La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RAPPORT ANNUEL 2009: état du phénomène de la drogue en Europe

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RAPPORT ANNUEL 2009: état du phénomène de la drogue en Europe"— Transcription de la présentation:

1 RAPPORT ANNUEL 2009: état du phénomène de la drogue en Europe
Cette présentation PowerPoint se base sur des communiqués de presse et des informations élaborés pour le lancement du Rapport annuel 2009 dans 23 langues. Avant de faire sa présentation, l'orateur doit être parfaitement familiarisé avec ces communiqués. Les communiqués de presse, les informations, la présente présentation PPT et le n° 68 de Drugnet Europe sont sous embargo jusqu'à la publication du rapport le 5 novembre 2009 à 10 heures HEC (heure de Bruxelles). Dossiers de presse (En ligne dans 23 langues) No 7/2009 — Problèmes des drogues en Europe, dernières nouvelles ‘Rapport annuel 2008 de l’Agence sur les drogues de l’UE (Annoncé, pas d'embargo) Toutes les autres informations ci-dessous sont sous embargo: Message de Wolfgang Götz, Directeur de l'OEDT à l'occasion du lancement du Rapport annuel 2009: état du phénomène de la drogue en EuropeNo 8/2009 — RAPPORT ANNUEL 2009: POINTS PRINCIPAUX La cocaïne et l’héroïne continuent d’occuper une place prépondérante sur la scène européenne de la drogue No 9/2009 — NOUVELLES DROGUES: LES DIFFICULTÉS DE LA LUTTE CONTRE UN MARCHÉ EN PERPÉTUELLE MUTATION’ L’innovation et la sophistication du marché compliquent la lutte antidrogue, selon l’OEDT Voir aussi la sélection des questions particulières NB Les références des graphiques se rapportent au bulletin statistique 2009 ou du chapitre correspondant du Rapport annuel 2009. NB Embargo 5 novembre :00 HEC (heure de Bruxelles)

2 Problème des drogues en Europe, dernières nouvelles
Aperçu du phénomène de la drogue dans 30 pays d'Europe Données et analyses: à travers l'Europe et par pays Dernières tendances et réponses Questions particulières 2009 La polytoxicomanie: modes et réponses Infractions liées à la drogue: condamnations et autres résultats

3 Un dossier d'information multilingue
Rapport annuel 2009 en 23 langues Documents supplémentaires en ligne Bulletin statistique Profils par pays Questions particulières Rapports nationaux Reitox

4 Aperçu de 2009 Les niveaux de consommation de drogue restent élevés en Europe mais pas d'augmentations majeures pour la plupart des formes de consommation. Concernant la consommation d'amphétamines et de l'ecstasy: situation globale stable Cannabis: de nouvelles données confirment une chute continue de la consommation de cannabis, particulièrement chez les jeunes. La cocaïne et l'héroïne occupent toujours le devant de la scène européenne. Peu d’éléments laissent présager une baisse de leur consommation en Europe. Les pratiques de polyconsommation: actuellement très répandues en Europe, elles représentent un problème croissant au niveau des services.

5 Aperçu de 2009 Nouvelles drogues: innovation et sophistication du marché Marché des drogues de synthèse de plus en plus complexe et de plus en plus volatile Cannabinoïdes synthétiques: la dernière étape du développement des «drogues de synthèse» Changements sur le marché de l'ecstasy La méthamphétamine pourrait être diffusée sur de nouveaux territoires européens

6 PARTIE I Cocaïne Héroïne Cannabis Polytoxicomanie

7 La cocaïne, toujours le stimulant le plus populaire en Europe
Quelque 13 millions d’adultes européens (âgés de 15 à 64 ans) ont consommé de la cocaïne au moins une fois dans leur vie; quelque 4 millions d’adultes ont consommé de la cocaïne au cours de l’année écoulée La consommation de cocaïne dans l’UE reste concentrée dans les pays de l’Europe de l’Ouest, alors que la consommation reste faible dans les autres pays. Dans la plupart des pays déclarants, les données récentes indiquent une tendance stable ou à la hausse de la consommation au cours de la dernière année dans le groupe des jeunes adultes. Dans les pays comme le Danemark, l’Espagne, l’Irlande, l’Italie et le Royaume-Uni, la consommation au cours de la dernière année (chez les jeunes adultes âgés de 15 à 34 ans) oscillait entre 3,1 % et 5,5 %. Le nombre de saisies et les études soulèvent des craintes concernant le potentiel de diffusion.

