La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PLAN 1/ INTRODUCTION 2/ EPIDEMIOLOGIE 3/ PHYSIOPATHOLOGIE 4/ CLASSIFICATION 5/ CLINIQUE: TDD 6/ DIAGNOSTIC POSITIF 7/ FORMES CLINIQUES 8/ DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PLAN 1/ INTRODUCTION 2/ EPIDEMIOLOGIE 3/ PHYSIOPATHOLOGIE 4/ CLASSIFICATION 5/ CLINIQUE: TDD 6/ DIAGNOSTIC POSITIF 7/ FORMES CLINIQUES 8/ DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL."— Transcription de la présentation:

1

2 PLAN 1/ INTRODUCTION 2/ EPIDEMIOLOGIE 3/ PHYSIOPATHOLOGIE 4/ CLASSIFICATION 5/ CLINIQUE: TDD 6/ DIAGNOSTIC POSITIF 7/ FORMES CLINIQUES 8/ DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL 9/ PRONSTIC 10/ TRAITEMENT 11/ CONCLUSION.

3 INTRODUCTION auto-immune Systémique du tissu conjonctif, des artérioles et des microvaisseaux, caractérisée par une fibrose et une oblitération vasculaire pouvant toucher: peau, TD, poumon et rein Le diagnostic est surtout clinique. ex complémentaires = complications viscérales (Pc vital) pas traitement vraiment efficace.

4 EPIDEMIOLOGIE rare touchant toutes les populations Disparité importante entre les régions et pays prévalence variable 2 à 25 pour hab. sex-ratio de 2,7-6 /. début entre 30 et 39 ans entre 40 et 50 ans.

5 EPIDEMIOLOGIE Facteurs denvironnement : Sclérodermie induite: -Aniline (Sd de lhuile toxique espagnole) -Chlorure de vinyle (nettoyage des autoclaves) -Solvants:perchlorethylène et trichloréthylène -Résine époxyde (polymérisation de matières plastiques) -Silice, silicone: Sd dErasmus: silicose pulm+sclérodermie -Prothèses mammaires: actuellement, les prothèses à base de sérum physiologique ont remplacé les implants en silicone -médicaments: bléomycine; sympathomimétiques;

6 PHYSIOPATHOLOGIE Complexe Maladie du collagène: lésion anapath fondamentale= qtt collagène, de protéoglycanes, fibronectine, laminine Ceci est dû à: hyperactivité fibroblastique Cytokines interviennent dans modifications des fonctions fibroblastes: TGFβ, connective tissue growth factor (CTGF)… PDGF Existe aussi: TIMP-1 diminution du catabolisme de la matrice

7 PHYSIOPATHOLOGIE Maladie vasculaire Altération de la microcirculation: Prolifération des cellules endothéliales; épaississement de lintima correspondant à fibrose IIaire à dépôts de collagène Augmentation de perméabilité capillaire œdème, infiltrat inflammatoire périvasculaire contenant: cellules mononuclées, cytokines et médiateurs proinflammatoires

8 PHYSIOPATHOLOGIE Maladie immunologique - Anomalies cellulaires: Autour des lésions vasculaires infiltrat inflamm composé de lymphocytes Tet B, plasmocytes, monocytes, macrophages Stimulation polyclonale des lymphocytes B production dIg=autoAC -

9 PHYSIOPATHOLOGIE 2 lésions élémentaires : * La microcirculation sclérodermique : Dystrophie capillaires ou des artères de plus gros calibre. * La stimulation de fibroblastes : Sécrétion anarchique collagène responsable de fibrose cutanée et viscérale (pulmonaire et digestive+++).

10 CLASSIFICATION DES DIFFERENTS TYPES DE SCLERODERMIES Sclé cutanée puresclérodermie systémique 1 En plaque1 SclérodactylieSclérodactylie 2 En goutte2 Acrosclérose = atteinte initiale distale des membres et visage 3 En bande3 Sclérodermie diffuse : atteinte cutanée diffuse centripète risque d'atteinte viscérale 4 Forme de transition avec la forme systémique : extensive des membres (monomélique) systémique 4 Syndrome de CREST

11 CLINIQUE : CIRCONSTANCES DE DECOUVERTE phénomène de Raynaud ( phénomène vasomoteur paroxystique des extrémités déclenché par froid et évoluant schématiquement en 2 phases: syncopale puis asphyxique ) Sclérodactylie: sclérose cutanée des doigts où la peau est dure, sèche, tendue et fine avec possible diminution mobilité. polyarthralgies sont aussi un motif fréquent de consultation. la sensation de gonflement dun membre qui peut amener au diagnostic.

