La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Les infrastructures africaines : Une transformation impérative.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Les infrastructures africaines : Une transformation impérative."— Transcription de la présentation:

1 1 Les infrastructures africaines : Une transformation impérative

2 Diagnostic des infrastructures nationales en Afrique : un effort participatif

3 Les infrastructures au Sénégal: Une perspective continentale

4 Méthodologie et approche Méthodologie Collecte des données par des consultants locaux/internationaux et le personnel de la Banque, sur la base dune méthodologie normalisée Année de référence pour les données: 2006/7. Lanalyse reflète partiellement les évolutions ultérieures. Approche Accent sur la comparaison des infrastructures du Sénégal avec celles de ses voisins et recherche des tendances internes Groupes de comparaison : pays africains non fragiles à faible revenu (PNFFR), pays africains à revenu intermédiaire (PRI), voisins ouest-africains et exceptions régionales

5 Les infrastructures ont contribué fortement à la croissance économique récente de lAfrique

6 En Afrique de louest, les TICs ont eu un effect trés positif mais lélectricité et les routes ont eu un effet de ralentissement

7 La contribution principalement des TICs au taux de croissance du PIB/h du Sénégal est de 1,3 points alors que léléctrícité freine léconomie Évolution de la croissance par habitant par rapport à lévolution des infrastructures (Évolution entre et ) Taux de croissance PIB par habitant

8 Message clé 1 Le Sénégal est bien placé sur le plan de la compétitivité internationale en Afrique, mais il reste encore des progrès à faire pour arriver au niveau moyen de lensemble des pays en développement

9 Le transport routier du fret est particulièrement lent et onéreux dans lensemble de Afrique de lOuest Corridor Longueur (km) Routes en bon état (%) Densité commerciale (millions de dollars EU par km) Vitesse implicite (km/h) Tarif du fret (dollars EU/tonne-km) Ouest Centre Est Sud

10 Le Sénégal se positionne favorablement par rapport aux autres pays de la région en ce qui concerne les coûts dexportation et dimportation Source : Doing Business, 2009 Indicateur Niger Burkina FasoMaliCameroun Côte d'IvoireGhana SénégalASSOCDE Documents dexportation(nombre) Durée dexportation (jours) Coût dexportation (dollars EU par conteneur) Documents dimportation (nombre) Durée dimportation (jours) Coût dimportation (dollars EU par conteneur)

11 Message clé 2 Reflétant sa vocation exportatrice, les points daccès aux marchés mondiaux, laéroport et le port de Dakar sont performants, et contribuent de beaucoup à la compétitivité internationale du pays

12 Ports et aéroports

13 Le port de Dakar port a le temps de traitement des camions le plus bas de la région mais le temps dattente à quai le plus long PortDakarCotonouAbidjanTemaApapaHarcourtLome PaysSénégalBéninCôte d'IvoireGhanaNigeria Togo Conteneurs - total traité (EVP, annuel) Moyenne Temps à quai conteneurs (jours) n.d.13 Temps de traitement camions pour réception et livraison du fret (délai rotation, heures) 56386n.d.4 Temps dattente au pré- accostage pour navires cargaison diverse (heures) n.d. Séjour à quai navires cargaison diverse (délai rotation, heures) n.d. Coût traitement conteneurs (du bateau à la sortie, USD par EVP) n.d.220 Coût traitement cargaison diverse (du bateau à la sortie, USD par tonne) Coût traitement vrac sec (du bateau à la sortie ou au rail, USD par tonne ) 5553n.d. 5 1=oui 0=non Accès adéquat aux routes 00n.d.0000 Modèle propriétaire

14 Par rapport aux autres aéroports de la région, le Sénégal affiche une très bonne connectivité internationale, de meilleurs standards de qualité et un volume de trafic international élevé Remarque : Toutes les données sont basées sur des calculs du nombre de sièges annoncé, publié par le Seabury Aviation Data Group. Ces données reflètent 98 % du trafic mondial, mais elles ne saisissent pas un pourcentage plus élevé du trafic africain. Burkina Faso C ô te dIvoire GhanaMali Sénégal Trafic (2007) Sièges intérieurs (000 de sièges par an)20N/A144N/A 130 Sièges pour trajets internationaux en Afrique (000 sièges par an) ,565 1,260 Sièges pour trajets intercontinentaux (000 sièges par an) ,230 Sièges disponibles par personne Indice Herfindahl – marché du transport aérien (%) Qualité : % siège-kilomètre dans des avions récents % de transporteurs passant laudit IATA/IOSA Résultat audit FAA/IASA Aucun audit Échoué Aucun audit Audit (2007)

