La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Enquête Nationale sur le Handicap 2004 Recommandations Secrétariat dEtat chargé de la Famille, de lEnfance et des Personnes Handicapées Avec le soutien.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Enquête Nationale sur le Handicap 2004 Recommandations Secrétariat dEtat chargé de la Famille, de lEnfance et des Personnes Handicapées Avec le soutien."— Transcription de la présentation:

1 Enquête Nationale sur le Handicap 2004 Recommandations Secrétariat dEtat chargé de la Famille, de lEnfance et des Personnes Handicapées Avec le soutien de lUnion Européenne Royaume du Maroc Pour lélaboration de politiques, stratégies et programmes daction dans le domaine du handicap

2 Les recommandations qui suivent sont une synthèse : De lanalyse des causes des déficiences à lorigine des situations de handicap. Des constats effectués sur les barrières médicales, sociales, économiques, culturelles, environnementales, etc. qui freinent lintégration des personnes en situation de handicap. Des principaux problèmes déclarés et besoins exprimés par les personnes en situation de handicap. Des propositions des acteurs rencontrés pour améliorer limpact et la qualité des actions de prévention et dappui à lintégration de ces personnes.

3 Principes fondamentaux Respect des droits comme fondement du développement personnel. Priorité aux approches intégratives. Liberté de choix pour les personnes en situation de handicap. Le sens de la démarche compte autant que les résultats atteints à court et moyen termes. Renforcement massif des financements. Formation des personnels de prise en charge et dappui : première priorité dans le domaine de la prise en charge. Mise en place de cadres et de normes. Prise en compte des facteurs personnels et environnementaux lors de lélaboration des mesures dappui. Coordination, consolidation et mise en synergie de toutes les initiatives

4 Prévention des troubles de santé à lorigine des situations de handicap Cinq priorités

5 1.Pathologies périnatales et néonatales, congénitales ou acquises durant les cinq premières années de vie. Identification des familles à risque : conseil génétique et diagnostic anténatal. Systématisation chez les femmes enceintes des tests de dépistage précoce des anomalies congénitales anténatales. Vaccination / revaccination contre la rubéole des adolescentes. Recherche des risques toxiques, infectieux, carentiels, nutritionnels. Maisons daccouchements, à proximité des populations, dotées dobstétriciens et de sages-femmes correctement formés et déquipements adéquats. Augmentation des effectifs de pédiatres spécialisés en néonatalogie. Information / Education / Communication (IEC) auprès des couples, des femmes sur limportance de lencadrement médical de la grossesse et de laccouchement.

6 2.Pathologies de la petite enfance. Tuberculose, maladies carencielles, diarrhées, traumatismes. Amélioration de la couverture vaccinale de la petite enfance. IEC auprès des parents pour ne pas tarder pas à utiliser les services de santé en cas de problème de santé chez leurs enfants. IEC auprès des parents pour les amener à utiliser les techniques de réhydratation orale en cas de déshydratation de leurs enfants. IEC auprès des mères sur lamélioration de lhygiène de vie et de la nutrition de leurs enfants. Formation de la population marocaine aux premiers secours et aux mesures de prévention des accidents, domestiques en particulier.

7 3.Maladies infectieuses et parasitaires. RAA, trachome, tuberculose et infections de la sphère ORL. Amélioration de la couverture vaccinale (vaccination et revaccination des maladies cibles du programme national de vaccination). Identification des communautés à risques et des mesures sociales et sanitaires appropriées pour la tuberculose, les hépatites B et C et les MST essentiellement. Accès aux traitements des streptococcies (RAA en particulier), staphylococcies, méningococcies, des infections virales (SIDA) et bactériennes, de la tuberculose, etc. IEC auprès des populations à lhygiène de vie et alimentaire (trachome, diarrhées et déshydratation), à la prévention des MST (syphilis, Sida). IEC auprès des populations pour une utilisation rapide des services de santé, même en cas dinfections bénignes (otites) et / ou courantes (diarrhées).

