La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Histoire de lURSS 1917-1991. 5.2 – Idéologisation - À partir du milieu des années 30, le marxisme-léninisme devient lidéologie officielle de lÉtat soviétique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Histoire de lURSS 1917-1991. 5.2 – Idéologisation - À partir du milieu des années 30, le marxisme-léninisme devient lidéologie officielle de lÉtat soviétique."— Transcription de la présentation:

1 Histoire de lURSS

2 5.2 – Idéologisation - À partir du milieu des années 30, le marxisme-léninisme devient lidéologie officielle de lÉtat soviétique. - Cest aux médias que revient la tâche de mobiliser la population en fonction de lidéologie. - Le marxisme-léninisme envahit toutes les disciplines scientifiques, y compris les sciences exactes (le cas de Lyssenko)

3 - Il ny a alors plus de place pour dautres idéologies : la guerre est déclarée aux églises. - Autre manifestation de cette idéologisation : les mouvements de travailleurs (comme le stakhanovisme) quelquefois réels, plus souvent téléguidés du sommet. - Enfin, le culte de la personnalité : il devient obligatoire de citer Lénine (et éventuellement Staline) à toutes les sauces.

4 5.3 – Lembrigadement - Autre élément fondamental du système stalinien : la mise en caserne de toute la société. - Commencée dans les années 20 avec le Komsomol, cette militarisation sociale atteint tous les domaines, avec la multiplication des Unions : Union des écrivains, des compositeurs, des journalistes, etc, ayant pour vocation dassurer lorthodoxie des opinions des membres.

5

6 5.4 – La répression - Lélément le plus spectaculaire et souvent le moins compréhensible du régime. - Elle se développe de façon progressive, à partir des années 20, pour atteindre son paroxysme en Orientée initialement vers les opposants à Staline, elle finira par toucher tout le monde : « procès des 50 » - 50 ingénieurs sont accusés de sabotage (pour expliquer les ratés du plan)

7 : procès des mencheviques et des SR : assassinat de Sergueï Kirov, qui lance véritablement la machine : création des « troïkas » devant rendre des jugements, sans appel, en 10 jours. - Iagoda prend le contrôle de la GUÉPÉOU, pour être ensuite remplacé en 1936 par Ejov : premier grand procès spectacle (contre le bloc trotsko-zinoviéviste)

8 : second grand procès stalinien, mettant en accusation dautres vieux bolcheviques : troisième et dernier procès, contre les droitistes : Boukharine, Rykov et … Iagoda… - Les procès jouent un rôle « idéologique » et « pédagogique » : ils servent à expliquer les difficultés quotidiennes, à faire peur, mais aussi à justifier la militarisation de la société car les ennemis sont partout…

9

10 - Mais il y a plus grave et moins spectaculaire, car les purges se développent en cercles concentriques, depuis le parti, et toute la population se trouve menacée. - Pour ceux qui échappent à la mort, il y a les camps, qui nont pas quune fonction carcérale mais sont intégrés au système de production du pays. - Cest le NKVD, successeur de la GUÉPÉOU, qui est en charge du GOULAG. - Les principaux lieux de relégation sont les îles Solovki et la Kolyma. - Larmée est touchée en 1937 et la purge sabat sur toute la hiérarchie militaire : officiers de larmée sont purgés en

11 La répression dans larmée

12

13 - Pourquoi ces purges ? - Différentes hypothèses : - Éliminer les vieux bolcheviques, potentiellement dangereux pour Staline (pour son passé plus que pour son avenir) - Menace plus ou moins directe contre le pouvoir de Staline - Renouveler le personnel administratif - Pédagogie sanglante - Zèle des chefs du NKVD - Paranoïa de Staline

14 - Les chiffres : - Selon les sources, très variables - Les estimations les plus faibles sont de lordre de 1 million (peu probable); les plus fortes parlent de 14 millions. - La vérité se situe sans doute autour des 10 millions.

15 Résultat des répressions

16 5.5 – La constitution stalinienne - Staline théorise son système dans sa constitution de Véritable constitution-spectacle, elle proclame lachèvement de la construction du socialisme et de la démocratie en URSS. - Nettement plus conservatrice que celle de 1924, elle biffe plusieurs des dispositions révolutionnaires de celle-ci, comme le droit à lavortement.

