La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Voici un diaporama sur…. Les travailleurs de la mer….

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Voici un diaporama sur…. Les travailleurs de la mer…."— Transcription de la présentation:

1 Voici un diaporama sur…. Les travailleurs de la mer….

2 Roman grandiose

3 De Victor Hugo !

4 Le résumé, naissance dun amour Lîle de Guernesey est peuplée de gens rustres, superstitieux, méfiants et remplis de préjugés. Ils croient que Gilliatt est le « Malin » et interprètent ses bonnes actions et la faculté quil a de guérir par les plantes, comme les œuvres du diable.Un jour, il croise Déruchette, qui trace dans la neige le nom de Gilliatt et ce dernier se met dans la tête que lui qui est si laid, peut être aimé..

5 Déruchette et la Durande Déruchette est une fille charmante: cest la nièce adorée de Mess Lethierry, lequel a conçu le premier bateau à vapeur de lîle, quil a appelé, presque comme sa nièce: la « Durande » et dont certains, superstitieux et opposés à tout progrès, se disent que cest un « Bateau-Diable », comme Gilliatt est un « sorcier ».

6 Le sauvetage de la Durande A la suite dun regrettable mauvais coup raté de Sieur Clubin, la Durande est coincée entre deux rochers. Mess Lethierry offre la main de Déruchette à celui qui lui rapportera la machine de la Durande. Seul Gilliatt est capable dun tel exploit. Il passera des mois sur lépave qui nest pas dans leau mais au-dessus de leau, il sy battra contre la faim, le froid, la solitude, le découragement et contre un monstre: la pieuvre.

7 Le retour et la fin de Gilliatt Gilliatt a bien mérité la main de Déruchette pour qui il a affronté tant de souffrances physiques et morales. Mais quand il revient, il réalise quelle aime un autre homme: Ebenezer. Il fait alors passer son amour avant son propre bonheur et « offre » Déruchette à ce pasteur quil avait sauvé autrefois de la noyade alors quil avait été « pris » par le Gild HolmUr. Gilliatt se magnifie par ce sacrifice. Cest sur ce même rocher quil va pouvoir se reposer et trouver enfin sa place qui est sous la mer.

8 Les personnages

9 Gilliatt

10 Gilliatt, ce quil est Il était arrivé, enfant, avec sa mère Ils avaient occupé la maison « Le Bu de la rue » Enfant solitaire, sauvage, farouche: –« Le désert sacheva autour de lui » Sa force: –« Il pouvait soulever des fardeaux de géant et accomplir des prodiges dathlète » –Il se servait aussi bien de la main droite que de la gauche –Nageur excellent –Homme de mer excellent –Il possède une panse quil a gagnée

11 Gilliatt Il était pêcheur, mais pas que cela Menuisier, charron, calfat, et un peu mécanicien Il avait une petite forge et une enclume

12 Gilliatt, ses « absences » Il sortait parfois dans quelque îlot solitaire et y restait un mois ou deux « Tiens! Gilliatt nest plus là »

13 Gilliatt, son commerce avec lau- delà Il connaissait les vertus des plantes Il avait de lamitié pour les bêtes ( les oiseaux, lâne…) Il vivait en harmonie avec la nature Il nétait pas beau. Il avait 30 ans et en paraissait 40 Il avait le sombre masque du vent et de la mer

14 Gilliatt, vu par les autres. Ses détracteurs interprètent tout ce qui touche à Gilliatt comme étant des signes diaboliques Sa maison « visionnée » Son origine Ses vêtements Son jardin fertile même avec les coups déquinoxe Ses livres Ses fioles Ses dons de guérisseur

15 Gilliatt, vu par les autres Méfiance encore à cause de: Ses promenades, le soir, dans les falaises « Il avait soigné un enfant qui avait des poux » « il nétait pas bon: il avait souffleté un homme qui venait de tuer un âne » « Il avait replacé les oiseaux dans le nid » Tous ces reproches, Victor Hugo fait semblant dy adhérer, dêtre daccord: cest de lIRONIE