8 Tendances de l'année passée au niveau de la prévalence de la consommation de cocaïne chez les jeunes adultes (âgés de 15 à 34 ans), mesurées par l’intermédiaire d'enquêtes auprès de la population Pays avec trois enquêtes ou plus

9 Cocaïne — autres chiffres…
En 2007, le nombre de saisies de cocaïne en Europe a augmenté, passant à cas (contre en 2006). Cependant, la quantité totale interceptée a baissé, passant de 121 tonnes en 2006 à 77 tonnes en 2007. Parmi les consommateurs qui entament un traitement pour la première fois, 22 % citent la cocaïne comme leur principal problème de drogue. Environ 500 décès liés à la consommation de cocaïne ont été signalés en 2007.

10 Héroïne — une tendance qui n’est plus à la baisse
Les données publiées aujourd’hui corroborent l’appréciation de l’an dernier selon laquelle le «phénomène de l’héroïne est stable, mais ne régresse plus». Inquiétudes soulevées par trois indicateurs de consommation d'héroïne: la demande de traitement les décès liés à la drogue les saisies Pas de retour de l’épidémie de consommation d’héroïne que l’on a pu observer dans les années 1980 et 1990 Mais il faut rester vigilant— l'héroïne reste la principale cause de problèmes sanitaires et sociaux dus à la drogue

11 Signaux d'avertissement (i): demande de traitement
Entre 1,2 et 1,5 million de consommateurs d’opiacés à problèmes (EU + Norvège) Le recrutement à la consommation d’héroïne se poursuit En 2007, le nombre total de nouvelles demandes de traitement (avec l’héroïne comme drogue principale) était en hausse de 6 % par rapport à 2002. Entre 2006 et 2007, huit pays ont déclaré que le nombre de consommateurs débutant un traitement en raison de la consommation d’héroïne à titre principal avait augmenté en nombre et en pourcentage de clients

12 Tendance, en nombre estimé de nouveaux clients débutant un traitement, par drogue principale, de 2002 à 2007 Nombres de clients par drogue principale

13 Signaux d'avertissement (ii): décès liés à la drogue
De 1990 à 2006, entre et décès dus à la drogue ont été déclarés chaque année en Europe. La plupart associés à la consommation d’opiacés (généralement plus de 85 %). Après une tendance générale à la baisse des décès dus à la drogue entre 2000 et 2003, les données plus récentes indiquent une tendance à la hausse. En 2007, 13 des 18 pays déclarants faisaient état d’une hausse.

14 Signaux d'avertissement (iii): saisies
Entre 2002 et 2007, le nombre de saisies d’héroïne enregistrées dans l’UE et en Norvège a augmenté en moyenne de 4 % par an. En 2007, le nombre de saisies était estimé à (contre saisies en 2006) La quantité totale d’héroïne saisie dans l’UE et en Norvège a baissé après 2002; elle a ensuite augmenté, passant de 8,1 tonnes en 2006 à 8,8 tonnes en 2007. La Turquie, un important pays de transit pour l’héroïne qui entre dans l’UE, a enregistré des saisies record de 13,2 tonnes en 2007, contre 2,7 tonnes en 2002

15 Cannabis — baisse de la consommation
Près de 74 millions d’Européens (âgés de 15 à 64 ans) ont consommé au moins une fois du cannabis dans leur vie; 41,5 millions sont de jeunes adultes (âgés de 15 à 34 ans). 17 millions de jeunes adultes en ont consommé au cours de l’année précédente. Les nouvelles données européennes disponibles confirment la popularité déclinante de cette drogue, surtout parmi les jeunes, corroborant l’analyse réalisée l’an dernier. Cette tendance est particulièrement manifeste chez les élèves (âgés de 15 à 16 ans). Les données d’enquêtes scolaires réalisées aux États-Unis et en Australie indiquent également une tendance à la baisse depuis le début des années 2000.