15 Le Sénégal est une plaque tournante émergente dans le transport aérien de lAfrique de louest

16 Croissance importante du trafic international mais stagnation dans les autres segments de marché

17 Message clé 3 Malgré les progrès réalisés, le financement de lentretien des routes et le problème de la charge à lessieu restent des défis importants à relever. Le corridor régional ferroviaire Sénégal-Mali continue aussi à représenter un obstacle pour un transport des marchandises à cause principalement de la vétusté des voies ferrées

18 La comparaison indique un état insatisfaisant des routes mais une accessibilité en zone rurale relativement plus élevée Unité Pays à revenu faible non- fragiles SénégalPays à revenu intermédiaire 2007/9 Densité totale du réseau routier km/1000 km 2 de terre arable132,193,8318,4 Densité des routes classifiéeskm/1000 km2 88,281,4278,4 Accessibilité rurale SIG% pop.rurale à moins de 2 km dune route praticable en tte saison 23,125,731,5 Trafic routes revêtuesTrafic journalier annuel moyen 1287,7944,92558,3 Trafic routes non revêtuesTrafic journalier annuel moyen 38,530,874,7 État routes revêtues% dans un état bon/moyen 86, ,0 État réseau non revêtu classifié% dans un état bon/moyen 55,83757,6 Perception qualité transport% des entreprises identifiant comme une contrainte majeure 27,627,418,2 Sur-ingénierie% du réseau routier principal revêtu par rapport à la faible densité du trafic 29,69,318,4 Sous-ingénierie% du réseau routier principal revêtu par rapport à la forte densité du trafic 13,5020,0

19 Le financement de lentretien pourrait être assuré par la taxe optimale sur le carburant

20 Lentretien du réseau routier principal est fortement sous-financé

21 Il semble possible daugmenter les ressources allouées à lentretien des routes

22 Le volume de trafic de Transrail est faible malgré lassez forte demande intérieure Moyenne SITARIAL (C ô te dIvoire – BF) TRANSRAIL (Sénégal - Mali) Camrail (Cameroun) Madarail (Madagascar) Volume trafic de fret (millions tonnes-km) , Volume trafic passager (millions km-passagers) Volume total trafic (millions UT)* , EFFICACITÉ: Employés : 1000 UT par employé Déraillements/millions UT Pannes de locomotives de grandes lignes par km TARIFS : Tarif unitaire moyen, fret, cents dollars EU/tonne-km * 2,5 km-passagers équivalent à 1 UT 1 tonne-km équivaut à 1 UT

23 Les voies ferrées de Transrail sont sous-utilisées à cause de la vétusté des voies et de léquipement

24 La SDE est lun des plus performant de la région grace au PPP (affermage) en place depuis Le pays est donc en bonne voie datteindre les OMD liés à leau, mais les services d assainissement notamment en milieu rural restent un défi Message clé 4

25 Le pourcentage de la population qui utilise les eaux de surface ou qui pratique la défécation à ciel ouvert est parmi les plus faibles de la région Pays à faible revenu non fragiles Sénegal Pays à revenu intermédiaire Début années 2000s Mi-années 2000s Accès à leau courante % pop Accès aux bornes fontaines Accès aux puits/forages protégés Accès aux puits/forages non-protégés Accès aux eaux de surface non traitées Accès toilettes à chasse % pop Accès latrines améliorées Accès latrines traditionnelles Défécation à ciel ouvert Recouvrement recettes (% ventes) Pertes distribution (% production) Recouvrement coûts (% total costs) Coûts de main-d'œuvre (conn. par employé) (*) 368.7

26 Lécart rural-urbain se rétrécit dans lAEPA mais augmente dans lassainissement (*) 2009 (*) Service des eaux amélioré Rural29,243,946,264 73,6 Urbain55,190,689,992 97,0 Assainissement amélioré Rural25,924,924,026,2 28,9 Urbain79,577,178,356,7 63,6 (*) PEPAM

27 Il y a eu une amélioration continue dans les indicateurs defficience… Eau fournie Pertes de distribution Taux de recouvrement des recettes Coût total moyen Tarif moyen réel Coûts cachés totaux millions m 3 /an %USD/m 3 Millions USD/an % revenus Norme de référence Tarif/coût=1

28 …qui se traduisent par une réduction importante des coûts cachés

29 Les coûts cachés de leau sont parmi les plus faibles de la région ouest-africaine

30 Le Sénegal a fait déjà des progrès remarquable dans laccès rural à lélectricité, lintégration aux marchés électriques régionaux et la participation privée. Toutefois, il est essentiel de poursuivre les efforts pour augmenter lélectricité disponible et la fiabilité du système, et daméliorer la performance financière et opérationnelle de SENELEC Message clé 5

