La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Ecole thématique: TIC et nouvelles mobilités Giens, 10-14 septembre 2007 "Le désert et l'ennui.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Ecole thématique: TIC et nouvelles mobilités Giens, 10-14 septembre 2007 "Le désert et l'ennui."— Transcription de la présentation:

1 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Ecole thématique: TIC et nouvelles mobilités Giens, septembre 2007 "Le désert et l'ennui : le déplacement virtuel dans Second Life" Michel Gensollen

2 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Observation initiale: désert et ennui dans 2 nd Life Quand on se déplace dans Second Life on est confronté à des espaces désertiques (urbanisés ou non) on ne sait pas trop quoi faire Pour quelles raisons ? est-ce essentiel aux univers virtuels ou est-ce dû à certaines caractéristiques de Second Life ? lesquelles ?

3 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Les raretés ne sont pas où elles devraient être… L'espace physique simulé n'est pas rare (contrairement à la réalité) les coûts de transport (longue distance) sont nuls (téléportation) d'où le désert d'où le désert c'est aussi le cas du "web-espace" mais ça ne se voit pas L'espace informationnel simulé est rare (plus que dans la réalité) les coûts de recherche sont élevés pas d'infrastructures de recherche spécifiques à l'intérieur de l'univers le web-base est moins bien adapté à l'univers virtuel qu'au monde réel d'où l'ennui d'où l'ennui il faut distinguer le "web-base de données" et le "web-espace" web 2.0 correspond à la "spatialisation" du web Un "bon" univers virtuel devrait: rendre l'espace physique simulé plus rare (réseaux de transport) rendre l'espace informationnel moins rare (moteurs spécifiques internes)

4 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre – Distances, espaces et déplacements

5 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Rapprochement topologique / informationnel Le coût du rapprochement topologique entre deux agents économiques rapprochement des agents en un même lieu physique ou virtuel pour qu'un contrat puisse être passé (ex.: achat / vente,..) entre un agent et un {un bien / un service / un autre agent} coût généralisé : prix + V(temps) + V(ruptures de charge) + V(confort) + … la "distance économique" est le coût généralisé (pas forcément symétrique) dépend : des localisations initiales des infrastructures de déplacement (réseaux de transport, internet,..) Le rapprochement informationnel entre deux agents économiques il s'agit de l'acquisition de connaissances pour qu'un contrat puisse être passé entre deux agents ce rapprochement peut s'appuyer sur des moyens physiques et/ou virtuels dépend : des savoirs et stocks d'informations disponibles (publics et privés) des infrastructures de recherche (physique: annuaires, internet: moteur,..)

6 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Le web comme espace économique particulier On ne peut parler d'espace (économique) que si des personnes au même point peuvent entrer en contact économique (échanger, contracter,…) L'espace du web est riche en niveaux d'interaction (plus que l'espace réel) : des sites "micro-média" où contact seulement avec l'éditeur (le vendeur pour l'e-commerce) des sites "asynchrones" où seulement contact différé entre des gens présents sur le site des sites "synchrones" où contacts en temps réel possibles Les contraintes sociales font que les boutiques réelles sont "micro-média" les clients d'une boutique (réelle ou virtuelle) entrent peu en contact Le web 2.0 correspond à la "spatialisation" du web: développement des cas (2) et (3) ; sites "C2C" où des interactions peuvent avoir lieu les univers virtuels fournissent des sites "synchrones" particuliers munis de contraintes spécifiques pour "imiter" le réel (ou un réel rêvé)