16 Gilliatt, vu par les filles Elles le trouvent laid « cest quelquun dun barbare antique » Il est halé, et leur fait penser à un « nègre »( racistes)

17 Déruchette, la fille chérie de Mess Lethierry

18 Déruchette, une « caricature de la beauté » Victor Hugo nous la décrit telle que nous nous ne pouvons faire autrement que de laimer, comme lui laime. Pour cela, il emploie des termes affectifs: –« Ladorable et dangereuse clarté du sourire » Des superlatifs – « Elle avait les plus jolies mains du monde » Des comparaisons: «Un oiseau qui a la forme dune fille, quoi de plus exquis » Elle soppose à ….

19 Gilliatt et Déruchette Deux personnages antinomyques

20 Des antithèses Gilliatt est laid… Déruchette est belle …. Ces deux personnages sopposent totalement; ils ne sont pas faits lun pour lautre Pourtant, ils se rejoignent, par erreur

21 Une vision manichéenne du monde

22 Une vision manichéenne Dun côté, les habitants qui sombrent dans la bêtise, la superstition, la bassesse, la médiocrité, la petitesse, la peur de tout ce quils ne comprennent pas. « Mais les braves gens naiment pas que Lon suive une autre route queux » De lautre, Gilliatt, qui est bon, généreux, habile, fort. Il est GRAND. Il se montrera grandiose lors du sauvetage de la Durande, dans son combat contre la pieuvre, dans son sacrifice final( son abnégation) pour sauver le bonheur de Déruchette Cest une sorte de saint, de dieu de la bonté, mal compris. Sa mission nest pas dans le monde où il nest pas compris, elle est hors du monde des hommes

23 …la Durande

24 La Durande, crainte par les hommes Elle fait peur aux Guernésiens ( qui sont coincés dans leurs superstitions et opposés au progrès) Ils lappellent « le Bateau-Diable » –« on ne sait quelle masse informe » –« une silhouette monstrueuse qui sifflait et crachait » –« Cette chose horrible qui râlait comme une bête »=personnification/ animalisation –« hydre bavant décume et traînant un brouillard derrière lui » Ces descriptions sont le fruit du regard imbécile des habitants repliés sur eux-mêmes ( îliens)

25 La Durande, acceptée par les hommes Pourtant, ils sont obligés de laccepter, car Mess Lethierry a de lautorité et limpose Elle permet de transporter beaucoup de marchandises. ( on peut se demander si, tout compte fait, ils ne sont pas secrètement satisfaits de sa disparition; dailleurs aucun pêcheur ne propose daller la chercher)

26 Un objet ensorcelé La Durande: elle est vue, par les gens comme « le bateau-Diable »

27 Les métaphores du roman

28 Les métaphores, locéan Victor Hugo se trouve à Guernesey en exil; Il passe des heures à méditer en regardant locéan. Il y vit là-bas comme une révélation: le poète a une mission: celle du visionnaire, du poète inspiré Sa mission consiste à transmettre aux hommes ce que lui, le poète, voit et entend. Locéan est un allié, une voix profonde avec laquelle le poète entre en communication Locéan est la métaphore du génie

29 Un roman de superstitions, densorcellement

30 Les hommes de lîle Ils sont superstitieux, ils ont peur de la sorcellerie…. Ils nont peut-être pas tort!

31 Gilliatt Il est surnommé « le Malin » parce quil a commerce avec lau-delà Il vivra une aventure initiatique ( épreuves, tentations, sacrifices) Il deviendra un personnage mythique

32 Les lieux ensorcelés Les « pierres sacrées » ( les dolmens ) préparent le décor pour laventure initiatique de Gilliatt Les Roches Douvres: elles sont le prolongement de la « Chaise »: elles en ont le magnétisme ( force inconnue qui attirera Sieur Clubin)

