La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pandémie grippale : Soyons préparés !

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pandémie grippale : Soyons préparés !"— Transcription de la présentation:

1 Pandémie grippale : Soyons préparés !
Professionnels de santé libéraux et salariés non hospitaliers Les informations contenues dans ce diaporama sont susceptibles d’évoluer

2 Objectifs de l’information
Partager des connaissances actualisées sur la grippe aviaire et le risque de pandémie grippale Sensibiliser les professionnels de santé à la nécessité d’une préparation au risque Acquérir des comportements adaptés utilisables dès à présent : face à un risque infectieux individuel face à une épidémie « classique » face à une situation d’urgence collective Public concerné Ensemble des professionnels de santé (médecins, paramédicaux, administratifs et techniques)

3 Sommaire 1/ La grippe aviaire
2/ Le risque lié à une possible transformation du virus 3/ Période pré-pandémique: CAT face à un cas suspect de grippe à virus H5N1 4/ Plan Pandémie grippale : Moyens spécifiques actuellement disponibles Problématique spécifique de la phase pandémique. Base de travail Schéma général d’organisation Les effectifs des professionnels de santé. Corps de réserve Questionnements 5 / Plan au sein des Etablissements de santé et médicaux sociaux

4 Les virus influenza aviaires
1. La grippe aviaire Les virus influenza aviaires Les influenzavirus sont les virus les plus répandus dans le monde animal Circulation à l’état naturel, le plus souvent de façon inapparente, surtout chez les oiseaux aquatiques sauvages Tous peuvent causer des infections cliniquement exprimés ou non chez les oiseaux d’ornement ou les volailles domestiques Il existe plusieurs sous-types, mais seuls les sous-types H5 ou H7 ont tendance à muter pour devenir hautement pathogène et provoquer des épizooties allant jusqu’à 100% de mortalité chez les volailles.

5 Les virus influenza aviaires Caractéristiques des virus
1. La grippe aviaire Les virus influenza aviaires Caractéristiques des virus from P. Palese Nature Medicine 10 : 2004 Sensibilité à la chaleur (5 min à 60°C) au pH extrême Résistance 7 jours à 20°C 35 jours à 4°C dans les fientes 105 jours dans les écoulements de fientes 60 jours dans l’eau 24 heures à T° ambiante sur surf. dure

6 Les virus influenza aviaires
1. La grippe aviaire Les virus influenza aviaires le passage du virus aviaire à l’homme est favorisé par un contact étroit et/ou une atmosphère confinée avec les oiseaux infectés. Les cas de contamination inter humaine secondaires sont exceptionnels tant que le virus ne s’adapte pas à l’homme.

7 X Epizootie Situation en septembre 2006 Contact étroit Déjections
Plumages… Avec virus Poule contractant la maladie Contamination (confinement Contacts étroits) = Epizootie Oiseaux sauvages, porteurs du Virus A(H5N1) Hôte naturel Contact étroit Poussières Plumes Déjections, Eau souillée Contamination Humaine (éleveurs…) X Grippe aviaire H5N1 Sans transmission interhumaine (Exceptionnelle actuellement - Indonésie) Situation en septembre 2006

8 1. La grippe aviaire Transmission Directe : par contact avec oiseaux infectés (incubation, malades, guéris ou porteurs sains) Indirecte : exposition à environnement contaminé (aérosols, fèces, eau, matériel …) Transmission verticale jamais observée Pénétration par voie digestive ou respiratoire Contagiosité importante chez les animaux

9 Evaluation des risques
1. La grippe aviaire Evaluation des risques Contamination par aérosols (inhalation) : Oiseaux contaminés vivants +++ Plumes, duvet, poussière (agitation, courants d’air…) Contamination par voie oculaire : Mains portées au visage +++ Projections oculaires (fientes, souillures…) Contamination par autre voie : Ingestion : peu ou pas de risque (pH gastrique)

