La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

C ONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE I NTÉGRATION RÉGIONALE EN A FRIQUE, 28 O CTOBRE 2013 - 30 O CTOBRE 2013 J OHANNESBURG, A FRIQUE DU S UD B ANQUE A FRICAINE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "C ONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE I NTÉGRATION RÉGIONALE EN A FRIQUE, 28 O CTOBRE 2013 - 30 O CTOBRE 2013 J OHANNESBURG, A FRIQUE DU S UD B ANQUE A FRICAINE."— Transcription de la présentation:

1 C ONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE I NTÉGRATION RÉGIONALE EN A FRIQUE, 28 O CTOBRE O CTOBRE 2013 J OHANNESBURG, A FRIQUE DU S UD B ANQUE A FRICAINE DE D ÉVELOPPEMENT Lincidence du commerce Nord-Sud et du commerce Sud-Sud sur lindustrialisation en Afrique Par NGOA TABI Henri Université de Yaoundé II et ATANAGANA ONDOA Henri Université de Yaoundé II

2 P LAN DE LA P RÉSENTATION I Contexte et problématique II La revue de la littérature III La méthodologie IV Les résultats et les recommandations

3 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Il est généralement admis quun pays sindustrialise lorsque: la contribution relative des industries au PIB augmente; ou lorsque la proportion des personnes employées dans le secteur secondaire croît.

4 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Lindustrialisation est confrontée à plusieurs problèmes en Afrique. Selon la BAD (2011) la contribution des industries manufacturières au PIB atteint à peine 10% à 12% en Afrique.

5 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Létude de Hossein et Weiss (1999) a démontré que 7 pays africains sur les 16 de son échantillon ont connu une désindustrialisation au cours la période Il sagit du Burkina Faso, du Burundi, du Ghana, du Sénégal, du Rwanda, de la Sierra Leone, de lAfrique du Sud et de la Tanzanie.

6 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Si de 1980 à 2009, la contribution des industries manufacturières au PIB a légèrement augmenté en Afrique du Nord, passant de 12,6 à 13,6 %, elle a régressé dans le reste du continent, où elle est passée de 16,6 à 12,7 % (CEA, 2013).

7 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Selon les données du FMI ainsi que la base Comtrade de lONU, le taux dindustrialisation est estimé à 25,54% du PIB. Ce qui veut dire que les économies africaines tirent un quart de leur PIB sur les industries. Toutefois, la contribution des industries à la croissance économique régresse, la croissance du taux dindustrialisation étant estimée à -8,2% pour la période

8 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Selon la BAD (2011), cette la contre performance des industries sexplique par : le manque dinfrastructure; le déficit énergétique; la mauvaise gouvernance; la concurrence féroce des produits importés dans les pays émergents comme la Chine.

9 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Au cours de la période , les échanges entre les pays africains et les pays en développement de lAsie ont connu un essor patent puisque le taux de croissance de louverture commerciale entre ces deux groupes de pays est évalué à 7,59% (COMTRADE, 2012).

10 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Taux de croissance de louverture (comtrade, 2012 )

11 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Mais, les pays développés restent les premiers partenaires commerciaux des pays africains. Niveau de louverture commerciale (comtrade, 2012 )

12 I C ONTEXTE ET PROBLÉMATIQUE Lobjectif de cette étude est dévaluer lincidence du commerce Nord-Sud et du commerce Sud-Sud sur lindustrialisation en Afrique.

13 II R EVUE DE LA LITTÉRATURE Le commerce Nord-Sud pourrait être bénéfique pour les pays du Sud (Rowthorn et Ken Coutts, 2004 ; Wood, 1994, Sung Jin Kang et Hongshik Lee, 2011). Selon ces auteurs les PVD disposent dun avantage comparatif sur le facteur travail. De ce fait, limportation des produits manufacturiers à forte intensité de main dœuvre a causé une désindustrialisation dans les pays développés.

14 II R EVUE DE LA LITTÉRATURE Selon Rivera Batiz et Romer (1991) ; Edwards, (1998 ), louverture commerciale améliore le productivité des industries par lintermédiaire de 03 effest : 1) un effet allocatif ; 2) un effet cumulatif ; 3) un effet redondant.

15 II R EVUE DE LA LITTÉRATURE Selon Jeffrey, Frankel et Romer (1990), le commerce international booste la production industrielle par lintermédiaire de plusieurs canaux et dont : 1° la spécialisation suivant le principe de lavantage comparatif ; 2° les économies déchelle introduites par laccroissement de la taille des marchés ; 3° léchange des idées à travers la communication et les voyages ; 4° la diffusion des technologies à travers le commerce des machines.

