La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Trouble Anxiété Généralisée Pr Ag Lilia Zaghdoudi Fekih.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Trouble Anxiété Généralisée Pr Ag Lilia Zaghdoudi Fekih."— Transcription de la présentation:

1 Trouble Anxiété Généralisée Pr Ag Lilia Zaghdoudi Fekih

2 Introduction Lanxiété fait partie du registre émotionnel normal de lêtre humain « Peur sans objet », crainte dun danger imprécis, dun sentiment pénible dattente Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi précis que possible Il existe de véritables maladies de « lanxiété »: persistance dans le temps, retentissement Trouble Anxiété Généralisée: troubles anxieux (DSM IV)

3 Données épidémiologiques Toutes les études épidémiologiques en population générale confirment la forte prévalence sur la vie: environ 4-6% Prévalence 2 fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes Fréquence élevée en médecine générale avec variation selon lorganisation des soins Facteurs de risque: divorce, veuvage, chômage, séparation

4 Quand évoquer un TAG? Plusieurs types de situations doivent alerter le praticien: -plaintes somatiques multiples et/ou récurrentes, non expliquées totalement par une maladie organique -demandes dexamens répétées qui ne rassurent pas le patient -demandes de traitements répétées ou de prescriptions que lon ne parvient pas à modifier

5 Quand évoquer un TAG? -des réactions excessives à des évènements de vie -des comportements que lentourage ou que le patient décrivent comme anormaux et gênants sans forcement les rattacher eux-mêmes à lanxiété Une fois le TAG suspecté chercher en détail les critères diagnostiques

6 Clinique Principales caractéristiques: anxiété et soucis excessifs Les soucis sont très proches des préoccupations et des inquiétudes quotidiennes (travail, santé, famille…) ou dactivités banales (manquer le bus) Cette inquiétude est par contre: -permanente -durable: au moins six mois

7 Clinique -incontrôlable -dirigée sur au moins deux thèmes différents Les domaines les plus fréquemment concernés: -maladies, santé, risque daccidents (soi même ou ses proches) -argents, finances -travail ou école -problèmes familiaux, domestiques, relationnels -Autres: rater un RDV, survenue dune guerre, mal transmettre une information importante, casser des objets

8 Critères diagnostiques Les critères du DSM-IV sont recommandés dans la pratique courante Le sujet ayant un TAG présente pendant une durée de 6 mois au moins, une anxiété sévère/des soucis excessifs, incontrôlables, chroniques ave impression permanente de nervosité, tension et des symptômes physiques à lorigine dune détresse importante

9 Critères diagnostiques En plus de lanxiété/soucis chroniques, 3 symptômes au moins sur les 6 des groupes tension motrice et hypervigilance sont requis pour le diagnostic: 1-tension motrice: fatigue, tension musculaire, agitation ou surexcitation 2-hypervigilance: difficultés de concentration, troubles du sommeil, irritabilité

10 Critères diagnostiques 3-troubles associés: mains froides humides, bouche sèche, sueurs, nausées ou diarrhée, pollakiurie, difficultés à avaler ou sensation de boule dans la gorge, tremblements, contractions, douleurs, endolorissement musculaire, syndrome du colon irritable, céphalées

11 Pour récapituler Les éléments qui doivent faire évoquer la possibilité dun TAG sont: -La persistance des symptômes sur une durée longue -Leur résistance aux traitements habituels -Négativité des examens étiologiques différentiels

12 Diagnostic différentiel Anxiété normale: qui nest pas perçue comme une souffrance par le sujet qui a le sentiment de garder le contrôle des soucis, transitoire, à thème unique et sans retentissement sur le fonctionnement socio-professionnel Anxiété due à la prise de café ou de médicaments anxiogènes, à labus de substances psychoactives dont lalcool ou à leur sevrage Anxiété secondaire à une maladie organique grave (cancer), à un évènement stressant ou à un trouble de ladaptation

13 Diagnostic différentiel Anxiété liée à une affection médicale générale: hyperthyroidie, phéochromocytome, hypoglycémie, hyperparathyroidie Anxiété liée à un autre trouble anxieux: trouble panique, phobies, TOC, stress aigu Anxiété liée à une dépression ou à un trouble psychotique, aux troubles somatoformes, à lhypochondrie, à un trouble de la personnalité

14 Le diagnostic de TAG peut être difficile en raison de la comorbidité aux troubles cités: 9/10 association avec dautres troubles psychopathologiques En cas de facteur de comorbidité complexe ou de doute diagnostique, le recours au spécialiste est recommandé

15 Evolution Il sagit dun trouble chronique Apparition au début de lâge adulte: ans puis augmentation importante de lincidence avec lâge Le TAG apparait comme le trouble anxieux le plus fréquent chez le sujet âgé Evolution sur de nombreuses années, fluctuante, à rechutes, aggravation en périodes de stress Périodes de rémission possibles sur plusieurs mois ou plusieurs années

