La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Fascisme, nazisme et stalinisme Troisième cours : Les bases – le primat idéologique : si la réalité nest pas conforme à lidéologie, il faut changer la.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Fascisme, nazisme et stalinisme Troisième cours : Les bases – le primat idéologique : si la réalité nest pas conforme à lidéologie, il faut changer la."— Transcription de la présentation:

1 Fascisme, nazisme et stalinisme Troisième cours : Les bases – le primat idéologique : si la réalité nest pas conforme à lidéologie, il faut changer la réalité

2 3.3 – de 1924 à 1929 En mai 1922, Lénine est victime de la première des quatre attaques qui le conduira finalement à la tombe en Entre ces dates, Lénine récupère et surtout, il peaufine sa réflexion sur lÉtat soviétique, le parti et le problème de sa succession. En décembre 1922 et janvier 1923, il dicte son « Testament », dans lequel il passe en revue ses principaux lieutenants, ceux qui seront appelés à prendre sa relève, et il les critique vertement. Staline, jugé trop brutal, est le plus critiqué. En outre, à laide de son poste de Secrétaire général, il contrôle tout lappareil du parti, ce qui inquiète Lénine. Enfin, au cours des années 21 et 22, les relations entre les deux hommes se sont détériorées et il suggère même de le démettre de ses fonctions de Secrétaire général.

3 Les autres membres du Comité Central sont aussi critiqués : Lénine reproche à Trotski, malgré ses grandes compétences, dêtre trop sûr de lui. Kamenev et Zinoviev se voient reprocher leur attitude en octobre. Il admire lintelligence et les capacités de Boukharine, mais lui reproche son manque dorthodoxie marxiste, etc. On peut donc en conclure quaux yeux de Lénine, personne ne pouvait vraiment prendre sa relève de façon individuelle et quil préférait lidée dune direction collective, ce qui est difficilement applicable au parti. Dès avant la mort de Lénine, Staline prend une solide option sur la succession. Il cherche aussi à isoler Lénine et à le tenir loin des affaires courantes. Cest surtout autour de la question de la NEP et de la bureaucratisation que se jouera la succession. Lors dun Plénum du CC en septembre 1923, les dissensions éclatent sur la question des prix industriels.

4 Dabord, Trotski publie une lettre qui accuse la dictature de lappareil du parti (Staline) de tous les maux du pays. Cette lettre est suivie dune autre, consignée par 46 vieux bolcheviques qui reprend la même idée. Le Politburo condamne ce texte comme « fractionniste ». Trotski en remet dans une autre lettre qui cette fois, entraîne la condamnation de ses idées par le Politburo et Staline se charge dépurer les trotskistes des positions clés. Sa situation est désormais gravement compromise. Trotski récidive en octobre 1924 et sattaque directement à Zinoviev et Kamenev. Suite au blâme qui lui est adressé, il démissionne de ses fonctions de Commissaire à la guerre, mais demeure au Politburo. Une fois celui-ci disqualifié comme successeur potentiel, Staline sen prend à ses alliés de circonstances (Kamenev et Zinoviev) et cest Boukharine qui lui en donne loccasion.

5 Ce dernier propose de permettre aux paysans de senrichir davantage et est sévèrement critiqué par Zinoviev, qui laccuse de vouloir permettre aux koulaks de se développer. Naît ainsi une nouvelle « opposition de gauche ». Staline prend discrètement la défense de Boukharine et à la suite du XIVe congrès, Zinoviev perd son poste à Leningrad et est remplacé par Kirov. La valse de lopposition se poursuit : une coalition très hétérogène se forme, l« Opposition unifiée », qui comprend Zinoviev, Kamenev, Trotski et des membres de lopposition ouvrière. Leur seul point commun : la haine de Staline. Cest le meilleur théoricien du groupe qui lance la charge et elle porte sur le danger bureaucratique, ce qui vise directement Staline. Staline remporte cependant cette autre bataille, en faisant condamner les meneurs de lopposition pour fractionnisme et en obtenant leur exclusion du Politburo.

6 Les opposants sont exclus du CC en octobre et du parti en novembre Trotski est finalement exilé à Alma- Ata, ce qui met fin à la première période de la lutte de Staline pour la succession. Au terme de cette première partie, il a installé ses créatures au sein du Politburo et le seul opposant qui lui reste à abattre est Boukharine. En 1927, la « crise des ciseaux » revient avec son corollaire, les difficultés dapprovisionnements : peu à peu, les produits agricoles commencent à manquer dans les villes. Dabord le fromage, le lait, et finalement le pain. Pour résoudre la crise, le parti lance une campagne de réquisition. 39 membres du CC se rendent dans les régions rurales pour superviser celle-ci. Staline y participe et se rend en Sibérie, où il inaugure un système de réquisition basée sur la contrainte et sappuyant sur les forces de sécurité de la GUÉPÉOU. Sa technique sera rapidement étendue à lensemble du territoire.

