La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Comme une renégociation des espaces documentaires. Etude exploratoire des pratiques dindexation sociale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Comme une renégociation des espaces documentaires. Etude exploratoire des pratiques dindexation sociale."— Transcription de la présentation:

1 comme une renégociation des espaces documentaires. Etude exploratoire des pratiques dindexation sociale

2 Gabriel Gallezot. Maître de Conférences Université de Nice - Sophia Antipolis Urfist PacaC. Laboratoire I3M (EA 3820) Olivier Ertzscheid. Maître de Conférences. Université de Nantes. IUT de la Roche sur Yon. Equipe CREC. Laboratoire DOCSI (Université de Lyon). Conférence DocSoc Document numérique et société Fribourg / Septembre 2006

3 Observations « Indexation sociale » / Folksonomies Impactent durablement les pratiques dIR (accès, représentation, recherche, navigation) Contexte redocumentarisation : caractériser documents « tertiaires » Posent la question dune transition vers web (socio-)sémantique. Hétérogénéité des contenus Massification/marchandisation des accès Communautarisation des pratiques Economie « sociale » des documents numériques Web/documenet public Web/document` privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Web extime (blogs)

4 Dérive des continents « documentaires » ? Web public Web privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Quoi ? Web publicWeb privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Web extime (blogs) Qui ? Web publicWeb privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Web extime (blogs) ? Pourquoi ? indexé non-indexé

5 Tectonique documentaire « Eclaire » communautarisation des pratiques « Correspond » –Nouvelle échelle, nouveaux formats, nouvelles volumétries –Acculturation aux outils et aux pratiques de marchandisation des accès –Processus global de redocumentarisation : « Comme dans la précédente modernisation, le document participe au processus et même y joue un rôle clé, mais il sest transformé au point que lon peut se demander sil sagit encore de la même entité » Archive foucaldienne « Par archive, jentends dabord la masse des choses dites dans une culture, conservées, valorisées, réutilisées, répétées et transformées. Bref toute cette masse verbale qui a été fabriquée par les hommes, investie dans leurs techniques et leurs institutions, et qui est tissée avec leur existence et leur histoire » Hypothèse : émergence dune « indexation sociale » correspond au besoin de traitement, dappropriation, de partage, de mise en représentation de ces nouvelles configurations informationnelles.

6 Définition « Folksonomies désignent –un processus de classification collaborative –par des mots-clés librement choisis –Ou le résultat de cette classification. » (Wikipédia)

7 thesaurus « vocabulaire normalisé sur la base de termes génériques et de termes spécifiques à un domaine »

8 ontologie « ensemble structuré de concepts. (…) organisés dans un graphe (…) relations sémantiques et de composition ou d'héritage. »

9 4 écoles dindexation Web Full-text => Balises Méta => Métadonnées Web Sémantique Folksonomies : indexation sociale communautaire Standardisation => Dublin Core => OAI-PMH Ontologies (Ingénierie des connaissances) ? ? Standardisation Linguistique de corpus

10 Folksonomie thesaurus ontologie « Folksonomies désignent –un processus de classification collaborative –par des mots-clés librement choisis –Ou le résultat de cette classification. » Vocabulaire non-normalisé, non-structuré, non-spécifique à un domaine, sans relations sémantiques ou hiérarchiques.

11 ? Avantages = Inconvénients ? Point de vue de lInformation Retrieval –En amont : Indexation humaine, à la volée, instantanée, cumulative Facile / Rapide / –En aval : filtrage collaboratif (communautaire - del.icio.us, connotea -, thématique - technorati - orienté-support - flickR - …) Avantages « de surface » : –Simplicité, Rapidité, –Coût 0 Expertise 0, –Tous types dobjets (documents, livres, photos, couriels …) FLickR : ) –Adéquation aux usages / pratiques de lIR (onebox, oneword)

12 ? Avantages = Inconvénients ? Inconvénients : les mêmes … –Trop simple, trop peu coûteux, trop peu dexpertise, trop dhétérogénéité + –Confusion entretenue (IR) entre pertinence (autorité) et popularité (photos les plus vues les plus tagguées et réciproquement) –polysémie, synonymie, lemmatisation, orthographe, langue, redondance, univers de référence (« peinture » et/ou « louvre », etc.) … ET POURTANT …

13 … ça marche ! Ya-t-il un intérêt ? –Du point de vue des utilisateurs ? OUI. Adhésion massive. Généralisation des pratiques. –Du point de vue de lhétérogénéité et de la masse des corpus décrits ? OUI. Efficace sinon pertinent (empiriquement … théorie évoquée plus loin) –Du point de vue de la facilitation et/ou de nouvelles modalités du processus dIR ? OUI. Sérendipité. Adhésion utilisateurs, gain de temps, gain déchelle, économie dexpertise … ==> Pourquoi ? Pérennité des pratiques ?