16 Evolution Le TAG se complique très souvent dautres troubles psychiatriques: dépression+++, agoraphobie, attaques de panique Association fréquente avec une surconsommation de médicaments (chez 30%), de benzodiazépines++, dalcool Complications somatiques fréquentes

17 Ethiopathogénie Tempérament et environnement: -Tempérament inné marqué par des troubles de lattachement, une moins bonne gestion des émotions, une hypersensibilité aux menaces -La survenue de séparations précoces, dévènements stressants -Environnement familial, relation mère- enfant -Pathologie anxieuse chez les parents

18 Ethiopathogénie Origines physiologiques et biologiques: -Incrimination des neurotransmetteurs (gaba, noradrénaline, sérotonine, neuropeptides..) -Activation de certaines structures cérébrales (système limbique, amygdale) -Les hypothèses neurobiologiques actuelles proposent daborder lanxiété comme une exagération des mécanismes adaptatifs centraux lors de la peur ou de lanxiété

19 Ethiopathogénie Théories Freudiennes sur langoisse: -Langoisse est cause du refoulement de pulsions sexuelles -Langoisse profonde du Moi devient un signal qui met en place des mécanismes de défense dont le refoulement -Les théories psychanalytiques consistent surtout à mettre en lumière les conflits psychiques inconscients

20 Ethiopathogénie Modèle cognitif: -A.Beck et G.Emery (1985), proposent dans leur théorie des schémas cognitifs que les anxieux ont des croyances erronées concernant la perception comme potentiellement dangereux de lenvironnement -Surestimation de la probabilité de survenue dun évènement négatif -Un intolérance à lincertitude Inquiétudes excessives et incontrôlables

21 Prise en charge Cest une démarche globale de soin intégrant un temps dinformation et souvent un suivi plus au moins prolongé Deux traitements ont fait la preuve de leur efficacité: les médicaments et les psychothérapies Lobjectif est lamélioration symptomatique, la réapparition du bien- être et la réduction du handicap social

22 Mesures générales Etablir un projet thérapeutique au cas par cas, une intervention psychothérapeutique non spécialisée est recommandée dés la 1 ère consultation Chercher systématiquement la comorbidité psychiatrique, une addiction aux substances Mesures dinformation sur la maladie (causes, traitement), sur les règles hygiéno- diététiques, sur les symptômes somatiques Information sur les médicaments: avantages, inconvénients, sevrage, effets secondaires, délai daction

23 Médicaments Les benzodiazépines: -Utiles lors des périodes de recrudescence anxieuse -La prescription doit être limitée dans le temps(inf à 3 mois) -Molécules à demi vie longue -Utiliser la dose minimale efficace, se garder dexposer le patient aux accidents de sevrage -Faire attention chez sujet âgé

24 Médicaments Les anti-dépresseurs: Traitement de fond des troubles anxieux, permettent de réduire les doses des benzodiazépines -Venlafaxine LP, paroxétine -Sertraline, escitalopram Le délai daction est de 3 à 6 semaines Leur utilisation doit être maintenue dans le temps (minimum 6 mois) à fin déviter les rechutes

25 Médicaments Hydroxyzine: dans les cas modérés, moins de risque de dépendance et de sevrage par rapport aux benzodiazépines Buspirone: absence de dépendance physique ou psychique, efficacité contestée

26 Psychothérapie Thérapies comportementales et cognitives: visent à clarifier les circonstances de survenue des troubles, identifier les pensées irrationnelles -Elles associent la relaxation musculaire appliquée, des expositions répétées à des situations évitées, une restructuration cognitive des interprétations catastrophiques sur les soucis surévalués -Efficacité validée et confirmée par plusieurs études, proposées en première intention

27 Psychothérapies Psychothérapie analytique: démarche plus personnelle de connaissance de soi, de résolution des conflits inconscients Autres: acupuncture, art-thérapie…..

28 Conclusion Les patients anxieux connaissent bien les salles dattentes des médecins généralistes qui les soignent plus souvent que les psy pour plusieurs raisons: -Beaucoup de symptômes sont somatiques -Les patients identifient mal leur trouble psychique -Ils « vivent avec leur anxiété » layant intégrer comme faisant partie de leur personnalité

29 Conclusion Le praticien doit faire prendre conscience au patient du caractère pathologique de lanxiété Il doit discerner les comorbidités souvent fréquentes ainsi que le handicap engendré par cette pathologie chronique Face à une situation complexe, une orientation vers une consultation spécialisée est recommandée


Télécharger ppt "Trouble Anxiété Généralisée Pr Ag Lilia Zaghdoudi Fekih."

Présentations similaires


Annonces Google