7 Dans le but de résoudre la crise, deux points de vue se font face : celui de Staline et celui de Boukharine. Staline soutient que la crise a des causes « objectives » et reprend lanalyse de Trotski de 1924 : elle est causée par un déséquilibre de développement entre les secteurs industriel et agricole. Lindustrie narrive pas à produire suffisamment de biens essentiels; cette pénurie de produits a conduit à leffondrement des réseaux déchange entre les villes et les campagnes. En même temps, lexploitation paysanne individuelle ne permet pas de générer suffisamment de revenus pour soutenir le développement de lindustrie, surtout que les koulaks se livrent à des actes de sabotage. Pour Boukharine, les causes sont subjectives : manque de fonds de réserve pour lindustrie, croissance des revenus paysans, ce qui a augmenté le revenu disponible des paysans et conduit à une « famine » de produits manufacturés.

8 Lun et lautre voient la solution dans une industrialisation plus rapide, qui devra sappuyer sur le secteur agricole. Mais alors que Staline propose daugmenter la productivité agricole par la collectivisation des terres, Boukharine propose de renforcer la NEP et dappuyer lindustrialisation en stimulant le développement et linitiative privés des agriculteurs. Cest sans surprise quun plénum du CC réuni en 1928 adopte la position de Staline, le CC étant surtout composé de ses partisans. Accusé davoir entretenu des contacts avec Kamenev, Boukharine sera exclu du Politburo en À cette date, le Politburo nest plus composé que de fidèles de Staline, ce qui revient à dire quil contrôle désormais le parti, et bientôt lÉtat.

9 Troisième cours : Les bases – le primat idéologique : si la réalité nest pas conforme à lidéologie, il faut changer la réalité 1 – Le fascisme 2 – Le nazisme 3 – Le stalinisme

10 1 – Le fascisme 1.1 – À la recherche dune idéologie Au lendemain de la guerre, Mussolini nest toujours pas défini idéologiquement. La guerre a radicalisé son nationalisme, mais sa rupture avec le PSI ne sest pas traduite nécessairement par labandon de la gauche. Cest dans la foulée de la lutte politique quil élabore le programme de ce qui va devenir le fascisme. Avant la naissance du parti national fasciste, un premier cadre est posé par le congrès de fondation des faisceaux en Réunis à Caporetto le 23 mars 1919, les pères fondateurs du mouvement fasciste élaborent un programme nationaliste, mais surtout très socialiste.

11 Une attention est portée aux conditions de vie de la classe laborieuse. Par exemple, on propose en 1919 dintroduire un salaire minimum, de limiter la journée de travail à 8 heures, dinstaurer la retraite à 55 ans et de mettre en place des structures par lesquelles les employés participeraient à la gestion de lentreprise. Le programme propose des mesures anticapitalistes, comme la mise en place dun impôt massif sur le capital. Les éléments nationalistes apparaissent secondaires, dautant que le programme s'oppose à limpérialisme. Ce programme de compromis entre les différentes tendances du mouvement fasciste sera présenté par Mussolini comme un exercice rhétorique dans le contexte dune lutte électorale. Le premier programme du PNF, adopté lors de son congrès de fondation le 7 novembre 1921, consacre un virage à droite très prononcé.

12 Dès 1920, Mussolini remet en question ses orientations les plus socialistes. En mai, Mussolini préconise le retour à un État minimal et affirme même que « lavenir sera capitaliste ». Le PNF abandonne toute forme dintervention étatique dans la sphère économique et met de lavant la privatisation des entreprises dÉtat. Alors que la défense des ouvriers était un élément clé du programme de 1919, celui de 1921 se prononce en faveur dun encadrement du droit de grève et de la mise en place de structures syndicales contrôlées par le parti. Plus de chasse aux hauts revenus, plus de distribution de la richesse et plus « dexpropriation partielle » : une réforme fiscale est proposée en faveur des hauts revenus et de la préservation des patrimoines financiers. Sur la question nationale, on assiste aussi à certains changements qui vont dans le sens dune radicalisation, même si sur cette question, le Mussolini de 1921 est davantage cohérent avec celui de 1919.

