La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE BCG Levée de lobligation vaccinale? Service de PMI et des crèches de Paris DFPE Dr Véronique Dufour SFSP Audition publique 13 et 14 novembre 2006.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE BCG Levée de lobligation vaccinale? Service de PMI et des crèches de Paris DFPE Dr Véronique Dufour SFSP Audition publique 13 et 14 novembre 2006."— Transcription de la présentation:

1 LE BCG Levée de lobligation vaccinale? Service de PMI et des crèches de Paris DFPE Dr Véronique Dufour SFSP Audition publique 13 et 14 novembre 2006

2 PARIS : Ville et Département naissances par an naissances par an Environ enfants gardés en établissements petite enfance Environ enfants gardés en établissements petite enfance 68 centres de consultations infantiles 68 centres de consultations infantiles enfants suivis dans ces consultations en 2005 avec une majorité de moins de 2 ans enfants suivis dans ces consultations en 2005 avec une majorité de moins de 2 ans

3 PARIS Incidence de la tuberculose Incidence de la tuberculose Population à risque Population à risque Maillage PMI Maillage PMI Etablissements petite enfance Etablissements petite enfance Différents du reste de la France, donc difficile den tirer des conclusions à léchelon national Différents du reste de la France, donc difficile den tirer des conclusions à léchelon national

4 Chronologie des évènements (1) Décret du 30 Juin 2004 Décret du 30 Juin 2004 Arrêté du 13 Juillet 2004 Arrêté du 13 Juillet 2004 BEH du 3 Mai 2005 : le point sur la tuberculose « Perspectives dévolution de la politique vaccinale BCG en France » BEH du 3 Mai 2005 : le point sur la tuberculose « Perspectives dévolution de la politique vaccinale BCG en France » Circulaire DGS du 5 Octobre 2005 Circulaire DGS du 5 Octobre 2005 Communiqué de la DGS du 14 Décembre 2005 Communiqué de la DGS du 14 Décembre 2005

5 Chronologie des évènements (2) Connaissance de la circulaire du 5 Octobre 2005 dans le service de PMI de Paris en Novembre 2005 par des voies diverses Connaissance de la circulaire du 5 Octobre 2005 dans le service de PMI de Paris en Novembre 2005 par des voies diverses Transmission officielle à ce service par la DDASS de Paris mi-Janvier 2006 Transmission officielle à ce service par la DDASS de Paris mi-Janvier 2006 Disparition du monovax en janvier 2006 Disparition du monovax en janvier 2006

6 Application en PMI à Paris Arrivée du BCG SSI dans les centres de consultations PI mi-janvier 2006 Arrivée du BCG SSI dans les centres de consultations PI mi-janvier 2006 Envoi le 1 er Février 2006 à tous ces centres, à tous les médecins du service, à toutes les puéricultrices de consultation, des structures daccueil, à domicile, dun récapitulatif des dispositions règlementaires avec position du service pour application dans ces centres de consultation et dans les crèches et chez les assistantes maternelles Envoi le 1 er Février 2006 à tous ces centres, à tous les médecins du service, à toutes les puéricultrices de consultation, des structures daccueil, à domicile, dun récapitulatif des dispositions règlementaires avec position du service pour application dans ces centres de consultation et dans les crèches et chez les assistantes maternelles

7

8 PHARMACOVIGILANCE Double déclaration : Régionale : les centres de Paris et fiches de déclaration Régionale : les centres de Paris et fiches de déclaration Sanofi Pasteur MSD : mise en place dun numéro spécial pour la DFPE et accord pour recueillir nos déclarations Sanofi Pasteur MSD : mise en place dun numéro spécial pour la DFPE et accord pour recueillir nos déclarations

9 Le BCG en PMI avant : vaccin (monovax essentiellement, BCG ID) : 2003 : vaccin (monovax essentiellement, BCG ID) : – doses achetées tuberculine (monotest et tub ID lyophylisée) : tuberculine (monotest et tub ID lyophylisée) : : vaccin (idem) : ( loi en juin: pas de revaccination, ni contrôle tub après ) 2004 : vaccin (idem) : ( loi en juin: pas de revaccination, ni contrôle tub après ) tuberculine (idem) : tuberculine (idem) : : vaccin(idem) : (problème de marché ) 2005 : vaccin(idem) : (problème de marché ) tuberculine (tubertest ID): tuberculine (tubertest ID):