12 CLINIQUE : Phénomène de Raynaud: 95 % de des cas. Peut être absent formes à début proximal. Peut précéder autres signes +rs mois voire +rs années Peut disparaître avec le temps:sclérodermies vieillies. Peut toucher les pieds, parfois les oreilles, le nez, la langue. Risque de survenue dischémie pulpaire avec ulcère voire gangrène digitale.

13 CLINIQUE Manifestations cutanées Att des mains et doigts : évocatrice Sclérodactylie doigts gonflés, oedématiés, saucionnés effilés, mobilité, peau devient dure, fine, tendue, atrophique, fragile avec disparition plis cutanés. sudation, disparition poils et ongles Ulcérations cutanées : risque damputation

14 CLINIQUE

15 CLINIQUE : Visage sclérodermique: Peau lisse, cireuse, brillante Disparition plis mimique Nez effilé, lèvres pincées, ouverture de la bouche La sclérose cutanée : cou, tronc Télangiectasies: Dilatation capillaires taches rouges pt taille, en étoile / mottes, mains et visage+++

16 CLINIQUE : Ulcères de jambe Troubles pigmentation (taches hypo ou hyper chromiques) Calcinose s/s cutanée : calcifications s/s cutanées touchant volontiers extrémités digitales, pfs coudes, genoux

17 CLINIQUE : Manifestations digestives lœsophage: Fréquente et précoce (90%) Clinique : dysphagie RGO : sphincter inf ou altération péristaltisme oesophagien (stt 2/3 inférieurs) atonie Risque : oesophagite peptique ulcération, sténose et dégénérescence.

18 CLINIQUE : lestomac ( 50%) motilité gastrique est altérée. colon et lintestin grêle (50 à 70%) pseudo-obstructions intestinales chroniques. Malabsorption intestinale. Anorectal : constipation / incontinence anale.

19 CLINIQUE : Atteinte pulmonaire Précoce. Dyspnée deffort, toux sèche, douleur thoracique Fibrose pulmonaire interstitielle diffuse HTAP : peut se développer même en labsence de fibrose stt CREST Sd Pc ++++

20 CLINIQUE : atteinte rénale études autopsiques: 80%. protéinurie faible, modérée Créatinine et / ou HTA. crise aigue rénale sclérodermique 10 à 15%. IR + HTA modérée à sévère + proteinurie faible. FDR = cutanée diffuse (progression rapide), exposition froid, sujets noirs,corticoïdes >20 mg/j, cyclosporine, tabac, diurétiques, bêtabloqueurs.

21 CLINIQUE : Manifestations ostéo-articulaires Arthralgies : Fréqte > 2/3 cas, inaugurales Asymétriques, grosses et ptes artic. Arthrites : + rare, asymétriques, non destructrices Polyarthrite érosive bilatérale et symétrique PR ?.

22 CLINIQUE : Ténosynovite des fléchisseurs crée parfois un sd du canal carpien. calcinose sous-cutanée mains, coudes, ceintures. Parfois asymptomatiques = radiographies.

23 CLINIQUE : Atteinte musculaire: Myalgies, crampes musculaires, déficit musculaire modérée des ceintures (formes diffuses++) Pfs Polymyosite ou dermatopolymyosite : chevauchement sclérodermatomyosite

24 CLINIQUE : Atteinte cardiaque Péricardite aiguë ou chronique. Myocardiopathie : grave fibrose disséminée myocarde insuffisance cardiaque, tble rythme et conduction, TTT difficile mauvais PC Recherche systématique dés Dc +++

25 CLINIQUE : Autres manifestations: Att. neurologique: rare Névralgie du trijumeau sd canal carpien Atteintes SNC : exceptionnelles Sd sec : fibrose sans infiltrat lymphocytaire. Hypothyroïdie : svt asymptomatique Impuissance sexuelle Risque de Kc : pulmonaire, sein, lymphome

26 CRITERES DIAGNOSTIQUES ACR

27 CRITERES DIAGNOSTIQUES Classification Leroy et coll. ScS limitée: Phénomène de Raynaud documenté objectivement (ex clinique, test au froid..) + anomalie capillaroscopique ou AC spécifiques de ScS, taux>1/100 ScS cutanée limitée Sx précedents + infiltration cutanée distale en aval des coudes et des genoux

28 EXAMENS COMPLEMENTAIES Sd inflammatoire. immunologique AAN : 50 à 80% : Ac anti-nucléaires. Ac anti-Scl 70 (anti-topoisomérase 1), marqueurs forme systémique sévère + att pulm Ac anti-centromère: marqueurs CREST sd. FR : 30%.

