La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Généralités Grippe et Pandémie grippale. La grippe saisonnière : virus A, B, C Transmission interhumaine Vaccin existant modifié chaque année Influenza.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Généralités Grippe et Pandémie grippale. La grippe saisonnière : virus A, B, C Transmission interhumaine Vaccin existant modifié chaque année Influenza."— Transcription de la présentation:

1 Généralités Grippe et Pandémie grippale

2 La grippe saisonnière : virus A, B, C Transmission interhumaine Vaccin existant modifié chaque année Influenza aviaire (ou grippe du poulet) Maladie animale qui peut toucher presque toutes les espèces doiseaux sauvages ou domestiques Risque majeur d épizootie dans les élevages si le virus est hautement pathogène (certains H5N1, H7N7...) Des vaccins existent ou sont à létude pour les animaux La grippe aviaire Transmission du virus influenza aviaire à lhomme par contacts étroits, prolongés et répétés avec les animaux malades. Pas de transmission interhumaine La pandémie grippale Apparition dun virus de composition antigénique nouvelle « HxNy » Faible immunité de la population Aucun vaccin tant que la souche nest pas connue puis isolée Les virus grippaux Mars 2006

3 GRIPPE COMMUNE

4 Les virus grippaux Trois types de virus Influenza Type A –chez homme et autres espèces animales ; –les oiseaux sont le réservoir naturel du virus : on peut y trouver tous les virus ; –seuls 3 sous-types chez lhomme : H1N1, H2N2, H3N2 ; –pouvant être responsable de grandes épidémies ; –atteint tous les groupes dâges. Type B –Faiblement épidémique, humains seulement, affecte essentiellement les enfants. Type C –Rarement observé chez les humains et les porcs, non épidémique. Il existe un potentiel de mutation élevé des virus grippaux de type A qui pourrait aboutir à un virus de composition antigénique nouvelle contre lequel la population aurait une immunité faible voir nulle. Mars 2006

5 Les virus grippaux Deux protéines essentielles L'Hémagglutinine (HA) lui permet de se fixer sur ses cellules cibles en se liant à des récepteurs spécifiques. La Neuraminidase (NA) (ou sialidase) est une enzyme qui coupe la liaison entre les acides sialiques récepteurs du virus portés par la cellule et la membrane cellulaire Ces 2 protéines sont à la base du typage H et N des virus grippaux de type A Virus grippal A Mars 2006

6 Deux types de modifications antigéniques possibles «GLISSEMENT » ou « drift » dû à des mutations ponctuelles du génome viral. Elles ne justifient pas la dénomination d'un nouveau sous-type de HA ou NA, mais sont responsables des épidémies annuelles (et peut imposer un changement de souche vaccinale dans le futur vaccin saisonnier). «CASSURE » ou « shift » : échange de segments de gènes entre sous-types de virus avec apparition de protéines HA et NA ayant des caractères antigéniques spécifiques justifiant l'attribution d'un numéro différent, HXNY responsable de pandémies. Ne concerne que le type A H1 ?H1N1 (Grippe Espagnole) Années H2N2 (Grippe asiatique) H1N1 (Grippe russe) H3N2 (Grippe de Hong-Kong) H3 ? HxNy ?

7 La grippe espagnole ( ) « lépidémie la plus considérable et la plus rapide de lhistoire de lhumanité » C.Hannoun En France : morts Aux Etats Unis : morts, Age moyen 33 ans (Vs 50 à 60 ans) Taux dattaque élevé : 40% Mortalité 3% Fréquence des formes fulminantes : jeunes adultes, mortalité X 20 Séquelles plus fréquentes : Maladie de Parkinson, … Grippe A / CL-FB /

