La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Enquête AFGAP sur la gestion de liquidité des établissements de crédit Synthèse des réponses au t hème 2 : Gestion courante de la liquidité Janvier 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Enquête AFGAP sur la gestion de liquidité des établissements de crédit Synthèse des réponses au t hème 2 : Gestion courante de la liquidité Janvier 2007."— Transcription de la présentation:

1 1 Enquête AFGAP sur la gestion de liquidité des établissements de crédit Synthèse des réponses au t hème 2 : Gestion courante de la liquidité Janvier 2007 Jacques Demeusoy (3CIF) Catherine Royere (BNP Paribas)

2 2 uQuestions 29, 30 et 31 uLa liquidité est une question à gérer, mais pas forcément une contrainte pour le developpement, notamment dans les zones des grandes devises. uLes banques font une gestion spécifiquede la liquidité du fait de: devises non liquidides pour un quart dentre elles contraintes spécifiques de certaines entités du groupe pour un tiers de contraintes fiscales pour un sixième de réglementations locales pour la moitié On peut en conclure que seuls les établissements en pays émergents considèrent que la liquidité est une contrainte pour leur développement u Un quart des banques, en cas de besoin, pourrait aller jusquà restreindre leur politique de crédit. Liquidité et développement de lactivité

3 3 uQuestion 35 uLa nature de lactivité va déterminer le degré de contraintes règlementaires pour le retail : le respect du coefficient FPRP est le plus contraignant, pour les BFI et les généralistes : cest le coefficient de liquidité à un mois. Question 34 Le pilotage des ratios réglementaires se fait sur base sociale ( 90 % pour le ratio 1 mois et 60 % pour le FPRP) => problème dinterprétation de la question : déclaration ou pilotage ? En débat: -La pertinence du ratio FPRP (obsolète, effet de ciseau) -Harmonisation des ratios réglementairesen Europe ou dans la zone euro Réglementation et gestion de liquidité

4 4 uQuestion 32 uLa banque est soumise à la fois à des contraintes réglementaires et à des contraintes de gestion internes. La gestion de la liquidité est donc réalisée à la fois sur la base de ratios internes et de ratios réglementaires dans plus de 80 % des cas. uQuestion 33 uLe respect systématique des ratios règlementaires est assuré : naturellement (dans 50% des cas pour le FPRP et 20 % pour le ratio 1 mois) grâce à des emprunts spécifiques (dans 50% des cas pour le FPRP et 80 % pour le ratio 1 mois) Pilotage de la gestion de liquidité sur base règlementaire ou interne

5 5 uQuestions 37: Presque la totalité des banques a un politique générale de gestion centralisée de la liquidité Décisions et supervision centralisées Mais la gestion peut être locale uQuestion 38: La responsabilité de la gestion de la liquidité dépend des maturités court terme : la gestion est assurée par la trésorerie moyen terme : la gestion est assurée par lALM Comment la connection entre le CT et le MLT est organisée ? u Question : Le nombre de centres de gestion par établissement est fonction : des maturités gérées (court terme décentralisé et LT centralisé) de limplantation géographique couverte (décentralisation partielle ou délégation du fait de devises non liquides ou risque pays) En cas de décentralisation, il y a peu de compensation entre les différents centres Organisation de la gestion de la liquidité

6 6 uQuestion 42: La moitié des banques financent leur activité commerciale en macro adossement; la moitié en micro adossement les micros adossements sont pour les BFI Les autres travaillent les deux types dadossement uQuestion 43: La gestion de la liquidités est contrôlée par le Comité ALM pour plus des deux tiers des banques (pour le CT et le LT). Pour lintraday, le contrôle est assuré par le Comité ALM et par des Comités adhocs à moitié moitié. Organisation de la gestion de la liquidité

