La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

APPLICATION DE L AES AUX MALADIES TRANSMISES PAR LES VECTEURS COURS REGIONAL ECOSANTE CRDI/ ISBA COTONOU 14 – 18 FEVRIER 2005 Pr HOUENOU – AGBO Yveline.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "APPLICATION DE L AES AUX MALADIES TRANSMISES PAR LES VECTEURS COURS REGIONAL ECOSANTE CRDI/ ISBA COTONOU 14 – 18 FEVRIER 2005 Pr HOUENOU – AGBO Yveline."— Transcription de la présentation:

1 APPLICATION DE L AES AUX MALADIES TRANSMISES PAR LES VECTEURS COURS REGIONAL ECOSANTE CRDI/ ISBA COTONOU 14 – 18 FEVRIER 2005 Pr HOUENOU – AGBO Yveline

2 INTRODUCTION AES = Outil de recherche et dintervention pour améliorer la santé. Appliquer AES aux maladies transmises par les vecteurs cest prendre en compte et analyser tous les déterminants qui entrent en jeu dans la propagation de la maladie. De façon générale, Deux principales exigences – Bonne compréhension des déterminants de lécosystème et de la santé –Réponse de la société aux besoins de santé et de développement de lhomme

3 OBJECTIFS DE LEXPOSE LAES AU PROJET DE RECHERCHE ET DINTERVENTION SUR LES MALADIES TRANSMISES PAR LES VECTEURS –Décrire les principales étapes délaboration dun projet relatif aux maladies transmises par les vecteurs –Décrire la démarche méthodologique suivie en sappuyant sur lAES –Présenter les résultats préliminaires ou essentiels –Analyser les causes / facteurs de succès ou déchec

4 PLAN INTRODUCTION I – RAPPELS II – MALADIES TRANSMISES PAR LES VECTEURS III – ETAPES METHODOLOGIQUES IV – RESULTATS / INTERVENTIONS V – CAS DE MWEA VI - LECONS A TIRER

5 I - RAPPELS Schéma 1: UNE STRATEGIE ITERATIVE DE RECHERCHE POUR AMELIORER LA SANTE HUMAINE (Forget et Lebel Int J. Occup Environ Health vol 7/N°2, 2001, S20)

6 II - TRANSMISSION DES MALADIES / VECTEURS1 ECOSYSTEME / ENVIRONNEMENT FAVORABLE VECTEURS AGENTS PATHOGENES HOTES

7 TRANSMISSION DES MALADIES / VECTEURS 2 ECOSYSTEME FAVORABLE –Caractéristiques géophysiques; cours deau, climat, végétation …… LECOLOGIE DES VECTEURS –Caractéristiques entomologiques des vecteurs : faune culicidienne, anophèlienne ; comportement alimentaire des vecteurs, résistance aux insecticides

8 TRANSMISSION DES MALADIES / VECTEURS 3 AGENTS PATHOGENES / PARASITES – Types de parasites, caractéristiques épidémiologiques –Indices parasitologiques dans la zone –Sensibilité aux produits de lutte usuels disponibles

9 TRANSMISSION DES MALADIES / VECTEURS 4 HOTE / PORTEUR SAIN –Population cible, notion genre (les plus exposées) –Facteurs sociaux et culturels favorables à la transmission de la maladie. Connaissance? Perception de la maladie. –Comportements et mode de vie en lien avec le vecteur, –Facteurs économiques: activités et leurs impacts sur la santé, revenus, disponibilité et accessibilité aux services de santé et aux moyens de prévention

10 III – ETAPES CLASSIQUES METHODOLOGIE 1 Principales étapes délaboration dun projet –Formulation du problème (justificatif) –Revue documentaire –Hypothèses de recherche –Objectifs généraux et spécifiques (Questionnaire(s) –Inventaire des moyens disponibles –Echantillonnage –Stratégie de lenquête et lenquête –Traitement des données et interprétation des résultats –Diffusion des résultats et plan dintervention –BUDJET

11 III – AES & ETAPES METHODOLOGIQUES 2 Principes Premièrement AES: Construire un cadre transdisciplinaire pour une vision commune dès le début du projet (GROUPES & ACTEURS-CLES) « lintégration des connaissances et la définition dun langage commun seffectuent au moment de la définition du problème. Cest là le cœur de lapproche transdisciplinaire ». Deuxièmement : Planifier les principales étapes du projet

12 III – AES & ETAPES METHODOLOGIQUES 3 GROUPES & ACTEURS-CLES –1- Une équipe scientifique Environnementaliste.. Entomologiste médical Médecin spécialiste de la maladie en cause (biologiste parasitologue..) Expert en Santé Publique Expert en agropastoral Sociologue Anthropologue Économiste, hydrogéologue Stasticien Esprit transdisciplinaire Constitution peut être progressive

13 III – AES & ETAPES METHODOLOGIQUES 4 GROUPES & ACTEURS-CLES –2- Une communauté qui participe à un processus de développement où elle est prête à collaborer avec les chercheurs. La participation est Indispensable au développement et lAES accorde autant dimportance au savoir local quau savoir scientifique (4 niveaux de participation). Cibler les représentants des différents groupes sociaux, les plus marginalisés et parfois faciliter les négociations., EQUITE (genre et inégalités sociales). –3 – Des décideurs ou acteurs politiques capables de fournir temps, connaissance et expertise à un processus de concertation