8 4.Traumatismes et accidents. IEC auprès des populations sur les risques mortels et morbides liés aux accidents, de la route et domestiques en premier lieu. Répression accrue des infractions au code de la route, aménagement du réseau routier, renforcement de la formation à la conduite automobile. Renforcement de la législation du travail et surtout de son application dans le domaine des accidents du travail. Amélioration des moyens de gestion des blessés (évacuation, rapidité de prise en charge en urgence et/ou conditionnement sur site). Formation des citoyens marocains au secourisme. Renforcement de la médecine du travail et de la prévention des maladies professionnelles.

9 5.Maladies cardiovasculaires et métaboliques. Hypertension, très souvent associée au diabète et au surpoids. Prévention du RAA : diagnostic précoce et traitement des angines et infections buccodentaires à streptocoques, accès des patients à la pénicilline. Prévention, chez les adultes jeunes, voire chez les enfants, des pathologies aggravées par le mode de vie, le tabagisme et la sédentarité : HTA, diabète, obésité, etc. : IEC auprès des populations sur les facteurs de risques : sédentarité, régimes riches en graisse et en sucre, tabagisme, alcoolisme, antécédents familiaux, etc. Amélioration des dépistages précoces de ces maladies. Amélioration de lacces des patients aux examens de surveillance et aux traitements chroniques. Education des patients à lauto prise en charge de ces maladies. Formation des personnels médicaux / paramédicaux à ces démarches avec les patients.

10 Accès aux soins et aux médicaments 1.Renforcement des mécanismes dexonération. Intégration des PSH dans le RAMED pour les personnes non affiliées à lAMO. Facilitation des démarches dobtention de certificats dindigence / carte dinvalidité. Exonération partielle ou totale des coûts des soins médicaux / paramédicaux, des médicaments et des aides techniques pour les personnes à faibles revenus. Renforcement des mécanismes de financement des soins des PSH. Mise en place dune nomenclature des actes de rééducation / réadaptation pour permettre leur remboursement par lassurance maladie. 2.Renforcement des formations des personnels. 3.Amélioration de laccessibilité générale (architecturale, organisationnelle, sociale, etc.) des services de santé aux besoins spécifiques des PSH. 4.Education à la santé et renforcement de laccompagnement des familles pour favoriser / faciliter leur accès aux soins.

11 Accès à la rééducation 1.Des systèmes homologués de formations médicales et paramédicales, répondant à lensemble des besoins : 2.Des centres de référence au niveau provincial pour : Assurer le lien et la coordination avec lenvironnement des PSH (familles, associations, autres services publics), pour laccompagnement de ces personnes et de leurs familles dans la prise en charge du handicap. Garantir lexactitude des diagnostics initiaux pour une meilleure référence. Assurer une prise en charge multidisciplinaire des patients. Assurer la prise en charge des cas les plus compliqués. Médecins spécialistes en médecine physique et réadaptation. Kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychomotriciens. Orthophonistes, orthoptistes. Orthoprothésistes, podo-orthésistes. Psychologues cliniciens, éducateurs spécialisés, infirmiers spécialisés. Spécialistes handisports.

12 Accès aux aides techniques 1.Appareillages orthopédiques : Coordination, harmonisation et encadrement des multiples initiatives. Elaboration dune nomenclature nationale des appareillages orthopédiques et des actes de rééducation. Mise en place de normes à respecter par tout centre orthopédique et de systèmes de contrôle et cadrage. Extension et harmonisation de la couverture géographiques des centres orthopédiques. Développement de la formation initiale et continue des techniciens. Renforcement de laccompagnement des patients pour faciliter laccès à lappareillage. Renforcement des systèmes de financement des centres orthopédiques. Développement de la production locale de composants. 2.Autres types daides techniques : Renforcement de laccès aux diagnostics et appui financier pour lacquisition.