10

11 1. La grippe aviaire Manifestations cliniques humaines de la grippe à virus aviaire H5N1, à ce jour L’incubation est de 1 à 3 jours pouvant aller jusqu'à 7 jours Signes généraux Hyperthermie > 38,5°C Asthénie aiguë Complications possibles : Détresse respiratoire aigue Signes digestifs : vomissements, diarrhées Défaillance multiviscérale Mortalité dans plus de 50% des cas actuellement recensés (cas hospitalisés : cas graves)

12 Actuellement: situation non contrôlée en Indonésie … et dans d’autres pays

13 Sommaire 1/ La grippe aviaire
2/ Le risque lié à une possible transformation du virus 3/ Période pré-pandémique: CAT face à un cas suspect de grippe à virus H5N1 4/ Plan Pandémie grippale : Moyens spécifiques actuellement disponibles Problématique spécifique de la phase pandémique. Base de travail Schéma général d’organisation Les effectifs des professionnels de santé. Corps de réserve Questionnements 5 / Plan au sein des Etablissements de santé et médicaux sociaux

14 Préconiser la vaccination contre la grippe saisonnière
(éviter le contact du virus grippe saisonnière / virus grippe aviaire)

15 Mutation ou Réassortiment modèle grippe « espagnole » ou « asiatique »?
réassortiment : coexistence grippe saisonnière et cas humains de grippe aviaire: 13% de risque de recombinaison pour 100 cas humains de grippe aviaire ! mutations du virus H5N1 pour s’adapter à l’homme : plus faible, mais non négligeable compte tenu du réservoir animal énorme

16 Une menace : une pandémie
Epidémie affectant toute l’espèce humaine sans limite de lieu Pandémie grippale Elle fait suite à la circulation d’un virus de recomposition nouvelle contre lequel l’immunité de la population est faible ou nulle. Cette émergence entraîne un nombre de cas important et une mortalité élevée. La menace d’une pandémie grippale est liée à l’apparition d’un nouveau virus de la grippe non couvert par les vaccins actuels. d’après Inpes 2005

17 Les leçons de l’histoire
les plus récentes 1918 – 1920 : Grippe espagnole A(H1N1) 40 à 50 millions de morts dans le monde en 2 ans dont morts en France Un milliard de malades Trois phases Phase 1 : mars- juin 1918 Phase 2 : fin août mars 1919 Phase 3 : mars juin 1920 Excès de mortalité USA : 529/ A l ’époque: pas de mesures barrières, pas de veille et d ’alerte 1957 – 58 : Grippe asiatique A(H2N2) Excès de mortalité USA : 39/ 1968 – 69 : Grippe de Hong-Kong A(H3N2) morts en France Excès de mortalité USA : 8/

18 Manifestations cliniques différentes? Transmission classique ?
Pandémie grippale Manifestations cliniques différentes? Transmission classique ? Le virus responsable d’une éventuelle pandémie est actuellement inconnu…. Signes cliniques envisagés : Ceux d’une grippe saisonnière Difficultés respiratoires Autres manifestations cliniques graves : ne seraient identifiés qu’au début de la pandémie Autres signes non identifiés actuellement Transmission par voie aérienne gouttelettes lors de la toux et des éternuements malade contagieux 24 à 48 h avant signes cliniques et pendant la phase symptomatique (5 à 10 jours) Transmission indirecte par : l’intermédiaire des mains les surfaces contaminées

19 Hypothèses actuelles en France
Cinétique et impact d’une pandémie en l’absence d’intervention sanitaire (Modélisation) Cinétique 2 vagues successives de 8 à 12 semaines Hypothèses d’impact en santé 9 à 21 millions de malades à un million de malades avec complications et hospitalisation à plus de décès Impact socio-économique Ralentissement de la vie sociale et économique Difficultés majeures pour les services essentiels (livraisons, transport, écoles…) Saturation rapide du système de soins (aggravée par l’absentéisme des personnels, eux-mêmes concernés)