10 Activité BCG SSI des consultations de PI de Paris de Janvier à Novembre centres sur 58 Activité BCG SSI des consultations de PI de Paris de Janvier à Novembre centres sur 58 Nombre de flacons achetés : 4625 Nombre de flacons achetés : 4625 Nombre de flacons en stock : 937 Nombre de flacons en stock : 937 Nombre de flacons utilisés : 3688 Nombre de flacons utilisés : 3688 Nombre dinjections vaccinales effectuées : 5731 Nombre dinjections vaccinales effectuées : 5731 Nombre dinjections avec un BCG apporté par la famille : 226 (3,8%) Nombre dinjections avec un BCG apporté par la famille : 226 (3,8%)

11 Nombre de cas déclarés à la Pharmacovigilance SPMSD depuis Janvier 2006 Nombre de cas déclarés à la Pharmacovigilance SPMSD depuis Janvier 2006 Sur 5731 BCG SSI : 29 cas déclarés Sur 5731 BCG SSI : 29 cas déclarés 9 mésusages 9 mésusages 8 abcès identifiés 8 abcès identifiés 11 cas décrits comme limite ( tuméfaction, inflammation, nodule, adp, etc.) 11 cas décrits comme limite ( tuméfaction, inflammation, nodule, adp, etc.) 1 cas de micro-pétéchies thorax et front (2 heures après vaccination-guérison) 1 cas de micro-pétéchies thorax et front (2 heures après vaccination-guérison) Donc 0,5 % de déclaration

12 Estimation du nombre de doses 0,05 ml effectuées par flacon en PMI Estimation du nombre de doses 0,05 ml effectuées par flacon en PMI Approximative, ressentie par les professionnelles : 2,37 Approximative, ressentie par les professionnelles : 2,37 Maximale, estimée : 4 Maximale, estimée : 4 Extrapolée des chiffres : 1,55 Extrapolée des chiffres : 1,55

13 Participation de la PMI dans le dépistage autour dun cas (1) Coordination des services du département Coordination des services du département Janvier 2003 : une famille avec 2 femmes et 9 enfants tous atteints dont une miliaire et un avec atteintes méningée et hépatique Janvier 2003 : une famille avec 2 femmes et 9 enfants tous atteints dont une miliaire et un avec atteintes méningée et hépatique découverte du cas index, le père africain polygame,avec DO et enquête incomplète découverte du cas index, le père africain polygame,avec DO et enquête incomplète Plus fluide depuis lexistence dun protocole ( Octobre 2003 ), mais non encore parfaite Plus fluide depuis lexistence dun protocole ( Octobre 2003 ), mais non encore parfaite

14 Participation de la PMI dans le dépistage autour dun cas (2) Hors établissements daccueil de la petite enfance 2003 : un parent dans un hôtel du 11ème, dépistage dans 2 PMI 2003 : un parent dans un hôtel du 11ème, dépistage dans 2 PMI 2004 : un adulte dans un hôtel du 10 ème, 51 enfants testés :un enfant de 2 mois sans BCG contaminé PIT 2004 : un adulte dans un hôtel du 10 ème, 51 enfants testés :un enfant de 2 mois sans BCG contaminé PIT : participation au cas de Lariboisière : participation au cas de Lariboisière 2006 : un bébé 7 mois traité par trithérapie enquête familiale et recherche 2 ème épouse 2006 : un bébé 7 mois traité par trithérapie enquête familiale et recherche 2 ème épouse

15 Nécessité de la mise en place dun protocole avec les hôpitaux et amélioration de la coordination avec la cellule de lutte anti- tuberculeuse Difficulté de cohérence et absence de protocole clairement identifié Difficulté de cohérence et absence de protocole clairement identifié Harmonisation de lapplication des protocoles et de leur faisabilité Harmonisation de lapplication des protocoles et de leur faisabilité Méconnaissance des services entre eux Méconnaissance des services entre eux