13 Les mesures proposées quant à la réforme militaire témoignent du fait que lopposition à limpérialisme de 1919 a disparu et que le Duce voit clairement la nécessité de mener une politique impérialiste, incluant la défense des colonies, mais surtout, lexpansion territoriale en Afrique. Ce programme libéral témoigne de deux choses : dabord, de linfluence de plus en plus grande des milieux daffaires sur le PNF, qui reçoit désormais des sommes considérables des grandes entreprises italiennes (Pirelli, par exemple) et deuxièmement, du peu de cas que fait Mussolini des programmes et de lidéologie.

14 2.2 Le culte de la force Toute opportuniste quelle soit, lidéologie de Mussolini renferme néanmoins certains éléments constants, comme le culte de la force. Dès avant le « premier fascisme », lattirance de Mussolini pour la violence et la force est patent. Cest dailleurs à cette tendance personnelle que lon peut attribuer, au moins en partie, son revirement de 1914, et cest avec enthousiasme quil rejoint son unité en Après la guerre, dans la cadre de la mise en place des sqadre, limportance de la violence est aussi manifeste. Outre que ces hommes sont pour lessentiel danciens combattants, leur rôle et leurs fonctions sont basés sur laction violente. Le premier rôle qui leur est dévolu est de se battre contre les socialistes. Rixes, attentats et assassinats sont indisociables du mouvement sqadriste.

15 Mais la force ne se manifeste pas uniquement par la violence. Toute lesthétique fasciste est élaborée dans le but de donner une impression de force : les chemises noires, le pas de loie, lordre impeccables des sqadristes lorsquils défilent, etc. La guerre est aussi indissociable du régime. Dès 1923, Mussolini accorde une grande importance aux forces armées dont le rôle sest accru du fait de la guerre. LItalie doit être forte et puissante, elle a donc besoin de forces armées considérables, lesquelles nont pas pour seule vocation la défense de lItalie, mais aussi la participation à son expansion. Ce fut dabord Fiume et Trieste, mais rapidement, Mussolini veut autre chose, doù sa politique coloniale et sa guerre contre lÉthiopie. Mais au-delà de la grandeur italienne, la guerre a pour fonction de tremper les caractères. Ce nest que par la guerre que le peuple italien, corrompu par des siècles bourgeois, pourra renouer avec ses glorieuses racines.

16 2.3 Du nationalisme au racisme Lidée nationale constitue le socle de la pensée de Mussolini. Même à lépoque de sa filiation au PSI, il a toujours fait de cette idée un fondement idéologique. Dès la Première Guerre mondiale, le nationalisme devient le centre fondamental auquel sarticulent les autres éléments idéologiques, souvent passablement conjoncturels, de la pensée de Mussolini. Le nationalisme fasciste va plus loin que le nationalisme « bourgeois », qui accorde la primauté à sa nation sur les autres. Ici, lidée nationale, indissociable de la violence, est conçue comme le moteur des changements économiques, sociaux et politiques, à la différence du marxisme pour qui la classe, indépendamment de lappartenance nationale, est le moteur du changement.

17 Le monde est pour Mussolini un univers dans lequel les grands changements sont provoqués par la lutte des différentes nations entre elles. Lutte par ailleurs violente. Limpérialisme est ici fondamental. Cest une nécessité pour la nation : « Pour le fascisme, la croissance de lempire, cest-à-dire lexpansion territoriale est une manifestation essentielle de la vitalité; linverse, un signe de sa décadence ». Le rôle fondamental joué par lÉtat dans le fascisme sinscrit lui aussi dans une perspective nationaliste, étant lémanation administrative de la puissance nationale. Plus lÉtat est puissant, plus il est en mesure de représenter la nation. Le chef de celui-ci occupe alors tout naturellement le rôle de père de la nation. Jusquau milieu des années 30, le nationalisme fasciste nest pas racial. La conception impériale que défend Mussolini jusquà ce moment ne coïncide pas avec la vision ethnocentrée de la nation des nazis.

18 Avec le changement de dynamique à partir de 1935 entre Hitler et Mussolini, le nationalisme italien va prendre une tangente raciale. Même si elle natteindra jamais le niveau de radicalisme que lon peut trouver chez Hitler, à partir de la seconde moitié des années 30, lItalie se lance elle aussi dans lélaboration et la mise en place de politiques raciales et racistes. Cest encore une fois une très bonne illustration du fait que lidéologie est, chez Mussolini, un matériel meuble qui change au gré des circonstances. Mais comme dans tous les régimes de ce type, cette idéologie, aussi fluctuante soit-elle, est parole dévangile et ne saurait être remise en question.

