La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Développement du Langage De sa connaissance aux définitions des troubles TSL La dysphasie … Octobre 2008 A Charollais.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Développement du Langage De sa connaissance aux définitions des troubles TSL La dysphasie … Octobre 2008 A Charollais."— Transcription de la présentation:

1 Développement du Langage De sa connaissance aux définitions des troubles TSL La dysphasie … Octobre 2008 A Charollais

2 Trouble du langage Apport médical: –Compréhension langage oral /langage écrit –Connaissance et compréhension fonctions développementales nécessaires au langage oral –Incidence dun dysfonctionnement dans lun des composants sous tendant le langage

3 Les troubles dapprentissages : une polémique La dysphasie et la dyslexie nexistent pas ou on la voit partout… Est tout neurologique ou toute psychologique 10 à 15% denfants en échec scolaire: –Trouble Socio-économique –Trouble psychologique En fait 5 à 10% de trouble spécifique Très souvent intriqué: en développement …

4 Historique 2001 : création des centres de référence –Rapport Ringard –Centre MULTIDISCIPLINAIRE Équipe –Centre Universitaire Recherche

5 Etat des connaissances Expertise collective :INSERM janvier 2007 Bilan de la littérature internationale par des experts dans le cadre dun programme de santé de lenfant Dyslexie, dysorthographie : le point est nécessaire pour des recommandations nationales La dysphasie et la dyspraxie devraient aussi être « expertisées »

6 INSERM janvier 2007 Liliane Sprenger-Charolles (expert) Lecture a pour objectif la compréhension : niveau de langage oral Langage écrit ne se construit que sur un langage oral ET avec un bon niveau dautomaticité dans lidentification des mots écrits –Travaux de recherche montrent que les enfants apprennent par une procédure sub-lexicale (graphème/phonème) au début dépendant de la régularité (espagnol> français> anglais) –Prédicteurs: analyse phonémique, connaissance des lettres, mémoire CT phonologique, dénomination rapide

7 INSERM 2007 F Ramus expert Hypothèse dun déficit cognitif car le facteur « environnemental » seul nest pas toujours présent Déficit majeur phonologique : dans le traitement, la représentation mentale des sons et de la parole Facteurs familiaux: gènes perturbant la mise en réseau des différentes aires nécessaires au langage oral resollicité lors du langage écrit Pas un déterminisme: dépend dinteraction avec différents facteurs très divers

8 INSERM 2007 C Billard expert Interet de la prise en charge de tous les enfants présentant des difficultés de lecture précocément en milieu scolaire: 50 à 75 % des enfants présentant des difficultés de décodage peuvent rejoindre le groupe en quelques mois. Population à risque : troubles du langage oral+++. Un programme preventif nest efficace que sil associe un travail sur les compétences phonologiques du lo et du LE Soins: axes de rééducations articulés avec les programmes pédagogiques

9 La dysphasie et la dyspraxie devraient aussi être « expertisées » prochainement

10 Lécole est essentielle La où le trouble est repéré Retentissement direct sur la vie scolaire Les personnes ressource de lEN sont en premier La pédagogie devra sinspirer directement des spécificités du TSL –Lui permettre de continuer les apprentissages

11 Pourquoi parler de TSL Pour les ENFANTS Parce que ce quils nous apprennent servira aux autres

12 Lapport de la neurologie Comprendre les fonctionnements neuropsychologiques en référence aux modèles Comprendre pourquoi ces types de difficultés

13 Lhistoire … de la neurologie du XIXème siècle des adultes perdent, à la suite d'une lésion cérébrale, la faculté de : –Parler : Produire les mots et les phases « Tantan » (Broca) ou Comprendre en conservant un jargon(Wernicke) –Lire : de façon analytique (picrado) ou globale (monsieur) Les fonctions cognitives sont localisées dans le cerveau Le langage est constitué de différents composants

14

15 LAPPORT DES MODELES Comprendre le fonctionnement normal –Langage oral –Lecture et orthographe –Graphisme Situer les déficits dans le processus Émettre des hypothèses sur les troubles Construire la rééducation et la pédagogie

16 Langage :neurodéveloppement Toutes ces compétences se situent dans le cerveau: –APPORT de la neurologie : il ne sagit pas dune anomalie clastique sur un cerveau mature –APPORT du développement: Comment met on en place toutes ces fonctions pour lire et écrire « normalement »

17 Apports neurologies comportementales IRM fonctionnelles L Hertz Pannier G Dehaene C Chiron –Imagerie du langage chez lenfant Organisation complexe mais précise avec des étapes développementales clés Compensation et transfert des fonctions dépendent de lâge –Les aires motrices du langage Aire de Broca reliées par le faisceau arqué à laire de Wernicke –Neurones miroirs