8 Pandémies grippales Les pandémies ont lieu tous les 10 à 40 ans Jusquà 50 % de la population mondiale peut être affectée Virus nouveau pour la population humaine Taux de létalité élevé 1997 grippe du poulet à Hong Kong – rappel de la menace pandémique (H5N1) 18 cas, 6 décès mars 2003 : Pays-Bas 84 cas H7N7, 1 décès Mortalité au cours des pandémies du 20 e siècle 1, « Grippe espagnole » A(H1N1) « Grippe asiatique » A(H2N2) « Grippe de Hong- Kong » A(H3N2) 30 millions de décès dans le monde 1 million de décès dans le monde 0,8 millions de décès dans le monde

9 « lépidémie la plus considérable et la plus rapide de lhistoire de lhumanité » C.Hannoun En France : morts Aux Etats Unis : morts, Age moyen 33 ans (Vs 50 à 60 ans) Taux dattaque élevé : 40% Mortalité 3% Fréquence des formes fulminantes : jeunes adultes, mortalité X 20 Séquelles plus fréquentes La grippe espagnole ( )

10 La vaccination antigrippale La vaccination constitue le meilleur moyen de protection contre la grippe saisonnière. Elle doit être faite au moins deux semaines avant le début de la saison grippale (à lapproche de lhiver). La vaccination doit être renouvelée tous les ans chez les personnes à risque. La vaccination est possible pour tous les individus à partir de lâge de six mois ; elle est recommandée pour les personnes à risque de complications : - les personnes âgées de 65 ans et plus ; - les personnes (adultes et enfants) atteintes de certaines maladies chroniques ; - les personnes séjournant dans un établissement de santé de moyen et long séjour quel que soit leur âge (limitation de la diffusion du virus dans une collectivité) ; - aux enfants et adolescents (de 6 mois à 18 ans) dont létat de santé nécessite un traitement prolongé par lacide acétylsalicylique (essentiellement pour syndrome de Kawasaki compliqué et arthrite chronique juvénile). La vaccination antigrippale est également recommandée aux personnes en contact avec les personnes à risque de complication et susceptibles de disséminer le virus : - pour lentourage (personnes résidants sous le même toit, la nourrice et tous les contacts réguliers du nourrisson) familial des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave. - les professionnels de santé ou tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des sujets à risque ; - le personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et le personnel de lindustrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs. La vaccination antigrippale est également intéressante pour toutes les personnes désirant éviter la gêne personnelle ou professionnelle occasionnée par la grippe. Les vaccins utilisés en France sont des vaccins inactivés. En raison des modifications constantes des virus grippaux, le vaccin contre la grippe peut différer dans sa composition dune année à lautre. Chaque année, lOrganisation mondiale de la santé (OMS) émet une recommandation sur les souches qui doivent être incluses dans le vaccin. Ce dernier est élaboré avec les souches qui ont circulé majoritairement durant lhiver précédent et qui sont le plus susceptibles dêtre présentes lors de lhiver suivant. La composition du vaccin grippal 2008/2009 retenue pour lhémisphère Nord est la suivante : Une souche analogue à A/Brisbane/59/2007(H1N1); Une souche analogue à A/Brisbane/10/2007 (H3N2); Une souche analogue à B/Florida/4/2006 Cette composition a été complètement renouvelée par rapport à la saison précédente. Selon les données de lenquête TNS Healthcare pour le GEIG de la saison , la couverture vaccinale antigrippale de la population générale française est de 26 % et la couverture des personnes de 65 ans et plus est de 69 %. En 2005, selon la Caisse Nationale dAssurance maladie des travailleurs salariés, elle était pour la population couverte par la prise en charge, de 53 % chez les personnes âgées de 65 à 69 ans, de 67 % chez les 70 ans et plus et plus et de 50,8 % chez les personnes de moins de 65 ans atteintes de certaines ALD. La couverture vaccinale de lensemble des personnes visées par le dispositif de prise en charge était de 62,4 % (source : Caisse nationale dassurance maladie des travailleurs salariés, saison 2005). Conformément au décret publié le 2 septembre 2008, les infirmiers ont désormais la possibilité de vacciner contre la grippe un patient sans obtention préalable dune prescription médicale sous réserve quune première injection ait déjà été prescrite pour ce patient. Les patients concernés sont ceux couverts par les recommandations vaccinales.