19 2 – Le nazisme 2.1 – Première formulation de lidéologie nazie le programme du NSDAP de 1920 Hitler est le seul des trois chefs à avoir consigné par écrit sa philosophie politique. Vingt ans après la publication de Mein Kampf, Hitler aurait dit, parlant de son livre « Jai eu peu de choses à y ajouter, rien à y changer ». Il se distingue ainsi de Mussolini et de Staline, dont la pratique politique et lidéologie ont beaucoup fluctué en fonction des événements. Avant décrire Mein Kampf, Hitler avait formulé assez clairement ses objectifs politiques dans le programme en 25 points du NSDAP, adopté le 24 février 1920 lors dune réunion dans une brasserie de Munich.

20 Certaines choses seront précisées dans Mein Kampf et dans certains recueils dentretiens publiés au cours des années 30 et 40, mais dans lensemble, la base idéologique du nazisme est dors et déjà posée en On constate la place très importante occupée par les revendications nationales lesquelles, ne sont pas lapanage exclusif des nazis, car la grande majorité de la population réclame des ajustements au traité de Versailles. Les nazis vont plus loin, exigeant purement et simplement (article 2) labrogation des traités. Sappuyant sur les principes wilsonien, le programme réclame la constitution dune Grande Allemagne, réunissant tous les Allemands. Il sagit même du premier article du programme. À noter par ailleurs que la réalisation de cet article occupera grandement Hitler une fois au pouvoir et que dans une certaine mesure, cet article contient en germe la Seconde Guerre mondiale.

21 Larticle 3 exige de la terre et des colonies pour le peuple allemand (colonies interdites par Versailles). Cest la revendication du Lebensraum, qui sera à la base de la volonté dexpansion dHitler à lest. Les articles 4, 5 et 6 contiennent les premiers éléments de définition de la politique nationale et raciale du 3 e Reich : seuls les citoyens allemands bénéficient des droits civiques et seul le sang allemand permet de donner la citoyenneté. Les Juifs sont exclus. De même, il est affirmé que seuls des citoyens allemands peuvent occuper des fonctions politiques ou administratives. Les articles 7 et 8 abordent limmigration, pratiquement interdite, et réclament lexpulsion des non-citoyens dans le cas de difficultés économiques et pour ceux qui se sont établis en Allemagne depuis août À partir de larticle 9, le programme politique général et le programme économique se précisent.

22 Après avoir souligné légalité de tous les citoyens en matière de droit et de devoir (article 9), le programme poursuit en exigeant de tous les citoyens un travail, physique ou intellectuel (article 10) et en condamnant les « oisifs » (article 11) et les profiteurs de la guerre (article 12), réclamant par ailleurs la confiscation de leurs biens. Ces trois derniers articles soulèvent la question de lanticapitalisme originel du NSDAP. Puis viennent les articles réclamant des mesures économiques qui témoignent dun fort courant de gauche au sein du parti à ce moment : nationalisation des entreprises appartenant à des trusts (article 13) et augmentation des pensions des retraités (article 15). Mais larticle 16, qui réclame la création et la défense dune classe moyenne, ainsi que le transfert de propriété des grands magasins aux petits commerçants, relève davantage dun discours de centre droit.

23 Après avoir abordé la réforme agraire et le système judiciaire, le programme pose les principes du système déducation, orienté vers les « exigences de la vie pratique » et favorisant lesprit civique. Sans être égalitaire, il propose de sassurer que les enfants doués des milieux pauvres accèdent aux études supérieures. Larticle 23 pose les bases de la politique que le régime nazi poursuivra quant aux médias : ceux-ci devront être allemands. Les journaux doivent être dirigés par des Allemands, les journaux étrangers, qui nont pas le droit de publier en allemand, devront obtenir une permission spéciale et seuls des Allemands pourront y participer financièrement. Larticle 24 souligne le droit à la liberté religieuse, tant que cette religion « noffense pas le sentiment moral de la race germanique ». Le parti ne sassocie à aucun courant religieux, mais défend un « christianisme positif » contre « lesprit judéo-matérialiste ».

24 Enfin, larticle 25 réclame la mise en place dun État central puissant et « lautorité absolue du parlement politique central sur lensemble du Reich ». Quant à la question de la puissance de lÉtat, on doit constater quHitler savait déjà où il voulait aller. Pour résumer le contenu idéologique de ce programme, on peut dire quil est nationaliste, raciste, socialiste, populiste et étatiste, ce qui correspond assez au programme politique quHitler mettra en place à partir de Cela étant, lanticapitalisme sous-jacent à certaines propositions seffacera à partir de la fin des années 20.

