La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Algérie, quelques repères de lhistoire Traces de la civilisation atérienne (préhistoire) : dans la région de Tebessa. Civilisation brillante (gravures.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Algérie, quelques repères de lhistoire Traces de la civilisation atérienne (préhistoire) : dans la région de Tebessa. Civilisation brillante (gravures."— Transcription de la présentation:

1

2 Algérie, quelques repères de lhistoire Traces de la civilisation atérienne (préhistoire) : dans la région de Tebessa. Civilisation brillante (gravures et peintures rupestres du Tassili des Adiers) qui sétale de avant J.C. à 400 après J.C. (chasseurs, pasteurs, chevaux et chameaux). vers 1250 avant J.C : Arrivée des Phéniciens et fondation des comptoirs sur la Méditerranée. 3 ème et 2 ème siècle avant J.C. : Royaumes de Numidie de Syphax, Massinissa et Jugurtha. 1 – 429 : Romanisation de lAfrique du Nord.

3 : invasion vandale : Conquête byzantine de l'Afrique du Nord. 647 : Arrivée des Arabes après lavènement de lIslam : Les dynasties Rostomide, Fatimide, Zirides, Hammadites, Almoravides, Almohades, Zianides : instauration de lautorité ottomane. 1830: colonisation française. 1962: indépendance.

4 Patrimoine culturel en Algérie Un patrimoine culturel, matériel et immatériel riche en monuments historiques, y compris dans lespace urbain au Nord, comme dans le Grand Sud (Sahara). Requiert un effort constant et collectif, de sauvegarde et de valorisation, impliquant plusieurs acteurs : Ministères : Culture, Intérieur, Aménagement du Territoire et Environnement, Tourisme, Enseignement supérieur, Formation professionnelle, Habitat), mais aussi la société civile ;

5 Conservation Sur le plan réglementaire, lAlgérie a ratifié la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée à Paris le 17 octobre 2003 (Décret présidentiel n° du 7 février 2004); phase de consolidation réglementaire avec ladoption depuis 2003 de plusieurs textes qui identifient le patrimoine culturel. 456 sites et monuments sont classés en vue de leur protection contre le pillage et/ou la dégradation de tous genres. Lancement de plusieurs projets : financés sur le budget de lEtat, mais aussi en collaboration avec des partenaires étrangers.

6 Au plan national Actions inscrites, notamment dans le cadre des programmes de développement lancés par le Gouvernement, où le secteur de la culture occupe une bonne place : poursuite de létablissement de linventaire général des biens culturels et de la base de données du patrimoine culturel immatériel; classement de plus de 90 biens culturels mobiliers et immobiliers ; réalisation dun programme de fouilles archéologiques ; poursuite des œuvres de restauration, de réhabilitation, daménagement et de mise en valeur des monuments et sites historiques classés ; sécurisation des sites et lutte contre le trafic illicite des biens culturel : récupération de 2000 objets en 2009 et 4400 en 2010;

7 programme quinquennal 2010 – 2014 Classement de davantage de sites et monuments historiques (55 en 2010 – 2011) ; Elaboration dun inventaire du patrimoine culturel ; Création de 06 nouveaux musées ; Création dun Centre national de catalogage des biens culturels ; Mise en place dune Agence nationale darchéologie préventive et adoption dun dispositif juridique en la matière ; Elaboration dune carte des risques des biens culturels immobiliers et dun plan de sécurisation des biens culturels.

8 Success story les routes des Ksour (Châteaux) : Appui au développement local intégré En quelques mots : Ce projet reprend les anciennes routes des caravanes commerciales du Sahara et propose la promotion dun tourisme culturel durable en tant qualternative économique pour la région du sud algérien,. Il met en œuvre, tout au long de ses différentes étapes, des actions de renforcement des conditions dactivité touristique, à travers la réhabilitation de constructions des Ksour et leur aménagement en hébergement touristique et la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel. Il est promu par le Ministère de lIntérieur et des Collectivités Locales, à travers la désignation dun Directeur National, assisté par des coordinateurs locaux.

9

10 Objectifs : 1-Renforcement des capacités des acteurs locaux et léconomie des régions du sud ; 2-Création demplois productifs durables pour les communautés locales (secteur tertiaire et PME) ; 3-Sauvegarde, réhabilitation et revitalisation du patrimoine culturel matériel et immatériel et amélioration des conditions de sauvegarde du patrimoine naturel oasien ; 4-Développement de coopérations avec les partenaires au développement, actifs en Algérie, au niveau régional, national et international.

