La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PERSPECTIVES DU SECTEUR PRIVE SUR LES INNOVATIONS PLAN I./ Contexte général II./ Etat des lieux du secteur privé III./ Présentation de la F.I.A.B IV./

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PERSPECTIVES DU SECTEUR PRIVE SUR LES INNOVATIONS PLAN I./ Contexte général II./ Etat des lieux du secteur privé III./ Présentation de la F.I.A.B IV./"— Transcription de la présentation:

1 PERSPECTIVES DU SECTEUR PRIVE SUR LES INNOVATIONS PLAN I./ Contexte général II./ Etat des lieux du secteur privé III./ Présentation de la F.I.A.B IV./ Forces et faiblesses des innovations dans le secteur privé V./ Perspectives

2 I./Contexte général Le Burkina Faso est un pays essentiellement agricole Lagriculture occupe 86% de la population active, représente 40%du PIB et fournie 80% des recettes dexportations. Elle repose sur les ressources naturelles suivantes : * les terres arables environ 9millions dha dont un tiers est exploité annuellement ; * la production de céréales : le sorgho, le mil, le maïs et le riz représentent plus de 3,5millions de tonnes par an et occupe plus de 88% de terres cultivées * la production de 240tonnes de fruits et tonnes de légumes sur ha ; * les ressources pastorales dont dépend lélevage couvrent 61% du territoire * les ressources forestières sur ha, soit 16%du territoire. *Dans ce paysage, lartisanat et les PME/PMI agroalimentaires occupent une place déterminante.

3 A linterface entre la production et la consommation,ces entreprises fournissent lessentiel de loffre en produits locaux sur les marchés urbains. Elles interviennent à la fois, dans la valorisation des produits vivriers locaux et dans la création demplois contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté. Toutefois, dans un contexte de concurrence accrue, le développement de ce secteur apparaît actuellement limité par le caractère insuffisamment professionnel de son organisation. En effet, les entreprises artisanales ou les PME de ce secteur sont fortement décentralisées et peu structurées institutionnellement. Depuis quelques années, on assiste à lémergence de nombreuses organisations professionnelles et interprofessionnelles dans le secteur agroalimentaire. Toutefois, celles-ci sont peu opérationnelles, peu organisées et nont quasiment pas de moyens de fonctionnement.

4 II./ Etat des lieux du secteur privé burkinabé 2.1 Le secteur primaire essentiellement privé reste caractérisé par des exploitations de petites tailles utilisant des instruments et des méthodes archaïques. * La faiblesse des infrastructures économiques et sociales influe considérablement sur la productivité de ce secteur. * La production est en grande partie destinée à lautoconsommation limitant les effets déconomie déchelle. * La force de travail occupée dans le secteur agricole est peu alphabétisée, limitant son accès aux connaissances favorables à laccroissement de la productivité. * Le secteur est soumis aux aléas climatiques (sécheresses, invasions acridiennes). * Le système financier est faiblement présent dans le monde rural.

5 2.2 Trois grandes activités sont menées par les acteurs directs du secteur privé. Il sagit notamment de : - la production ; - la transformation ; - et la commercialisation. * La transformation des produits agricoles pratiquée traditionnellement à petite échelle par une majorité de femmes demeure une importante activité génératrice de revenus. * Le développement de PME/PMI est un phénomène récent observé au cours de ces dernières décennies. Celles-ci occupent une place importante dans le développement économique du Burkina Faso et constituent un puissant facteur dintégration sociale.

6 III./ Présentation de la FIAB 3.1 Cest ainsi, que afin de représenter et défendre leurs intérêts, des professionnels de lagro-alimentaire ont créé en 1991, la Fédération Nationale des Industries de lAgroalimentaire et de Transformation du Burkina (FIAB). La FIAB intervient sur tout le territoire national à travers cinq (5) zones écologiques, couvertes chacune par une antenne de la Fédération. La FIAB, en partenariat avec lEtat, les partenaires techniques et financiers au plan national régional et international, appuie les acteurs des différentes filières ( céréales, fruits et légumes, oléagineux, bétail-viande-lait et produits dérivés, environnement (avec les produits de la pêche et de la foresterie dont les produits non ligneux les plantes médicinales ).

7 3.2 La FIAB a pour mission de contribuer à : * lémergence et au développement des PME/PMI agro- alimentaires par filière et par métier * lémergence et au développement dassociations professionnelles par filière et par métier Les activités de la FIAB sont rangées dans trois grands axes dintervention :

8 Axe1./ Promotion et Plaidoyer * Assurer la représentation et la défense des intérêts de ses membres * Assurer la participation de la FIAB aux différents cadres de concertation de léconomie nationale * Assurer les actions de promotion des entreprises et des produits de lAgro-alimentaire à travers lorganisation bi-annuelle des Journées Agro- Alimentaires (JAAL) ;

9 Axe2./ Appui du développement des activités par les Services offerts aux membres * services dappui conseil dans la recherche de financement et le montage de projets * des formations en hygiène qualité, gestion comptable, marketing et sur les technologies de linformation * initiation détudes sur le secteur de lagro-alimentaire et élaboration de projets issus des opportunités identifiées

10 Axe3./Gestion, Suivi-Evaluation et Capitalisation * le Secrétariat Permanent assure,la coordination la gestion et le suivi évaluation de la Fédération composée de cinq Antennes ( le Centre, le Nord, le Nord-Ouest,le Sud-Ouest, lEst ) ; * le renforcement des capacités des membres * lélaboration dun cadre stratégique comme outil de gouvernance et la mise en œuvre de plan dactions prioritaires * lanalyse des chaînes de valeurs