20 Hypothèses actuelles en France
Évolution sans intervention Incidence 15-35% Virus H5N1 nb de cas: 9 – 21 Mi nb d’hospitalisations: 0.5 – 1.1 Mi nb de décès: – NORD et PAS DE CALAIS: nb de cas: 0.6 – 1.5 Mi nb hospitalisations: – nb de décès: – Vaccin pour toute la population Incidence 25% nb de cas évités: 57% nb d’hospitalisations évitées: 66% nb de décès évités: 72% Prophylaxie en continu par antiviraux de la population prioritaire « indispensable » nb de cas évités*: 70% nb d’hospitalisations évitées*: 76% nb de décès évités*: 82% Population à risque médical Utilisation d’antiviraux CURATIF nb de décès évités*: 29% 1.800 doses/décès évité PROPHYLAXIE POST-EXPOSITION nb de décès évités*: 56% doses/décès évité * dans cette population

21 Plan national Situation 1 : Absence de propagation
_____________________________________ Situation 2 : Epizootie Situation 3 : Cas humains isolés Situation 4 : Cas humains groupés localisés Situation 5 : Larges foyers de cas groupés Situation 6 : Pandémie grippale Situation 7 : Fin de vague pandémique

22 SITUATION 4 : cas humains groupés franchissement du seuil critique
Contenir la diffusion du virus humain, donc éviter l’exportation du virus, et confiner les foyers en France Prendre en charge les cas possibles, contacts et les malades Préparer le dispositif national de réponse à une pandémie: vérification des stocks de produits de santé, des antiviraux (en vrac)des équipements de protection, des tests de diagnostic; préparation des plans de continuité des administrations et des opérateurs (services de l’Etat, collectivités territoriales, mise en alerte de la réserve communale de sécurité civile Information du grand public et des professionnels, associations d’aide aux personnes isolées ou en situation précaire

23 SITUATION 6 : PANDEMIE Retarder l’introduction de cas sur le territoire Prendre en charge les cas possibles, contacts et les malades Freiner la diffusion du virus sur le territoire national (limiter les transports collectifs, fermeture des crèches, établissements d’éducation, internat…, interdiction des rassemblements, restriction des activités professionnelles, sociales et éducatives non indispensables…, plan de vaccination dès que le vaccin pandémique est disponible) Maintien des activités Plan de continuité des ministères, collectivités… Contrôle de la répartition des ressources Réquisition des personnes nécessaires, des biens et des services…

24 Sommaire 1/ La grippe aviaire
2/ Le risque lié à une possible transformation du virus 3/ Période pré-pandémique: CAT face à un cas suspect de grippe à virus H5N1 4/ Plan Pandémie grippale : Moyens spécifiques actuellement disponibles Problématique spécifique de la phase pandémique. Base de travail Schéma général d’organisation Les effectifs des professionnels de santé. Corps de réserve Questionnements 5 / Plan au sein des Etablissements de santé et médicaux sociaux

25 Critères « cas possible » impliquant appel INVS
1ère situation Syndrôme respiratoire aigu (toux et/ou dyspnée) avec hyperthermie >38°C - revenant d’un pays avec cas humains notifiés (site internet INVS) - Ayant eu dans les 7 jours précédant le début de signes un contact prolongé et répété, < 1m, avec des volatiles (vivants ou morts) OU leurs fientes OU un contact avec un cas humain confirmé de grippe H5N1 2ème situation - Détresse respiratoire aigue au décours d’un syndrome grippal - Revenu depuis moins de 7 jours - Pas de cas humains notifiés dans le pays de provenance

26 Cas suspect Cas possible Syndrome grippal
revient d’un pays siège d’épizootie Médecin généraliste Penser aux masques SAMU-Centre 15 Interrogatoire reprenant les critères discriminants Cas possible Appel à l’INVS par le Centre 15 pour discussion du cas Cas exclus Confirmation du « cas possible » par l’INVS

27 Organisation de l’accueil Médecin
Arrivée spontanée du patient dans une structure de soins Organisation de l’accueil Hyperthermie + toux = Masque chirurgical au patient Médecin Interrogatoire reprenant les critères déterminants Lieu d’examen dédié SAMU-Centre15 Cas exclus Confirmation du « cas possible » par l’INVS