11 Résultats 1- renforcement des capacités locales en matière de prise en charge des initiatives de développement ; 2- mise en place des réseaux de ksour touristiques et des circuits thématiques ; 3- formation de guides touristiques et des acteurs locaux, des associations et des coopératives locales à lentretien, à la préservation et à la gestion du patrimoine culturel matériel et immatériel, ainsi quà la mise en valeur écologique des ksour ; 4- réalisation dinventaires sur le patrimoine matériel et création dune maison du patrimoine ; 5- restauration des ksour, en assurant les conditions de confort par des équipements appropriés au climat local et la réhabilitation des techniques bioclimatiques ancestrales ;

12 6. Appuie à lutilisation des énergies propres et renouvelables et organisation de formations sur la préservation et la gestion de lécosystème oasien ; 7. Réhabilitation/mise en place de systèmes traditionnels dassainissement (foggaras) et des lavoirs collectifs et création de comités de sauvegarde ; 8. Renforcement de la coopération régionale, sous-régionale et internationale ; 9. Le désenclavement des régions concernées (Tinerkouk) ; 10. Appui au rôle des femmes en leur donnant les moyens de dégager un revenu de leur production, et surtout à travers des activités de formation et dautonomisation ;

13 11. Acquisition déquipements au profit des associations féminines de la région ; 12. Organisation des formations au profit des associations locales sur le montage et la gestion des projets. (couture et tissage traditionnel, la promotion de tourisme et les techniques daccueil) ; 13. Renforcement des capacités en matière déquipement au profit des associations locales (couture, tissage) et équipements de sports et matériels agricoles (pivots et moto pompe) 14. Réhabilitation et équipement dhabitations traditionnelles à Tahiti(Bechar), Metlili/Melika (Ghardaia) ; 15. Formation et voyage détudes et déchange avec les associations des autres ksour (Ouargla, Ghardaia, Bechar et Adrar).

14 problèmes Prise de conscience. limpact des catastrophes naturelles (vulnérabilité de la mosquée de Ketchaoua après le séisme de mai 2003); lurbanisation non contrôlée, souvent durgence, met en péril plusieurs sites archéologiques ; carence dexpertise et qualité de la formation Leffort national reste limité et le recours aux partenariats demeure inévitable, essentiellement sous forme dassistance technique.

15 Coopération internationale Dans le cadre des instances régionales et internationales : ALECSO, UNESCO, ICCROM, PNUD … Avec lUnion Européenne : sur un triple plan: Etats membres, UE (à travers la Délégation de lUE à Alger) et Partenariat euro- méditerranéen : Programme Euromed Audiovisuel : 3 ème phase : participation au 2 ème appel doffre (juin 2010) ; Programme Euromed Heritage : 4 ème phase. Participation à plusieurs projets au titre de ce programme (Systèmes de défenses maritimes de la Méditerranée, Delta, À la découverte de l'art islamique, Ikonos, La navigation du savoir, Qantara, Pisa, Rehabimed, Byzantium early islam, Cours de formation sur le patrimoine du Maghreb I/II, MEDINA). Organisation à Alger, du 13 au 17 décembre 2010, dun Atelier sur le rôle de lEducation et de la Formation.

16 Coopération Algérie/UE Accord de coopération en Premiers rounds de négociation de laccord dassociation, dans le contexte du Processus de Barcelone, lancé en Signature de lAA en 2004 et début de la mise en œuvre en 2005 : dialogue davantage structuré et ciblé. Sous Comité « Société de linformation, Recherche, innovation, audiovisuel et culture ». (3 ème réunion, le 08 mars Projet ONG II. Accord de coopération scientifique et technologique : assistance technique dans le domaine de la formation artistique, perfectionnement et recyclage des fonctionnaires du secteur dans les domaines de la conservation des biens culturels et le développement de la promotion du patrimoine immatériel (arts).

17 PIN 2011 – 2013 : projet dappui à la protection et à la valorisation du patrimoine culturel. 3 phases : Identification : septembre Formulation de projets : novembre Convention de financement: janvier ratification fin 2011/début 2012.


Télécharger ppt "Algérie, quelques repères de lhistoire Traces de la civilisation atérienne (préhistoire) : dans la région de Tebessa. Civilisation brillante (gravures."

Présentations similaires


Annonces Google