7 7 uQuestion 45: la facturation concerne presque tous les établissements (11/12). 3 banques ont des tarifs identiques entre lactif et le passif (comment est-ce possible ?) uQuestion 44: Les targets de prix pour le funding MT/LT dépendent de la structure (>80%), de la devise (50%) et du type de placement public/privé (50 %) et selon le type de produit (>40%) Les targets dépendent en moyenne de 2 ou 3 critères uQuestion 47: Le comité ALM définit le tarif de facturation du coût de la liquidité pour 75 % des banques et la Trésorerie pour 25% Bizarre : Comment lALM peut définir la facturation de la Trésorerie ? LALM définit la facturation pour le MLT et la Trésorerie pour le CT, non ? uLe tarif de facturation est généralement : modifié trimestriellement ou lors de décalages de spreads importants (Q48) intégré aux barèmes commerciaux (Q49) pour 75% des banques différencié entre emplois et ressources (Q45) Question 46: Calibré à partir des maturités contractuelles (75%) et de lois conventionnelles (> 40%) Facturation du coût de la liquidité

8 8 u Question 50: La constitution dune réserve de liquidité est une pratique quasi généralisée (10/12). Les deux qui nen font pas sont des banques retail (la moitié de notre échantillon). u Questions 52, 53, 54 et 56: La trésorerie : en assure la responsabilité et la gestion pour les deux tiers des banques: sélection de titres sûrs et liquides (titres dEtat ou du secteur public). en supporte le coût pour les deux tiers des banques (pour les autres le coût est intégré dans les barèmes de facturation clientèle) u Question 51: Son dimensionnement est principalement réalisé sur la base dun besoin de financement courant, stressé (40%) ou non (40%). uQuestion 55: Les réserves de liquidité sont séparées par devise pour la moitié des banques, mais pas chez les pétits établissements. u Question 56: La pratique des haircuts sur les titres gérés est peu répandue Gestion dune réserve de liquidité

9 9 uQuestion 58: Les mobilisations de créances ou de titres sont généralement réalisées dans le cadre dune gestion courante de la liquidité >80 %des établissements ont recours à des financements auprès BCE contre nantissement de titres, 50% des établissements se refinancent via la CRH ou de la BEI contre nantissement de créances 25 % des banques se refinancent via les « covered bonds » ou « pfandbriefen » contre nantissement de créances (1 généraliste et 2 banques retail) uQuestions 57 et 59 : La titrisation / cession de créances est utilisée pour 40% des établissements dans le cadre dune gestion courante, auxquels sajoutent 40% des établissements qui pourraient lutiliser de façon exceptionnelle. uQuestion 60 : il est difficile de tirer des conclusions sur la périodicité des opérations, dans la mesure où la question ne distingue pas la mobilisation en Banque Centrale (fréquence journaliere ou hebdo), lémission de dette collatéralisée (sporadique) et les titrisations (1 ou 2 opérations par an an général). Cession, mobilisation dactifs et titrisation

10 10 u Question 61 : la mise en euvre des IFRS a peu dimpact sur la gestion de la liquidité (3 banques sur 12, dont 2 Retail et 1 Généraliste) uQuestion 62: La couverture du risque de taux est effectuée en cash « Systématiquement » pour 0% des banques « De temps en temps » pour 60 % des banques « Jamais » pour 20% des banques uLa mise en œuvre de Bâle II na que peu dimpact dans la gestion de la liquidité des banques (3 banques sur 12 ont répondu oui, 2 généralistes et une BFI) Point à debattre : le pilier II de Bâle II devrait au moins influencer le reporting auprès du superviseur en matière de risque de liquidité; je ne pense pas que toutes le banques soient déjà prêtes à 100 % pour le pilier II. Influence des IFRS et de Bale 2 sur la gestion de la liquidité


Télécharger ppt "1 Enquête AFGAP sur la gestion de liquidité des établissements de crédit Synthèse des réponses au t hème 2 : Gestion courante de la liquidité Janvier 2007."

Présentations similaires


Annonces Google