11 Influenza aviaire= grippe du poulet LInfluenza aviaire est une maladie des oiseaux due à des virus de la même famille que celle des virus grippaux qui atteignent lHomme, mais adaptés aux volailles. Linfection peut toucher presque toutes les espèces doiseaux, sauvages ou domestiques. Elle est habituellement silencieuse, les oiseaux infectés ne montrant aucun symptôme ou que des symptômes frustes. Dans ce cas, la souche du virus est dite « faiblement pathogène ». A linverse, certaines souches sont « hautement pathogènes ». Elles provoquent une maladie fortement contagieuse et entraînent une mortalité élevée surtout chez les dindes et les poulets. De manière exceptionnelle, elles peuvent être à lorigine de contaminations humaines. Depuis 2003 un type particulier de ces virus, le virus H5N1 hautement pathogène, est à lorigine dune épizootie (épidémie chez lanimal). LAsie, lEurope et lAfrique ont été successivement atteintes. Ce virus, très contagieux chez les oiseaux et les volailles domestiques, nest dangereux pour lHomme que dans des circonstances de contacts étroits, prolongés et répétés avec des secrétions respiratoires ou des déjections doiseaux infectés, dans des espaces confinés. La transmission du virus aviaire à lHomme reste un phénomène rare. « Pour en savoir plus » On appelle couramment influenza aviaire une maladie animale due à une infection par un virus de la famille des Orthomyxoviridae qui comprend trois genres (types A, B, C) ; le virus H5N1 est un sous-type au sein des virus de type A.

12 Influenza aviaire Provoquée par des virus grippaux de type A, en particulier les sous-types H5, H7 et H9. Peut toucher presque toutes les espèces d'oiseaux, sauvages ou domestiques. Généralement asymptomatique chez les oiseaux sauvages, mais peut devenir fortement contagieuse et entraîner une mortalité extrêmement élevée dans les élevages industriels de poulets et de dindes, d'où le nom de « peste aviaire ». canards domestiques; infection le plus souvent asymptomatique, rôle important dans la dissémination du virus en servant de réservoir silencieux? Le virus influenza aviaire peut parfois infecter d'autres espèces animales comme le porc et d'autres mammifères, dont lhomme. En janvier 2004, une souche virale de type A(H5N1), a été identifiée dans des foyers de grippe aviaire au Vietnam et signalée à lOffice international des épizooties (OIE). De nombreux autres foyers aviaires causés par ce virus ont été depuis identifiés dans plusieurs pays dAsie. Cette épizootie a été à lorigine dune centaine de cas humains (voir situation épidémiologique) dans les pays touchés. La propagation de linfection chez les oiseaux augmente la probabilité de lapparition dun nouveau virus grippal « HxNy » dans la population humaine. Mars 2006

13 La grippe des poulets après une période dincubation de 3 à 5 jours Diminution de la ponte++ Signes respiratoires Lacrymation excessive Cyanose des zones sans plumes Oedème de la face Aspect ébouriffé Diarrhée Signes neurologiques évolution vers une mort subite des volailles (90 à 100 %). Horimoto et al, Clin Microb Rev 2001

14 H5N1 Depuis le début de l'épizootie (décembre 2003), 62 pays ou territoires ont notifié des infections chez des oiseaux sauvages ou délevage : Afghanistan ; Albanie ; Allemagne ; Arabie Saoudite ; Autriche ; Azerbaïdjan ; Bangladesh ; Bénin ; Birmanie ; Bosnie-Herzégovine ; Bulgarie ; Burkina Faso ; Cambodge ; Cameroun ; Chine ; Chypre ; Côte dIvoire ; Corée du Sud ; Croatie ; Danemark ; Djibouti ; Egypte ; Espagne ; France ; Géorgie ; Ghana, Grèce ; Hong-Kong ; Hongrie ; Inde ; Indonésie ; Irak ; Iran ; Israël ; Italie ; Japon ; Jordanie ; Kazakhstan ; Koweït ; Laos ; Malaisie ; Mongolie ; Niger ; Nigeria ; Pakistan ; Palestine ; Pologne ; Roumanie ; Royaume-Uni ; Russie ; Serbie ; Slovaquie ; Slovénie ; Soudan ; Suède ; Suisse ; Thaïlande ; Tchéquie ; Togo ; Turquie ; Ukraine ; Vietnam.