11 Face à la mondialisation de léconomie et des échanges, les entreprises ont recours aux innovations à diverses étapes de leurs activités afin de mieux se positionner sur leur marché en proie à une concurrence grandissante. Dans ce contexte, la recherche de la compétitivité des activités, louverture sur le marché régional et à linternational deviennent un souci permanent aussi bien pour les acteurs privés que pour le gouvernement 3.3 Quelques expériences dinnovation * Depuis 2000,la FIAB organise chaque 2ans les Journées Agro- Alimentaire un esp * La FIAB de 2001 à 2005 avec lappui du FIDA, de SG2000 et la Mission Française de Coopération a conduit linitiative Mil –Sorgho dont lobjectif était de tirer la production par lAval afin daugmenter les revenus en milieu rural dans les 5 pays du Sahel. * La phase II de linitiative( ) est en cours de préparation * En 2006 la FIAB avec lappui de lUE à travers Pro-invest a organisé la rencontre internationale pour la relance du secteur des oléagineux au Burkina –Mali-Niger

12 IV./ Forces et faiblesses des innovations dans le secteur privé 4.1 Les faiblesses Ce secteur fait face à de nombreuses contraintes : * Difficuté daccès au financement * faiblesse de la demande. * le coût et linsuffisance des équipements performants adaptés * lapprovisionnement en matières premières (fluctuation des prix, irrégularité de la qualité ) * incohérences de la réglementation, impôt non adapté * manque de professionnalisme * le coût élevé des facteurs de production (électricité, eau, gaz, transport * La faible qualité des emballages

13 4.2 Les forces Les promoteurs sont généralement dun niveau élevé de formation Dans lexpérience Initiative mil-sorgho,linstauration du concept de contractualisation avec a mis en évidence les avantages du partenariat direct Recherche-Producteur- Transformateur La qualité des céréales est une nécessité pour garantir la qualité des produits finis. La contractualisation bien assimilée permet une stabilité dans les rapports de partenariat (producteur Transformateur), augmente les revenus en milieu rural et dans le secteur de la transformation.

14 V./ Les Perspectives Le renforcement du secteur privé constitue le vecteur privilégié permettant de réaliser les orientations stratégiques du Gouvernement en matière de modernisation de léconomie, de lutte contre la pauvreté et dinsertion du Burkina Faso dans le processus dintégration régionale et de mondialisation. Il importe que des actions cohérentes soient prises en faveur de linnovation 5.1 Au niveau du Gouvernement * Créer les conditions institutionnelles, juridiques et règlementaires favorables * Créer un Fonds dAppui pour le développement de linnovation * Développer les services dencadrement des producteurs * Disposer de zones de stockage approprié pour assurer la conservation des stocks. * Développer le partenariat public-privé dans les activités de promotion du secteur agro-alimentaire ( foires des régions, les Journées Agro- Alimentaires ) Promouvoir la consommation des produits locaux ( Ambassades, Gouvernement

15 Renforcer les capacités des organisations faîtières au plan local, national, régional et international *Développer les infrastructures de communication, et dinformation *Renforcer le système dinformation des entrepreneurs sur les marchés en amont et en aval pour mieux profiter des opportunités 5.2 Au niveau des partenaires au développement * Laccompagnement des démarches auprès des institutions financières, aide au montage de dossier de demande crédit, fond de garantie * Soutenir les programmes de formation Soutenir laccès aux marchés * Soutenir la participation des entreprises aux foires régionales et internationales

16 5.3 Au niveau des acteurs du secteur privé * Renforcer les capacités organisationnelles des organisations professionnelles * Rechercher des partenaires financiers du système bancaire et du système décentralisé, pour les achats au moment des récoltes. * Développer le partenariat avec la Recherche Scientifique et Technique * Faire une offre diversifiée des produits locaux au marché local, régional et international Développer le professionnalisme Développer les produits dexportation à avantage comparatif Développer le partenariat au plan local, régional et international 5.4 Pour contribuer à surmonter les contraintes liées à lenvironnement de lentreprise, ce secteur a besoin de véritables organisations professionnelles capables de défendre les intérêts des entreprises et de favoriser la mise en œuvre de programmes de développement de ce secteur. La Fédération des Industries de lAgroalimentaire et de Transformation du Burkina (FIAB) qui regroupe actuellement des opérateurs de plusieurs filières, se situe à un carrefour important de son histoire. Larrimage de la FIAB à lorganisation INTERFACE à dimension internationale,ouvre des horizons de coopération propres à promouvoir linnovation technique et scientifique en faveur des entreprises agro- alimentaires dans leur articulation avec le monde rural.

17 5.5 INTERFACE,créée en 1997 est active au niveau de la Recherche agricole pour transformer les résultats de la recherche en opportunités daffaires. Elle est membre : *du Comité Exécutif du SPAAR( Programme Spécial pour la Recherche agricole) *du Comité Exécutif du FARA ( Forum pour la Recherche Agricole en Afrique ) * du Comité Exécutif du CORAF * du Comité Consultatif du DFID * membre du Comité Secteur Privé du CGIAR au niveau international INTERFACE dans le plan daction de la CEDEAO est Agence dexécution de laction qui porte sur: « Transformer les résultats de Recherche en opportunités daffaires » Ces acquis de lorganisation faîtière dans la promotion de linnovation pour le développement des entreprises agro-industrielles qui permettront de connecter les petits producteurs au marché

18 JE VOUS REMERCIE


Télécharger ppt "PERSPECTIVES DU SECTEUR PRIVE SUR LES INNOVATIONS PLAN I./ Contexte général II./ Etat des lieux du secteur privé III./ Présentation de la F.I.A.B IV./"

Présentations similaires


Annonces Google