16 Les établissements petite enfance de Paris Application des textes en vigueur Application des textes en vigueur

17 Position du service (1) avec la réglementation actuelle « On admet les enfants que sils sont vaccinés » « On admet les enfants que sils sont vaccinés » « Les contre-indications ne relèvent pas du mode de garde collectif », mais les cas particuliers sont à étudier entre médecins (ville –hôpital-crèche-arrondissement ) « Les contre-indications ne relèvent pas du mode de garde collectif », mais les cas particuliers sont à étudier entre médecins (ville –hôpital-crèche-arrondissement )

18 Position du service (2) Difficultés à apprécier : Difficultés à apprécier : –Faux certificats –Certificats de complaisance –Vaccins incomplets –Simulacre de vaccination Combien, dans quelle population : danger Combien, dans quelle population : danger

19 Position du service (3) Chez les assistantes maternelles libérales: Chez les assistantes maternelles libérales: – pour les enfants placés : impossible à gérer par PMI, mais par médecin traitant puisque les parents sont les employeurs –Mais contrôle de lassistante maternelle, de sa famille et de toute personne vivant dans son foyer et en contact avec les enfants par la PMI

20 Les établissements petite enfance Dépistage autour dun cas depuis 2000 À partir dun membre du personnel ou stagiaire : 10 situations dont la plus ancienne en 2000, crèche 80 places, 6 enfants traités pour infection avec protocole et évaluation très variés À partir dun membre du personnel ou stagiaire : 10 situations dont la plus ancienne en 2000, crèche 80 places, 6 enfants traités pour infection avec protocole et évaluation très variés À partir dun parent : 3 cas dont le dernier en 2006, juste après Lariboisière À partir dun parent : 3 cas dont le dernier en 2006, juste après Lariboisière À partir dun enfant : 1 cas en 2002, mère à lorigine À partir dun enfant : 1 cas en 2002, mère à lorigine

21 Nécessité de la mise en place dun protocole avec les hôpitaux et amélioration de la coordination avec la cellule de lutte anti- tuberculeuse Difficulté de cohérence et absence de protocole clairement identifié Difficulté de cohérence et absence de protocole clairement identifié Harmonisation de lapplication des protocoles et de leur faisabilité Harmonisation de lapplication des protocoles et de leur faisabilité Méconnaissance des services entre eux Méconnaissance des services entre eux

22 Risque lié à la vie en établissement (1) Théoriquement nul : Théoriquement nul : –Agrément PMI –Suivi annuel en médecine du travail du personnel –Population usagère massivement à faible risque –Médecin de létablissement

23 Risque lié à la vie en établissement (2) La place des parents dans les établissements : La place des parents dans les établissements : –Phase dadaptation où ils sont très présents –Participation souhaitée (crèche parentale, projet détablissement ) –Implantation de crèches sur des zones géographiques à fort taux dexposition La crèche peut être un lieu hautement exposant, en présence dun contaminateur La crèche peut être un lieu hautement exposant, en présence dun contaminateur

24 Risque lié à la vie en établissement (3) Médecine du travail : statutaire, professionnelle et préventive insuffisamment performante Médecine du travail : statutaire, professionnelle et préventive insuffisamment performante Dépistage autour dun cas lié au personnel fixe ou stagiaire Dépistage autour dun cas lié au personnel fixe ou stagiaire Nécessité du verrouillage sanitaire et rigueur de lanalyse du risque pour les adultes en établissement Nécessité du verrouillage sanitaire et rigueur de lanalyse du risque pour les adultes en établissement

25 Risque lié à la vie en établissement (4) Place du médecin de crèche, principale difficulté : en trouver ! Place du médecin de crèche, principale difficulté : en trouver ! Nécessité absolue de renforcer lefficacité de la médecine du travail Nécessité absolue de renforcer lefficacité de la médecine du travail

