La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

FEUX DETABLISSEMENTS AGRICOLES ET DELEVAGES VET LtCol JL MARY SDIS 84.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "FEUX DETABLISSEMENTS AGRICOLES ET DELEVAGES VET LtCol JL MARY SDIS 84."— Transcription de la présentation:

1 FEUX DETABLISSEMENTS AGRICOLES ET DELEVAGES VET LtCol JL MARY SDIS 84

2 SPECIFICITE DES BATIMENTS AGRICOLES STOCKAGE DENGRAIS, DHYDROCARBURES, DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES, DE DIVERS COMBUSTIBLES (PAILLE, FOIN, PALETTES, ALCOOL…), DE SILOS PRESENCE DANIMAUX EN GRAND NOMBRE PROXIMITE DE BATIMENTS DHABITATION VETUSTE EVENTUELLE DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES FREQUENCE ELEVEE DE SINISTRES: PLUSIEURS CENTAINES DEPUIS 1994 (SOURCE: BARPI) CAUSES: ACTES DIMPRUDENCE OU DE MALVEILLANCE

3 LE RISQUE INCENDIE LE FEU = REACTION DOXYGENATION RAPIDE EXOTHERMIQUE FEU COMBUSTIBLE SOURCE DINFLAMMATION COMBURANT LE COMBUSTIBLE (BOIS, PAILLE, SACS,…) SUBIT LOXYDATION LE COMBURANT CONTIENT LO2. IL PEUT ETRE UN PRODUIT STOCKE LA SOURCE DINFLAMMATION = ENERGIE SUFFISANTE POUR DEMARRER LE FEU AUTOINFLAMMATION SI T° SUFFISANTE (FERMENTATION)

4 CAS PARTICULIER: FEU DE STOCKAGE AGRICOLE INCENDIE AVEC FLAMMES AGRESSION THERMIQUE DIRECTE (FLAMMES), INDIRECTE(RAYONNEMENT) BRULURES, PROPAGATION DE LINCENDIE FUMEES TOXIQUES (ASPHYXIE, INTOXICATION) FEU COUVANT =ECHAUFFEMENT SUIVI DAUTOINFLAMMATION ODEUR DE COMBUSTION ENSUITE, FUMEE (ASPHYXIE, INTOX) PUIS, DEVELOPPEMENT DU FEU

5 TYPES DE STOCKAGE ET RISQUES ASSOCIES GRANDE DIVERSITE DEXPLOSION DE CONTAMINATION DE LENVIRONNEMENT COMBUSTIBLES: FOURRAGES (PAILLE, FOIN LUZERNE) MATERIAUX (CAGEOTS EN BOIS, PALETTES, SACS PLASTIQUES) STOCKAGES EN SILOS (CEREALES, …) RISQUE DEXPLOSION PAR FORMATION DATMOSPHERE EXPLOSIVE LORS DU REMPLISSAGE (MISE A LA TERRE) RISQUES TOXIQUES

6

7 TYPE DE STOCKAGES ET RISQUES ASSOCIES ENGRAIS ET PRODUITS PHYTOSANITAIRES °RISQUE DE POLLUTION DES EAUX ET DES SOLS PAR EAUX DEXTINCTION °RISQUE TOXIQUE PAR FUMEES (CL, HCN, CO, SO2, …) °RISQUE DE DETONATION: ENGRAIS A BASE DE NITRATE DAMMONIUM PAR * MELANGE AVEC COMBUSTIBLE (HYDROCARBURE) OU INCOMPATIBLE * CHAUFFAGE * IMPACT VIOLENT

8 TYPES DE STOCKAGE ET RISQUES ASSOCIES CUVES DHYDROCARBURES, FUEL, GAZ –FUITE CONTACT AVEC COMBURANT –EXPLOSION SI DANS UN INCENDIE ALCOOL DANS LES EXPLOITATIONS VITICOLES, LALCOOL > 14°, SIL EST CHAUFFE, DEGAGE DES VAPEURS QUI PARTICIPENT A LA COMBUSTION

9 SOURCES DINFLAMMATION SURFACES CHAUDES (POTS DECHAPPEMENT, MOTEURS ) -PROCHE DUN STOCKAGE A FORT POTENTIEL CALORIFIQUE FLAMMES ET GAZ CHAUDS – VAPEURS DIESEL MAL REGLE en contact prolongé avec matières combustibles – TRAVAUX AVEC FLAMME (TOITURE) ETINCELLES DORIGINE MECANIQUE (MEULAGE, SOUDAGE, FROTTEMENTS) INSTALLATIONS ELECTRIQUES (ECHAUFFEMENTS, COURT-CIRCUITS)