25 Hitler et Nietzsche Pour saisir lidéologie hitlérienne, il faut référer à certains éléments particuliers, qui sans relever de la doctrine nazie, sont considérés comme des éléments de la pensée hitlérienne. Lune des sources de ce point de vue, cest Friedrich Nietzsche, philosophe allemand romantique de la seconde moitié du XIXe siècle. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, nombreux sont ceux qui ont refait le procès de Nietzsche, accusant son œuvre dêtre à la base de la doctrine nazie. Outre le fait que reprocher à un auteur mort davoir été instrumentalisé apparaît injuste et illogique, la doctrine nazie, si elle peut en effet sinscrire dans le nietzschéisme, sinscrit en général dans la pensée rationaliste allemande des XIXe et XXe siècles.

26 Il ne sagit pas daccuser cette pensée davoir engendré le nazisme, mais de constater quelle sinscrit dans un courant philosophique plus large et que les vues de Hitler correspondaient aussi à ce que de nombreux Allemands (et Européens) pensaient. Pas toujours très cohérente et explicite, la pensée nietzschéenne a pu servir de base à lélaboration de certaines conceptions que lon retrouve chez Hitler. Mais il demeure absurde daccuser Nietzsche davoir été hitlérien avant lheure. Prenons le cas du concept de volonté de puissance, lun des fondements de la pensée de Nietzsche, que lon retrouve dans plusieurs de ses ouvrages Philosophie par essence individualiste, le nietzschéisme place la notion de dépassement au centre de son analyse. À ce titre, la volonté de puissance dun individu ne se manifeste pas par son désir de domination de lautre, mais par celui de domination de ses instincts.

27 Hitler juxtapose cette notion individuelle à une conception darwiniste de lorganisation sociale. Dans son esprit, il y a les faibles et les forts, autre emprunt à Nietzsche et à ses races de maîtres et desclaves, sauf que chez le philosophe allemand, la race na rien de biologique, elle appartient au domaine des tempéraments : lesclave est celui qui est dominé par ses instincts, le maître, celui qui les domine. Pour Hitler, la race des maîtres est la race aryenne, en tout point supérieure aux autres. La domination de celle- ci nest pas circonstancielle, mais naturelle, en ce sens où les forts doivent dominer les faibles. La civilisation, dépend dans son esprit de la volonté de puissance manifestée par les maîtres envers les esclaves. Cest ainsi quHitler transforme un discours philosophique individualiste en règles immanentes régissant le comportement des masses et des sociétés.

28 Rien de tel dans la pensée originale, ce nest ici que pure inférence dHitler. Cest même contradictoire avec la pensée de Nietzsche en ce sens où, la violence relevant des instincts, lindividu appartenant à la race des maîtres, loin de se laisser aller à des comportements violents, exerce sa volonté de puissance contre lui-même pour dépasser son instinct… Si on ajoute à cela que Nietzsche était à son époque fréquemment accusé de philosémitisme, on comprend toute la distance qui sépare celui-ci dHitler…

29 2.3 La théorie raciale Les théories raciales sont devenues à la mode à la fin du XIXe siècle grâce à linfluence du darwinisme dans les sciences sociales : si on peut admettre que dans létat de nature, ce sont les espèces et les individus les plus prompts à sadapter qui survivent, pourquoi nen serait-il pas de même dans les sociétés? Mais cette interrogation darwiniste na pas toujours été présentée ainsi et les discours populistes ont bien souvent déformé le darwinisme et fait du « plus adaptable » le « plus fort ». Le principal théoricien des schémas de supériorité raciale et de la théorie des races en général fut Joseph- Arthur de Gobineau, diplomate de carrière. Son Essai sur linégalité des races humaines, publié en 1855, en fait dune certaine façon le père de la pensée racialiste.

30 Gobineau divise lhumanité en trois races et leur attribue des caractéristiques intrinsèques. Pour lui, la supériorité de lhomme blanc nest pas issue de son adaptabilité, mais relève dun caractère intrinsèque. Ainsi, les différences entre races blanche, noire et jaune sont dordre qualitatif, et non quantitatif. À ses yeux, la race blanche dispose du « monopole de lintelligence, de la beauté et de la force » et il distingue parmi les blancs ceux appartenant à la race « arianne ». Chez Gobineau, les noirs sont supérieurs en ce qui concerne les sens, mais leur faculté de penser est médiocre, voire nulle. Quant aux gens de race jaune, Gobineau souligne que leur tendance générale serait la « médiocrité en toutes choses ». Un élément fondamental à retenir de la pensée de Gobineau, et qui sera repris dune certaine façon par Hitler, concerne la dynamique entre ces races.