28 L’orientation Orientation vers établissement de soins
SAMU-Centre15 Information Information médecin traitant DDASS Equipe protégée Masque FFP2 Gants voire Casaque Lunettes Prise en charge patient Porteur d’un masque chirurgical Orientation vers établissement de soins - Etablissement de santé référence OU Avec service infectiologie OU Service de médecine avec infectiologue Circuits courts prédéterminés Hospitalisation en réanimation possible

29 Protection du personnel
Prélèvement Protection du personnel au contact tenue de travail sur-blouse en intissée à usage unique, masque de type FFP2 gants à usage unique lunettes à usage unique pour toutes manœuvres sur la sphère ORL ou pulmonaire (aspiration, intubation, écouvillonnage…)

30 Protection du personnel
Prélèvement Jeter le matériel souillé dans les containers prévus à cet effet Déchets d’activités de soins à risque (DASRI) Réaliser un geste d’hygiène des mains par friction hydroalcoolique Désinfecter le matériel (stéthoscope…) Désinfection du véhicule Aérer Désinfection/détergent classique 

31 Protection du personnel
Prélèvement Kit de prélèvement pré-constitué Écouvillonnage nasopharyngé Prélèvement dans réceptacle à triple emballage Envoi vers laboratoire dédié CNR avec transporteur agréé en convention avec le centre hospitalier, en lien avec le SAMU-Centre 15

32 Les inhibiteurs de la neuraminidase
Thérapeutique Les inhibiteurs de la neuraminidase Oseltamivir Forme orale Gélules et suspension Diffusion systémique Traitement curatif adulte Traitement curatif enfant > 1 an Traitement prophylactique adulte Tolérance : troubles digestifs modérés et transitoires Zanamivir Poudre pour inhalation Diskhaler Déposition principalement au niveau de l’oropharynx Traitement curatif adulte Tolérance : rares bronchospasmes

33 Traitement sans attendre les résultats
Cas possible Traitement sans attendre les résultats Prélèvement: adressé dans un laboratoire P3 CNR grippe Résultats 24 à 48 h après le prélèvement Traitement curatif Prescrire le plus tôt possible, après le début des symptômes Après l’écouvillonnage (prélèvement naso-pharyngé) Oseltamivir (TAMIFLU®) Zanamivir (RELENZA®), par inhalation Les autres analyses des prélèvements peuvent être réalisées au sein de l’établissement de santé Tant qu’il n’y a pas de transmission inter humaine : pas de traitement préventif pour l’entourage (sauf si l’entourage a eu des contacts identiques au patient) et pour le personnel

34 Principes généraux pour le personnel soignant
Devant tout patient présentant un syndrome grippal en l’absence de connaissance de l’agent infectieux en cause : hygiène des mains par friction avec une solution hydroalcoolique ou à défaut, lavage avec un savon antiseptique, au moins 30 secondes avant et après tout contact avec le patient ou son environnement ; port du masque chirurgical par le patient ; gants à usage unique non stériles pour tout soin au patient ou contact avec son environnement immédiat ; port de vêtements de protection (masques, surblouses, lunettes) en cas de risque de projection ou d’aérosolisation de produits d’origine humaine (aspiration, endoscopie, manipulation de matériel et de linge souillés…).

35 Principes généraux pour le personnel soignant
ne pas serrer les mains ; port de masque de type FFP2 ; port de lunettes de protection réutilisables (à désinfecter avec des lingettes spécifiques), en cas de risque de projections ou d’aérosolisation de produits d’origine humaine ; désinfecter le matériel médical avec des lingettes alcoolisées ; à la fin du soin, s’il est réalisé au domicile du malade : dans la chambre : retirer la surblouse, les lunettes et les gants,les éliminer dans un sac spécifique déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) et faire une friction hydroalcoolique des mains, hors de la chambre : retirer le masque, l’éliminer dans un sac spécifique DASRI et refaire une friction hydroalcoolique des mains.

