La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conférence – débat du 25 novembre 2010

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conférence – débat du 25 novembre 2010"— Transcription de la présentation:

1 Conférence – débat du 25 novembre 2010
Sécurité – Sûreté : une affaire d’hommes ou de technologie ? Avec la participation de : • Antoine Charpentier, MAYDAY SECURITE • Philippe Estrangin, NISCAYAH • Charles-Louis Mame, PHONE-REGIE • Alain Perrier, TECHNIP France • Eric Chateigner, UPS – SCS et l’animation de Françoise Lecherbourg, C2si

2 MAYDAY SÉCURITÉ Antoine Charpentier

3 MAYDAY SÉCURITÉ Société à Actions Simplifiée
créée le 1er Septembre 1987 Chiffres d’Affaires 2009 : K€ Résultat net positif récurrent Administratif 2% Effectif de 700 personnes réparties sur 106 missions 2000 points d'alarme en Télésurveillance et Télésécurité Agents de surveillance (42%) Agents SSIAP (51%) Encadrement 5% Membre associé de l’ARSEG depuis 1995 3 3

4 Nos domaines d’intervention
Surveillance humaine en matière de : Sécurité Incendie Sûreté Rondes Télésurveillance et Interventions Diagnostic Conseil

5 La réglementation (extraits)
Code du travail : Articles L et suivants sur l’obligation faite au Chef d’établissement de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des travailleurs. Articles R et suivants (moyens de prévention et de lutte contre l’incendie) où la responsabilité pénale du Chef d’établissement peut être recherchée Décret du 05/11/2001 sur l’obligation de se doter d’un Document Unique d’Evaluation des Risques. Code la construction et de l’habitation : Articles R122-2 et suivants pour les IGH Articles R123-1à pour les ERP Arrêté du 18/10/1977 portant règlement de sécurité pour la construction des IGH et leur protection contre les risques d’incendie et de panique Arrêté du 25/06/1980 portant règlement de sécurité contre les risques d’incendie et de panique dans les Etablissements Recevant du Public.

6 La réglementation pour les sociétés de sécurité privée
Loi et ses décrets règlementant les activités de sécurité privée (activité exclusive, autorisation administrative, modalités d’exercice de la Profession, …) Loi et ses décrets instaurant notamment l’obligation d’aptitude professionnelle (aptitude justifiée notamment par la détention d’un certificat de qualification professionnelle) Loi et son décret instaurant la carte professionnelle (conditions de moralité) délivrée par les Préfectures avec l’instauration d’un fichier national des Agents de Sécurité

7 Des efforts de la profession aux garanties apportées
La formation des hommes Des efforts de la profession aux garanties apportées Le Certificat de Qualification Professionnelle « Agent de Prévention et de Sécurité » La mise en place des Métiers Repères (catégories d’agent et formation associée) Les qualifications SSIAP 1, 2 et 3 obligatoires pour les ERP et IGH Sauveteurs Secouristes du Travail (SST) ou formation Prévention Secours civiques (ex-AFPS) Equipier de première et seconde intervention (EPI/ESI) Habilitation Electrique des Personnels non électriciens – H0 B0 Formation aux Risques Chimiques ….. - …

8 En matière de Sécurité Incendie et d’Assistance à Personnes :
L’apport des hommes, … En matière de Sécurité Incendie et d’Assistance à Personnes : QUI : exploitent, suivent et traitent les alarmes incendie, réalisent des rondes de jour comme de nuit à l’intérieur du site, assurent les premiers secours, assistent les personnes blessées, procèdent aux interventions de première urgence (fuites d’eau, …) alertent et organisent les secours publics (police, pompier, ...), réalisent la « levée de doute » rapidement au préalable d’une évacuation, tiennent à jour la main courante retraçant tous les incidents et les mesures prises,

9 L’apport des hommes, …. En matière de Sûreté : QUI : …
assurent la surveillance du site en matière de prévention des risques d'intrusion, effectuent les rondes de surveillance et le contrôle des accès, procèdent à la gestion des clés, badges et émetteurs, procèdent à l’ouverture et la fermeture des issues, exploitent la vidéosurveillance, la vidéophonie, … exploitent les alarmes techniques, les appels d’astreinte pour les interventions techniques,

10 Une réponse à la gestion des risques
L’organisation choisie doit répondre : à la Règlementation (ERP, IGH, …) au niveau de risque accepté par le Chef d’Entreprise (quels moyens humains face aux risques de vol, ?) à la culture d’entreprise (mise en place d’un filtrage par agent dans le hall de l’immeuble : quelles réactions des salariés ?), au niveau de Service et de confort auquel la Direction veut accéder (qui gère une alarme sensible un dimanche soir à 23h00 ? mon site va-t-il être opérationnel le lendemain matin à 07h00 ?)