33 Gild HolmUr Gilliatt y va pour songer: elle menace les vivants; cest une pierre à sacrifice Gilliatt sy tournera. Elle agit comme un aimant - voir Charybde et Scylla; voir la sirène du monde nordique ( La Lorelei) Gild HolmUr prépare en secret le cadre dun sacrifice purificateur: Gilliatt deviendra, grâce à elle, un véritable esprit de la mer. Elle est le symbole des vieilles légendes.( voir Ossian, dans le « cheval venu de la mer »)

34 La pieuvre, déesse de la mer

35 Le refuge de la pieuvre magique, inaccessible Elle provoque chez le lecteur une impression denchantement effroyable ( = oxymore) « ce qui dominait, cétait lenchantement » Déblouissement visuel (Leau; La lumière; La roche) Latmosphère se fait peu à peu plus étrange, et confirme la présence du surnaturel La grotte apparaît alors comme une sorte de palais, de château inversé, « écrin de locéan » Nous entrons dans lunivers rempli deffroi, du CONTE MERVEILLEUX

36 La pieuvre, personnage dun autre monde….le chaos La pieuvre est un monstre qui incarne le chaos ( confusion qui existait avant la création) Elle est la reine de ce monde sous leau, elle est la reine de locéan. Elle représente lengloutissement, le chaos. Elle attire ses victimes et les entraîne dans son « antre ». Elle est infernale ( enfer) et mystérieuse.

37 La pieuvre, une déesse de la mer Elle nest pas seulement le fantôme de ce palais enchanté, elle en est la divinité. Gilliatt doit tuer la « princesse engloutie » qui règne sur le monde sous-marin pour délivrer la Durande qui, elle, est au-dessus de leau.

38 Le sens du dénouement Cest sur Gild HolmUr quil peut contempler une dernière fois sa Déruchette, heureuse avec son pasteur. Il a lœil ouvert; il vit une forme de renaissance et accède au grand mystère. On peut alors parler d « ascension vers la lumière ». Il devient le « phare » qui guide les personnages. Il devient lœil qui voit le monde et veille sur lui; il devient la lumière qui éclaire lhomme ( mission du poète) Il rejoint les personnages mythiques de la Mer. Il devient une sorte de dieu.

39 Vous et le roman de Victor Hugo Ce que vous avez peut-être aimé ou apprécié ou compris

40 Les thèmes On peut voir dans ce roman des réflexions comme: La ségrégation ( le rejet de lautre, différent) Le refus du progrès, le règne de la médiocrité: « médiocratie » La sottise des gens, des superstitions Les préjugés qui condamnent La mauvaise foi

41 On peut être impressionné Par ce côté effroyable de lunivers sous- marin « habité par des personnages mythiques » Par les nombreux symboles du roman ( lien avec les légendes celtiques) Par « une sorte de claustrophobie » à la lecture du passage avec la pieuvre

42 On peut éprouver de la tristesse Bien sûr, même si lon sait parfaitement que la belle Déruchette naurait pas été heureuse avec Gilliatt, on est quand même triste quelle parte avec Ebenezer. On lavait tellement espéré, ce mariage! À la mort de Gilliatt, même si lon sait maintenant que le héros devient plus grand dans la mort; quil rejoint son univers: locéan

43 On peut éprouver de la colère, un sentiment de révolte À légard des habitants qui déforment tout, qui ne voient que le mal là où il ny a que du bien. À légard dEbénezer qui « ne vaut pas un clou » à côté de Gilliatt…. Mais cest lui que Déruchette aime ( cest intéressant dailleurs quil soit pasteur: cest un religieux, alors que Gilliatt est un dieu!)

44 On peut éprouver également… de lémotion –En se disant quils vont peut-être se marier! De ladmiration –Devant les exploits de Gilliatt De limpatience –De savoir comment tout cela va se terminer De la déception –Devant le mariage de Déruchette avec Ebeneze

45 Et enfin…vous pouvez ressentir De la fierté davoir lu jusquau bout un roman de Victor Hugo !!

46 Vous êtes des champions!!!

47 Et encore des champions!!

48 Cétait un diaporama, réalisé par Brigitte Astruc


Télécharger ppt "Voici un diaporama sur…. Les travailleurs de la mer…."

Présentations similaires


Annonces Google