36 Principes généraux pour le patient
Isolement en chambre individuelle Port d’un masque antiprojection dit « chirurgical » Utilisation de mouchoirs à usage unique et filière DASRI Aération de la pièce

37 Sommaire 1/ La grippe aviaire
2/ Le risque lié à une possible transformation du virus 3/ Période pré-pandémique: CAT face à un cas suspect de grippe à virus H5N1 4/ Plan Pandémie grippale : Moyens spécifiques actuellement disponibles Problématique spécifique de la phase pandémique. Base de travail Schéma général d’organisation Les effectifs des professionnels de santé. Corps de réserve Questionnements 5 / Plan au sein des Etablissements de santé et médicaux sociaux

38 Moyens spécifiques actuellement disponibles
(X. Bertrand 8/11/06) Masques FFP2 : Dotation dans tous les établissements sièges de structure d’urgence. 256 Millions. Prévision de 287 Millions fin 2006. Masques chirurgicaux: 882 Millions TAMIFLU® : Dotation zonale Quantité d’antiviraux anti-neuraminidase stockée en France s’élève en octobre 2006 à l’équivalent de 18,9 millions de traitements (33 en 09/06). L’OMS préconisant de disposer d’un stock d’antiviraux anti-neuraminidase permettant de traiter 25 % de la population générale du pays Et le vaccin ? Il est impossible de savoir quelles seront les caractéristiques antigéniques d’un virus grippal responsable d’une pandémie, et donc de développer dès aujourd’hui le vaccin spécifique. (vaccin prototype à partir de la souche A/H5N1 isolée chez des personnes ayant été contaminées au Vietnam)

39 Phase pandémique Afflux de patients = « Réfléchir autrement »
Autre philosophie Autre organisation Appliquer des principes de gestion de crise et d’urgences médicales collectives

40 « Le système de santé va plier mais ne doit pas rompre » (DGS)
ORGANISATION DES SOINS DE VILLE EN SITUATION DE PANDEMIE GRIPPALE BASE DE TRAVAIL Actuellement. « Mobilisation constructive autour d’un plan… Ne pas brider les réflexions… Envisager le pire…Passer des recommandations nationales aux initiatives locales » (X. Bertrand) En période pré-pandémique. Hospitalisation des patients pour: éviter la diffusion dans la population générale assurer un suivi médical détaillé En période pandémique. « Le système de santé va plier mais ne doit pas rompre » (DGS) « En situation de crise, on ne fait bien que ce que l’on fait bien d’habitude » (P. Goldstein) Maintien à domicile tant que l’état de santé des patients le permet Etablissements de santé réservés aux patients les plus graves. … en conséquence: « 95% » gérés en ambulatoire Tenir compte de la menace sur les ressources humaines (diffuses et durables) Pouvoir accéder rapidement aux soins et aux antiviraux Tenir dans le temps

41 Objectifs : limiter la propagation virale
Phase pandémique Objectifs : limiter la propagation virale Sur le « terrain » Garder si possible le malade à domicile Donner les consignes à l’entourage Limiter les facteurs de transmission Pas de prélèvements nasopharyngés

42 SCHEMA GENERAL DE L’ORGANISATION DES SOINS EN SITUATION DE PANDEMIE
Au niveau d’un secteur Structure intermédiaire (domicile de substitution) pour les patients grippés isolés ou fragiles dont l’état de santé ne requiert pas une hospitalisation Médecin libéral Routage des appels en vue des consult. et visites. Dispatche vers les prof. de santé disponibles Centres de consultations sous réserve qu’ils soient organisés afin de limiter le rassemblement des patients grippés et non grippés Infirmier libéral Auxiliaire de vie Serv. hosp. à domicile Serv. repas Services de soins inf. Distrib. médicaments et masques Biologie … Centre de coordination sanitaire et sociale (1 par commune ?) possibilité d’accès aux soins par le patient consultation / prise en charge domicile gestion / conseil médical Régulation du SAMU/Centre 15