18

19 Développement Tout petit enfant: Le développement cérébral est le résultat dinteractions CONSTANTES entre le programme génétique et les influences de lenvironnement et des apprentissages. Les rôles respectifs de linné et des stimulations constituent le fond du débat « nature –culture » Les progrès de la neurobiologie et de nos connaissances du développement du cerveau ont transformé nos pratiques médicales. La plasticité cérébrale est une des caractéristiques principales du développement : elle devrait nous aider dans les méthodes de rééducation

20 Développement du langage oral Dès 6 mois le fœtus commence à traiter les sons du langage À se familiariser avec les caractéristiques de la voix de sa mère et de la langue quelle parle Il se sensibilise à la prosodie Modulation de réseaux neuronaux en fonction des sons plus souvent entendus …

21 Développement du langage oral : –Apprentissage de la communication et le traitement du langage oral débute dès les premières interactions du bébé avec ses partenaires humains. –Dès quil a reconnu en ladulte un partenaire privilégié pour agir sur autrui Adulte pour le solliciter et lui répondre

22 Développement du langage oral –Premiers mois: adulte est principalement à linitiative de la communication –Capacités perceptives lui permettent de comprendre au cours des 12 premiers mois des variations de plus en plus complexes ( changement dintonation, frontières entre les mots …) –Production: 0 à 3 mois par les mimiques et vocalises sinstaure un « dialogue dactions » ; ladulte met des mots sur les objets et les personnes et simplifie par lintonation –Compétences initiales sont sélectionnées et seuls le sons entendus seront discriminés – Les enfants napprennent pas à parler seuls –Modulation des réseaux neuronaux au stade sensori moteur

23 Développement du langage oral 0-12 mois –0 3 mois: vocalises … –4 mois: vocalises seules teste la boucle audio phonatoire –6 mois: babillage : séquençage répétition monosyllabique Attention conjointe : « biberon » –9 mois : babillage canonique « mama » Répétition et redondance avec du sens… –12 mois : babillage plus riche « papa » « tata »

24 Développement du langage oral De 18 mois à 3 ans: –EXPLOSION LEXICALE Augmentation très rapide du nombre de mots connus et OPPOSES –Plusieurs nouveaux mots par semaine Lopposition conditionne la phonologie –« bobo » « toto » Le nombre de mots conditionne la syntaxe –« Papa parti ture » « ture papa parti »

25 Développement du langage oral : Tous les enfants ne bénéficient pas de ces conditions idéales : –Langage instrumental plutôt que dévocation –Lexique limité –Peu de temps aux activités communes et partagées –Communication plus destinée à contrôler les comportements quà prendre les enfants comme des interlocuteurs avec lesquels on a envie déchanger des idées.

26 Langage et PSM « Lhétérogénéité des compétences des enfants lorsquils arrivent à lécole est en lien pour une part avec les situations de communication quils ont pu expérimenter dans la famille » –Certains ne comprennent pas demblée quune question appelle une réponse verbale de leur part et ne dépasse guère la fonction instrumentale du langage –Le lexique peut être très limité ainsi que la syntaxe MAIS pour une autre part ???

27 Langage Oral A 18 mois: mutisme ou aucune répétition monosyllabique –ANORMAL Surdité Défaut de stimulation : reste examen NL (praxies??) –Guidance et revoir Retard langage : expression/ compréhension ? –Retard + global :guidance et orthophonie –Trouble communication « CHAT »: pédopsychiatrie

28 18 mois Langage Oral Fin du stade sensori- moteur: –Perceptions sonore, visuelle, motrice sont déjà normalement mises en place ET « connectées « Début du Stade Lexical: –Mise en place du vocabulaire: le lexique Compréhension: réception: désignation Production: un mot pour un objet: « lolo » Elément central du langage

29 18 /36 mois 24 mois : phrases deux mots –Entre les deux : explosion lexicale –De Mots étiquettes >>>> fonction (quest ce que cest ? a quoi ça sert ?) et syntaxe ( voiture est rouge, je monte dans la voiture) –Ecoute du langage écrit 36 mois : phrases trois mots –Troubles de prononciation « secondaires » mais « réglés au cours de la GSM » –Utilise les pluriels, et le je

30 En pratique: trouble du langage oral « Toute plainte sur LO à 3 ans doit être prise en considération » Repérer dès fin petite section –Troubles du langage secondaires –Troubles spécifiques avec critères de gravité Toujours un programme denrichissement langagier

31 Langage et PSM « Lhétérogénéité des compétences des enfants lorsquils arrivent à lécole est en lien pour une part avec les situations de communication quils ont pu expérimenter dans la famille » –Certains ne comprennent pas demblée quune question appelle une réponse verbale de leur part et ne dépasse guère la fonction instrumentale du langage –Le lexique peut être très limité ainsi que la syntaxe