17 - La famille y fait un retour en force, après avoir été condamnée comme un vestige de la société bourgeoise : instauration de récompense pour les familles modèles (médailles de maternité) - En bref, on y établit que la révolution est terminée et que le conservatisme social doit de nouveau dominer

18 Quatrième cours : politique étrangère soviétique ( ) et lURSS dans la Seconde Guerre mondiale ( ) 1 – Les affaires étrangères ( ) 2 – Vers la guerre ( ) 3 – La Grande Guerre patriotique

19 1.1 – Le nouveau cours de la diplomatie soviétique - La venue au pouvoir dHitler en 1933 modifie la politique étrangère soviétique dans le sens dun rapprochement avec lOccident. - Cest le nom de Maxime Litvinov qui est associé à cette nouvelle politique : cest lui qui du coté soviétique travaillera à lélaboration de la politique de sécurité collective.

20 - Les premiers gestes en ce sens sont létablissement de relations diplomatiques avec les États-Unis (1933) et surtout larrivée de lURSS à la SDN, qui ouvre la voie à une normalisation des relations URSS-Occident. - Mai 1935 : accord franco-soviétique dassistance mutuelle, par lequel la France renonce à ses prétentions sur les dettes tsaristes. Cependant, labsence de convention militaire rend le traité sans grande valeur. - En 1935, lURSS propose de prendre des mesures contre lAllemagne, mais sa voix nest pas entendue.

21 1.2 – Le Kominterm et la coalition anti- fasciste - De 1926 à 1933, la tâche du Kominterm est essentiellement de défendre les positions soviétiques à létranger. - Puisque les critiques les plus dangereuses proviennent de la gauche, au cours de cette période, le Kominterm semploie surtout à critiquer celle-ci. On parle alors des sociaux-démocrates comme des « sociaux-traîtres »

22 - Le changement de la politique étrangère en 1933 va bien sûr modifier le sens des actions du Kominterm. - Élaborée à loccasion de son 7 e congrès, la nouvelle politique du Kominterm sera de travailler à la constitution dun front antifasciste, incluant les socialistes mais aussi les libéraux. - Mais lobjectif de défendre lURSS, la patrie du socialisme, demeure la seconde priorité de lorganisation. - La guerre civile espagnole va permettre de mettre en application cette nouvelle politique.

23 1.3 – LURSS et la guerre civile espagnole - En juin 1936, le général Franco se lance à lassaut du gouvernement républicain espagnol. La France et la Royaume-Uni refusent dintervenir, mais pas lAllemagne - Pour lURSS, la situation est complexe : ou bien intervenir (et être accusée de fomenter la révolution), ou bien ne pas intervenir (et être accusé dabandonner les républicains et de perdre ainsi son rôle de chef de file antifasciste). - LURSS décidera dintervenir, mais modestement, par lenvoi de spécialistes.

24 1.4 – Laccord de Munich - En mai 1938, Hitler concentre des troupes à la frontière tchécoslovaque. LURSS se prépare, conformément aux traités : elle doit venir en aide à la Tchécoslovaquie si la France fait de même. - En septembre 1938, Daladier et Chamberlain se rendent à Munich négocier avec les Allemands et les Italiens. « Permission » est donnée à Hitler dannexer les Sudètes. LURSS fait savoir aux Tchécoslovaques que sils le désirent, elle interviendra : cest au gouvernement tchécoslovaque den faire la demande à la SDN, ce quil ne fait pas.

25 - Cet accord, outre leffet de confiance donné à Hitler, aura un autre impact funeste : en URSS, on commencera sérieusement à croire que, loin de vouloir sopposer à Hitler, lOccident cherche à le pousser à lest. - Litvinov, grand artisan de la sécurité collective, est alors remplacé par Molotov, avec pour mission dassurer par tous les moyens la sécurité de lURSS.