11 « Le meilleur des systèmes ne vaut que par les hommes
Les hommes et la technologie « Le meilleur des systèmes ne vaut que par les hommes qui l’emploient » Une nécessaire et constante évolution des compétences des Agents, Une complémentarité qui ne se dément pas ? Une acceptation par les utilisateurs (changement du mode de vie)

12 Retour d’expérience 1/2 Contexte Client : Analyse MAYDAY sécurité :
Banque Privée (siège et établissements secondaires : Paris et Province) Investissement dans de nouveaux dispositifs de sécurité électronique (contrôle d’accès / intrusion, vidéosurveillance, détection incendie). Analyse MAYDAY sécurité : Risque de travailleur isolé pour les Cadres dirigeants Visiteurs (clients) présents à horaire tardif (secours à personnes) Installations techniques sensibles => veille de fonctionnement à assurer Risque résiduel d’intrusion aux heures d’entrée/sortie

13 Retour d’expérience 1/2 Solutions MAYDAY sécurité :
Agents qualifiés SSIAP sur plage horaire élargie (6h-22h) Agents maîtrisant les outils informatiques Gestion des alarmes sur un poste déporté à la Station Centrale MAYDAY sécurité (via ligne 100 Mbits) => véritable vision en direct de tous les systèmes Intégration de procédures relatives à ce nouveau mode de vie => immeuble vide nuit et week-end Formation d’intervenants motorisés complétant la chaîne de la sécurité Retour sur investissement : 2 ans

14 Retour d’expérience 2/2 Contexte Client : Analyse MAYDAY sécurité :
Société d ’Assurances, établissement secondaire (Paris 8ème), régi code du travail Refonte de l’organisation et du fonctionnement des sites Analyse MAYDAY sécurité : Environnement du site maîtrisé => risque intrusion faible Back-up informatique assuré par le Client => valeur à protéger peu importante Solutions MAYDAY sécurité : Suppression de la surveillance humaine postée => peu de valeur ajoutée Installation système anti-intrusion sur le bâtiment avec report en télésurveillance Intervention pour levée de doute par personnel spécialisé. Retour sur investissement : 6 mois

15 NISCAYAH Philippe ESTRANGIN

16 Sécurité des personnes
Qui sommes nous ? Sécurité des personnes Sécurité des Biens 17 Pays 718 CA (M€) 5600 Collaborateurs Vidéo Protection Contrôle d’accès Détection intrusion Détection Incendie

17 Notre métier : Technologie Savoir Faire

18 Les apports de la Technologie
Contrôle, surveille et détecte, 24/7 Permet les téléservices (levée de doute, télé-action, télémaintenance…) Mutualise les ressources humaines Traçabilité Ne fait pas de délit de faciès Permet le don d’ubiquité Supprime des temps de gardiennage inactif Fournit un outil de travail aux agents 2. Les apports de l’humain : Intervention physique sur évènements Savoir faire Maintien en conditions opérationnelles

19 Critères de choix Folie Performance Gaspillage Coûts Niveau de sûreté
0% 100%

20 Partage d’expériences

21 Efficacité et Souplesse :
1. Petit Tertiaire Efficacité et Souplesse : Armement automatique du système de détection d’intrusion, Accès 24/7 aux collaborateurs autorisés, Procédures de suivi par la station de TLS, Coût de l’installation : 16 k€

22 2. Gros Tertiaire A B C Optimisation des prestations de surveillance humaines : Centralisation des systèmes d’exploitation, Mutualisation des ressources aux périodes d’inactivités Coût des installations : 180 k€ Retour sur investissement 1,5 an.

23 « L’homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique ». Albert Einstein

24 PHONE-RÉGIE Charles Louis Mame

25 Le personnel d’accueil et la sécurité
PRINCIPES Les activités exercées par les Sociétés d’Accueil ne sont pas soumises à la Loi du 12/07/1983. Le personnel d’Accueil peut être titulaire de qualifications professionnelles à l’embauche. (Premier Secours,…) Le personnel d’Accueil peut suivre des formations spécifiques à la demande des Sociétés d’Accueil (Musée du Quai Branly)

26 Le personnel d’accueil et la sécurité
PERIMETRES D’ACTIVITE « Interventions de Premier secours » sans que cela ne relève d’une obligation stipulée au CCTP, Intervention défibrillateur (Formation Croix rouge), Vérification de panneaux d’alarmes, Demande de pièce d’identité, Agent d’Accueil Spécialisé au MQB,