10 SOURCES DINFLAMMATION LA FOUDRE ELECTRICITE STATIQUE (REMPLISSAGE DE SILOS) (BANDES TRANSPORTEUSES DE CEREALES) REACTIONS EXOTHERMIQUES –AUTO ECHAUFFEMENT AUTO INFLAMMATION –FERMENTATION: FOURRAGE TROP VERT MAIS TROP HUMIDE ENSILAGE MAL COMPACTE –INCOMPATBILITE : NITRATE DAMMONIUM + HYDROCARBURES (Mauvaise disposition de stockage)

11 SOURCES DINFLAMMATION CONCLUSION RISQUE DORIGINE HUMAINE +++ INTERACTION ENTRE LES DIVERSES SORTES DE STOCKAGE MESURES DE PREVENTION MESURES DE PROTECTION

12 PREVENTION SUR SOURCES DINFLAMMATION POINTS CHAUDS ET GAZ DECHAPPEMENT –ESPACE ( 3-4 m) ENTRE ENGINS ET STOCKAGE –PAS DE CHAUDIERES / CHEMINEES A PROXIMITE ETINCELLES DORIGINE MECANIQUE –MAINTENANCE –INFORMATION- FORMATION –ELOIGNEMENT –EXTINCTEURS INSTALLATIONS ELECTRIQUES –CONTROLES NORMES –EXTINCTEURS B / C

13 PREVENTION SUR SOURCES DINFLAMMATION FOUDRE –PARATONNERRE –PARAFOUDRE ELECTRICITE STATIQUE –MISE A LA TERRE REACTIONS EXOTHERMIQUES –RENTRER FOURRAGE A DATE –VENTILATION DES SILOS

14 PRODUITS PHYTOSANITAIRES INTERDICTION DE STOCKER DES ENGRAIS DANS LES MEMES LIEUX QUE DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES RESTER DANS LEUR CONDITIONNEMENT DORIGINE COLLECTE DEMBALLAGES VIDES OU MAL UTILISES LOCAL VENTILE, SIGNALE + BAC DE RETENTION RESERVE DE SABLE A PROXIMITE SEPARER LES INCOMPATIBLES EN IDENTIFIANT LES ETIQUETTES INFORMATION / FORMATION DU PERSONNEL

15 PREVENTION

16 SI PLUSIEURS RISQUES: LE RISQUE INCENDIE EST A GERER DANS LORDRE SUIVANT

17 CONCLUSION EN CAS DINCENDIE: RISQUE DE CONTAMINATION DES EAUX ET DES SOLS PAR RUISSELLEMENT –ATTENTION AU CONFINEMENT DES ENGRAIS RISQUE DEXPLOSION –VENTILATION DES FUMEES –EVACUATION DES GENS ET DES ANIMAUX

18 DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES STOCKAGES NON MITOYENS DUN LIEU DE SOMMEIL STOCKAGES PHYTOSANITAIRES ISOLES DES AUTRES STOCKAGES MURS EN PARPAINGS, BETONS (RESISTANCE AU FEU 1 OU 2H)

19 DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES CAS DES CENTRES EQUESTRES SUITE AU DRAME DE LESCHERAINES (07/2004) MODIFICATION DE LA REGLEMENTATION SUR ERP REGLEMENTATION SUR STOCKAGE DE FOURRAGE A PROXIMITE DES LOCAUX DE SOMMEIL STOCKAGE PYRAMIDAL MUR COUPE FEU 1h SI < 30 PERSONNES 2h SI > 30 PERSONNES DETECTION AUTOMATIQUE DINCENDIE –ECHAUFFEMENT –FUMEES (MIEUX)

20 DISPOSITIONS REGLEMENTAIRES LIMITATION DU VOLUME DE FOURRAGE SI LOCAUX SEPARES : 5m DE DISTANCE 30 PERSONNES

21 LES ANIMAUX CONSEQUENCES DU FEU –BRULURES –ASPHYXIE –INTOXICATION –CHOC

22 BRULURES DESTRUCTION PARTIELLE OU TOTALE POUVANT CONCERNER LA PEAU, LES PARTIES MOLLES DES TISSUS OU MEME LES OS GRAVITE EN FONCTION : –DE LA LOCALISATION –DE LA PROFONDEUR (DEGRE) –DE LETENDUE DE LA SURFACE ATTEINTE (en %) –DE LAGENT CAUSAL

