La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L Utilisation du Plomb dans une dans une PME Dr M-A Even-Baïsse APAS Périgny A propos de … - Imprégnation Collective et Saturnisme Angoulême, 15 Novembre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L Utilisation du Plomb dans une dans une PME Dr M-A Even-Baïsse APAS Périgny A propos de … - Imprégnation Collective et Saturnisme Angoulême, 15 Novembre."— Transcription de la présentation:

1 L Utilisation du Plomb dans une dans une PME Dr M-A Even-Baïsse APAS Périgny A propos de … - Imprégnation Collective et Saturnisme Angoulême, 15 Novembre 2005

2 Description du processus de production Un environnement vétuste Matière 1èreBroyageGranulatriceExtrusionEmballage Processus de production de tuyaux en PVC Nb douvriers : Travail posté 3 x 8 heures Processus Granulatrice (Seul secteur utilisant le Plomb): Mélange broyé ou « one pack » au centre de latelier Addition de stabilisants (Plomb, Zinc, Ca2+, Stéarine, Craie) Stéarate de plomb sous forme de granules utilisé 3 jours par mois (200 °C) PME de 20 salariés (15 ouvriers et 5 employés)

3 Carence de mesures de protection Pas de capotage ou daspiration, Pas disolement des zones à risques, Hygiène insuffisante et non maîtrisée, Nettoyage des locaux non adapté aux risques, Tenues de travail lavées à domicile, Chaussures de sécurité à disposition, Port du masque et protections auditives non systématique. Le manque dinformation des ouvriers conduit à une absence de maîtrise des risques.

4 Surveillance Médicale Spéciale (tests effectués depuis plus de 10 ans) Pour tous les ouvriers Audiogramme Spiromètre Ouvriers du secteur Granulatrice (3 opérateurs, surveillés tous les 6 mois) Plombémie PPZ NF Les résultats ont toujours été conformes aux valeurs réglementaires jusquen avril 2004 Plombémie sujets exposés: 200 µg/l chez l PPZ: N < 3 µg/g Hb

5 Marqueurs Biologiques à fin Augmentation soudaine des marqueurs biologiques chez les salariés habituellement surveillés - Aucune indication permettant de présager de ces résultats

6 EXPLICATION un peu tardive….! Remplacement de la matière première initiale par des déchets de fenêtres PVC depuis le retour des CA, fin août Nécessité de stabiliser au plomb quotidiennement (3 tonnes en 3 mois) Utilisation du stéarate de plomb sous forme de poudre Absence de conscience de laugmentation du risque Pas dinformation ou de précaution supplémentaires des salariés ………Encore moins du MT! - Information de lemployeur - Evaluation globale du risque dans lentreprise nécessaire

7 Biologie pour les « autres salariés » non exposés au plomb Diagnostic du premier cas de saturnisme

8 Mr D : Opérateur extrudeuse n° 2 58 ans ( retraite en juillet 2005 ) Embauché en 2000 Antécédents: Tt pour le cholestérol et lHTA Dernière VA en septembre 2004 : Asthénie et arthralgies pouvant évoquer une désadaptation au travail posté Clinique novembre après convocation en urgences: Douleurs diffuses, myalgies, asthénie, céphalées => patraquerie « saturnique » - Remplacement de Mr E (opérateur en granulatrice) en AT - Port des EPI très occasionnel - Mâchonnement des lèvres réflexe

9 Prise en charge de Mr D : Opérateur extrudeuse n° 2 Retrait du poste immédiat et Arrêt Maladie Déclaration en MPI n°1 le 21 /12/ 2004, Reconnaissance le 29 /03/ 2005 Consultation en PP au CHU de NANTES en février 2005 Plomburie provoquée à lEDTA calcique => 950µg sur 5h +++ Évaluation psychotechnique réalisée en sept 2005: IRM et EEG Discrètes perturbations cognitives (saturnisme ou pathologie dégénérative ) - Traitement chélateur par SUCCICAPTAL per os - Surveillance biologique (hépatique et plombémie)

10 Évolution des marqueurs biologiques lors de la reprise de Mr E après son AT Visite de reprise de Mr E, opérateur granulatrice n° 1 Examen clinique subnormal Demande des marqueurs biologiques - Aucun traitement spécifique, ni retrait de poste préconisé pour Mr E

11 Analyse des Saturnismes Biologiques 2 cas de « saturnisme biologique »: Lun : diagnostic fortuit Clinique ambiguë Imprégnation ancienne aggravée par une exposition récente lors dun remplacement Le second lors de la VR salarié récemment embauché sans connaissance suffisante du risque travaillant la nuit exclusivement ….et chaussant des espadrilles!

12 Analyse de lImprégnation collective au plomb Diffusion du stéarate en poudre de longue date dans tout latelier: Mélanges réalisés au milieu de latelier: lieu de passage et sans isolement du secteur Aucune captation sur les « mélangeurs » Balayage en fin de semaine par les ouvriers, à tour de rôle, sans EPI Pause « collation » de 30 minutes en tenue de travail entrecoupés d allers-retours au poste Insuffisance dhygiène : douche inutilisée et inutilisable locaux sociaux et toilettes à côté de à la granulatrice Ménage 2 h par semaine des locaux sociaux!!!

13 Maîtrise du Risque par lEmployeur Malgré les conseils donnés: Peu daménagement de lentreprise en 30 ans Aucune dosimétrie Absence de fiches dexposition - Prise de conscience de la situation dimprégnation collective et de linquiétude des salariés - Pour affiner limportance de limprégnation, évaluation de la quantité de plomb restante dans latelier - Évaluation demandée par lemployeur

14 RESULTATS DES PRELEVEMENTS DE SURFACE réalisés en février 2005

15 RAPPEL RISQUE PLOMB Maladie des « mains sales » Ingestion et déglutition Valeur limite biologique = 400 µg / L de sang 500 µg / L de sang à partir de décembre 2005 Nécessité pour lemployeur de faire: Mesures de lexposition particulièrement lors de changements VLE = 0.10 mg / m3 Liste des travailleurs exposés Fiche dexposition individuelle

16 Action dans lentreprise Retrait total du plomb le 17/12/2004 dès le diagnostic du saturnisme de Mr D Information collective Action commune avec la CRAM et le MT Remplacement par lalliage Zinc Calcium « Amorce » damélioration des conditions dhygiène Vestiaires et douches neufs Nouvelle salle de repos isolée de latelier Nettoyage superficiel de latelier par les salariés Devis par un spécialiste de 2000 euros en cours détude…

17 CONCLUSION Pour évaluer le risque biologique, il faut corréler les dosages biologiques aux mesures datmosphères, qui sont réglementaires Pour tout changement de procédé de fabrication, lemployeur doit alerter le MT qui laide à mettre en place les moyens de surveillance et de prévention nécessaire à la protection de la santé des salariés


Télécharger ppt "L Utilisation du Plomb dans une dans une PME Dr M-A Even-Baïsse APAS Périgny A propos de … - Imprégnation Collective et Saturnisme Angoulême, 15 Novembre."

Présentations similaires


Annonces Google