26 1.5 – À lest : un conflit militaire éclate entre lURSS et la Chine pour le contrôle du trans-mandchourien. - En 1931, le Japon fasciste envahit la Mandchourie (contrôlée par lURSS), ce qui pousse la Chine et lURSS à sentendre. - En 1936 est signé le pacte Anti-kominterm et lannée suivante, le Japon envahit le nord de la Chine et celle-ci signe alors un pacte de non- agression avec lURSS. - À lété 1938, de violents combats opposent les Soviétiques aux Japonais. La victoire des premiers à cette occasion et en Mongolie éloignera définitivement les Japonais dURSS.

27 2 – Vers la guerre ( ) 2.1 – Le pacte germano-soviétique - Au début de 1939, lAllemagne sempare de Prague, liquide la Tchécoslovaquie et réclame une part du territoire polonais. Les franco- britanniques se décident alors à entamer des pourparlers sérieux avec lURSS. - Mais lAllemagne a déjà à ce moment tendue la main à lURSS, qui se trouve alors en situation difficile.

28 - Avec louest, les négociations piétinent alors quelles progressent rapidement avec les Nazis. - Stupéfaite, la planète apprend à la fin du mois daoût 1939 la conclusion du pacte de non-agression germano-soviétique. - Cest un accord gagnant-gagnant : Hitler sassure davoir pour le moment les mains libres à lest ; Staline gagne du temps et récupère danciens territoires de la Russie impériale.

29 - Cela ouvre la voix à linvasion de la Pologne le 1 er septembre et lURSS se met en marche pour prendre le contrôle de sa part du butin, prévue dans les protocoles secrets : la Pologne de lest est annexé le 17 septembre et les républiques baltes sont de facto annexées à lété En juin 1940, lURSS réclame de la Roumanie le retour de la Bessarabie et de la Bucovine du nord. À lexception de la Finlande et dune partie de la Pologne de louest, lURSS a alors récupéré lensemble du territoire de la Russie impériale. Tout cela sans le moindre combat.

30 - Pour la Finlande, ce sera plus difficile : lURSS lui réclame la modification des frontières et son refus entraîne lentrée de lArmée rouge sur le territoire finlandais le 30 novembre LURSS est alors expulsée de la SDN. - Après une résistance héroïque, les Finlandais seront contraints à la paix, signée le 12 mars à Moscou. LURSS obtient ce quelle veut, mais à un coût très élevé.

31 - Ce pacte de non-agression est dune importance capitale pour la définition des responsabilités dans le déclenchement de la guerre. - Certains historiens considèrent que Staline navait pas le choix, dautres quil commet alors une faute stratégique, dautres enfin quils obtient tout ce quil était possible despérer dans le contexte. - Quoi quil en soit, une chose est certaine : en signant, Hitler et Staline savent que ce nest que temporaire et que la guerre entre lAllemagne et lURSS est inévitable.

32 2.2 – À laube de la guerre - Staline profitera du délai obtenu pour améliorer les capacités militaires du pays. - Entre 1928 et 1941, les dépenses militaires sont multipliées par quatre. - La discipline au travail est resserré davantage. - On élabore de nouvelles armes, dont le célèbre T Mais au plan tactique, on omet délaborer de nouvelles stratégies, dautant que les meilleurs tacticiens ont été purgés. Du côté soviétique, on sattend alors à une guerre courte, peu coûteuse en vies humaines et se déroulant sur le territoire de lennemi…

33 Dépenses militaires

34 - Les forces de lAxe se préparent aussi : la fin de la guerre à louest permet le début de la planification de lopération Barbarossa, qui prévoit une guerre-éclair permettant, dans un délai de 4 à 6 semaines, de semparer de Moscou, Leningrad, Kiev, du Donbass et du Caucase. - Le tout devrait permettre lexécution rapide du plan Ost, qui prévoit la destruction de 120 à 140 millions de personnes, nettoyant ainsi le territoire que la race allemande pourra coloniser.

35

36 - « Barbarossa » devait être déclenchée le 15 mai, mais lincompétence de larmée italienne dans les Balkans va contraindre son report au mois de juin. - Dans les semaines qui précèdent le 22 juin, lAllemagne réunit le long de la frontière germano-soviétique la plus importante force dinvasion de lhistoire : 5,5 millions dhommes, blindés, avions, canons et mortiers. - Ces forces déclassent celle de lURSS au plan quantitatif, mais aussi qualitatif.