13 Accès aux aides humaines 1.Développer, via les programmes RBC et le réseau des associations, la formation des aidants familiaux (parents, enfants, conjoints, frères et sœurs, etc.), pour : Favoriser lautonomie, lintégration sociale, professionnelle si possible, la participation sociale des personnes en situation de handicap. Suivre lévolution des troubles de santé à lorigine des situations de handicap, anticiper et la prévenir les complications. Favoriser au domicile et par lutilisation des services extérieurs les démarches de rééducation / réadaptation. Accompagner les personnes en situation de handicap au quotidien. Mieux utiliser les services de lenvironnement (dEtat, associatifs, privés, etc.). Développer laménagement des espaces, ladaptation de lorganisation familiale en fonction des besoins des personnes en situation de handicap. 2.Avec ces deux réseaux, développer également la formation dauxiliaires de vie sociale.

14 Aides sociales 1.Allocations, calculées en fonction des revenus et des besoins des personnes, pour les aider à : Acccéder aux soins, aux produits de première nécessité, au logement digne, à léducation, la formation supérieure / professionnelle, aux loisirs, à la culture, etc. Acquérir des aides techniques. Rémunérer des aides humaines, des centres daccueils. Aménager les espaces familiaux. 2.Gratuité, réduction des coûts des soins généraux / spécialisés, des aides techniques. 3.Droits spécifiques : transport gratuit, accès facilité à certaines professions, réduction des tarifs, etc. 4.Facilités pour lobtention dautorisations administratives de fonctionnement, de licences dexploitation, etc.

15 Accès à léducation 1.Renforcement de la santé scolaire par une amélioration des capacités : De dépistage précoce, des troubles de santé et des maladies à lorigine des situations de handicap et des retards de développement, des troubles du comportement, des perturbations fortes de scolarité, nécessitant une prise en charge spécifique. De suivi et traitement des complications des troubles de santé de façon générale. Dévaluation précise des capacités et limitations, des besoins en rééducation, en adaptations des pédagogies et des modes dorganisation de la scolarité 2.Renforcement des mécanismes dorientation des enfants par lappui en formation et technique aux commissions en charge de ce travail pour : Solliciter les services compétents de la Santé pour établir des diagnostics précis et complets, des troubles de santé des enfants, de leurs besoins en rééducation, réadaptation, mesures éducatives spéciales, accompagnement, traitement. Construire avec les familles des projets éducatifs définissant clairement les objectifs à atteindre et les actions à mettre en œuvre pour les réaliser. Proposer aux familles des choix dorientation vers des structures ordinaires ou spécialisées pour la mise en œuvre de ces projets personnalisés, avec des évaluations conjointes régulières, pour déventuelles réorientations.

16 Accès à léducation 3.Renforcement de laccessibilité des écoles ordinaires : IEC auprès des familles pour favoriser la scolarisation des enfants et informer sur les capacités des écoles ordinaires à lassurer ou à trouver des voies alternatives. Développement des effectifs dauxiliaires de vie scolaire. Cahier des charges précis de cette accessibilité globale, à respecter progressivement pour les écoles déjà existantes et dès leur ouverture pour les nouvelles. Renforcement global des accessibilités architecturales, organisationnelles, pédagogiques, sociales, des modes de communication, etc. au sein des écoles. IEC au sein des écoles (responsables, enseignants, élèves, parents) sur lintégration des enfants handicapés, pour réduire les attitudes négativesà légard de ces enfants. Institutionnalisation des projets éducatifs personnalisés, avec mesures daccompagnement médical, paramédical, social, éducatif pour garantir le bon déroulement de la scolarité. Renforcement des liens des écoles avec les familles, les services de santé, les associations, pour accompagner la scolarité des enfants. Former les professeurs et personnels encadrants à ces démarches.

17 Accès à léducation 4.Renforcement des systèmes de formation des enseignants : Systèmes homologués et décentralisés Information Sensibilisation pour les personnels encadrants Formation Initiale de base pour tous les enseignants Formation en Spécialité pour les enseignants des classes intégrées Problématique du handicap. Pratiques rééducatives. Besoins éducatifs spécifiques / Pédagogies différenciées / Projets individualisés. Utilisation du matériel éducatif spécialisé / Adaptation du matériel classique. Connaissance des aides techniques existantes. Travail en équipe pluridisciplinaire. Socio psychologie de léducation des enfants en situation de handicap. Autonomisation et la socialisation. Accompagnement des parents.