16 Cannabis — élèves Différents modes de consommation de cannabis parmi les élèves (âgés de 15 à 16 ans) à travers l'Europe (enquêtes ESPAD réalisées en 1995, 1999, 2003, et 2007). La plupart des pays d'Europe de l‘Ouest, ainsi que la Croatie et la Slovénie, ont signalé une baisse ou une stabilisation de la consommation de cannabis au cours de la vie en 2007. Dans la plupart des pays d’Europe centrale et orientale, la tendance à la hausse observée en 2003 semble stagner (seules la Slovaquie et la Lituanie signalent une augmentation supérieure à 3 %). L’Europe du Nord et du Sud, se distingue par une prévalence de la consommation de cannabis au cours de la vie globalement stable et faible depuis le milieu-la fin des années 1990 jusqu’en 2007.

17 Différents modes dans les tendances de la prévalence au cours de la vie de l'usage de cannabis parmi les élèves de 15 à 16 ans 3 2 1 N.B.: CETTE DIAPOSITIVE POSSEDE DES ANIMATIONS. 3 GRAPHIQUES ILLUSTRENT LES POINTS MENTIONNES A LA DIAPOSITIVE PRECEDENTE. POUR VISUALISER LES ANIMATIONS, IL SUFFIT DE CLIQUER SUR LE MODE AFFICHAGE DIAPORAMA.

18 Taux de prévalence de la consommation de cannabis
Taux de prévalence de la consommation de cannabis. Comparaison des tendances (moyenne non pondérée) de la prévalence au cours de la vie de l'usage de cannabis chez les élèves de ans en Europe, aux Etats-Unis et en Australie

19 Cannabis — jeunes adultes
Consommation de cannabis chez les jeunes adultes (âgés de 15 à 34 ans) pendant l'année dernière: tendance à la stabilisation ou à la baisse entre 2002 et 2007. Mais le nombre de consommateurs réguliers et intensifs de cannabis en Europe est moins encourageant. Jusqu’à 2,5 % des jeunes Européens pourraient consommer du cannabis quotidiennement. Importante population à risque, qui pourrait avoir besoin d’aide. Exemple de réponses innovantes: les interventions de traitement antidrogue basées sur internet.

20 Tendances de la prévalence de la consommation de cannabis parmi les jeunes adultes (âgés de 15 à 34 ans), mesurées par l’intermédiaire d'enquêtes nationales Pays avec trois ou plusieurs enquêtes

21 Polytoxicomanie — modes et réponses
Polytoxicomanie, largement répandue en Europe "La consommation combinée de différentes substances est responsable de, ou complique la plupart des problèmes auxquels nous sommes confrontés" Augmente les risques et complique la mise en place de traitements L'alcool, présent dans la quasi-totalité des répertoires de polytoxicomanie "Question particulière" — aperçu de ce comportement chez: les élèves (âgés de 15–16 ans) les jeunes adultes (âgés de 15 à 34 ans) consommateurs de drogues à problème

22 Polytoxicomanie — élèves
Parmi les élèves (âgés de 15 et 16 ans) interrogés dans 22 pays, 20 % ont déclaré avoir consommé de l’alcool avec des cigarettes 6 % du cannabis avec de l’alcool et/ou des cigarettes et 1 % du cannabis avec de l’alcool et/ou des cigarettes plus une autre drogue au moins (ecstasy, cocaïne, amphétamines, LSD ou héroïne) La polytoxicomanie peut accroître le risque d’effets toxiques et de problèmes de santé chroniques plus tard dans la vie.

23 Polytoxicomanie — jeunes adultes
Chez les jeunes adultes (âgés de 15 à 34 ans), la polytoxicomanie peut être symptomatique de modes de consommation établis, avec des problèmes de santé potentiels à long terme, mais aussi une prise de risques accrue durant les loisirs. Ceux qui faisaient état d’une consommation régulière ou intensive d’alcool étaient deux à six fois plus nombreux à avoir consommé du cannabis au cours de l’année précédente que la population générale. Et entre deux et neuf fois plus nombreux à avoir consommé de la cocaïne pendant cette période.