7 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Le web comme infrastructure informationnelle Pour entrer en relations économiques (passer un contrat), 2 agents doivent non seulement être au même endroit (réel ou virtuel): rapprochement topologique mais AUSSI disposer des informations nécessaires à la relation projetée il s'agit d'un "rapprochement" informationnel Dans le monde réel, n'importe quel déplacement ou transmission a un aspect "physique" (même pour des octets) : déplacement des biens, des personnes ou des supports physiques des octets et un aspect "information" ou "logique" (même pour des atomes) : recherche des adresses et des routages sur les infrastructures Le rapprochement informationnel repose sur diverses infrastructures l'organisation d'un système d'adresses des bases de données accessibles par : des annuaires (papier), des services de renseignement,… le web et ses moteurs de recherches Ces infrastructures sont analogues à des réseaux de transport la "distance économique informationnelle" est le coût du rapprochement l'image d'un espace informationnel pose diverses questions

8 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Espace informationnel ? Bien qu'on puisse définir un coût d'acquisition d'information permettant de passer un contrat entre i et j (donc une sorte de distance) cet "espace informationnel" est particulier: asymétrie Cij Cji le coût de collecte d'un agent i concernant l'information pertinente sur le bien k appartenant à l'agent j est très différent du coût pour l'agent j de recueillir l'information sur l'agent i (le client potentiel) ce peut être le cas de l'espace réel équipé d'un réseau de transport asymétrique absence de "lieux" : si les agents i et j traitent la même information de la base les agents i et j ne peuvent pas nécessairement entrer en relation soit entre eux (synchrone ou asynchrone) soit même micro-média (avec le gestionnaire de la base) de plus il existe plusieurs types de distance (d'éloignement informationnel) il faut distinguer, dans le "cyber-espace" une topologie des sites où les internautes peuvent entrer en interaction web-espace une base de données globale socialement mise à jour et en évolution constante web-base l'ensemble des interactions du web-espace constitue une base de données pourvu que les échanges soient archivés et accessibles à des moteurs (Forum, Amazon,..)

9 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Les divers aspects de la distance informationnelle L'adressage on sait précisément qui ou ce que l'on cherche (le bien et/ou l'agent) il s'agit d'un appariement de nomenclatures différentes on ignore comment le joindre (son adresse, le parcours dans le réseau,..) L'identification on sait ce qu'on cherche (le type, la fonction,..) mais il reste à trouver ce qui peut satisfaire cette demande +/- vague on ignore avant le contrat (d'achat par exemple) un élément essentiel du bien (bien d'expérience ou bien complexe) ou de l'agent (distance sociale : confiance, coûts de transaction) D1(D2): on est généralement loin informationnellement d'un bien d'expérience dont on est proche dans l'espace des goûts La sérendipité on ne sait pas ce qu'on cherche flâner ou de surfer sur le web au hasard, permet d'acquérir de l'information non recherchée qui, parfois, révèle des utilités nouvelles il s'agit de trouver ce qu'on ne cherche pas (ce qu'on ignore ignorer)

10 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Le web comme base de données interactive Le web-base est une base de données qui peut servir à des rapprochements réels (on cherche l'adresse physique et le plan d'accès) virtuels (adresse d'un site web, lieu dans un univers virtuel) Les coûts de constitution des bases de données sont décentralisés (répartis) collecte généralement décentralisée: valeur d'agrégation : U (Σ) >> Σ (U) chacun contribue peu mais la valeur vient de (l'organisation de) l'ensemble (ex: annuaire) Les logiciels d'interrogation et d'entretien des bases sont financés par la pub organisation logique et moteur d'interrogation pour les adresses communautés pour l'identification et réseaux sociaux superficiels pour la sérendipité Le coût généralisé (temps et pénibilité) d'une recherche pour l'utilisateur coûts faibles pour l'adresse, élevés pour l'identification, ambigus pour la sérendipité

11 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre – { Valeur / Rareté } de l'espace

12 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Valeur de l'espace: l'accessibilité La valeur de l'espace vient de différentes sources les coûts de production de l'espace coûts de viabilisation pour les espaces réels: élevés coûts informatiques pour les espaces virtuels (web ou univers virtuels): faibles l'aménité des lieux (physique ou sociale: quartier, hébergeur,..) l'accessibilité coûts généralisés d'accès du point considéré à des classes d'agents (commerces, emplois,..) L'accessibilité joue un rôle essentiel (modèles d'urbanisme-transport) répartition des emplois, puis des ménages (trajet domicile-travail), puis des commerces Dire que l'espace est rare ou qu'il a de la valeur c'est dire que les coûts pour le traverser sont élevés (devant les autres coûts de transaction) étant donné les équipements de transport les agents économiques vont chercher à se concentrer