15 H5N1 Linfection par le virus a également été identifiée chez un chien en Thaïlande, et chez des chats domestiques en Allemagne, en Autriche, en Roumanie, en Irak et en Indonésie. Des infections chez des félins avaient déjà été identifiées en Asie en Aucun de ces cas n'a été à l'origine d'une transmission documentée à l'homme Une infection a également été documentée chez des mustélidés (vison et fouine) en Allemagne et en Suède. Ces animaux sauvages très sensibles aux virus de la grippe se sont probablement infectés en mangeant des cadavres doiseaux porteurs du virus

16 Grippe aviaire

17 La grippe aviaire H5N1 Il sagit de la transmission exceptionnelle du virus H5N1 de loiseau à lhomme. Il existe des cas humains déclarés dans le monde. Il ny a pas aujourdhui de transmission interhumaine du virus H5N1. Mars 2006

18 Grippe aviaire et risque de pandémie La dernière mise à jour de la définition de cas possible de grippe à virus A(H5N1) date du 19/01/2009. Le document est disponible sur le site de lInVS (http://www.invs.sante.fr/surveillance/grippe_dossier/definition_cas_h5n1_ pdf). En France, depuis janvier 2004, 45 cas humains ont été retenus comme possibles par lInVS. Tous ont été secondairement exclus après analyses virologiques. Le dernier bilan de lOrganisation mondiale de la santé (OMS) du 2 mars 2009 est de 409 cas humains confirmés de grippe à virus A(H5N1) et 256 décès depuis LOMS rapporte depuis 2007 la survenue de cas humains de grippe à virus A (H5N1) au Bangladesh, Cambodge, Chine, Egypte, Indonésie, Laos, Myanmar (Birmanie), Nigéria, Pakistan et Vietnam. Le niveau de risque de pandémie reste inchangé depuis janvier Pour en savoir plus : avian_influenza/en/ Des informations complémentaires portant sur la situation internationale sont disponibles sur le site de lInVS. (possibilité dinscription sur liste de diffusion).

19 Définition de cas humain possible de grippe aviaire H5N1 Une personne présentant un syndrome respiratoire aigu bénin ou modéré (fièvre>38° et toux et/ou dyspnée) devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes : 1. elle a eu des contacts prolongés, répétés et à moins dun mètre avec des oiseaux délevage ou de compagnie vivants ou morts ou leurs fientes, dans un pays ou une zone où ces oiseaux sont infectés par le virus H5N1 (voir tableaux A et B) et/ou dans un pays ou une zone où des décès massifs doiseaux ont été signalés. 2. elle a eu un contact direct avec des oiseaux sauvages vivants ou morts dans une zone ou un pays infectés par le virus H5N1 (tableau A, B et C) et/ou dans un pays ou une zone où des décès massifs doiseaux ont été signalés. 3. elle a eu des contacts très proches et répétés avec un cas humain confirmé de grippe H5N1 ou fortement suspecté (détresse respiratoire aiguë sévère ou décès inexpliqués) dans les pays avec cas humains (tableau A). 4. elle a eu une exposition professionnelle avec des prélèvements biologiques, dorigine animale ou humaine, infectés ou présumés infectés par le virus H5N1. Une personne présentant au décours dun syndrome grippal une détresse respiratoire aiguë (cycles respiratoires >30/mn, fréquence cardiaque >120/mn, PA systolique <90 mm de Hg) devient un cas possible sil nexiste pas déléments orientant vers un autre diagnostic et si dans les 7 jours avant le début de ses signes : 1. elle a été en contact avec des oiseaux vivants ou morts ou leurs fientes, dans un pays ou une zone où le virus H5N1 a été détecté chez les oiseaux (tableaux A, B et C). 2. son exposition à des oiseaux vivants ou morts est difficile à documenter du fait de son état clinique et quelle revient dun pays ou une région où le virus H5N1 a été détecté chez les oiseaux délevage ou de compagnie (tableaux A et B). 3. elle a eu des contacts très proches et répétés avec un cas humain confirmé de grippe H5N1 ou fortement suspecté ou une exposition professionnelle avec des prélèvements biologiques, dorigine animale ou humaine, infectés ou présumés infectés par le virus H5N1.