43 SCHEMA GENERAL DE L’ORGANISATION DES SOINS EN SITUATION DE PANDEMIE
possibilité d’accès aux soins par le patient Centre de coordination sanitaire et sociale consultation / prise en charge domicile gestion / conseil médical hospitalisation Appui en fonction du niveau de saturation Sur demande du SAMU / Centre 15 Envoi d’effecteurs: Pompiers, Transp. sanitaires, SMUR, … Régulation du SAMU/Centre 15 Plateforme grippe du SAMU/ Centre 15 du CHU Les hospitalisations seront régulées par le SAMU / Centre 15 Accueil unique Zone de tri Centre de consultations externes (Maison Médicale de Garde) proche du Service des urgences Etablissement de santé sectorisé: - zone à haute densité virale - zone à basse densité virale

44 « Effectifs pour un fonctionnement des secteurs de garde »
ORGANISATION DES SOINS DE VILLE EN SITUATION DE PANDEMIE GRIPPALE EVOLUTION DE LA REFLEXION « Effectifs pour un fonctionnement des secteurs de garde » Prise en charge à domicile par équipes dédiés: envisageable pour les cas de grippe sporadiques irréalisable en phase pandémique (sous médicalisation dans certains secteurs et effectifs diminués) « Dégager » du temps médical remplacer les visites par des consultations mise à disposition de locaux pour y organiser des dispensaires (en évitant les concentrations de patients) Concilier « déplacement du patient » et « limitation de la propagation virale » accueil et pré-tri des patients non-atteints de grippe: réorientés vers le médecin traitant patients grippés: consultation sur place consultation par des équipes dédiées (y compris la réserve médicale) « marche en avant du patient » accueil social pour les patients en difficulté

45 Effectifs des professionnels de santé libéraux et salariés non-hospitaliers
ARTOIS Pop1 MG2 MS nH3 Chir-D nH4 Ph nH5 Inf. lib.6 Inf. sal nH7 M-Kiné lib8 Artois Ternois 213265 254 110 92 200 239 250 259 Bruay Béthune 287064 291 48 113 242 203 229 196 Douaisis 246987 256 54 120 206 153 163 160 Lens Henin 371443 352 148 343 215 368 248 1. Population générale - 2. Médecins généralistes libéraux 3. Médecins salariés libéraux et salariés non-hospitaliers – 4. Chirurgiens-dentistes libéraux et salariés non-hospitaliers 5. Pharmaciens non-hospitaliers libéraux et salariés non-hospitaliers 6. Infirmiers libéraux – 7. Infirmiers salariés non-hospitaliers 8. Masseurs-kinésithérapeutes libéraux Données DRASS – ADELI 2005

46 Effectifs des professionnels de santé libéraux et salariés non-hospitaliers
HAINAUT Pop1 MG2 MS nH3 Chir-D nH4 Ph nH5 Inf. lib.6 Inf. sal nH7 M-Kiné lib8 Cambrésis 176360 204 24 82 162 80 129 Sambre – Avesnois 238466 239 47 99 202 260 107 158 Valenciennois 348994 403 84 181 322 254 184 271 1. Population générale - 2. Médecins généralistes libéraux 3. Médecins salariés libéraux et salariés non-hospitaliers – 4. Chirurgiens-dentistes libéraux et salariés non-hospitaliers 5. Pharmaciens non-hospitaliers libéraux et salariés non-hospitaliers 6. Infirmiers libéraux – 7. Infirmiers salariés non-hospitaliers 8. Masseurs-kinésithérapeutes libéraux Données DRASS – ADELI 2005