29 EXAMENS COMPLEMENTAIES Radio des mains Pincements Érosions (aspect isolé et discret) Résorption houppes phalangiennes Calcifications.

30 EXAMENS COMPLEMENTAIES

31

32

33 Capillaroscopie péri unguéale Formes débutantes microangiopathie : mégacapillaires +++ caractéristiques, non pathognomoniques

34 EXAMENS COMPLEMENTAIES Explorations digestives Manométrie oesophagienne : atonie de 1/3 inf de œsophage pression sphincter inf de lœsophage (90%) FOGD: épigastralgies, anémie ferriprive ou dysphagie RGO compliqué.

35 EXAMENS COMPLEMENTAIES Explorations pulmonaires EFR : Sd restrictif / pneumopathie interstitielle TDM thoracique : dépistage précoce avant Sx cliniques (att interstitielle, fibrose)

36 EXAMENS COMPLEMENTAIES Explorations cardiaques ECG, écho cœur atteinte cardiaque, HTAP Bilan rénal fonction rénale, protéinurie de 24h, écho doppler des artères rénales

37 FORMES CLINIQUES systémique localisée: CREST sd. pc + favorable, Ac anti-centromère. Formes associées : Connectivites mixtes : Sx de sclérodermie, lupus, polymyosite Associations pathologiques : SGS, PR, thyroïdite dHaschimoto, Cirrhose BP.

38 FORMES CLINIQUES Formes cutanée pure: en plaque,en goutte,en bande,bulleuse ou formes monoméliques. Sclérodermie de la femme enceinte mortalité identique crise rénale aigue prématurité. RGO +++ atteinte respiratoire sévére, FE<30%, HTAP contre indiquent la grossesse Sclérodermie de lenfant: rare; formes localisées fréquentes

39 FORMES CLINIQUES

40 DIAGNOSTIC DIFFERENTIENL syndrome de Shulman: fasciite infiltrant derme et aponévroses+rétraction tendineuse et d'éosinophilie, parfois aplasie médullaire. sclérodermies des diabétiques infiltrations cou et membres, svt oedémateuses. L'évolution est chronique et bénigne. Mucinose papillaire: maladie rare, dépôts de mucoplysaccharides dans derme superficiel et moyen états sclérodermique liés aux expositions toxiques.

41 DIAGNOSTIC DIFFERENTIENL Atrophies cutanées congénitales: Sd de Werner: familiale récessive: atrophie sclérodermiforme+cataracte bilat+artériopathie+hypogénitalisme+canitie+ostéoporose+dia bète+ulcérations jambes Progeria de lenfant, acrogeria, Sd de Cockayne, Sd de Rothmund et Thomson: surviennent les 1ers mois ou années de vie Porphyrie cutannée tardive: la présence de porphyrines ds les urines permet le Dc Phénylcétonurie

42 DIAGNOSTIC DIFFERENTIENL Manifestations tertiaires de la maladie de lyme Manifestations tertiaires de la maladie de lyme Maladie de Pick Herxheimer: des mois ou années après linfestation par Borrélia burgdorferi: état sclérodermiforme dun membre+atrophie cutanée et induration des plans profonds( Dc différentiel avec forme monomélique)

43 PRONSTIC + grave connectivites. surmortalité exprimée en comparaison avec individus de même origine géo, âge et sexe, est estimée entre 1,5 et 7,2 dans un travail international Actuellement nette cohortes récentes: survies de 80 à 90 % à 10 ans dans les formes cutanées limitées et de 62 à 76 % dans les formes cutanées

44 PRONSTIC principalement de lextension de latteinte cutanée conditionne la gravité des manifestations viscérales cardiovasculaires pulmonaires et rénales. VS et le taux Hb : mortalité est X par 2,5 à 3,0 en cas de VS>15 ou 25 ou Hb < 12,5 ou 11.