20 A Pays ou régions où des oiseaux délevage ou de compagnie sont touchés avec cas humains Bangladesh Cambodge Chine (dont Tibet) Egypte Indonésie Laos Myanmar Nigéria Pakistan Vietnam

21 B Pays ou régions où des oiseaux délevage ou de compagnie sont touchés sans cas humains Allemagne (Saxe) Hong-Kong Inde (West Bengale et Etats du Nord-Est compris entre le Bengladesh et le Myanmar) x Népal Russie (provinces comprises entre la mer Noire et la mer Caspienne : de Volgograd aux frontières du Caucase et Krai de Primorsk à lextrême sud est de la Russie) Thaïlande Togo C Pays ou régions où oiseaux, autres que délevage ou de compagnie, touchés Russie (District Fédéral de Sibérie (de l'oblast d'Omsk à l'ouest à la république de Trans-Baïkalie à l'est)

22

23 La prévention chez les animaux les mesures recommandées –une mise en quarantaine des foyers animaux touchés par le virus aviaire. –abattage, ainsi que celui des animaux potentiellement exposés au virus. Afin déviter une contamination de ferme à ferme, il est nécessaire dappliquer rigoureusement des procédures de décontamination du matériel utilisé dans ces fermes (vêtements, voitures...). Une conférence internationale, sous légide de lOMS, de lOIE et de la FAO, sest tenue en juillet 2005 afin de statuer sur les mesures nécessaires pour prévenir la transmission du virus. Les principales recommandations insistent sur la nécessité : - délever les différentes espèces animales séparément, en évitant notamment tout contact entre les volailles et les porcs ; - de mener de larges campagnes de vaccination sur ces animaux dans les zones à haut risque de transmission ; - dencourager les éleveurs à signaler les cas suspects de grippe aux autorités en prévoyant un dédommagement adéquat pour le préjudice financier subi en cas dabattage.

24 Comment éviter les contacts avec les oiseaux sauvages migrateurs ? Compte tenu de lévolution de la situation internationale, la Commission européenne, par décision adoptée le 20 octobre 2005, a demandé à tous les Etats membres de prendre des mesures de confinement des volailles ou la mise en oeuvre de mesures à effet équivalent décision adoptée le 20 octobre 2005 Ne pas nourrir ni abreuver les animaux à lextérieur car la distribution daliments peut attirer des oiseaux sauvages. Éviter dutiliser de leau en provenance de points deau à lair libre et servant au nettoyage et à labreuvage des volailles car la survie du virus dans les eaux douces de surface peut être de plusieurs semaines. Les filets de sécurité ne peuvent être considérés comme totalement efficaces car ils peuvent aussi servir de perchoir à la faune sauvage facilitant la retombée de fientes sur les parcours de oiseaux domestiques

25 Pandémies et épidémies : pandémie - A H1N1 (Grippe Espagnole) : pandémie - A H2N2 (Grippe Asiatique) : pandémie - A H3N2 (Grippe de Hong Kong) : H1N1 porcin (1 cas humain ; accident de labo) 1994 : A H3N2 porcin (2 cas humains) 1997 : A H5N1 aviaire (18 cas humains Hong Kong; 6 DC) 1999 : A H9N2 aviaire (2 cas humains, Hong Kong ; 0 DC) 2003 : A H7N7 aviaire (85 cas humains, Pays Bas ; 1 DC) ( conjonctivites) 2003 : A H7N7 aviaire (1 cas humain, USA ; 0 DC) 2004 : A H7N3 aviaire (2 cas humains, Canada ; 0 DC)