47 Effectifs des professionnels de santé libéraux et salariés non-hospitaliers
LITTORAL Pop1 MG2 MS nH3 Chir-D nH4 Ph nH5 Inf. lib.6 Inf. sal nH7 M-Kiné lib8 Berck – Montreuil 99288 119 6 51 104 122 68 96 Boulonnais 163159 205 29 85 149 157 76 Calaisis 158989 163 19 71 118 141 112 107 Dunkerque 263018 289 124 244 164 161 165 St - Omer 112845 125 49 89 97 74 1. Population générale - 2. Médecins généralistes libéraux 3. Médecins salariés libéraux et salariés non-hospitaliers – 4. Chirurgiens-dentistes libéraux et salariés non-hospitaliers 5. Pharmaciens non-hospitaliers libéraux et salariés non-hospitaliers 6. Infirmiers libéraux – 7. Infirmiers salariés non-hospitaliers 8. Masseurs-kinésithérapeutes libéraux Données DRASS – ADELI 2005

48 Effectifs des professionnels de santé libéraux et salariés non-hospitaliers
METROPOLE Pop1 MG2 MS nH3 Chir-D nH4 Ph nH5 Inf. lib.6 Inf. sal nH7 M-Kiné lib8 Flandre – Lys 116684 122 5 53 89 81 43 92 Lille 764251 1131 335 499 849 466 1311 752 Roubaix - Tourcoing 417775 73 194 422 273 257 343 1. Population générale - 2. Médecins généralistes libéraux 3. Médecins salariés libéraux et salariés non-hospitaliers – 4. Chirurgiens-dentistes libéraux et salariés non-hospitaliers 5. Pharmaciens non-hospitaliers libéraux et salariés non-hospitaliers 6. Infirmiers libéraux – 7. Infirmiers salariés non-hospitaliers 8. Masseurs-kinésithérapeutes libéraux Données DRASS – ADELI 2005

49 ORGANISATION DES SOINS DE VILLE EN SITUATION DE PANDEMIE GRIPPALE LE CORPS DE RESERVE SANITAIRE
Définition: personnels pouvant suppléer les équipes soignantes mais dont l’activité est habituellement différente. Volontaires. Pour les soins de ville: médecins et infirmières libéraux retraités de moins de 3 ans médecins spécialistes, remplaçants, à exercice particulier médecins et infirmières salariés non hospitaliers pharmaciens retraités, étudiants en pharmacie, assistants et préparateurs (pour renforcer les pharmacies) secouristes (pour renforcer les transports sanitaires, accueil dans les Centres de consultation) Pour la régulation: médecins titulaires de la CAMU, d’un DU de régulation Pour les établissement de santé étudiants en médecine, étudiants en IFSI, paramédicaux retraités depuis moins de 3 ans médecins spécialistes … … cadre juridique et réglementaire en cours d’élaboration

50 ORGANISATION DES SOINS DE VILLE EN SITUATION DE PANDEMIE GRIPPALE QUESTIONNEMENTS (liste non exhaustive) Relations entre « Dispensaires » et « Centres de Coordination Sanitaire et Sociale » Définition du nombre des CCSS sur la base d’un ratio population / professionnels de santé disponibles Organisation des consultations pour les patients ne pouvant se déplacer et ceux en établissement (psy, handicapés …) Organisation de la dispensation médicamenteuse et la délivrance des masques Organisation du circuit « biologie médicale » Base juridique et réglementaire (organisation des dispensaires, recours aux véhicules et équipes municipales pour le transport des patients…) Modalités et conséquences des réquisitions Déprogrammation en médecine ambulatoire Protection juridique et sociale des professionnels de santé en cas de maladie, décès … Mode de rémunération …. … et les questions à venir … … nous devons y travailler ensemble !

51 Sommaire 1/ La grippe aviaire
2/ Le risque lié à une possible transformation du virus 3/ Période pré-pandémique: CAT face à un cas suspect de grippe à virus H5N1 4/ Plan Pandémie grippale : Moyens spécifiques actuellement disponibles Problématique spécifique de la phase pandémique. Base de travail Schéma général d’organisation Les effectifs des professionnels de santé. Corps de réserve Questionnements 5 / Plan au sein des Etablissements de santé et médicaux sociaux

52 Phase pandémique établissements de santé
Application de l’annexe biologique (B) des volets NRBC du plan blanc (Nucléaire, Radiations, Biologique, Chimique) Plan blanc = obligation réglementaire Etablissements publics et privés Loi de santé publique 9 août 2004 Décret application 31 décembre 2005 Établissement de santé : au sein du plan blanc élargi