31 Pour Gobineau, lhistoire de lhumanité est une longue dégénérescence de la race humaine parce que lhistoire de lhumanité est dominée par le métissage, à qui il reconnaît une nécessité, par exemple, pour permettre à la race blanche de développer ses sens. Cependant le métissage « mène les sociétés au néant auquel rien ne peut remédier ». Dans son esprit, la démocratie est un exemple de cette dégénérescence. Hitler reprend les principes à la base de la théorie de Gobineau, mais il donne une dimension culturelle au concept de race et lélargit beaucoup plus que Gobineau. En effet, chez Hitler, il y a beaucoup plus de « races » et le critère de définition nest pas nécessairement dordre physique, même si ces caractéristiques ont aussi une importance. Au sommet de la hiérarchie raciale nazie se trouvent les Aryens, race supérieure vouée naturellement à dominer les autres.

32 Les connaissances historiques dHitler étant limitées, cette race na rien à voir avec les Aryens, dont tous les Occidentaux descendent dune certaine manière. La conceptualisation hitlérienne de lAryen, que lon retrouve dans Mein Kampf est analytique et non descriptive : est Aryen celui qui se trouve au sommet de la pyramide raciale. En fait, la supériorité aryenne chez Hitler ne découle pas dune analyse, mais dun postulat. LAryen est au sommet, point. Et bien sûr, Hitler étant dorigine germanique, on ne sétonnera pas de constater que lAryen est un Germain… La seconde catégorie comprend tous les autres peuples dEurope occidentale, mais aussi les Japonais. Seconds dans la hiérarchie, ils appartiennent aux catégories supérieures, mais doivent être dominés par les Aryens.

33 Viennent ensuite les races desclaves : Slaves, Africains et Asiatiques autres que Japonais. Ce sont quand même des êtres humains, mais ils doivent être réduits en esclavage pour servir les races supérieures. Enfin viennent les sous-hommes, les Untermenschen Juifs et Tziganes. Ils sont considérés comme des races inférieures, nuisibles, et devant être détruites. Le métissage est chez Hitler une abomination. À la différence de Gobineau, Hitler ne considère pas le métissage comme inévitable, et surtout pas comme nécessaire à la civilisation. Il ny voit quun sacrilège salissant la pureté du sang, « le pire des crimes ». Le mélange des Aryens et des Juifs lui est insupportable et il le conçoit comme un plan fomenté par les Juifs pour détruire le peuple allemand. En ce sens, il est logique disoler les Juifs et dinterdire à ceux-ci toutes relations avec des Allemands, doù toutes les lois raciales adoptées par le régime tout au long des années 30.

34 3 – Le stalinisme 3.1 – Le marxisme Marx est le père dune théorie historique matérialiste qui fait de lévolution des rapports économiques la base de lévolution historique générale. Depuis la captation du marxisme en tant que théorie daction politique, la philosophie distingue les « théories marxistes » des « théories marxiennes », ce dernier terme faisant davantage référence à lanalyse des systèmes économiques présentée par Marx. Ainsi, La démarche marxiste, avant de devenir plus spécifiquement politique, fut dabord scientifique.

35 En analysant lévolution économique des sociétés humaines, Marx définit une théorie de lhistoire selon laquelle les sociétés humaines évoluent de lorganisation économique primitive vers le féodalisme, le capitalisme, le socialisme puis le communisme. Ce dernier élément est très peu développé dans les textes de Marx et ce nest que vers la fin de sa vie, alors que le théoricien a été remplacé pour une large part par lactiviste politique quil le définit plutôt brièvement. Lidée de base est que linfrastructure économique de toute société humaine détermine sa superstructure politique. À chacun des stades de développement économique correspond une forme dorganisation politique. En ce sens, la modification des rapports de forces économiques engendre des mutations politiques, souvent par le biais de révolutions ou de crises.

36 Dans Das Kapital, Marx décrit les mécanismes de fonctionnement du système économique capitaliste et il en déduit que celui-ci sera victime de ses contradictions et que lui succèdera alors une autre forme dorganisation économique, socialisme, puis communisme. Le marxisme suppose que ces changements économiques ne sont pas le fruit de laction des individus, mais plutôt de lévolution des sociétés humaines : on ne peut pas forcer la main à lhistoire. Marx concevait que la révolution socialiste atteindrait dabord les sociétés capitalistes les plus évoluées et léventualité dune telle révolution en Russie na été envisagée par lui que très tardivement, en Considérant à ce moment que le capitalisme est naissant en Russie, il envisage la possibilité que la « chaîne capitaliste » puisse se rompre précisément là où se trouve son maillon le plus faible, en Russie donc.