13 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Espace SL peu coûteux / co-animation coûteuse Sur Second Life, les coûts de production de l'espace (pour Linden Lab) sont faibles et très inférieurs aux prix de {vente / entretien} par LL aux résidents Second Life a adopté une politique de sur-production d'espace : Newly created land in Second Life has outpaced population growth in recent months, resulting in a bigger and emptier virtual world. Second Life property magnates expect land prices to fall further due to the ballooning supply. Second Lifes rapidly declining population density contributes to an experience of vacancy ghost towns. de sous équipement (défaut de connexité) : there is no crowd in SL largely because the technology makes it impossible Second Life is made up of thousands of disconnected "regions" (read: processors) residents can reach these places only by teleporting into the void even the popular islands are never crowded, because each processor on Linden Lab's servers can handle a maximum of only 70 avatars at a time deux textes (août 2007) : Chris Anderson, Editor-in-Chief of Wired Magazine : Why I gave up on Second Life –which bemoaned Second Lifes ghost towns. Frank Rose : "How Madison Avenue Is Wasting Millions on a Deserted Second Life"

14 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Raretés des espaces réel et web Dans le monde réel: l'espace est rare : coûts de transport très élevés l'espace informationnel est rare aussi : les coûts de recherche du monde réel sont élevés (annuaires, bouche à oreille,..) le web en tant qu'équipant la recherche réelle réduit ces coûts mais les moteurs sont mieux adaptés à la recherche de sites que de lieux (?) Sur le web: l'espace n'est pas rare: la création/entretien d'un site est peu coûteux c'est +/- caché (les cimetières de sites ne se voient peu) l'espace informationnel n'est pas rare: les portails / moteurs sont adaptés

15 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Rareté des espaces dans Second Life L'espace topologique dans Second Life n'est pas rare : DESERT puisqu'il n'y a pas de coûts de transport (téléportation) ni de coûts élevés des terrains pour LL ni de prix élevés des terrains pour les résidents - comparés aux autres coûts: constitution d'équipements virtuels et animation il n'y a pas intérêt à économiser des emplacements (d'où des friches d'activités) mais il y a un coût de déplacement local (marcher / voler) L'espace informationnel dans Second Life est rare : ENNUI il n'y a pas de moteur de recherche dans SL (coûts de recherche élevés) le web n'est pas adapté à SL (moins qu'au monde réel) on sait mal ce qui se passe ni où aller

16 Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Les espaces dans un "bon" univers virtuel Il faudrait rendre l'espace (topologique) plus rare augmenter les coûts de déplacement (topologique) soit par le prix des terrains soit, plutôt, par la simulation d'un réseau de transport + / - coûteux (coûts généralisés : tarifs + temps) public ou individuel soit par des investissements informatiques (co-animation des avatars) Il faudrait rendre l'espace informationnel moins rare diminuer les coûts de rapprochement (informationnel) ce qui pose des questions différentes pour les trois types d'espace adressage : moteur fournissant les coordonnées des lieux selon les activités ce qui existe + / - sur le web mais pourrait être à l'intérieur de l'univers virtuel identification : qu'est-ce que les univers virtuels (la topologie simulée des UV) apportent de plus que la topologie du web ? sérendipité : c'est le plus prometteur: comment les UV peuvent-ils rendre la flânerie plus agréable et productive que celles du monde réel et du web ?


Télécharger ppt "Le désert et l'ennui dans 2 nd Life – MG – septembre 2007 Ecole thématique: TIC et nouvelles mobilités Giens, 10-14 septembre 2007 "Le désert et l'ennui."

Présentations similaires


Annonces Google