37 Forces en présence (juin 1941)

38 3 – La Grande Guerre Patriotique ( ) 3.1 – Le fil des événements – Les catastrophes initiales (juin 1941 – été 1942) - De nombreux avertissements ont été adressés au Kremlin par létranger et les services de renseignements. Mais Staline sentête à y voir des tentatives dintoxication. - Sans déclaration de guerre les forces de lAxe franchissent la frontière le 22 juin 1941 à laube.

39 - Les forces soviétiques sont partout culbutées et les pertes sont énormes, en matériels, en hommes et en territoires. - 3 semaines plus tard, les forces allemandes ont progressé de 300 à 600 kilomètres, selon les fronts. - Fin septembre : létat-major allemand élabore lopération « Typhon », visant la prise de Moscou. Jusquen octobre, les choses ses passent bien. - Le 10 octobre, le maréchal Joukov est chargé de défendre la capitale. Commence alors une vaste opération dévacuation de la population et des capacités de production.

40 Résultats des premiers combats (juin 1941)

41 - Les Allemands parviennent à 30 kilomètres de la capitale, mais sont alors stoppés par la résistance des soldats soviétiques et lhiver. La Blietzkrieg a échoué et les armées allemandes ne sont pas préparées pour lhiver (Hitler avait jugé cela inutile) - Dès larrêt de lavancée allemande, Staline ordonne des contre-attaques qui, après des succès initiaux, sont toutes stoppées. - La capitale est ainsi légèrement dégagée, mais les pertes de lURSS sont catastrophiques.

42 3.1.2 – le tournant de la guerre - Les Soviétiques partent à loffensive dès le printemps, mais celle-ci, dispersée, tourne à la débandade et la Wehrmacht reprend linitiative. - Lobjectif de Hitler est alors de couper le Caucase et de contourner Moscou pour compléter son encerclement à lest. Il lui faut donc contrôler la Volga et Stalingrad. - Été 1942, les Allemands bombardent Stalingrad et en novembre, ils contrôlent presque toute la ville. - Mais les Soviétiques, par lopération Uranus, encerclent la 6 e armée et remportent la victoire. - Avec la bataille de Koursk (été 1943), les Soviétiques reprennent définitivement linitiative.

43

44

45

46 Vers la victoire (été 1943-printemps 1945) - Les victoires soviétiques et le débarquement allié en Italie semblent rapprocher la fin de la guerre. - Les troupes allemandes, désorganisées, sont désormais déclassées en quantité et en qualité par celles de lURSS. - En janvier 1944, le blocus de Leningrad est levé, le plus long de lhistoire (jusquà celui de Sarajevo). - Et les soviétiques avancent : il ny aura plus de grande bataille avant Berlin.

47

48 - Début juin, les Soviétiques franchissent la frontière finlandaise et en juillet, celle de la Pologne, où ils assistent sans intervenir à lécrasement du soulèvement de Varsovie. - Pour occuper le plus de territoire, une part des troupes bifurque vers le sud, libère la Hongrie et opère sa jonction avec les forces de Tito. - En septembre et octobre, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie demandent la paix. Fin 1944, presque toute lEurope de lest est aux mains des Soviétiques. - Février 1945 : les Soviétiques arrivent sur le territoire allemand et le 2 avril, lassaut sur Berlin est lancé. - La garnison se rend le 2 mai et le 9, le maréchal Keitel signe la reddition. La guerre en Europe est terminée.

49 Победа !!! (Victoire !!!)

50 3.2 – Léconomie de lURSS et la guerre - Lavancée allemande a conduit à lévacuation des capacités de production vers lest. En 5 mois, usines sont démontées et remontées. - La population aussi, bien sûr, doit suivre : 10 millions de personnes se déplacent alors vers lOural. - Les conditions de vie sur ces nouveaux sites sont très difficiles, mais la population locale vient en aide aux déplacés avec enthousiasme. - Soulignons que la contrainte nest pas nécessaire car la population comprend très bien le péril.

