs parmi les puissances émergentes notamment et les puissances pétrolières (Arabie Saoudite, Chine, Koweit, Russie); laide Sud-Sud a été multipliée par 5 entre 2002 et la participation des ONG et des fondations privées est quant à elle plus généreuse (comme par exemple celle de Bill Gates). Cependant il ne faut pas perdre de vue la nécessité que cette aide soit transparente et quelle doit saccompagner de politiques de développement… - le développement durable : le doc 29 montre ce concept comme étant une idée du Nord qui cherche à simposer dans les pays du Sud ce que ceux-ci voient comme une « nouvelle colonisation » le développement durable (DD)(déf p 58 + doc 3 p67) a souvent tendance a simposer dans les pays du Sud sous ses volets environnementaux comme à Madagascar (doc 30) où finalement le volet social est oublié = ceux qui profitent du DD sont en effet les plus riches tandis que les sont tenus à lécart des nouvelles formes de développement. Dune façon générale, dans les pays du Sud, le développement durable est mis de côté car la nécessité du développement économique rend superflu la protection de lenvironnement. Au niveau mondial, les protocoles de Kyoto qui visent à limiter les émissions de gaz à effets de serre (GES)ne répondent pas aux pays dAfrique sub-saharienne dont les rejets de GES sont très faibles.

31 -Le commerce équitable : échanges basés sur un souci quéquité pour les petits producteurs du Sud ce qui entraîne un surcoût du produit accepté par le consommateurs du Nord. Forme de commerce qui se veut solidaire. Pratique développée par lONG néerlandaise Max Havelaar dans les années 70. Des critiques cependant: Le commerce équitable ne rompt pas forcément la dépendance des pays producteurs au marché mondial Maintien des productions pour le commerce mondial aux dépens des cultures vivrières ; une nécessité cependant pour éviter la brutalité du marché mondial…mais seulement 1% du commerce mondial…

32 III – Les SUD face à luniformisation culturelle et à laffirmation identitaire Le modèle occidental est plébiscité Dans le film Bamako, les éléments importés doccident ne manquent pas = quils soient matériels comme les téléphones portables, ou encore les lunettes de maques « Gucci » vanté par le colporteur, ou plus culturel comme le western que regardent les habitants à la télévision. Même si laction se situe en Afrique le titre a été américanisé « Death in Tumbuctu » de même que laction. Le mariage aussi montre une certaine occidentalisation = les mariés sont habillés à loccidentale. La mondialisation et la diffusion des information via les satellites puis lattrait de la culture américaine explique ce succès. On note aussi la progression du christianisme évangélique en Afrique = là encore il sagit sune influence Nord- Américaine mais il sagit aussi de se démarquer dune influence religieuse imposée parfois par les colonisateurs. Les aires de civilisation Aire de civilisation = doc p 60; le continent africain est partagé entre deux aires de civilisation = celle qui marque le Nord => islamique et celle qui manque le Sud => la civilisation africaine marquée par une grande diversité religieuse, linguistique … (doc 3 et 4 p 55) On note dans le film un musulman qui fait sa prière, lintervention dun griot, les dialogues en dialectes locaux, les chants traditionnels du mariage et enfin la pratique traditionnelle du filage du coton. Dans le film chacun des moments ou apparaissent ces éléments est comme sacralisé.


Télécharger ppt "+ doc 2 p 268. + doc 1 p 268 + doc 2 p 275 + doc 3 p 269."

Présentations similaires


Annonces Google