24 Polytoxicomanie — consommateurs de drogue à problèmes
La polytoxicomanie affiche une prévalence particulièrement élevée chez les consommateurs de drogue à problèmes et peut aggraver leur état de santé déjà fragile, se traduisant par une plus grande prise de risques et des possibilités de conséquences graves. Une récente analyse de données a conclu que plus de la moitié (57%) des consommateurs qui commençaient un traitement déclaraient consommer au moins deux drogues différentes. Les rapports toxicologiques qui sont établis suite aux décès par overdose mettent souvent en évidence la présence de plus d’une substance. La gestion de la polytoxicomanie chez les consommateurs de drogue à problèmes reste une tâche complexe.

25 PARTIE II Les difficultés de la "lutte contre un marché en perpétuelle mutation" Détecter des nouvelles drogues Surveiller internet Le "Spice" L'ecstasy La méthamphétamine

26 Les difficultés de la "lutte contre un marché en perpétuelle mutation"
L’innovation et la sophistication du marché compliquent la lutte antidrogue. Un marché des drogues de synthèse de plus en plus complexe et volatile. Les revendeurs sont désormais «extrêmement innovants», qu’il s’agisse des processus de production mis en œuvre, des gammes de produits proposés ou de leur commercialisation. La «sophistication croissante» du marché des substituts légaux de drogues illicites (les «euphorisants légaux»). La large gamme des substances et utilisation accrue de l'internet.

27 Détecter les nouvelles drogues
L’Europe détecte de plus en plus rapidement les nouvelles drogues. À ce jour, le système européen d’alerte précoce, qui a été créé en 1997 en tant que mécanisme de réaction rapide, a permis de détecter plus de 90 substances. En 2008, les États membres de l’UE ont ainsi déclaré à l’OEDT et à Europol 13 nouvelles substances psychoactives. Pour la première fois, un cannabinoïde de synthèse, la JWH-018, figurait parmi les nouvelles drogues détectées. L’apparition des cannabinoïdes de synthèse marque la dernière étape en date du développement des "drogues de synthèse".

28 Surveiller internet L’observation de l’internet - un «rôle de plus en plus important pour l’identification des nouvelles tendances en matière de drogues» L’internet est aujourd’hui une plaque tournante du marché des substances psychoactives. En 2009, l’OEDT a observé 115 boutiques en ligne dans 17 pays d’Europe. La majorité des revendeurs en ligne identifiés étaient établis au Royaume-Uni (37 %), en Allemagne (15 %), aux Pays-Bas (14 %) et en Roumanie (7 %). Les innovations du marché en ligne comprennent la création de marques distinctes et d’emballages attrayants, un exemple parfait étant le «Spice».

29 Le phénomène du «Spice» sera-t-il la drogue de demain?
Les produits commercialisés sous la marque «Spice» sont observés depuis 2008 dans le cadre du système d’alerte précoce. Selon les informations figurant sur l’emballage, les ingrédients (souvent vendus sous forme d’encens) entrant dans sa composition seraient un mélange de plantes et d’autres matières végétales, mais certains lots contiennent également des cannabinoïdes de synthèse (JWH-018). Ces ingrédients ne figurent pas dans la liste des ingrédients utilisés et les consommateurs peuvent dès lors les consommer à leur insu. Environ 48 % des 115 boutiques en ligne observées vendaient du «Spice».

30 Évolution du marché de l’ecstasy
La plupart des comprimés d’ecstasy analysés jusqu’en 2007 contenaient habituellement de la MDMA ou une autre substance assimilée (MDA, MDEA, etc.). Cette tendance semble évoluer dans quelques pays européens: près de la moitié des comprimés d’«ecstasy» saisis ou vendus au Danemark et aux Pays-Bas ne contiennent pas de MDMA, mais plutôt du mCPP. Cette évolution du marché de l’ecstasy peut être due aux efforts de plus en plus couronnés de succès visant à prévenir le détournement des précurseurs. La difficulté à se procurer du PMK, l’un des principaux précurseurs utilisés pour produire la MDMA, pourrait être une explication de la récente évolution de la fabrication de l’ecstasy.