23 BRULURES CAUSEES PAR : –CONTACT AVEC SOURCE CHAUDE –CONTACT AVEC AGENT CORROSIF –FLAMME (COMBUSTION) –RAYONNEMENT (SOLEIL) –COURANT ELECTRIQUE CLASSIFICATION –1ER DEGRE: EPIDERME TOUCHE, AUCUN SOIN SPECIAL –2E DEGRE: DERME ATTEINT (CLOQUES) GESTION DE LINFECTION –3E DEGRE: PEAU DETRUITE (NOIRE, BLANCHE, BRUNE) INSENSIBILITE

24 BRULURES TRAITEMENT GENERAL : - ARROSER AVEC DE LEAU - MAINTENIR LES FONCTIONS VITALES BRULURE THERMIQUE: - SUPPRIMER LA SOURCE - RUISSELLEMENT DEAU FROIDE (PAS GLACEE) Max 5minutes si zone étendue - GESTION DES INFECTIONS - GESTION DU CHOC BRULURE CHIMIQUE: - ELOIGNER LA SOURCE - FICHE TECHNIQUE PRODUIT - RINCER ABONDAMMENT

25 BRULURES BRULURE ELECTRIQUE -DEBRANCHER -SURVEILLANCE CARDIAQUE (FIBRILLATION) - RHABDOMYOLYSE CLASSIFICATION DE WALLACE (REGLE DES 9)

26 Epidémiologie des décès sur feux IncendieVictimes Blessées Brûlées Intoxiquées Décédées Etude B.S.P.P. Etude U.S.A. 52 p100 brûlures 48 p100 asphyxies 80 p100 inhalation fumées toxiques

27 Intoxication par les fumées dincendie Données physiopathologiques La fumées : un milieu complexe et hétérogène · Phase gazeuse 150 principes actifs · Phase particulière suies · Vapeurs deau Même profil toxicologique de toutes les victimes Trouvées en un même lieu

28 Intoxication par les fumées dincendie Données physiopathologiques La fumées : un milieu complexe et hétérogène De la composition du combustible dépend la composition des fumées 1 Kg PVC 280l.H Cl Gaz chauds

29 Intoxication par les fumées dincendie Données physiopathologiques La fumées : un milieu complexe et hétérogène · Monoxyde de carbone (CO) : responsable de 30 p100 des décès · Dioxyde de carbone (CO 2 ) · Acide cyahydrique (HCN) :taux élevé dans 75 p100 des décès · Oxydes dazote :feux de forêt · Autres dérivés toxiques :laine, soie, polyesters H 2 S PVC, plastiques Hcl hydrocarbures Acroléine bois, papiers Acide acétique

30 Dioxyde de carbone [CO 2 ] Incendie [CO 2 ] Fréquence respiratoire Volume courant Absorption des gaz toxiques CO 2 Air inspiré 2 p100 4 p100 5 p p100 Ventilation Minute x 1.5 x 2 x 3 x 10 Acidose Respiratoire Induite Activité physique [fuite] Conséquences respiratoires cumulatives

31 Monoxyde de carbone [CO] 8 m kg matériaux > 10 p100 CO en 5 minutes 20 fois la concentration léthale chez le chien Comportement de fuite x 2 vitesse dabsorption du CO Carboboxyhémoglobine

32 Acide cyanhydrique [HCN] 1g de matériau combustible Caoutchouc mousse Laine Polyréthane Polyacrylonitrile Concentration induite en HCN [15l] 120 ppm 20 ppm 500 ppm 1500 ppm > 80 ppm HCN Incapacitation par dépression du SNC Ventilation minute multipliée par 4 Cardiotoxicité (inhibition cytochrome oxydases) … mort

33 Intoxication par les fumées dincendie Syndrome de déprivation en oxygène et dintoxication par les gaz asphyxiants Syndrome dintoxication par les gaz irritants Associés à divers degrés

34 Traitement des intoxications aiguë par les fumées 1/ Thérapeutique ventilatoire Oxygénothérapie ± intubation attn obstacles 2/ Traitements pharmacologiques Corticoïdes : aucun intérêt démontré Antibiothérapie : uniquement si complications 3/ Traitement intoxication CO Oxygénothérapie normobare hyperbare si déficit neurologique 4/ Traitement intoxication CN Oxygénothérapie normobare Hydroxocobalamine [Cyanokit ND] IV, 70 mg/kg Thiosulfate de sodium (action trop lente) EDTA dicobaltique (effets secondaires hémodynamiques)