14 3 modèles « inadaptés » Au regard des nouveaux continents documentaires du web. Web (= contenus indexables) oxymorique : –Homogénéité des processus (tout est lié à tout - ou peut lêtre) –Hétérogénéité des contenus, des éléments liés (mail, photos de vacances, textes, sites, signets, etc.) Finalité (religion ?) de laccès : –Accès au document. Accès au partage. Accès à une communauté. –Gratuit. Instantané. Full-text => Balises Méta => Métadonnées Standardisation => Dublin Core => OAI-PMH Ontologies (Ingénierie des connaissances) Web/documenet public Web/document` privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Web extime (blogs)

15 Finalité de laccès et bibliothéconomie de masse. Bibliothéconomie de masse : –quel modèle ? Marchand ? Raisonné ? –Quelles logiques : qualitatives ? Quantitatives ? Librarything (5 millions douvrages) –Indexation « standard » : notice au format MARC, indexation DEWEY, LC "subjects headings », –+ indexation sociale : des tags associés, des fiches de lecture et revues de la communauté, système de recommandation –http://www.librarything.comhttp://www.librarything.com

16 Science et folksonomies Interface –Bibliothèque & Catalogue –communautaire scientifique (www.postgenomic.com) –Partage de signets (del.icio.us, connotea) Les 2 écoles ou le meilleur des deux mondes. –Interface BdD (http://www.hubmed.org)http://www.hubmed.org)

17 Science et folksonomies

18 ? Approches complémentaires ? Construire des ontologies « sur » des folksonomies ? Web Socio- Sémantique Folksonomies : indexation sociale communautaire Ontologies (Ingénierie des connaissances) ? ?

19 Folksonomies et moteurs (IR) Illustration de la « puissance dinterface » –Tagnautica : –http://www.quasimondo.com/tagnaut ica.phphttp://www.quasimondo.com/tagnaut ica.php Héritage de la linguistique de corpus –http://aixtal.blogspot.com/2006/01/o util-le-nbuloscope.htmlhttp://aixtal.blogspot.com/2006/01/o util-le-nbuloscope.html Moteurs dédiés (technorati) Fonctionalité intégrée (MyYahoo)

20 Folksonomies et IR Interfaçage « idéal » de tous types de requêtage –Requêtes informationnelles Information « précise » ou dédiée. –Requêtes transactionnelles Réserver un billet davion. –Requêtes navigationnelles Vue densemble (cartographie, clusters) –Requêtes « interactionnelles » « Search partys », social bookmarking, tagging Le mot contre son absence

21 Les raisons du succès (1/5) : Une temporalité (ré?)unifiée entre interface et indexation Temps consultation temps de laccès temps de lindexation Micro-temporalités successives, parfois simultanées, jamais contraintes, sans préalables. Langages documentaires & formels (Thésaurus & ontologies) pour laccès à linformation : –Interfaces asynchrones. –Nbre textes > nbre dindexeur = temporalité interfaçage longue –acculturation à rebours (des novices vers lexpert) Folksonomies –Interface synchrone. Le temps de lindexation est le même que celui de laccès et du repérage. –Nbre documents < = nbre dindexeurs = temporalité interfaçage courte (simultanée) –Acculturation a priori.

22 Les raisons du succès (2/5) : La fonction symbolique plutôt que la vocation analytique. Vocation analytique des langages documentaires & formels : –classer physiquement et/ou conceptuellement selon la nature de lobjet –Univers de référence « construit » par lindexeur, lexpert et létat des connaissances au moment de lindexation –Approche « objective », logique ou logiciste Fonction symbolique Folksonomies : –repérer spatialement et/ou sémantiquement pour accéder et/ou représenter lobjet. –Univers de référence induit par lobjet lui-même et le rapport objet/indexeur –Approche « subjective », empirique, « essai et erreur »

23 Les raisons du succès (3/5) : la sagesse des foules « (…) N'importe qui peut déposer n'importe quel tag sur n'importe quelle photo. Mais - et c'est la clé - Flickr offre un retour sur les tags les plus utilisés et les plus populaires, et les gens souhaitant attirer l'attention sur leurs photos (...) apprennent rapidement à utiliser ce lexique si celui-ci fait sens. Cela rend le système étonnamment stable. Del.icio.us fait la même chose. Le succès de Google pour rendre les recherches plus pertinentes reposait sur la puissance de cette sagesse populaire (PageRank)... » Adam Bosworth, VP ingénierie chez Google. Postule lexistence pour tout élément donné (texte, image, document) dune série de mots et termes composant le plus petit lexique commun (concensus) permettant de décrire l'objet ou le document.