37 À lorganisation économique primitive correspond le despotisme, au féodalisme correspond la monarchie, au capitalisme la démocratie bourgeoise et au socialisme, la dictature du prolétariat. Encore une fois, Marx sintéressant surtout à la dynamique passée, il consacre peu de temps à la prospective, de sorte que le concept de dictature du prolétariat est assez peu défini dans ses écrits. Cependant, tel quon peut le comprendre dans le Manifeste du parti communiste, la dictature du prolétariat est une « démocratie » : la majorité de la population des sociétés occidentales étant composée par les prolétaires, la dictature de celle-ci est donc la dictature de la majorité sur la minorité. Lutilisation de ce concept chez Lénine est dune toute autre nature et constitue à plus dun titre une déformation de la théorie originale.

38 3.2 – Le léninisme Lénine a pris une grande liberté dans son analyse du marxisme et si nombre de concepts marxistes se retrouvent dans sa pensée, leur signification est parfois très éloignée de la théorie initiale. Cest le cas de la dictature du prolétariat, où celui-ci est avant tout conceptuel. Le parti de Lénine étant à ses yeux une émanation de la classe ouvrière, la dictature de ce parti devient une dictature du prolétariat. Lexpression de « marxisme-léninisme » napparaît quà la mort de Lénine et même si celui-ci sinspirait très clairement du discours marxiste, il savait quune grande partie de ses théories politiques ne cadraient que difficilement avec les théories marxistes en général. Cest que la pensée de Lénine tient au moins autant de la tradition révolutionnaire russe que du marxisme et le léninisme est avant tout une pratique du marxisme.

39 Et de quel Lénine parle-t-on? Celui des premières années? Celui de Que faire ? Le Lénine idéaliste des premières années au pouvoir? Ou encore celui de la NEP ? Praticien tout autant que théoricien marxiste, Lénine a dû adapter son discours aux circonstances. Les théoriciens russes de la révolution dans la seconde moitié du XIXe siècle ont eu une influence déterminante sur Lénine et sa conception du rôle des masses dans lhistoire est moins absolue que chez Marx. Comprenant que la classe ouvrière en Russie nest quembryonnaire, Lénine, qui se refuse à attendre que celle-ci soit importante, entend, en attendant, substituer à celle-ci une force politique. Sans entrer dans les détails, lorganisation du parti bolchevique na rien de marxiste et descend directement de la théorie révolutionnaire de Netchaïev.

40 Lénine ne fait pas confiance aux ouvriers russes et soutient que, sans un parti organisé, les masses ouvrières ne peuvent atteindre que le syndicalisme. Leur conscience de classe étant déficiente, une organisation doit se substituer à elle pour défendre leurs intérêts. Le premier de ces intérêts, cest dabord lavènement du socialisme, lequel ne peut survenir que par une révolution. Dans le contexte russe, seul un parti peut se charger de celle-ci. Il ne sagit pas dun parti de masse, mais de révolutionnaires professionnels. Un parti où les individus, et non les masses, détiennent le rôle principal. Le parti bolchevique de Lénine est donc antimarxiste. Cet exemple témoigne du fait que chez Lénine, le marxisme est un contenant plutôt quun contenu : les termes utilisés par Lénine appartiennent au marxisme, mais sa compréhension de ceux-ci est très personnelle.

41 Ce nest pas un hasard si des théoriciens marxistes de renom ont condamné dès les premières années de la révolution russe le régime bolchevique comme étant antimarxiste. Quant au contenu, il tient autant à la tradition révolutionnaire russe dans laquelle Lénine sinscrit quà ses réflexions personnelles. Cest pourquoi on peut considérer le léninisme comme une pensée autonome, sa filiation au marxisme étant relative, partielle et discutable.

42 3.3 – Les ajouts et modifications du stalinisme Si le léninisme est un marxisme adapté, le stalinisme serait-il lui aussi une adaptation à la fois du marxisme et du léninisme? Le fait que Lénine fut à la fois un théoricien et un praticien de la révolution ne simplifie pas la tâche : de quel Lénine parle-t-on, alors? Le courant dominant dans la soviétologie avait coutume de faire une filiation directe entre Lénine et Staline. La démarche est simple : si le stalinisme est condamnable et si celui-ci descend du léninisme, cest dire que le léninisme est condamnable. Cette lecture impose une analyse déterministe à lévolution de lURSS après la mort de Lénine et fait abstraction du rôle joué par les personnalités dans la mise en place de ce qui deviendra le stalinisme.