45 PRONSTIC Type dauto anticorps antinucléaires anti centromère HTAP tardive anti Scl 70 fibrose pulmonaire anti-ARN polymérase crise rénale.

46 TRAITEMENT difficultés thérapeutiques Connectivite rare difficile de réunir des séries importantes. Aspects cliniques différents les groupes inclus ne sont pas homogènes. Critères de jugement de lefficacité des ttt de fond sont basés sur des marqueurs indirects : état cutané et lévolution dune atteinte viscérale. peu de produits sont avérés efficaces

47 TRAITEMENT mesures générales Arrêt du tabac. Protection de la peau contre froid:port de gants de soie, vêtements chauds. Éviter travaux à risque de blessure ou de coupure des extrémités. Bonne hygiène cutanée ou unguéale Désinfection et soins locaux en cas de plaie Protection des doigts : Biafine

48 TRAITEMENT Traitements symptomatiques Phénomène de Raynaud Application des gels nitrés sur les doigts (Nitroderme) Inhibiteurs calcique : nifédipine (Adalate®) 10 à 20 mg/j réduire fréquence et sévérité épisodes ischémiques digitaux. Antagoniste spécifique des récepteurs de type I de langiotensine : Losartan (Cozaar*) 1cp de 50 mg/j Légère supériorité du Losartan vs nifédipine sur sévérité des crises.

49 TRAITEMENT analogue prostacycline: iloprost (Ilomedine®) VO, 50 μg ou 100 μg. durée et sévérité des crises mais pas sur fréquence. Phénomène de Raynaud avec ischémie digitale iloprost : parentérale en discontinu 6 à 10 H/j pendant 5 à 10j : fréquence, accélère cicatrisation sympathectomie thoracique supérieure: effet transitoire Si ulcères évolutifs: détersion mécanique, parfois chirurgicale. Antibiotiques en topique Parfois une greffe cutanée est envisageable Amputations limitées dune phalange.

50 TRAITEMENT atteinte articulaire et musculaire: Antalgiques (palier de lOMS) AINS classiques / coxibs (digestif, cardiaque). Corticothérapie <10mg/j. Infiltration en cas de bursite. Colchicine décevant en pratique, sauf en cas de poussée inflammatoire sur une plaque calcifiée. Massage et rééducation. Chirurgie: arthroplastie ou arthrodèse en cas de déformations.

51 TRAITEMENT Manifestations digestives Mesures préventives et posturales. IPP + prokinétiques, ont nettement amélioré pc alimentation parentérale. Incontinence :Antidiarrhéiques,Stimulation nf sacré,rééducation périnéale (décevante). chirurgie :plastie anti-reflux,sphincter anal artificiel

52 TRAITEMENT Atteinte cardiaque (collaboration avec cardiologue) digitaliques, diurétiques:insuffisance cardiaque IEC :IVG amiodarone en cas troubles rythme > Bêtabloquants. lefficacité vasodilatateurs pour améliorer, au moins en partie, les anomalies perfusion et de fonction myocardique.

53 TRAITEMENT Atteinte pulmonaire 1/ Fibrose pulmonaire cyclophosphamide oral / bolus :controversé et niveau de preuve relativement faible # toxicité significative. azathioprine et mycophénolate sont en cours dévaluation.

54 TRAITEMENT 2/ HTAP. Éviter tout effort Éviter les bains chauds, le séjour en altitude (sup à 800m). CI à la grossesse. Oxygénothérapie en cas dhypoxie. Inhibiteurs calciques: formes débutantes et modérées et risque HTAP par leur utilisation au long cours

55 TRAITEMENT prostacycline ( époprosténol )+++ améliorent symptômes, tolérance à leffort,résistances vasculaires,lhémodynamique et la survie des formes idopathiques dHTAP : perfusion 2ng/kg/min pdt 6 h. inhibiteurs des récepteurs de lendothéline: Tracleer (Bosentan) +++ Puissants vasodilatateurs + propriétés antimitotiques et antifibrosantes pouvant limiter remodelage vasculaire.

