La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Introduction à la science politique Fady FADEL oam Vice-Recteur aux relations internationales Secrétaire Général.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Introduction à la science politique Fady FADEL oam Vice-Recteur aux relations internationales Secrétaire Général."— Transcription de la présentation:

1 Introduction à la science politique Fady FADEL oam Vice-Recteur aux relations internationales Secrétaire Général

2 Chapitre 6 : Les partis politiques Définir les partis politiques Typologies des partis Partis et compétition politique Systèmes de partis et modes de scrutin

3 Introduction Les partis sont devenus, à partir de la fin du XIX e siècle, des acteurs centraux de la vie politique. Le fonctionnement des régimes politiques, quil sagisse des dictatures ou des démocraties, est en effet profondément déterminé par lexistence de ces organisations. Dans les régimes totalitaires, cest le parti unique qui permet lexercice dune domination à vocation totale. De même, dans les démocraties pluralistes, la compétition politique est devenue une compétition entre partis pour la conquête des institutions et du pouvoir.

4 On peut définir les partis comme étant des organisations participant directement à la compétition pour les postes et les positions de pouvoir (même sil ne sagit là que dune de leurs caractéristiques), Max Weber: «procurer le pouvoir à leurs chefs ».

5 1. Définir les partis politiques 1.1 Une définition préliminaire des partis politiques 1.2 Les fonctions des partis politiques

6 Deux politistes américains (Joseph La Palombara et Myron Weiner) ont élaboré quatre critères dans le but didentifier les partis politiques et de les distinguer dautres types dorganisation. 1. Les partis politiques sont dotés dune organisation durable, cest-à-dire une organisation qui a vocation à survivre à ses dirigeants. 2. La seconde caractéristique est de reposer sur une organisation dont les échelons locaux sont en relations étroites avec le centre national. Cette « nationalisation du parti implique la constitution dunités de base sur tout le territoire. 1.1 Une définition préliminaire des partis politiques

7 3. La troisième grande caractéristique est la volonté explicite daccéder au pouvoir politique, ce qui traduit le plus souvent par le fait de se présenter aux élections. 4. Enfin, le quatrième et dernier critère réside dans la volonté délibérée de trouver un soutien populaire (celui des sympathisants, des militants ou des électeurs), ce qui les distingue notamment des «clubs de pensée ». Pour résumer, on reconnaît donc un parti politique au fait que cest une organisation durable, implantée sur lensemble du territoire, dont le but est daccéder au pouvoir politique grâce à un soutien populaire.

8 On peut différencier les fonctions manifestes et les fonctions latentes: Les fonctions manifestes sont « explicites » et revendiquées comme telles par lorganisation. En ce qui concerne les partis politiques, on peut distinguer trois types de fonctions manifestes: - Une fonction programmatique - Une fonction de sélection - Une fonction dencadrement 1.2 Les fonctions des partis politiques

9 Les fonctions latentes sont « implicites »: elles ne sont pas revendiquées comme telles par les organisations, et leurs membres nen sont pas nécessairement conscients. Ainsi, certains partis peuvent exercer une fonction dintégration sociale des individus en leur offrant un milieu de sociabilité, des valeurs partagées, des « services », mais aussi des opportunités dascension sociale.

10 2. Typologies des partis 2.1 Une typologie « pionnière » : la différenciation parti de cadres / parti de masse de Maurice Duverger 2.2 Des partis de professionnels

11 Derrière le terme général de « parti », il existe une pluralité de structures. Maurice Duverger distingue deux grands types de partis: les «partis de cadres » et les « partis de masse ». Les partis de cadres sont des organisations composées essentiellement de notables, que le passage du suffrage censitaire au suffrage universel a contraint à se réunir. Ces partis ont une activité centrée sur les élections et attirent des membres des élites sociales, dont la fortune ou la notoriété constituent dimportantes ressources électorales. 2.1 Une typologie « pionnière » : la différenciation parti de cadres / parti de masse de Maurice Duverger

12 Ces partis de cadres ont des appareils organisationnels peu développés et sont, en général faiblement centralisés, étant articulés localement sur des réseaux notabiliaires assez autonomes. Ils sont en conséquence peu disciplinés et faiblement hiérarchisés, et ils comptent peu de militants. A linverse, les partis de masse se caractérisent, comme leur nom lindique, par la recherche du plus grand nombre dadhérents, qui représentent lune des principales ressources de lorganisation; ce sont leurs cotisations qui permettent pour une large part de financier leurs activités et, en particulier, les campagnes électorales, et ils fournissent les militants et les permanents qui feront vivre et fonctionner lappareil et accompliront les activités de propagande.