35 Effets sub-léthaux des fumées dincendie Incapacitation [fuite] Diminution vitesse de fuite [irritation yeux et poumons] Diminution acuité mentale Effets physiologiques à long terme Genèse daffections chroniques

36 CHOC SI –SURFACE BRULEE > 20% –ANOMALIE DE LOXYGENATION TISSULAIRE –DEFAILLANCE DORGANE 2 COMPOSANTES: - HYPOVOLEMIE -EFFET SYSTEMIQUES DES MEDIATEURS

37 CHOC OEDEME IMMEDIAT: SODIUM ALBUMINE VARIATION DES FACTEURS DECHANGES 12/24HTRANSCAPILLAIRES PRESSION HYDROSTATIQUE INTERSTITIELLE EXTRAVASATION DES PROTEINES (X 100) AUSSI : OEDEME DES TISSUS NON BRULES HYPOPROTEINEMIE AUGM TRANSITOIRE DE LA PERMEABILITE CAPILLAIRE HYPOVOLEMIE ALTERATIONS MEMBRANAIRES

38 CHOC MAIS AUSSI : MEDIATEURS PROVENANT DE LA BRULURE HISTAMINE, SEROTONINE >< ANTIHISTAMINIQUES EICOSANOIDES >< ANTIINFLAMMATOIRES CYTOKINES RADICAUX LIBRES >< VIT C, SOD, ALLOPURINOL, CHELATEURS DU FER NEUTROPHILES CHOC HYPOVOLEMIQUE

39 CHOC LENTE : MOUVEMENTS DES FLUIDES INTRA ET EXTRA CELLULAIRES RAPIDE : ACTION COMPENSATRICE DES MEDIATEURS (VASOPRESSINE, ANGIOTENSINE II, CATECHOLAMINES, …) DEBIT CARDIAQUE, RETOUR VEINEUX RESISTANCE VASCULAIRE SYSTEMIQUE CORRECTION RAPIDE DE L HYPOVOLEMIE REACTION DE LORGANISME

40 CHOC CAUSES DE PERSISTANCE DU CHOC : ETENDUE DES LESIONS RETARD DE CORRECTION DE LHYPOVOLEMIE INHALATION DE FUMEES T.A. BASSE, DEBIT CARDIAQUE AUGM, PERSISTANCE DE FUITES CAPILLAIRES CIVD, TRANSLOCATION BACTERIENNE, DEFAILLANCE DORGANES DCD

41 GESTION DES POPULATIONS ANIMALES ANTICIPATION: BARRIERAGE (DDE, RUBALYSE) DSV (T61, EXPERTISE) VETERINAIRE TRAITANT EQUARISSAGE ACTION: * ELOIGNER LES ANIMAUX DU SINISTRE (CV PANIQUENT>>>DANGER) TENDANCE A SE REFUGIER DANS LE BOXE OU LETABLE DETACHER LES ANIMAUX ET LES GUIDER SI POSSIBLE VERS UN LIEU DE TRI OU DE SOINS

42 GESTION DES POPULATIONS ANIMALES GRAND NOMBRE MEDECINE DE CATASTROPHE = TRI PETIT NOMBRE SOINS = OXYGENOTHERAPIE PERFUSION MASSIVE IMMEDIATE + VIT C, IBUPROFENE, ALLOPURINOL, ANTI HISTAMINIQUES REFROIDISSEMENT DES BRULURES CORTICOS: PAS DINTERET COMPOSANTE ECONOMIQUE IMPORTANTE SOINS AUX NOUVEAU NES IMPOSSIBLES COMPENSATION FINANCIERE PAR LES ASSURANCES SOINS + COUTEUX QUE LEUTHANASIE

43 GESTION DES POPULATIONS ANIMALES SIGNES DE GRAVITE : BRULURES ETENDUES OEDEMES KERATITE + CECITE DETRESSE RESPIRATOIRE OU DEPOT DE SUIE DANS LA GUEULE CONVULSIONS COMA

44 CONCLUSION LES FEUX DE BATIMENTS AGRICOLES METTENT EN JEU DES COMPETENCES DIVERSES: POMPIER, VETERINAIRE, TOXICOLOGUE, SPECIALISTE DE LENVIRONNEMENT… MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "FEUX DETABLISSEMENTS AGRICOLES ET DELEVAGES VET LtCol JL MARY SDIS 84."

Présentations similaires


Annonces Google