31 Réseau électrique du Sénégal

32 UnitéPays à faible revenu non fragiles SénégalPays à revenu intermédiaire Mi- 2000s Fin 2000s Capacité installée product. électriqueMW/millier hab. 20, Consommation électriquekWh/habitant/an 107, Dépendance groupe électrogène% consommation 21,26,724,7 11 Pertes de revenu dues aux coupures% ventes 6,54,35 2 Accès à lélectricité% population 15,0 47,1 49,5 Accès à lélectricité - urbain% population 57,6 80,4 74,4 Accès à lélectricité - rural% population 3,9 15,8 26,3 Croissance accès à lélectricité% population/an 0,82,7 12,1 Recouvrement des recettes% facturation 93, Pertes système% production 23,721,522,5 20 Recouvrement des coûts% coût total 84,458,387,5 85 Total coûts cachés% recettes 68, Tarif électrique en vigueur (cents dollars EU/kWh) SénégalProduction princip. thermique Autres régions en développement Tarif moyen 22,7 17,05,0 – 10,0 Capacité de production modérée, prix élevés et coûts encore plus élevés

33 Les prix de lélectricité au Sénégal sont relativement élevés

34 Les tarifs actuels sont insuffisants pour récupérer les coûts actuels Subvention en capital

35 Les coûts cachés sont relativement modérées mais représentent néanmoins 60% des recettes

36 Ces coûts continuent à pénaliser la performance financière de lopérateur, spécialement à cause de linadéquation tarifaire

37 Evolution des coûts cachés Électricité disponible Pertes distribution Taux implicite de recouvrement des recettes Coût moyen total Tarif moyenCoûts cachés totaux (GWh/an)(%)Ratio (%)(USD/kWh) (M.USD/an)(% revenus) ,5990,240,14182, ,11000,240,15176, ,21000,240,15202, ,61000,290,17273, ,51000,290,21204, ,2990, ,23 Norme de référence Tarif/coût=100

38 Il y a eu une croissance énorme de la téléphonie mobile et de la bande à haut débit grâce une forte participation privée, mais une concurrence plus vigoureuse avec laccès ouvert au câble sous marin est indispensable pour obtenir aussi une réduction plus systématique des prix Message clé 6

39 Réseau TIC du Sénégal

40 La croissance de la téléphonie mobile et de la bande à haut débit a été comparativement énorme. Les prix intérieurs restent élevés bien que les internationaux soient modérés UnitéONFFR Sénégal PRI 2005 (2007/8) 2005 Couverture GSM% population ayant un signal Bande passante internationaleMbps/habitant6 68,7 237,5 30 Internetabonnés/100 personnes0 0,2 0,4 0,2 Lignes terrestresabonnés/100 personnes1 2,4 1,9 9 Téléphonie mobileabonnés/100 personnes15 15,3 44,1 87 Dollars EU Sénégal 2007 Avec câble sous-marin Sans câble sous-marin Autres régions en développement Panier tarifs mobiles mensuels 15,5 11,1 11,12 9,9 Panier tarifs terrestres mensuels 21,6 13,6 13,58 n.d. Prix forfait Internet de 20 heures 27,7 68,0 47,00 11,0 Prix dune minute de communication aux États-Unis 1,0 0,86 0,48 0,66 Prix dune minute de communication interafricaine 0,3 0,7 0,57 non applicable

41 Source : IC4D, Banque mondiale (2009) Laccès à Internet a connu une véritable révolution au Sénégal en moins de dix ans

42 97 % de la population du Sénégal pourrait avoir accès au signal GSM sur une base commerciale

43 Lexpérience dautres pays montre que les prix des TIC peuvent chuter jusquà 75 % Point datterrissage à Dakar

44 Larrivée du câble sous-marin saccompagne dune promesse de réduction des prix si la concurrence est encouragée Dollars EU% des casAppels en ASS Appels aux USA Internet accès commuté Internet ADSL Sans câble sous-marin 67%1,340, Avec câble sous-marin 33%0,570, Portail international : avec monopole 16%0,700, Portail international : avec concurrence 16%0,480,233798

45 Message clé 7 Pour combler le déficit infrastructurel du Sénégal il faudrait 1,8 milliard de dollars EU par an sur 10 ans (environ 20 % du PIB)

46 Objectif économiqueObjectif social TIC Renforcer la connectivité avec les principaux partenaires économiques régionaux en installant des liaisons en fibre optique avec les capitales voisines Offrir un accès universel au signal GSM et aux services modernes de communications avec la bande à haut débit. Électricité Augmenter lélectricité disponible pour léconomie avec 258 MW nouvelle génération et des interconnections de 487 MW Porter lélectrification à 51 % (100 % en zone urbaine et 10 % en milieu rural) Transport Atteindre les objectifs régionaux (nationaux) de connectivité avec des routes revêtues à deux bandes (une bande) de bonne qualité Fournir un accès aux routes rurales à 30 % des zones agricoles ayant le plus haute valeur AEPAn.a. Atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement Objectifs dinfrastructure possibles pour les dix prochaines années