43 Ainsi, sil est exact de dire que le stalinisme est une continuation du léninisme, il est exagéré et faux de prétendre quil en était la seule continuation possible. À la mort de Lénine, Staline nest que lun de ses lieutenants, sa pensée politique est peu développée et à côté de lui se trouvent des théoriciens dun calibre nettement supérieur, à qui il va emprunter certains éléments pour élaborer sa propre vision du léninisme et du marxisme. Ainsi, le stalinisme est bien un léninisme, mais un léninisme parmi tant dautres. Lénine voyait une impossibilité pratique à ce que la révolution socialiste ne triomphe quen Russie. Dès 1917, il croit que sans une révolution mondiale, le pouvoir bolchévique ne saurait survivre. Cela tient autant à linternationalisme prolétarien quà labsence en Russie des structures permettant le socialisme. Il fallait donc exporter la révolution et même en 1917 transformer la guerre impérialiste en guerre révolutionnaire.

44 Après quelques tentatives, il devient évident que la révolution mondiale naura pas lieu et Lénine se décide à se consacrer à la mise en place des conditions économiques nécessaires à lapparition du socialisme en Russie : ce sera la NEP. À la mort de Lénine, Boukharine élabore la théorie du socialisme dans un seul pays : il est vain dattendre la révolution et il faut se consacrer à développer le pays. Les gauchistes soutiennent plutôt quil faut exporter à tout prix la révolution. Avec le triomphe de Staline, cette vision simposera, mais il ira beaucoup plus loin en cessant de considérer la révolution mondiale comme étant si fondamentale : lURSS peut très bien, seule, construire le socialisme. Plus encore, chez Staline, lURSS devient la patrie du prolétariat et à ce titre se développe un nationalisme axé non sur lappartenance ethnique, mais sur lappartenance de classe.

45 Le nationalisme, cest-à-dire la défense prioritaire des intérêts nationaux, étant en contradiction avec linternationalisme, on voit ici une première distinction entre Staline et ses pères théoriques, Lénine et Marx. Même sil est plus individualiste que le marxisme, le léninisme accorde une grande place au collectif. Son parti, même mené par un chef, est une structure dominée par le sentiment dappartenance au groupe. Cest un élément de base de toute conspiration et le parti de Lénine est un parti conspirationniste. Dans sa pratique, Staline éliminera pratiquement toute forme de direction collective et fera de lui-même le centre du système politique. Doù le culte dont il sentoure, et qu'il semploie également à étendre à Lénine. La déification de celui-ci après sa mort démontre que pour Staline, les masses ne sont rien, lindividu est tout.

46 Lénine se méfie de lÉtat. Par ces derniers gestes politiques en 1922 et 1923, il cherche à démontrer que le bureaucratisme constitue lune des plus graves menaces pesant sur le régime. Il tolère lÉtat, il ne le déifie pas. Pour Staline lÉtat est fondamental et il est perçu comme le plus important des mécanismes à utiliser pour favoriser lavènement du socialisme. La théorie marxiste du dépérissement nécessaire de lÉtat lui est complètement étrangère. La notion de travail prend aussi chez Staline un tout autre sens que chez Marx et Lénine : le travail est une aliénation et la société communiste sera, en plus dêtre une société dabondance, une société des loisirs. Chez Staline, le travail est tout. Il lexalte et en fait lune des bases de son État. Sur ce point, le stalinisme est beaucoup plus près des régimes « totalitaires » de droite que des théories marxistes et léninistes.

47 Une autre base du marxisme est légalitarisme, lequel est bien exprimé par le slogan « de chacun selon ses moyens à chacun selon ses besoins ». Staline condamne légalitarisme parce quinefficace et au principe de la rémunération identique à la base du premier régime léniniste, il substitue une différenciation en fonction de la productivité, mais aussi de la valeur du travail. Doù les mouvements de travailleurs de chocs, doù les magasins réservés à la nomenklatura, etc. Au même titre que Lénine, Staline peut se prétendre être dépositaire dune pensée autonome. Son idéologie, quoi qu'elle renferme indubitablement des éléments du marxisme et du léninisme, sen distingue sur plusieurs points, sa pensée ayant été influencé par sa personnalité, mais aussi par le contexte dans lequel il se débattait en tant que chef dun État se prétendant marxiste, en contradiction avec les théories de Marx…


Télécharger ppt "Fascisme, nazisme et stalinisme Troisième cours : Les bases – le primat idéologique : si la réalité nest pas conforme à lidéologie, il faut changer la."

Présentations similaires


Annonces Google