24 Les raisons du succès (4/5) : un faible coût cognitif Marquage élimine la phase de décision (choix de la bonne catégorie) Dissipe la phase de paralysie danalyse (choix du mot-clé) Permet lancrage en contexte socio-cognitif immédiat. –Google image labeller : Hiérarchie centrée document VS anarchie centrée utilisateur MAIS … Confirmation de laxiomatique du memex : –« human mind doesnt work that way » –« association » Emergence de patterns stables et auto-régulés

25 Les raisons du succès (5/5) : Auto-régulation ? Golder Scott A. & Huberman Bernardo A., « The Structure of Collaborative Tagging Systems », Information Dynamics Lab, HP Labs, Méthodologie –Site Del.icio.us –Sur une période donnée (5 jours) –Corpus : Les plus populaires (212 URL présents dans signets) Échantillon aléatoire de 229 usagers ayant partagé durant période test + tous leurs signets y compris hors-période ( signets)

26 Auto-régulation ? Résultats –7 types de tags : Thématiques (orientés sujet) / Nature de lobjet (article, blog, livre) / Propriétaire (auteur du signet) / adjectifs de caractérisation (drôle, stupide, horreur) / auto-référence (messignets, monnom …) / orientés tâche (à lire, recherche demploi) Plus on possède (= partage), plus on taggue –(avec fortes variations selon individus) Motifs stables dans la proportion et le choix des tags. –Plus une ressource est partagée, plus le nombre de tags la décrivant se stabilise ainsi que leur nature. Subjectivation des adjectifs de caractérisation savère pertinente du fait de son inscription dans une communauté.

27 Documents primaires, secondaires … TERTIAIRES Un document « tertiaire » est porteur dune triple hybridation : –Mécanismes dinscription ET de navigation –Synchronicité des temporalités de repérage, danalyse ET daccès –Babélisation des pratiques expertes (indexation), individuelles (tagging) ET communautaires (filtrage) Continent documentaire « unifié » (usages) Force tectonique : indexabilité. Folksonomies : –creuset de nouvelles pratiques sociales du document. –Impact durable (à étudier) sur pratiques dIR

28 Folksonomies comme … « ontologies sémiotiques » ? –« acteurs divers + –compétences hétérogènes impliquant recours à des classifications partagées par le collectif –et représentées explicitement dans linterface du système ». (Zacklad) Partie usages émergés web socio-sémantique : –« codétermination des usages informationnels et communicationnels » (Zacklad) –« à lintérieur de communautés de pratique »

29 … MeRci … ? QuEsTioNs ?

30 Confusion des pratiques informationnelles chercher communiquer Tagger / indexer organiser sorienterpartager google talk earth print orkut APIs Web/documenet public Web/document` privé Web personnel (Desktop) Web intime (Mail) Web extime (blogs)

31 Question dindexabilité Réunion dUnivers informationnels distincts Questionnent lindexabilité de cette « masse » selon troix axes/modèles : –Bibliothéconomique. Gestion et accès raisonné des/aux contenus. –Marchand (prime à laccès. Ex. de Google books) –Communautaire et à la volée : indexation sociale. –Copie nuage de tags sur le meur ou autre, sur mon blog, del.icio.us.

32 PERONOMIES : Kekseksa ? Le dernier de ces néologismes dont le web 2.0 est friand. Dans la lignée (inverse) des folksonomies, les personomies se définissent comme "mon environnement informationnel personnel. C'est l'environnement informationnel que j'ai construit dans le temps (...) et qui inclue mes contacts, mes achats, mes historiques de recherche, mes s, mes fils rss, mes commentaires sur les blogs, etc... » Nota Bene de 10 minutes plus tard : la socionomie n'est pas seulement un synonyme de "folksonomie" ou de "potonomie", elle est une théorie scientifique qui intégre "une nouvelle approche de l'économie politique en intégrant le comportement des agents économiques et la psychologie de masse.", comme l'indique la seule publication francophone dénichée sur le sujet. Mais il en est sûrement d'autres et des meilleures que vous aurez l'obligeance de me signaler en commentaires :-) En tout cas et sous-réserve d'approfondissement, il se pourrait bien que cette socionomie là soit le champ de recherche encadrant idéalement l'ensemble des études sur les moteurs de recherche et leurs implications cognitives et sociétales. Et hop, une chaire de socionomie ! Comme un écho à celle d'intelligence collective initiée par Pierre Lévy.

33 Avantages folkso Taux de rappel (TR) nombre de documents pertinents retournés divisé par le nombre de documents pertinents existants. Taux de précision (TP) nombre de documents pertinents retournés divisé par le nombre de documents retournés. Mesures non adaptées : –nature des corpus (sites dactualité, taguage uniforme : « 11 Septembre »). Taux de recouvrement non-mesurable entre sites communautaires : tags sous del.icio.us, ne sont pas tags sous technorati ou sous MyYahoo!, et documents sont également différents. Juger de la pertinence des folksonomies dans un processus dIR réclamerait lajout de nouvelles métriques : –Taux de partage (nbre de doc. Pertinents par rapports aux nobre de documents partagés) –Taux de partage optimal (nbre de doc. Pertinents par rapports aux nombre de documents les plus partagés)

34 Les trois âges documentaires –Web 0 : ce qui est publié (navigateurs) –Web 1.0 : ce qui est accédé (moteurs) ou indexé pour être accédé. Ceux qui indexent (bots) nétant pas ceux qui accèdent (users) –Web 2.0 : ce qui est indexé pour être accédé pour/par/dans une communauté dusagers-indexeurs.


Télécharger ppt "Comme une renégociation des espaces documentaires. Etude exploratoire des pratiques dindexation sociale."

Présentations similaires


Annonces Google