56 TRAITEMENT bosentan : HTAP avec dyspnée stade III iloprost en aérosol :alternative (si intolérance) sildénafil béraprost, résultats intéressants mais insuffisants sitaxsentan: ( antagonistes des récepteurs de l'endothéline 1) : efficacité mais données à long terme encore insuffisantes+toxicité hépatique transplantation mono pulmonaire( réfractaires) survie comparable:fibroses ou HTAP idiopathiques à 2 ans

57 TRAITEMENT Crise rénale aigue IEC: captopril :Lopril® ont permis daméliorer survie à1 an 76 % contre 18 % auparavant, à 5 ans 60 % D-pénicillamine ou méthotrexate semble protéger, mais avec faible niveau de preuve. Dialyse en cas dinsuffisance rénale terminale.

58 TRAITEMENT Traitements de fond D-pénicillamine (Trolovol 300mg) améliore latteinte cutanée diffuse Protége contre crise rénale (controversé) mg /jour pas avantage doses sup à 125 mg/j. EII frqts :stomatite, toxidermie, Protéinurie (si>1g : arrêt),Cytopénie,Induction pathologie autoimmune (lupus). Surveillance : NFS+ plq, protéinurie

59 TRAITEMENT Immunosuppresseurs : 1/ corticoides * Sclérodermies aiguës oedémateuses * att articulaire : 5 à 7,5mg/j

60 TRAITEMENT 2/ Le méthotrexate Polyarthrite + Probable effet sur latteinte cutané données expérimentales ont montré leffet sur les cultures de fibroblastes dermiques de patients atteints de ScS. Le méthotrexate aurait un effet cutané favorable uniquement en intention de traiter.

61 TRAITEMENT 3/ Le cyclophosphamide ENDOXAN constitue pour linstant la base du traitement pneumopathies interstitielles évolutives. 15 mg/ kg EII+++ : toxicité hématologique, réactions allergiques, alopécie, cystite hémorragique, infections.

62 TRAITEMENT 4/ La relaxine hormone physiologique de la grossesse possède des propriétés antifibrosantes. Une forme recombinante a été contrôlée, pendant 24 semaines, résultats pourraient suggérer une efficacité partielle mais, ils nont pas été confirmés par dans dautres études

63 TRAITEMENT Autres immunosuppresseurs le chlorambucil et le sérum antilymphocytaire inefficaces dans des études contrôlées la ciclosporine semble source de nombreux effets secondaires srt rénaux graves.

64 Sclérodermie systémique : vers des traitements ciblés ? anti-TGF bêta-1 forme cutanée La tolérance a été satisfaisante mais aucun des paramètres cliniques ou biologiques na été significativement affecté par le traitement. Des études à plus large échelle sont attendues.

65 Sclérodermie systémique : vers des traitements ciblés ? basiliximab anticorps monoclonal chimérique dirigé contre la chaîne alpha (CD25) du récepteur de lIL2. 1cas :20 mg 2 injections à 1 sem dintervalle, puis perfusion à J28 et 1 fois /mois sur une durée totale de 6 mois une amélioration spectaculaire était observée sur la peau et les ulcérations digitales

66 Recommandations de l'EULAR/EUSTAR pour la prise en charge des patients atteints de sclérodermie systémique A partir des essais randomisés réalisés dans la sclérodermie systémique (ScS) et publiés dans littérature internationale, le groupe EUSTAR de l'EULAR propose des recommandations thérapeutiques dans la ScS : 1) Phénomène de Raynaud et ulcères digitaux - Une méta-analyse sur les inhibiteurs calciques de type dihydropyrimidine et une méta-analyse sur les prostanoïdes a montré que la nifédipine et l'iloprost IV réduisaient la fréquence et la sévérité du phénomène de Raynaud dans la ScS. Les inhibiteurs calciques de type dihydropyrimidine dont le chef de file est la nifédipine doivent être proposés en 1ère ligne pour le phénomène de Raynaud et l'iloprost IV ou d'autres prostanoïdes disponibles par voie IV doivent être proposés en cas de phénomène de Raynaud sévère associé à la ScS.

67 Recommandations de l'EULAR/EUSTAR pour la prise en charge des patients atteints de sclérodermie systémique - Deux études randomisées ont montré que les prostanoïdes IV (particulièrement l'iloprost IV) favorisent la cicatrisation des ulcères digitaux des patients atteints de ScS. Les prostanoïdes IV (en particulier l'iloprost) doivent être considérés comme le traitement des ulcères digitaux actifs de la ScS. - le bosentan n'a pas montré l'efficacité dans la cicatrisation des ulcères digitaux actifs de la ScS. Le bosentan a démontré son efficacité dans deux études randomisées de grande qualité dans la prévention de la survenue des ulcères digitaux dans les formes diffuses de ScS, en particulier chez ceux ayant des ulcères digitaux multiples. Le bosentan peut être proposé chez les patients atteints de ScS diffuses avec ulcères digitaux après échec des inhibiteurs calciques et des prostanoïdes.