47 Pour atteindre ces objectifs, le Sénégal devrait dépenser 1,8 milliards de dollars EU par an pendant les 10 prochaines années, principalement dans lexpansion de linfrastructure électrique Millions dollars EU/an Dépenses en capital Exploitation et entretien Total des besoins TIC Énergie Transport AEPA Total

48 Les besoins de financement du Sénégal (20% du PIB) sont importants par rapport aux autres pays de la région

49 Message clé 8 Le Sénégal consacre déjà 911 millions de dollars EU par an aux infrastructures

50 (moyenne en millions de dollars EU par an sur une période de 5 ans, ) E&MInvestissementTotal Public APDNon- OCDE PPITotal Investiss. TIC Électricité Transport AEPA Total Les dépenses sont plus élevées dans électricité. Le secteur privé est un financier important

51 Les dépenses consacrées à linfrastructure atteignent 11 % du PIB et représentent un effort considérable pour léconomie du Sénégal

52 Message clé 9 Les inefficacités représentent un gaspillage de 312 millions de dollars EU par an, et lélimination de cet écart defficacité permettrait au pays daccélérer dau moins 50 ans le développement des infrastructures

53 Le plus grand potentiel de gains defficacité provient du recouvrement des coûts dans le secteur électrique Millions de dollars EUTICÉlectricitéTransportAEPATotal Sureffectif n.d.14n.d.014 Pertes de distribution n.d.71n.d.273 Sous-recouvrement n.d.0 22 Exécution budget Inadéquation tarifaire n.d.133n.d Total

54 Sans augmentation des dépenses, les gains defficacité permettraient déjà daccélérer les progrès dau moins 50 ans

55 Message clé 10 Pour combler le déficit de financement restant (576 millions de dollars EU par an), il faudrait une stratégie dinvestissements bien ciblés qui mettent laccent sur lintégration régionale et la participation du secteur privée

56 Écart de financement de 576 millions de dollars EU par an principalement dans lélectricité et, dans une moindre mesure, dans lAEPA Millions de dollars EU par anTICÉnergieTransportAEPATotal (Besoins) (248)(1,062)(141)(342)(1,792) Dépenses Réallocation au sein des secteurs Gains potentiels defficience N.D (Écart de financement) (36)(447)------(93)(576)

57 Le Sénégal est une destination intéressante pour le secteur privé en Afrique de louest Source: World Bank and PPIAF, PPI Project Database.

58 Engagements dInvestissement dans des projets dinvestissement avec une participation privée au Sénegal, Source: World Bank and PPIAF, PPI Project Database. Lexpérience du Sénégal dans les PPI est variée quant aux secteurs et aux modes contractuels dengagement avec le privé ConcessionBOT/BOOMarchandLocation Privatisation partielle Affermage Energie 2 projets (EU88 million) 2 projets (EU$146 million) 1 projet (EU$6 million) Telecom 2 projets (EU$408 million) 1 projet (EU$1536 million) Transport 4 projets (EU$720 million +?*) Eau et Assainissement 2 projects (US$20 million) *Données pour 2009 provisoires.

59 Source: World Bank and PPIAF, PPI Project Database. Une comparaison avec dautres régions montre quil ya un grand potentiel pour augmenter cette activité Nombre de projets avec une participation privée 2000–2008

60 Engagements dInvestissement dans des projets dinvestissement avec une participation privée 2000–2008 Source: World Bank and PPIAF, PPI Project Database. Relativement à dautres régions, lAfrique attire relativement moins le secteur privé dans les infrastructures.

61 En résumé : Cadre de financement Les dépenses récentes dans linfrastructure sélèvent à 911 millions de dollars EU par an (soit 11 % du PIB) PPI est la principale source de dépenses en capital 312 millions de dollars EU supplémentaires par an pourraient provenir de la seule correction des inefficacités, en particulier la sous-tarification de lénergie La seule correction des inefficacités ferait progresser le pays de plus de 50 ans dans la réalisation des objectifs dinfrastructure Même si les inefficacités étaient corrigées, lécart de financement serait encore de 576 millions de dollars EU par an (soit 7 % du PIB)

62 Conclusion Combler le déficit dinfrastructure du Sénégal exige dabord déliminer les inefficacités dexploitation, daméliorer lefficacité des investissements et profiter de lintégration régionale. Ces actions sont nécessaires pour pouvoir attirer les ressources financières de différentes sources privées et publiques

63 Les infrastructures africaines: Une transformation impérative


Télécharger ppt "1 Les infrastructures africaines : Une transformation impérative."

Présentations similaires


Annonces Google