26 La grippe aviaire H5N1 Il sagit de la transmission exceptionnelle du virus H5N1 de loiseau à lhomme. Il existe des cas humains déclarés dans le monde. Il ny a pas aujourdhui de transmission interhumaine du virus H5N1. Mars 2006

27 Transmission de la grippe aviaire Par analogie avec la grippe « classique » « Gouttelettes » : projection de sécrétions respiratoires lors de la toux, de léternuement Possiblement « air » cest-à-dire par aérosols à distance du patient Contact direct (mains souillées par sécrétions) et possiblement indirect (surfaces souillées) entraînant une auto-inoculation par contact avec les muqueuses conjonctivales et ORL

28 Rappel : transmission des agents infectieux Aéroportée : –Petites particules < 5 (« droplet nuclei »), sur de longues distances Ex : tuberculose, Légionella spp., varicelle, variole, Aspergillus spp. Gouttelettes : –Grosses particules > 5, produites par la toux, la parole, le mouchage –Sédimentation rapide (< 1 m.) –Micro-organismes de la sphère ORL (grippe, VRS, méningocoque,.) –Dépôt sur les conjonctives, la muqueuse nasal ou buccale

29 Adapté de WHO N Engl J Med 2005;353:

30 Caractéristiques des pts H5N1 (1) Hong Kong 1997 Thaïlande 2004 Vietnam 2004 Ho Chi Minh 2005 Cambodge 2005 n Age 9,51413,719, Sexe M : n (%)8 (44)9 (53)6 (60)3 (30)1 (25) Incubation Clusters familiaux1211 Exposition volailles malades 11/76 (70)14/17 (82)8/9 (89)6/6 (100)3/4 (75) Délai symptômes/H Adapté de WHO N Engl J Med 2005;353:

31 Caractéristiques des pts H5N1 (2) Adapté de WHO N Engl J Med 2005;353:

32 Caractéristiques des pts H5N1 (3) Adapté de WHO N Engl J Med 2005;353: Hong Kong 1997 Thaïlande 2004 Vietnam 2004 Ho Chi Minh 2005 Cambodge 2005 n Ins.respiratoire8 (44)13 (76)9 (90)7 (70)4 (100) Ins. cardiaque-7 (41)-0- Ins. rénale4 (22)5 (29)1 (10)2 (20)- Traitement Amantadine10 (56)000- Ribavirine1 (6)02 (20)0- Oseltamivir010 (59)5 (50)10 (100)- Corticoides5 (28)8 (47)7 (70)5 (50)- Inotropes-8 (47)2 (20)-

33 Hong Kong 1997 Thaïlande 2004 Vietnam 2004 Ho Chi Minh 2005 Cambodge 2005 n Délai début signes / DCD ,88 (8-29)(9-30)(4-17)(4-21)(6-10) DCD n % Caractéristiques des pts H5N1 (4) Adapté de WHO N Engl J Med 2005;353:

34 Particularités cliniques à retenir Incubation plus longue que grippe « normale » Fièvre élevée, Diarrhée liquidienne plus fréquente Symptômes respiratoires et signes radiologiques marqués Défaillance multiviscérale fréquente DCD liés à la défaillance respiratoire Résistance aux inhibiteurs de M2 Mortalité importante Adapté de WHO N Engl J Med 2005;353:

35 La prévention chez les hommes des mesures de précaution individuelles sont recommandées pour les personnes exposées à des volailles infectées. Recommandations pour les personnes se rendant dans les pays affectés par la grippe aviaire En novembre 2005, lOMS ne préconisait pas de restreindre les voyages dans les zones concernées. Le ministère de la Santé recommande aux personnes se rendant dans les pays affectés par lépizootie déviter tout contact avec les volatiles et les porcs vivants ou leurs cadavres, y compris sur les marchés. Il leur est également recommandé déviter tout contact avec une surface apparaissant souillée par des fientes de volailles ou des déjections danimaux. Il est enfin interdit de rapporter un volatile vivant de ces pays, en particulier les oiseaux dornement (décision européenne en date du 29 janvier 2004). LAFSSA recommande de ne pas consommer de volaille ou de produits à base dœufs insuffisamment cuits.AFSSA éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits ; se laver les mains fréquemment à leau et au savon ou avec un soluté hydro-alcoolique quil est conseillé demporter de France.