18 Accès à léducation 6.Renforcement de lorganisation des classes intégrées : Meilleure homogénéité des effectifs denfants, en termes de classes dâges et de types de handicap. Allègement des effectifs, variables, selon le type et la gravité du handicap des enfants. Amélioration des équipements. Renforcement des liens entre classes spécialisées et classes ordinaires : enseignements partagés, moments récréatifs communs. 5.Multiplication et extension de la couverture géographique des classes intégrées 7.Extension des enseignements des classes intégrées jusquà la fin du secondaire

19 Accès à léducation 8.Multiplication des structures de scolarisation spécialisées Soutien financier et technique pour le développement de nouvelles structures et le renforcement de celles existantes. Contrôle technique et administratif, accréditation de ces structures, pour renforcer leurs standards de qualité et mieux les insérer dans des dispositifs dappui de lEtat. Développement des mécanismes de formation continue des personnels. Augmentation des mises à disposition de personnels des administrations. Renforcement et multiplication des écoles de formations déducateurs. Soutien institutionnel à ces structures pour en renforcer la viabilité : formation en administration, finances, financement des coûts de fonctionnement, etc. 9.Renforcement des mécanismes daccompagnement et de soutien aux familles IEC auprès des parents pour quils entreprennent les démarches de scolarisation de leurs enfants en situation de handicap. Réduire les barrières matérielles, financières qui freinent cette scolarisation. Impliquer les parents dans le suivi et le soutien à la scolarité de leurs enfants.

20 Accès à lemploi 1.Renforcement de laccessibilité aux systèmes ordinaires de formation supérieure et professionnelle Développement de laccessibilité générale des universités et centres de formation. Mesures daccompagnement pour permettre aux étudiants en situation de handicap et à besoins spécifiques de suivre correctement leurs études. IEC sur le handicap au sein des universités et des centres de formation. Cahier des charges précis de cette accessibilité globale, à respecter progressivement pour les écoles déjà existantes et dès leur ouverture pour les nouvelles. Former les personnels enseignants et encadrants, des services daccueils et sociaux à ces démarches et au travail de formation avec des personnes en situation de handicap. 2.Diversification des filières de formation professionnelle ouvertes aux PSH Développer ladaptation des formations et des postes de travail et les mécanismes de réadaptation professionnelle pour élargir le champ des métiers accessibles aux PSH. Mettre en place de nouvelles filières de formation pour répondre à des créneaux identifiés comme viables. Renverser la logique qui demande aux PSH de sadapter au marché du travail et construire avec ces personnes des projets professionnels, basés sur leurs souhaits dorientation professionnelle, de choix de métiers.

21 3.Appui institutionnel aux associations travaillant en faveur de lintégration professionnelle Soutien financier et technique aux centres associatifs spécialisés de formation professionnelle et pour le développement de nouvelles structures, pour des jeunes ne pouvant pas être intégrés dans des centres de formation ordinaires. Encadrement administratif et technique de ces centres, pour renforcer la qualité de leur fonctionnement et les intégrer dans des dispositifs dappui de lEtat : mise à disposition de personnels, accès à des formations, à des financements, etc. Accès à lemploi Renforcer linclusion des personnels de ces structures associatives dans les systèmes de formation initiale et continue en formation professionnelle disponibles dans le pays. Développer des mécanismes de soutien institutionnel à ces associations, pour renforcer la viabilité de leurs structures. Encourager ces associations à se structurer en réseau, pour favoriser les échanges dexpériences, les collaborations, les synergies, etc.