32 Développement des compétences langagières Difficultés: –Absence de participation aux conversations de nombreux enfants (30%) tous niveaux –Les premiers découragés et conscients de ne pouvoir participer sinstallent à lécart et souvent pour longtemps –maternelle : 25% en début de GSM difficultés de compréhension orale de consignes simples et en jugement de grammaticalité –Corrélations: résultats inférieurs de ceux qui participent le moins et idem sur les suivi au CP et CE1

33 Développement des compétences langagières Travail en petits groupes 6 à 9 de courte durée mais régulière leur permet de transférer leurs compétences Travail est axé sur –le lexique –Caractéristiques sonores –Règles conversationnelles: échanger des points de vue

34 Langage et PSM « Lhétérogénéité des compétences des enfants lorsquils arrivent à lécole est en lien pour une part avec les situations de communication quils ont pu expérimenter dans la famille » –Certains ne comprennent pas demblée quune question appelle une réponse verbale de leur part et ne dépasse guère la fonction instrumentale du langage –Le lexique peut être très limité ainsi que la syntaxe MAIS pour une autre part ???

35 Signes dalerte nécessitant immédiatement une évaluation plus précise Pas de babillage à lâge de 12 mois Pas de gestuel « montrer » du doigt Pas de mots isolés à 16 mois Pas de petites phrases de 2 mots à 24 mois Toute régression ou perte dhabilités du langage ou de socialisation à nimporte quel âge

36 Les troubles spécifiques du langage oral : définition Les troubles spécifiques du langage oral : –Un langage oral déficitaire –Sans raison claire : pas de surdité, pas de trouble massif de la communication ou comportement, pas de déficit intellectuel Du retard de langage au dysphasie de développement

37 Troubles spécifiques : à 3-4 ans Critères de gravité : Inintelligible Agrammatisme Compréhension altérée Évaluation et rééducation orthophonique Pas de critères de gravité Pas de nécessité de prise en charge de soins Nécessité dun accompagnement pédagogique Dune guidance parentale Et dun suivi

38 Dysphasie: TSL Trouble spécifique durable primitif sévère Dénomination diverse –Expression : témoin dune déviance Complexification ? Substitution ? Simplification ? Elision ? Multiples catégorisations –Fonction réception / adulte –Forme frontière

39 Labsence de spécialisation Absence des asymétries physiologiques –Planum temporale –Opercules pariétaux

40

41 Etat des connaissances Approche fondamentale Anomalies du corps calleux Anomalies de la migration Perte de l asymétrie « planum temporal » Désorganisation des structures magno cellulaires Anomalies cérébelleuses

42 Etat des connaissances Approche IRMf Dysphasiques adultes : micro-architecture neuronale différente –Absence dasymétrie physiologique des aires du langage Différents des aphasies acquises : macro- architecture différente (lésion) –Asymétrie physiologique conservée

43 Toute plainte sur le langage oral doit être prise en considération 7 % des enfants de 3 ans (Silva) 40 % des enfants déficitaires à 3 ans auront à 7 ans et demi soit une déficience mentale, soit un déficit du langage oral, soit un déficit de lecture : fini le ça sarrangera …60% nauront plus rienn

44 Troubles spécifiques : à 5 ans Toujours absolument évaluation orthophonique et rééducation –Intense si sévère –Travail sur le déficit linguistique –Préparation du langage écrit : conscience phonologique et voie dassemblage Toujours réponse pédagogique Toujours suivi en CP

45 Les troubles des apprentissages : pas une fatalité Au prix dune « chaîne de prise en charge » : –école au repérage –Leurs personnes ressources au dépistage –Les soins triés, adaptés, intenses –La réponse pédagogique : toujours Dune collaboration PARENTS-ECOLE- SOINS Dune INFORMATION de TOUS Dune FORMATION de certains

46 Cas Clinique P…petite fille de 4 ans 3 mois Adressée par son orthophoniste :TSL ? ATCD: –2ème fratrie de 3 : RAS parents RAS –Dev posturo moteur : marche 11 mois –LO: vocalises mais plutôt silencieuse, pas de babillage entre 8 et 14 mois –Premiers mots adaptés à 18 mois –Très nombreuses infections ORL –Puis « bavarde » mais incompréhensible –2 et 3 ans : crèche –PSM : débute une rééducation au 2ème trimestre –MSM: progrès lents / comportement adapté mais…

47 P… examen clinique Examen somatique : normal –Audition recontrolée Ex Brev: –compétences non verbales normales –Motricité fine : crayon ? –Compétences praxiques : manger, vélo … LO: pas de complexification en lo spontané EEG : veille normal

48

49

50

51

52

53

54

55

56

57

58

59

60

61


Télécharger ppt "Développement du Langage De sa connaissance aux définitions des troubles TSL La dysphasie … Octobre 2008 A Charollais."

Présentations similaires


Annonces Google