53 Rôle du SAMU-Centre 15 SAMU CHU si débordement SAMU départemental ?
Principe : « TRI » Maintien à domicile Orientation adaptée Centre de coordination sanitaire et sociale ? (organisation médecine générale Soins à domicile…) En discussion Hospitalisation « régulée » systématiquement

54 Dans les établissements de santé Principes du volet Biologique NRBC
Mettre en place des circuits dédiés Protéger les personnels Limiter les facteurs de contamination Principes d’organisation Commandement = cellule de crise Tri dès l’entrée Services dédiés avec circuits identifiés Déprogrammation Gestion des moyens matériels Gestion des ressources humaines

55 Cellule de crise Cellule d’aide à la décision médicale
Plan blanc élargi Cellule de crise Décideurs des logiques institutionnelles En lien avec les autres cellules de crise : DDASS Etablissements de santé SAMU Cellule d’aide à la décision médicale

56 Si « Ambulatoire » malgré information Diriger vers médecine générale
Tri dès l’entrée Si « Ambulatoire » malgré information Diriger vers médecine générale TRI Zone haute densité virale Zone Basse densité virale Masque au patient Personnel protégé

57 Etablissements médico-sociaux
Isoler le premier cas Mesures de protection identiques aux établissements de santé Maintien le plus possible dans la structure (idem domicile)

58 Quel niveau de déprogrammation en fonction des besoins ?
Que peut-on déprogrammer ? Que ne peut-on pas déprogrammer ? Quel niveau de déprogrammation en fonction des besoins ?

59 Gestion des moyens Moyens matériels et humains
Réflexion à mener dès aujourd’hui Constitution d’un « Corps sanitaire de réserve »

60 Quelques unes des « pistes de réflexion »
pour les établissements de santé Le volet B des annexes NRBC du plan blanc est-il adapté à la grippe aviaire ? accueil, circuits déterminés, secteurs dédiés Le rôle de chaque établissement est-il identifié dans le cadre du plan blanc élargi ? dans le cadre de la déclinaison du plan gouvernemental ? Un plan de déprogrammation graduée est-il prévu et acté par les instances ? Les capacités matérielles en lien avec une réanimation respiratoire nécessaire sont-elles actualisées ? Les modalités d’approvisionnement sur des aspects spécifiques de la grippe aviaire (produits et matériels médicaux,matériel de protection) sont-elles définies ? Une gestion des ressources humaines prenant en compte l’absentéisme prévisible et de la durée probable de l’évènement est-elle discutée ? Un plan de communication entre les acteurs en interne et en externe est-il finalisé ? Un plan d’information des personnels est-il élaboré ?...

61 Mesures immédiates de prévention et d’éducation
Appliquer strictement les mesures d’hygiène quotidienne dans tous les établissements de santé dans la vie familiale Proposer le port du masque chirurgical et l’hygiène des mains dans toutes les salles d’attente pour les patients qui présentent toux et hyperthermie (affichage en amont) Prévoir un circuit et lieu d’examen dédiés avec protocole d’orientation dès signalement d’un cas suspect Encourager les vaccinations des acteurs de santé contre la grippe saisonnière Favoriser l’appel au médecin ou au Centre 15 plutôt qu’un déplacement dans un service d’urgence face à un syndrome grippal

62 Importance des mesures
Conclusion Importance des mesures d’hygiène immédiates «  Prendre l’habitude de … »

63 BIBLIOGRAPHIE SITES A CONSULTER
Ministère de la santé : Premier ministre :  InVS :  Afssa :  Afsaps :  OMS :  GROG :www.grog.org  Réseaux Sentinelles : rhone.b3e.jussieu.fr/senti/  Moteur de recherche : Remerciements à : C. Pillet, C. Bertrand, E. Lecarpentier, G. Moreels, C. Alexandre


Télécharger ppt "Pandémie grippale : Soyons préparés !"

Présentations similaires


Annonces Google