27 TEHNIP FRANCE Alain Perrier

28 Il n’y pas opposition mais complémentarité car l’homme reste bien souvent au cœur du système.

29 L’environnement IGH Un bâtiment code du travail en co-location
3000 personnes m2 40 étages une aire de livraison un parking 600 places sur 5 niveaux Un bâtiment code du travail en co-location 500 personnes 7500 M2 6 étages Un travail en mode projet Un pôle HSE-S dédié fort de 3 personnes

30 L’approche sécurité-sûreté
Risque visible et concret Responsabilité pénale de l’entreprise et du chef d’établissement « Safety First » Sûreté Risque en apparence plus diffus Pas d’obligation légale Assurer un niveau de sûreté permettant la protection du savoir-faire et des salariés au sein de l’établissement et de ses abords proches. Salarié Responsabilité pénale du chef d’établissement : une obligation de résultat Décrite dans le code du travail Directive CE n°89/391 du 12 juin 1989 L : l’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs L : Eviter les risques, évaluer ceux qui ne peuvent être éviter, combattre les risques à la source, tenir compte de l’évolution de la technique, adapter le travail à l’homme L : l’employeur doit prendre en compte les capacités du salarié à mettre en œuvre les précautions nécessaires Notion de document unique, de plan de prévention, de protocole des opération de chargement/déchargement Jurisprudence de 2010 : Cass 6 octobre 2010 : interprétation extensive de l’obligation de sécurité de résultat Cass civ 2, 1er juillet 2010 : appréciation de plus en plus souple de la faute inexcusable Conseil constitutionnel, 18 juin 2010 : indemnisation intégrale du salarié en cas de faute inexcusable Sûreté : analyse globale des risques Références : Code du travail : secret professionnel et de fabrication SYNTEC : article 77 Contrat de travail Règlement intérieur : chapitre 4 pas d'obligation générale de confidentialité légalement prévue dans le code du travail. Par contre, une obligation de secret professionnel et de fabrication art. L Code du travail "le fait pour un directeur ou un salarié de révéler ou de tenter de révéler 1 secret de fabrication est puni d'un emprisonnement de 2 ans et d'1 amende de €. La juridiction peut également prononcer, à titre de peine complémentaire pour une durée de 5 ans au plus, l'interdiction des droits civiques, civils et de famille prévue par l'article du Code Pénal.«  Syntec article 77 Secret industriel et professionnel dans les articles 4.1 et 4.2 Contrôle d’accès article 4.3 Propriété industrielle article 4.4 Restitution des biens article 4.5

31 Technologie : l’obligation de moyens
Sécurité : Une Réglementation IGH contraignante Prévenir : SSI définit par le règlement de sécurité 18 octobre 1977 IGH : cas particulier des salles de réunion de plus de 20 personnes (art GHW5) Secourir : Désenfumage automatique (GH28 : premier compartiment) Veille réglementaire automatisée : Appui précieux pour ne pas oublier un texte ou une modification Sûreté : le terrain commande ! Des actions multiples et simultanées Observations multiples dans un périmètre parfois étendu (vidéo surveillance) Observation de structures déportées (télésurveillance) Un besoin de protection de l’établissement et de son savoir-faire (contrôle d’accès, historique) De répondre aux exigences réglementaires Réglementation en IGH : prévenir en cas de sinistre (interphones de sécurité, alarme sonores et visuelles) Désenfumage automatique (GH28 : premier compartiment) Assurer la sécurité dans des salles de réunion de plus de 20 personnes ( art GHW5) Réglementation relative aux handicapés Moyen d’alerte visuel pour certains handicaps Veille réglementaire automatisée Appui précieux pour ne pas oublier un texte ou une modification. De mener des actions multiples et simultanées Observations multiples dans un périmètre donné et parfois étendu (vidéo surveillance) Contrôle d’accès et système anti intrusion

32 L’humain imposé L’obligation réglementaire de l’IGH
Présence d’une équipe de trois agents 24h/224, 7j/7 (Art GHW 6) Rondes obligatoires ( Art GHW 2) Réalisation des évacuations annuelles avec analyses et rappels des points clés (Art GHW 6) Surveillance des travaux (Art GH62) Participation à la sécurité : Obligation d’équipiers locaux de sécurité par étage (Art GH W6) Secours à la personne 50 interventions par mois par les agents SSIAP La levée de doute (sécurité / sûreté) Intervention humaine : identification, intervention, diagnostic, mesures conservatoires Nécessité de l’expérience et de la connaissance des équipements Maîtrise des coûts ELS : des salariés de l’entreprise donc notion humaine plus englobante et non limitée aux agents SSIAP et ADS. La réglementation IGH, qui reprend en partie le code de la construction et de l’habitation, impose une présence humaine aux missions multiples de prévention, formation et secours. Le prestataire doit donc être formé. Vérification régulière lors des audits et par la commission de sécurité.