16 II R EVUE DE LA LITTÉRATURE La libéralisation du commerce a exposé les industries locales des PMA à une concurrence à laquelle elles étaient mal préparées. En conséquence, de vastes pans du secteur manufacturier ont disparu ces vingt dernières années en Afrique. Cette libéralisation était prématurée dans les PMA, vu leur niveau de développement (CNUCED, 2010)

17 II R EVUE DE LA LITTÉRATURE En plus, les théoriciens de la dépendance, louverture commerciale ne peut conduire quà une désindustrialisation au Sud (Cardoso et Faletto, 1979). En effet, le libre échange a causé la fermeture des industries naissantes dans certains PVD.

18 II R EVUE DE LA LITTÉRATURE La seule forme douverture qui peut booster la production de lindustrie manufacturière dans les PVD est lintégration régionale. Pour preuve, selon Brady, Kaya, et Gereffi (2011), lintégration régionale devrait relancer la production industrielle dans les PVD.

19 II R EVUE DE LA LITTÉRATURE Dabord, parce que la taille des marchés est grande dans des économies intégrées. Ensuite, parce que lintégration assure la formation du capital physique à lintérieur et entre les Etats. Par contre, leffet de lintégration sur lemploi dans le sous-secteur manufacturier peut être négatif, car elle expose les jeunes entreprises, jadis protégées, à la concurrence des firmes régionales plus compétitives.

20 III M ÉTHODOLOGIE Le champ de létude couvre 47 Etats africains pour la période avec des moyennes de cinq ans. Nous utilisons la base de données du FMI ainsi que la base Comtrade de lONU.

21 III M ÉTHODOLOGIE Les auteurs Hossein et Weiss (1999) ont étudié le processus dindustrialisation en termes absolus et en termes relatifs. Dans la version absolue, lanalyse du processus dindustrialisation sappuie sur la valeur ajoutée du secteur secondaire alors que la version relative analyse sintéresse au taux dindustrialisation c'est-à-dire la part de la valeur absolue du secteur secondaire sur le PIB.

22 III M ÉTHODOLOGIE Dans lun et lautre cas, lindustrialisation est expliquée par les facteurs internes tels que le PIB, lurbanisation, les ressources naturelles et par des facteurs externes, et notamment louverture commerciale.

23 III M ÉTHODOLOGIE Louverture commerciale a été décomposée en trois groupes. Il sagit de louverture commerciale envers les pays africains « ouvaf » ; de louverture commerciale envers les PVD asiatiques « ouvas » et de louverture commerciale envers les pays développés « ouvded ». Toutes ces variables seront exprimées en pourcentage du PIB. Le commerce avec les pays en transition et les pays en développement de lAmérique Latine est ignoré pour éviter un éventuel problème de multi colinéarité.

24 III M ÉTHODOLOGIE Lestimation du modèle peut poser plusieurs problèmes économétriques. En effet, les variations du niveau de louverture commerciale et celles du capital sont endogènes puisque la causalité entre le taux dindustrialisation et ces variables peut fonctionner dans les deux directions.

25 III M ÉTHODOLOGIE Pour surmonter cette difficulté, nous allons utiliser la méthode de Blundell et Bond (1998)/ Arellano et Bover (1995). Cette méthode permet d'utiliser les variables retardées mais différenciées comme instruments.

26 III M ÉTHODOLOGIE L'avantage avec cette méthode qu'elle identifie les variables endogènes du modèle et par conséquent les instruments et fixe la limite des retards des variables endogènes différenciées utilisées comme instruments.

27 IV R ÉSULTATS ET RECOMMANDATIONS Le commerce avec les pays développés est contribue au développement industriel en Afrique. Les droits de douane stimulent lindustrialisation dans certains pays mais causent la désindustrialisation dans dautres.

28 IV R ÉSULTATS ET RECOMMANDATIONS Le commerce interafricain cause la désindustrialisation dans certains pays africains. Le commerce avec les PVD asiatique cause la désindustrialisation dans certains pays africains.

29 IV R ÉSULTATS ET RECOMMANDATIONS Dans lensemble, le taux dindustrialisation croît le PIB réel par tête et diminue parfois le carré du PIB réel par tête. Il existe un PIB réel par tête minimal à partir duquel on peut espérer le développement industriel en Afrique.

30 IV R ÉSULTATS ET RECOMMANDATIONS Les résultats de nos estimations démontrent également que les pays qui sindustrialisent vite sont fortement urbanisés, peuplés et présentent un taux de croissance de la formation brute du capital fixe élevé.

31 Dans ces circonstances, les pays africains doivent maintenir les liens commerciaux avec les pays développés, promouvoir lintégration régionale et surtout soutenir les industries manufacturières.

32 R EMERCIEMENTS Je remercie pour votre attention


Télécharger ppt "C ONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE I NTÉGRATION RÉGIONALE EN A FRIQUE, 28 O CTOBRE 2013 - 30 O CTOBRE 2013 J OHANNESBURG, A FRIQUE DU S UD B ANQUE A FRICAINE."

Présentations similaires


Annonces Google