26 Arguments pour le ciblage du BCG (1) Vaccination ciblée sur les enfants à risque et non sur les régions à forte incidence (Ac. de med.) Vaccination ciblée sur les enfants à risque et non sur les régions à forte incidence (Ac. de med.) Grands écarts dexposition suivant les enfants Grands écarts dexposition suivant les enfants Agent contaminateur toujours un adulte : protéger les enfants du risque encouru par exposition aux adultes Agent contaminateur toujours un adulte : protéger les enfants du risque encouru par exposition aux adultes Vaccin, non altruiste, protège lenfant vacciné des formes graves de tuberculose, pas son entourage Vaccin, non altruiste, protège lenfant vacciné des formes graves de tuberculose, pas son entourage

27 Arguments pour le ciblage du BCG (2) Rapport inversé de la balance bénéfices/risques depuis BCG SSI en population non exposée Rapport inversé de la balance bénéfices/risques depuis BCG SSI en population non exposée Chiffres : reflet de la baisse effective de la vaccination Chiffres : reflet de la baisse effective de la vaccination Faible efficacité de ce vaccin, surtout après un an, et essentiellement sur les formes graves avant Faible efficacité de ce vaccin, surtout après un an, et essentiellement sur les formes graves avant

28 RESERVE ! Insuffisance relative de précision des critères dévaluation du risque : leur définition et lappréciation par le vaccinateur de la nécessité de leur application ou de faire sa propre évaluation du risque encouru par le patient Insuffisance relative de précision des critères dévaluation du risque : leur définition et lappréciation par le vaccinateur de la nécessité de leur application ou de faire sa propre évaluation du risque encouru par le patient Faire ce BCG réellement chez le très jeune nourrisson pour être efficient : Faire ce BCG réellement chez le très jeune nourrisson pour être efficient : –>> implication des maternités,leur donner les moyens de le faire ( personnel,sortie précoce ) –>>possibilité de rendez-vous précoce dans les PMI et chez le médecin en ville

29 RESERVE ! (2) Incidence en population générale non négligeable à Paris Incidence en population générale non négligeable à Paris Chiffrer lintérêt de remettre un contrôle tuberculinique obligatoire à des âges clé en population générale Chiffrer lintérêt de remettre un contrôle tuberculinique obligatoire à des âges clé en population générale Dépistage des adultes bacillifères avec moyens clairs et suffisants ( renforcer médecine du travail pour le personnel soignant ou pas travaillant auprès des très jeunes enfants ) Dépistage des adultes bacillifères avec moyens clairs et suffisants ( renforcer médecine du travail pour le personnel soignant ou pas travaillant auprès des très jeunes enfants )

30 RESERVE ! (3) éliminer le risque de stigmatisation de la population ciblée,dissocier clairement les préconisations du CSHPF (du pays dorigine aux conditions socio-économiques faibles) dun dispositif discriminatoire (en PMI,carnet de santé de lenfant toujours réclamé par la préfecture comme attestation de présence sur le territoire ) éliminer le risque de stigmatisation de la population ciblée,dissocier clairement les préconisations du CSHPF (du pays dorigine aux conditions socio-économiques faibles) dun dispositif discriminatoire (en PMI,carnet de santé de lenfant toujours réclamé par la préfecture comme attestation de présence sur le territoire ) Le sujet éthique,du ressort de lEtat, doit être pensé conjointement à la politique de santé publique Le sujet éthique,du ressort de lEtat, doit être pensé conjointement à la politique de santé publique

31 Finalement ! Trouver un équilibre entre toutes ces données,édicter des règles suffisamment claires et compréhensibles,sengager entre: Trouver un équilibre entre toutes ces données,édicter des règles suffisamment claires et compréhensibles,sengager entre: –éthique et accueil, – bénéfices et risques, –dépistage et diagnostic, afin de pouvoir permettre une vaccination ciblée des enfants potentiellement exposés à des adultes contaminateurs : créer les conditions et les règles pour quelles soient acceptables et applicables ! afin de pouvoir permettre une vaccination ciblée des enfants potentiellement exposés à des adultes contaminateurs : créer les conditions et les règles pour quelles soient acceptables et applicables !


Télécharger ppt "LE BCG Levée de lobligation vaccinale? Service de PMI et des crèches de Paris DFPE Dr Véronique Dufour SFSP Audition publique 13 et 14 novembre 2006."

Présentations similaires


Annonces Google