33 Le choix de Technip Un choix d’entreprise (sécurité / sûreté)
Fédérer, responsabiliser les salariés. L’analyse de risque (sécurité / sûreté) un œil humain et des têtes bien faites. Gagner les cœurs : faire participer le salarié qui devient acteur de la sécurité. La notion humaine dépaqsse celle des agents de sécurité/sûreté pour embrasser celle de l’entreprise. Les salariés deviennent acteur de leur sécurité/sûreté. L’analyse de risque : un œil humain avant l’emploi d’un outil., une démarche ! Un travail en commun avec les instances représentatives L’intelligence artificielle peut aider à la décision mais la réalité

34 Une action combinée souvent indispensable
Sécurité dans la parking 80 caméras mais des zones d’ombres Des rondes régulières Des actions correctives rapides (nettoyage, balisage) pour la sécurité des salariés Sûreté dans les zones plus reculées de l’établissement Vidéosurveillance Observation locale et levée de doute humaine

35 Des choix au cas par cas Formation à la sécurité : l’appui de la technologie Obligation : former tout le monde à la sécurité Comment assurer l’exhaustivité et le suivi de 3000 personnes hors visiteurs ? Solution : de l’humain vers la technique par le biais du e-learning Coût : 50 K€ Poste pour Travailleur Isolé : un coût technologique élevé Technologie jugée indispensable : l’immédiateté de la réponse sur 40 étages et potentiellement 75 travailleurs isolé par jour, 15 le week-end Coût : entre 150 K € et 200 K€ Choix : se tourner vers l’humain (action du salarié et rondes) même si la réponse est partielle. Décision : poursuivre la sensibilisation des salariés dans l’immédiat. Formation à la sécurité : une obligation réglementaire Obligation : former tout le monde Comment assurer l’exhaustivité et le suivi Solution : de l’humain vers la technique par le biais du e-learning Coût : 50 K € LA TECHNIQUE PERMET D’AMENER LA FORMATION AU SALARIE Formation 1000 personnes en deux mois contre 600 pers an auparavant. Suppression d’une quinzaine de séance rassemblant 35 personnes pendant une heure : gain de temps . PTI : la technique es trop onéreuse dans ce contexte. Choix humain reposant sur la sensibilisation du salarié et l’action des SSIAP.

36 Quand un choix s’impose (1/2)
Evacuation générale de la tour (sécurité et sûreté) : l’humain d’abord Doit être prévue mais par forcement exercée (Art GH 60, alinéa 3) 3000 personnes sur la voie publique : comment, quand, pour combien de temps, où ? Coût estimée : 500 K€ Prégnance de l’humain pour la chaine de décision La politique Handicap : au cas par cas selon le besoin réel Une réponse technique appropriée en fonction du besoin effectif sur le long terme Une réponse humaine immédiate en cas de besoin inopiné ou ponctuel Evacuation générale Pourquoi ? Seul article clair : GHW 4 (défaut d’alimentation électrique des moyens de secours) Quid des autres difficultés : menace diverses, défaut d’alimentation en eau, fonctionnement de pompes, etc… 3000 personnes sur la voie publique : comment, quand, pour combien de temps, où Coût estimée : 500 K€ Prégnance de l’humain pour la chaine de décision Présence humaine allégée : hall VIP Question posée lors d’une réflexion sur les pistes d’économie. Réponse pas aussi simple : in fine, agent maintenu.

37 Quand un choix s’impose (2/2)
Sûreté : Protection des moyens nomades Technologie RFID : facilement contournable Casiers sécurisés avec traçabilité : €/mois (location) ou 800 K€ à l’achat Décision : Poursuivre la sensibilisation des salariés dans l’immédiat. Une présence humaine allégée si nécessaire Détection volumétrique et caméras Nécessite tout de même une réaction humaine en cas de détection.

38 Finalement, quels critères de choix ?
Le poids de la réglementation La géographie des lieux La culture d’entreprise Les technologies sont fermées et imposent des investissements lourds en cas de changement Une équipe humaine est plus interchangeable Mais, le coût de l’humain en constante augmentation ETUDE AU CAS PAR CAS

39 UPS - SCS Eric Chateigner

40 La sûreté dans les entrepôts

41 Retrouvez cette présentation ainsi que les coordonnées des intervenants sur le blog des ateliers et conférences débats de l’ARSEG Rendez-vous le 13 janvier prochain pour notre prochaine conférence-débat sur le « Grenelle 2 : le bail vert et les services »


Télécharger ppt "Conférence – débat du 25 novembre 2010"

Présentations similaires


Annonces Google