22 Accès à lemploi 4.Aide à lauto emploi Renforcement de laccès des PSH aux crédits et subventions :. Facilités daccès dans les institutions publiques / Aides spécifiques de lEtat. Sensibilisation des systèmes de crédits classiques pour intégration des PSH. Soutien aux associations dappui aux activités économiques des PSH. Renforcement des mécanismes directement gérés par lEtat dinformation, de conseil, de formation des PSH pour créer des activités génératrices de revenus. Développement des facilités pour organiser des activités économiques : facilités administratives, exonération, défiscalisation, priorité, etc. Facilitation de laccès aux formations professionnelles dEtat qui peuvent appuyer cette démarche dauto emploi : assouplissement des critères, classes préparatoires, etc. 5.Application et renforcement des quotas demplois réservés Effectivité des quotas demplois réservés aux PSH dans les secteurs publics et privés. Mesures de contrôle et de pression, couplées à des mesures incitatives. IEC au sein des secteurs publics et privés pour inciter à lapplication de la loi. Développement des services de formation et conseil en intégration professionnelle des PSH, pour les entreprises souhaitant développer cette démarche.

23 Accès à lemploi 6.Développement des centres de travail protégé Renforcement des financements aux coopératives, centres de travail, organisées par les associations pour assurer leur développement et leur fonctionnement. Positionner lEtat comme le premier client de ces centres de production. Encadrement administratif et technique de ces centres de travail, pour renforcer la qualité de leur fonctionnement et les intégrer dans des dispositifs dappui de lEtat : mise à disposition de personnels, accès à des formations, à des financements, etc. Développer avec ces centres des campagnes IEC auprès des entreprises publiques et privées pour favoriser le passage des PSH du milieu protégé au milieu ouvert du travail. 7.Développement des mécanismes dorientation vers les différentes modalités dappui à lintégration professionnelle Renforcement des appuis techniques et financiers aux associations, aux programmes RBC et au SEFEP H pour développer les mécanismes dinformation et conseil en orientation auprès des PS H pour les aider : A définir leur projet dintégration sociale / professionnelle. A choisir la modalité la plus adéquate pour réaliser ce projet. Dans leurs démarches de mise en œuvre de ce projet.

24 Information / Education / Communication 1.Au sein de la société civile Des adultes, mais aussi des enfants et des adolescents, sur le droit des PSH à la différence et à lintégration sociale, à la culture, aux loisirs, à léducation, à lemploi, etc. 2.Des personnels des administrations publiques Pour améliorer laccueil et le traitement des PSH dans les services et institution dEtat. 3.Des chefs dentreprise, des acteurs économiques Sur le droit au travail des personnes en situation de handicap, la loi relative à leur intégration professionnelle et les mesures incitatives qui laccompagnent. 5.Des médias Pour changer les regards et discours à légard des PSH, en valorisant leurs compétences, leurs droits, leurs réussites et pas seulement leurs difficultés et limitations. 6.Des gouvernants et des bailleurs de fonds Pour quils exigent que tout programme financé prenne en compte laccès des PSH aux services / appuis mis en œuvre par ces programmes. 4.Des acteurs sociaux et de développement Pour quils rendent accessibles aux PSH leurs programmes dappui.

25 Conclusion Les quatre points cardinaux de lintégration des personnes en situation de handicap Sensibiliser Pour changer les regards, les représentations et les attitudes, à tous les niveaux de la société et sur le long terme. Investir Massivement pour renforcer les mécanismes de prévention du handicap et dappui à lintégration des personnes en situation de handicap. Former Dans tous les secteurs (santé, éducation, prise en charge, etc.) pour améliorer la qualité des services et sattaquer à lensemble de la problématique dintégration des PSH. Cadrer La multiplication souhaitable des initiatives en faveur des PSH : normes de qualité, mesures de contrôle, recherche de synergies et complémentarités, orientation du développement de ces initiatives sur le plan territorial.


Télécharger ppt "Enquête Nationale sur le Handicap 2004 Recommandations Secrétariat dEtat chargé de la Famille, de lEnfance et des Personnes Handicapées Avec le soutien."

Présentations similaires


Annonces Google