36 Recommandations pour les professionnels de la filière avicole ou des services vétérinaires et de santé amenés à travailler dans des exploitations touchées par le virus H5N1 Lensemble des recommandations est disponible dans le document intitulé "Conduite à tenir devant un cas dinfluenza aviaire à risque établi de transmission humaine". Le ministère de lAgriculture indique quil convient, pour ces professionnels, lors du retour en France, de ne pas visiter délevages de volailles avant une semaine.Conduite à tenir devant un cas dinfluenza aviaire à risque établi de transmission humaine Réduire les sources de contamination possibles : Déjections animales : éviter lutilisation de jets deau à très haute pression, porter des gants, des bottes... Manipulation doiseaux morts ou de déchets animaux : porter des gants étanches Respecter les règles dhygiène : Se laver les mains systématiquement (eau et savon) : Après contact avec les animaux, les déchets ou les délections animales ; avant les repas, les pauses, en fin de journée de travail. Ne pas boire, manger, fumer sur les lieux de travail. Si plaie : laver, savonner, puis rincer. Désinfecter et recouvrir dun pansement imperméable. Si projection dans les yeux : rincer immédiatement à leau potable. Nettoyer régulièrement ses vêtements de travail, gants et bottes.

37 Le virus pandémique grippale HxNy Le virus pandémique « HxNy » nexiste pas encore. Personne ne peut donc prédire sa virulence chez lhomme. Il sera différent des virus humains actuellement connus et du virus aviaire H5N1 actuel. En revanche, nous disposons de plans de lutte contre une pandémie grippale qui a pour objectif de contenir la diffusion du virus, de protéger la population et de prendre en charge les malades, dinformer le grand public et les professionnels, et enfin de limiter les perturbations économiques et sociales qui en résulteraient. Mars 2006

38 Hypothèses dadaptation du virus aviaire à lhomme 1/ RECOMBINAISON survient lorsque deux virus grippaux infectent simultanément le même hôte : ils peuvent échanger une partie de leur patrimoine génétique (cassure puis recombinaison entre gènes H et/ou N de virus humain et virus animaux) ; favorisée par promiscuité humains-animaux ; peut être facilitée par un hôte intermédiaire (porc) sensible à la grippe aviaire et à la grippe humaine. peut aussi se produire directement chez lhomme en cas de co-infection. 2 / MUTATION contamination directe à partir de loiseau et mutation propre du virus. Mars 2006

39 Homme contaminé par un autre homme Oiseaux sauvages, porteurs du virus, non malades Oiseaux domestiques ou sauvages contaminés, malades Porc porteur du virus de la grippe du poulet et du virus de la grippe humaine Hypothèses de recombinaison entre sous-type humains et animaux Virus de la grippe animale Virus de la grippe humaine Recombinaison hypothétique Homme contaminé par le virus recombiné Homme contaminé directement par la grippe du poulet Grippe aviaire Maladie animale Pas de transmission interhumaine Nouveau virus HxNy susceptible dêtre responsables dune pandémie Mars 2006

40 PANDEMIE : PREREQUIS Nouveau virus rencontrant une population naïve Virus capable de se répliquer et de causer la maladie Transmission inter-humaine efficace

41 Modes de contamination du virus de la pandémie grippale directement par la salive, les postillons, les écoulements du nez, lors de la parole, léternuement, la toux, indirectement, par les mains, et parfois les objets., des mesures dhygiène simples, "de base", peuvent être appliquées au quotidien. Une transmission par aérosol de particules infectantes de moins de 5 microns est possible, – équipement de protection respiratoire FFP2 et des lunettes de protection lors de ces soins rapprochés.