68 Recommandations de l'EULAR/EUSTAR pour la prise en charge des patients atteints de sclérodermie systémique 2) HTAP associée à la sclérodermie - Deux études randomisées de grande qualité ont démontré que le bosentan améliore la capacité à l'exercice, la classe dyspnée et certains paramètres hémodynamiques des patients atteints d'HTAP. Le bosentan peut être vivement recommandé pour traiter l'HTAP associée à la ScS. - Deux études randomisées de grande qualité ont montré que le sitaxentan améliorait la capacité à l'exercice, la classe de dyspnée et certains paramètres hémodynamiques chez les patients atteints d'HTAP. Le sitaxentan peut aussi être proposé pour traiter l'HTAP de la ScS. - Une étude randomisée de grande qualité a montré que le sildénafil améliorait la capacité à l'exercice, la classe de dyspnée et certains paramètres hémodynamiques chez les patients atteints d'HTAP. Le sildénafil peut être proposé pour traiter l'HTAP associée à la ScS. - Une étude randomisée de grande qualité a démontré que l'époprosténol IV améliorait la capacité à l'exercice, la classe de dyspnée et les paramètres hémodynamiques des patients ayant une HTAP associée à la ScS. L'époprosténol IV doit être proposé pour traiter les patients atteints d'HTAP sévère associée à la ScS.

69 Recommandations de l'EULAR/EUSTAR pour la prise en charge des patients atteints de sclérodermie systémique 3) Atteinte cutanée - Deux études randomisées ont démontré que le méthotrexate améliorait les scores cutanés des patients ayant une ScS diffuse d'évolution récente. Son effet bénéfique n'a pas été démontré sur les autres localisations de la maladie. Le méthotrexate peut être proposé dans le traitement des atteintes cutanées des ScS diffuses récentes.

70 Recommandations de l'EULAR/EUSTAR pour la prise en charge des patients atteints de sclérodermie systémique 4) Pneumopathie interstitielle diffuse - Au vue de deux études randomisées de grande qualité, et malgré sa toxicité reconnue, le cyclophosphamide peut être proposé pour traiter la pneumopathie interstitielle diffuse associée à la ScS. 5) Crise rénale sclérodermique - Malgré le manque d'études randomisées, les experts pensent que les IEC doivent être utilisés dans le traitement de la crise rénale sclérodermique. - Quatre études rétrospectives suggèrent que les corticoïdes augmentent la survenue de crise rénale sclérodermique. Les patients sclérodermiques sous corticoïdes doivent être suivis de manière très rapprochée avec contrôle régulier de la pression artérielle et de la fonction rénale.

71 Recommandations de l'EULAR/EUSTAR pour la prise en charge des patients atteints de sclérodermie systémique 6) Atteinte digestive - Malgré le manque d'études randomisées, les experts pensent que les IPP doivent être utilisés pour prévenir le reflux gastro-oesophagien associé à la ScS, pour diminuer le risque d'oesophagite et d'ulcérations oesophagiennes. - Malgré le manque d'études randomisées, les experts pensent que les médicaments prokinétiques doivent être utilisés chez les patients ayant des symptômes de dysmotilité digestive (dysphagie, satiété précoce, ballonnement, pseudo-obstruction…). - Malgré le manque d'études randomisées, les experts pensent qu'en cas de malabsorption lié à une prolifération bactérienne, des cures d'antibiotiques peuvent être utilies

72 CONCLUSION. Affection auto-immune rare Diversité des formes cliniques DC est surtout clinique le pronostic vital peut-être mis en jeu. Problèmes thérapeutiques Meilleur connaissance physiopathologie nouveaux médicaments.


Télécharger ppt "PLAN 1/ INTRODUCTION 2/ EPIDEMIOLOGIE 3/ PHYSIOPATHOLOGIE 4/ CLASSIFICATION 5/ CLINIQUE: TDD 6/ DIAGNOSTIC POSITIF 7/ FORMES CLINIQUES 8/ DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL."

Présentations similaires


Annonces Google