14 III – AES & ETAPES METHODOLOGIQUES 5 LES ETAPES METHODOLOGIQUES –1- Établir un dialogue entre les joueurs –clés –2- Solliciter le financement dun atelier pré-projet nécessaire pour la définition de la problématique, avec tous les acteurs – clés. –3 – Tenir latelier pré – projet/ enquête –4 – Effectuer une itération des protocoles en fonction des résultats obtenus –5 – Traduire les résultats en interventions –6 – Assurer la viabilité à long terme et faire le suivi

15 III – AES & ETAPES METHODOLOGIQUES 6 LES ETAPES METHODOLOGIQUES –3 – Tenir latelier pré – projet Formation à la méthode participative Formulation de la problématique Établir la problématique commune et les priorités de recherche Sentendre sur des objectifs communs Définir la démarche méthodologique de chaque joueur –Revue documentaire, questionnaires, moyens disponibles, échantillonnage, stratégie de lenquête, Définir les rôles et les taches ne pas oublier de former –Des assistants chercheurs villageois, des enquêteurs locaux Établir un échéancier de rencontre de léquipe – Séminaire de lancement

16 III – AES & ETAPES METHODOLOGIQUES 7 LES ETAPES METHODOLOGIQUES – Enquête Données sanitaires disponibles Enquêtes détaillées sur les ménages (diagnostic communautaire) – Analyse des résultats Les déterminants Les réponses de la communauté à la réduction de la maladie et aux besoins de santé et de développement

17 IV - RESULTATS DISSEMINATION DES RESULTATS –A la communauté –Participation de la communauté A lexposé A la validation des résultats et de leurs interprétations INTERVENTIONS –Identifier les opportunités de changement Une série dinterventions intégrées, planifiées Que peut faire la population delle même? Que peut elle commencer à faire avec une assistance locale? Quest ce quelle ne peut entreprendre delle même? –Optimiser les interventions pour le changement

18 V - PROJET MWEA: AGRICULTURE ET PALUDISME AU KENYA (Clifford M.) JUSTIFICATIF –Mwea monoculture de riz irrigué 80% consommation pauvreté, problèmes sociaux...surtout les femmes –Coopérative, culture anarchique conditions favorables pour les moustiques résistants, augmentation de la prévalence du paludisme avec des parasites résistants. Les moyens classiques de lutte ont montré leur limites.

19 V - 1. OBJECTIFS « Mwea projet agropastoral du CRDI» Evaluer le système local de production agricole et les facteurs de risque. Identifier les problèmes communs de santé, leur relative importance et les facteurs de risque. Déterminer la faisabilité socio économique des interventions de base spécifiques à lagrosystème, pour réduire le paludisme et autres risques (malnutrition). Disséminer les résultats vers les cibles spécifiques y compris les ménages.

20 V - 2. METHODOLOGIE 1 TRANSDISCIPLINARITE –Equipe de chercheurs 8 membres: / 3 femmes entomologiste médical, médecin parasitologue, expert en santé publique, expert en élevage – culture, vétérinaire, anthropologue, sociologue, statisticien –Participation communautaire au cœur du projet à toutes les phases, y compris le choix des villages à enquêter( 4 villages). 17 organisations 10 villageois assistants chercheurs

21 V- 2.METHODOLOGIE 3 Phase I: formation sur la méthode participative phase II: séminaire de lancement (priorité de recherche; 4 villages sélectionnés phase III: recueillir des informations sur les villages Phase IV: enquête détaillée sur les ménages (diagnostic communautaire) phase V: étude comparative des aspects du paludisme (prévalences, interaction culture - élevage, production animale, ressources et revenus de base). phase VI: Atelier de dissémination

22 III - LES RESULTATS 1. CONSTATS: –23,5% de enfants de 9 ans et plus portent le Plasmodium Falciparum –30 à 300 fois plus de moustiques Anopheles Arabiensis, dans les villages irrigués. –Prévalence de paludisme significativement plus faible dans les villages irrigués (bétail). –Affinité irrésistible du vecteur au sang du bétail, zooprophylaxie. –Autres axes de recherche ont permis des changements

23 III - LES RESULTATS OPPORTUNITES DE CHANGEMENT Une série d interventions intégrées telles que: –Meilleure gestion de leau: réduire la somme du temps d irrigation en alternant le riz avec le soja, réduire linondation => réduction des moustiques, augmentation des revenus, meilleur état nutritionnel des enfants –Bétail utilisé comme un appât –Contrôle biologique par les bactéries larvicides –Moustiquaire imprégnée /ONG

24 LECONS A TIRER/ CONCLUSION FACTEURS DE SUCCES RESPECT DE LAPPROCHE / MENTALITE SOUPLESSE DADAPTATION/ HUMILITE INTEGRATION DES INTERVENTIONS DANS UN PROCESSUS DE DEVELOPPEMENT GLOBAL FACTEURS DÉCHEC DIFFICULTE DE LA TRANSDISCIPLINARITE NIVEAU DE PARTICIPATION DE LA COMMUNAUTE / FRUSTRATION/ SUSPICION


Télécharger ppt "APPLICATION DE L AES AUX MALADIES TRANSMISES PAR LES VECTEURS COURS REGIONAL ECOSANTE CRDI/ ISBA COTONOU 14 – 18 FEVRIER 2005 Pr HOUENOU – AGBO Yveline."

Présentations similaires


Annonces Google