31 La méthamphétamine gagne du terrain
La méthamphétamine n’est pas encore très répandue sur le marché des drogues stimulantes en Europe occidentale, toujours dominé par la cocaïne et les amphétamines. Néanmoins, certains signes indiquent que la méthamphétamine commence à gagner du terrain (au-delà de la République tchèque). La consommation européenne de méthamphétamine se concentrait en Slovaquie et cette drogue semble se répandre dans des pays du nord de l’Europe, tels que la Norvège et la Suède. De nouveaux sites de production apparaissent en Lituanie, dont la situation géographique peut favoriser l’importation de BMK, le précurseur de la méthamphétamine, provenant de l’extérieur de l’UE.

32 La méthamphétamine — Norvège et Suède
En 2007, près de saisies de méthamphétamine, représentant environ 340 kg, ont été réalisées en Europe. C’est en Norvège que le nombre de saisies (1 284) et la quantité de méthamphétamine interceptée (167 kg) étaient de loin les plus élevés. La deuxième plus grande quantité de méthamphétamine saisie en Europe (51 kg) l’a été en Suède. La production de méthamphétamine en Europe se faisait traditionnellement dans des petits laboratoires clandestins situés en République tchèque. Europol indique à présent que certains sites plus importants ont été mis au jour et démantelés dans d’autres pays d’Europe, tels que l’Allemagne et les Pays-Bas.

33 Sites de production de méthamphétamines découverts en 2008 et principaux flux du trafic

34 Partie III Les traitements aujourd'hui
Question particulière: infractions liées à la drogue Développement d'une lutte antidrogue efficace en Europe et au-delà

35 Traitement - D'une solution uniforme aux solutions ciblées
Les services disponibles pour les toxicomanes en Europe sont toujours plus diversifiés et s’inscrivent dans un ensemble intégré de soins. Les interventions de réduction des risques et de traitement sont de plus en plus liées et proposées par les mêmes prestataires. En 2007, quelque 650 000 consommateurs d’opiacés ont reçu un traitement de substitution en Europe, selon les estimations. La couverture des traitements reste inégale (par exemple: accès limité aux traitements en dehors des zones métropolitaines, une faible proportion de traitements de substitution pour les États membres de l'UE orientale). L'intégration des traitements dans les soins de santé généraux peut contribuer à élargir l’offre de traitements. Plus de projets consacrés aux besoins des consommateurs de stimulants et de cannabis.

36 Tendance relative au nombre de clients recevant un traitement de substitution aux opiacés de 1993 à 2007 dans les 27 États membres de l'UE

37 Infractions liées à la drogue: condamnations et autres résultats
Peu d’informations disponibles concernant le résultat des infractions liées à la drogue Question particulière— une action visant à combler le manque d’informations en la matière Décrit ce qu’il advient de ceux qui transgressent les lois antidrogues dans 26 pays Analyse les statistiques nationales (police, procureurs, tribunaux) en fonction: du type d'infraction (usage personnel, fourniture) du type de résultat (amende, détention, traitement, travail d'intérêt général) Les peines privatives de liberté sont rarement prononcées dans des cas de consommation ou de possession de drogues, mais sont courantes dans le cadre d'infractions liées à la fourniture de drogues.

38 Développement d'une lutte antidrogue efficace en Europe et au-delà
L'Union européenne et les Nations unies ont renouvelé leurs plans d'action antidrogue. Elles insistent unanimement sur l’importance du suivi et de l’analyse afin d'améliorer les politiques de lutte contre la drogue. Pratiquement tous les États membres de l'UE disposent d'une stratégie ou d'un plan d'action national antidrogue. Deux tiers d'entre eux vont tester ces textes.


Télécharger ppt "RAPPORT ANNUEL 2009: état du phénomène de la drogue en Europe"

Présentations similaires


Annonces Google