42 Mutations du virus grippal Glissement antigénique: mutations ponctuelles H (et/ou N) => Epidémie (H1N1, H3N2, B) –L'immunité acquise dans la population humaine lors des précédentes épidémies va sélectionner le virus mutant. Ce dernier peut alors se multiplier et causer une épidémie. –Le virus de la grippe B se modifie exclusivement par glissement antigénique. Cassures: recombinaison entre gènes H (et/ou N) de virus humains et de virus animaux => Pandémie (H5N1 + ?) –Nécessitent l'infection simultanée d'un même individu par 2 virus distincts –Ne concerne que le type A

43 Pandémies et épidémies : pandémie - A H1N1 (Grippe Espagnole) : pandémie - A H2N2 (Grippe Asiatique) : pandémie - A H3N2 (Grippe de Hong Kong) : H1N1 porcin (1 cas humain ; accident de labo) 1994 : A H3N2 porcin (2 cas humains) 1997 : A H5N1 aviaire (18 cas humains Hong Kong; 6 DC) 1999 : A H9N2 aviaire (2 cas humains, Hong Kong ; 0 DC) 2003 : A H7N7 aviaire (85 cas humains, Pays Bas ; 1 DC) ( conjonctivites) 2003 : A H7N7 aviaire (1 cas humain, USA ; 0 DC) 2004 : A H7N3 aviaire (2 cas humains, Canada ; 0 DC)

44 Historique: Influenza A H5N1 1997, Hong Kong –Enfant décédé de pneumonie –17 autres cas –20% des poulets + sur les marchés 1999, –Oies en provenance Guangdong 2001, –Marché de Hong Kong

45 SUD-EST ASIATIQUE Février cluster familial

46 GRIPPE AVIAIRE : Point Janvier 2006 Bilan officiel OMS des cas humains confirmés depuis 01/2004 –1 ère Vague 26/12/ /03/2004 : Vietnam : 23 cas dont 16 décès Thaïlande: 12 cas dont 8 décès – 2 ème Vague 19/7/ /10/2004 : Vietnam : 4 cas dont 4 décès Thaïlande: 5 cas dont 4 décès –3 ème Vague décembre 2004 (…) : Vietnam : 66 cas dont 22 décès Cambodge : 4 cas dont 4 décès Thaïlande: 5 cas dont 2 décès Indonésie : 17 cas dont 12 décès Chine : 8 cas dont 5 décès Turquie : 21 cas dont 4 décèsTurquie : 21 cas dont 4 décès –TOTAL : 165 cas dont 81 décès

47 GRIPPE AVIAIRE : Point Janvier 2006 Bilan officiel OMS des cas humains confirmés depuis décembre 2003 –165 cas (Cambodge, Vietnam, Thaïlande, Indonésie, Chine et Turquie) –dont 81 décès –Virulence importante : < 50 % de mortalité ?! Transmission interhumaine ? –1 cas officiel (NEJM, 27 janvier, vol 352, n°4, p ) –mais intra-familial –+ Indonésie !

48 GRIPPE AVIAIRE : Point Janvier 2006 Animaux : –Des animaux malades : poulets –Des porteurs sains : canards –Un réservoir potentiel : porc –Des « vecteurs » : oiseaux migrateurs –Zone touchées (animaux) : –Cambodge, Chine (Hong Kong), Corée du Sud, Indonésie, Japon, Laos, Malaisie, Thaïlande, Vietman Russie, Roumanie, Turquie, Croatie, … UK, …

49 Grippe aviaire Cambodge Chine/Hong Kong Corée Indonésie Japon Kazakhstan Laos Malaisie Russie Thaïlande Vietnam


Télécharger ppt "Généralités Grippe et Pandémie grippale. La grippe saisonnière : virus A, B, C Transmission interhumaine Vaccin existant modifié chaque année Influenza."

Présentations similaires


Annonces Google