51 - Une grande partie des usines destinées à la production civile est alors convertie pour la production militaire : « Tout pour le front, tout pour la victoire ! » - Les résultats de cette mobilisation sont dailleurs impressionnants : dabord en chute de 50% entre juin et novembre à cause de lévacuation, en janvier 1942, elle a retrouvé son niveau davant-guerre et dès juin 1942, elle dépasse celle de lAllemagne. - Au plan agricole, les choses sont plus difficiles et il faut introduire le rationnement. - Tous les hommes en âge de combattre sont conscrits, le reste de la population entre dans les usines pour les remplacer.

52 3.3 – Les rapports pouvoir-population pendant la guerre - Ces rapports ont grandement fluctués en fonction du résultat des opérations militaires. - Lors de sa première allocution à la population, 3 semaines après le début des opérations, Staline sadresse à ses « frères et sœurs » et leur demande de défendre la Très-Sainte-mère Russie… Pas un mot du régime soviétique. La population y répond, dailleurs.

53 - Tant que les choses vont mal sur le front, le relâchement se poursuit : on cesse dharceler les religieux, on abolit presque les kolkhozes et jusquen 1943, les postes de commissaires politiques de larmée sont supprimés. - Mais après les grandes victoires, le pouvoir ressert les contrôles. Derrière le front, des officiers du NKVD passent sur les territoires libérés pour rétablir lordre soviétique. - Dès lors, une certaine terreur renaît, dirigée contre les collaborateurs, mais aussi contre des peuples entiers qui sont déportés : Tatars de Crimée, Tchétchènes, Ingouches…

54 3.4 – Téhéran, Yalta, Potsdam - 28 novembre au 1 er décembre 1943 à Téhéran. LURSS obtient alors tout ce quelle demande, dont la promesse dun débarquement en au 11 février 1945 à Yalta : 5 points sont abordés : 1- Adoption dun plan de guerre commun ; 2-Adoption du principe de capitulation sans condition ; 3- déclaration sur lEurope daprès-guerre ; 4-Engagement de lURSS à entrer en guerre contre le Japon à la suite de la défaite allemande ; 5-Adoption des règles devant régir le fonctionnement de lONU.

55 Conférence de Yalta (1945)

56 -17 juillet au 2 août 1945 à Potsdam : Churchill a été remplacé par Attlee, Roosevelt par Truman. Les problèmes qui y sont discutés sont : 1-Le cas de lAllemagne ; 2- le problème des réparations ; 3-la définition des frontières de laprès-guerre ; 4- La création des cours pénales pour juger les crimes de guerres nazis.

57 3.5- Les cause de la victoire - 3 catégories : les bons coups de lURSS, les erreurs de lAxe et la contribution des alliés. - 1 : le pragmatisme des dirigeants qui mettent de côté lidéologie (Staline lui-même se place en retrait) ; la mobilisation totale du pays ; la contribution des partisans ; lendurance des soldats et la qualité du commandement, surtout à partir de Les erreurs allemandes sont de deux types : stratégique et idéologique (la terreur). Dans les deux cas, Hitler est le grand responsable

58

59

60 -3 : la contribution des Alliés. Elle est ridiculisée en URSS (et en Russie actuelle) et nettement exagérée en Occident. - Elle est avant tout matérielle : importante dans les premières années (3 000 avions, blindés, ravitaillement, etc.) elle devient moins nécessaire au fur et à mesure du rétablissement soviétique. - Au niveau humain, elle est limitée.

61 3.6 – Coûts et bénéfices : - 27 millions de morts (le tiers des pertes humaines), nettement plus important que les pertes alliés. - Cest lURSS qui a a vaincu lAllemagne, personne dautre : 85% des pertes allemandes (dont 90% des troupes délite) surviennent contre lURSS. - Mais les gains sont très importants : le territoire sest accru, le prestige de lURSS est à son zénith et lURSS a la sympathie du monde entier. - À lintérieur, Staline est le grand gagnant, qui présente cette victoire comme celle de son régime, donc de lui-même.

62 Pertes soviétiques


Télécharger ppt "Histoire de lURSS 1917-1991. 5.2 – Idéologisation - À partir du milieu des années 30, le marxisme-léninisme devient lidéologie officielle de lÉtat soviétique."

Présentations similaires


Annonces Google