13 A la différence des partis de masse, il se caractérisent par le nombre réduit des militants bénévoles. Lappareil est comparativement peu développé et lessentiel des activités est confié à des spécialistes, le plus souvent rémunérés. Les responsables des partis de professionnels sont étroitement dépendants dune entreprise partisante qui les fait vivre et sans laquelle ils nauraient aucune chance dêtre élus. Ceci explique que les élus et les cadres politiques soient, en général, disciplinés comme le sont les cadres dune entreprise à finalité économique. Ce type de partis est principalement une machine organisée pour la compétition électorale, qui a vocation à rassembler des financements. 2.2 Des partis de professionnels

14 Cette dimension de « machine électorale » se retrouve au niveau du positionnement idéologique et des cibles électorales visées par les partis: les partis contemporains tendent en effet à diversifier leur offre idéologique dans le but de conquérir un électorat socialement plus diversifié. Selon ces différentes analyses, les grands partis de gouvernement se rapprochent toujours plus du modèle idéal- typique du parti professionnalisé et « cartellisé », celui-ci devient de plus en plus important dans les systèmes politiques démocratiques, parce quil est plus adapté aux évolutions de la compétition politique, et parce quen raison de sa souplesse, il convient mieux à un marché électoral qui serait mouvant et permettrait de mieux répondre aux attentes des électeurs telles que peuvent les établir les sondages dopinion.

15 3. Partis et compétition politique 3.1 Compétition interne 3.2 Compétition externe

16 La compétition pour le pouvoir ne commence donc pas avec la compétition électorale, lorsque les partis saffrontent « dans les urnes ». Elle débute dans les partis eux-mêmes, puisque cest au sein de lentreprise partisante que sopère la sélection pour laccès à cette compétition. Elle prend parfois la forme dune concurrence officielle entre des tendances organisées qui sopposent pour le contrôle de lorganisation. 3.1 Compétition interne

17 Au-delà de cette compétition interne aux partis, la compétition entre les partis est organisée en fonction de certaines logiques sociales et politiques. Le pluralisme politique, cest-à-dire lexistence de plusieurs partis participant à la compétition électorale, est, lune des caractéristiques fondamentales des démocraties libérales. Or ce pluralisme peut prendre des formes variées. 3.2 Compétition externe

18 4. Systèmes de partis et modes de scrutin Comprendre les systèmes de partis suppose encore de prendre en compte dautres dimensions du phénomène: le nombre de partis en compétition pour le pouvoir, la nature de leurs relations réciproques… Pourquoi dans certains pays, tels que les Etats-Unis, nexiste-t-il que deux grands partis en compétition sur le marché électoral? Alors que dans dautres pays, tels que lAllemagne, la France, le Liban, il y en a trois, quatre, cinq, six ou plus encore? Il faut prendre en compte les caractéristiques institutionnelles des régimes politiques. En effet, certaines règles juridiques exercent une influence déterminante sur les caractéristiques des systèmes de partis.

19 Cest pourquoi le mode de scrutin est un facteur explicatif essentiel de la structuration des systèmes de partis. Maurice Duverger, dans les partis politiques, propose de retenir trois lois concernant les effets des modes de scrutin sur les systèmes partisants. 1.Première loi: le scrutin majoritaire à un tour à favoriser un système bipartisan composé de partis indépendants à structures rigide. En effet, ce mode de scrutin lamine les forces minoritaires (car le gagnant remporte tout) et favorise les partis dominants (ou les coalitions déjà établies) seuls capables darriver en tête dans les circonscriptions; ce dautant plus que le scrutin majoritaire à un tour encourage le vote utile de la part des électeurs.

20 2. La deuxième loi concerne le scrutin majoritaire à deux tours. Selon Maurice Duverger, ce mode de scrutin tend à engendrer un système multipartisant au sein duquel les partis sont dépendants les uns des autres. En effet, lexistence de deux tours permet plus de diversité (donc de multipartisme) puisque les électeurs ressentent moins la pression du vote utile. Il permet également aux partis de se compter au premier tour, avant de négocier des alliances au second tour.

21 3. Quant à la troisième loi, elle établit que le mode de scrutin proportionnel favorise un système multipartisan formé de partis à structure rigide et indépendants les uns des autres. Le multipartisme découle du principe de la représentation proportionnelle. Ses défenseurs insistent sur le fait que cest ce système qui assure la meilleure représentation de lélectorat dans sa diversité. Ses détracteurs soulignent quil engendre linstabilité gouvernementale quil renforce le poids des états-majors sur les élus et quil rend plus difficile lalternance au pouvoir.

22 Fady FADEL oam Vice-Recteur aux relations internationales Secrétaire Général Merci et à la prochaine


Télécharger ppt "Introduction à la science politique Fady FADEL oam Vice-Recteur aux relations internationales Secrétaire Général."

Présentations similaires


Annonces Google