La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vendredi 10 janvier 20141 Par léquipe denfer Cédric - jnj Legionella.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vendredi 10 janvier 20141 Par léquipe denfer Cédric - jnj Legionella."— Transcription de la présentation:

1 vendredi 10 janvier Par léquipe denfer Cédric - jnj Legionella

2

3 vendredi 10 janvier Morphologie - Culture - Espèces historique de la découverte 1976 congrès de lAmerican Legion à Philadelphie 182 malades avec une pneumonie sévère, non contagieuse sur 4400 participants - 29 décès isolement après une année dun bacille Gram ) à partir des poumons des décédés. anticorps retrouvés chez les infectés - on retrouve des cas antérieurs - la bactérie avait été isolée en 1963 ! épidémiologie : les microbes sont entrés par voie aérienne - on soupçonne la climatisation - la bactérie est retrouvée dans les humidificateurs de la climatisation… comment la bactérie peut-elle se multiplier dans les bacs deaux de climatiseurs ??? On retrouve la bactérie dans des protozoaires et surtout des amibes !!!

4

5 vendredi 10 janvier Morphologie - Culture - Espèces caractères des Legionella Bacilles Gram - Aérobie stricte Exigeant en cystéine, fer III, très sensible au pH (doit être de 6,9) Mobiles

6 classification Très nombreuses Legionella dans la nature. 81 % des pneumonies sévères sont dus à Legionella pneumophila sérovar 1 (8 % au sérovar 8). classification Très nombreuses Legionella dans la nature. 81 % des pneumonies sévères sont dus à Legionella pneumophila sérovar 1 (8 % au sérovar 8).

7 vendredi 10 janvier Pouvoir pathogène 2.1. Maladies -syndrome pseudogrippal banal (fièvre de Pontiac) -Maladie des Légionnaires, pneumonie très fébrile, parfois mortelle avec lymphopénie… 2.1. Maladies -syndrome pseudogrippal banal (fièvre de Pontiac) -Maladie des Légionnaires, pneumonie très fébrile, parfois mortelle avec lymphopénie… 2.2. Physiopathologie -Contamination aérienne par des aérosols contenant des amibes « infectées ». -Passage des bactéries des amibes aux macrophages. -Multiplication dans le phagosome qui sunit avec le RE. -Mort du phagocyte et dissémination de Legionella Physiopathologie -Contamination aérienne par des aérosols contenant des amibes « infectées ». -Passage des bactéries des amibes aux macrophages. -Multiplication dans le phagosome qui sunit avec le RE. -Mort du phagocyte et dissémination de Legionella.

8 vendredi 10 janvier Pouvoir pathogène

9 vendredi 10 janvier Pouvoir pathogène 2.4. Facteurs de risque Âge Sexe (sexe ratio M/F = 2,5) Tabagisme et éthylisme Immunodépression Affections respiratoires chroniques 2.4. Facteurs de risque Âge Sexe (sexe ratio M/F = 2,5) Tabagisme et éthylisme Immunodépression Affections respiratoires chroniques 2.3. Complications Insuffisance respiratoire ou rénal État de choc (rôle du LPS) 2.3. Complications Insuffisance respiratoire ou rénal État de choc (rôle du LPS)

10 vendredi 10 janvier Isolement et Identification IMMUNOFLUORESCENCE DIRECTE Importance du diagnostic : souvent réalisé après échec thérapeutique lors de lutilisation de bétalactamines pour une infection respiratoire RECHERCHE des ANTIGÈNES URINAIRES

11 vendredi 10 janvier IMMUNOFLUORESCENCE DIRECTE

12 vendredi 10 janvier Isolement et Identification Gélose de BCYE alpha : tampon ( B uffer) ACES ( Acide N2alphaCetamido-2- aminoEthane Sulfonique ) Charbon activé ( C oal) Extrait (peptone) de levure ( Y east E xtract) alpha KG (2oxoglutarate) L-Cystéine Pyrophosphate de fer III antibiotiques éventuels (pour la sélection) : céfamandole, polymyxine B…. agar eau pH 6,9 ISOLEMENT À partir dun Liquide de lavage bronchoalvéolaire Identification en labo spécialisé

13 vendredi 10 janvier Isolement et Identification IMMUNOLOGIE (SÉROLOGIE) IMMUNOFLUORESCENCE INDIRECTE sur un sérum prélevé le plus tôt possible puis un deuxième prélevé 5 semaines plus tard.

14 vendredi 10 janvier IMMUNOFLUORESCENCE INDIRECTE

15 15 4. Traitement Les bétalactamines sont inefficaces (céphalosporinase). On utilise des MACROLIDES comme lÉrythromycine ou la spiramycine. Les bétalactamines sont inefficaces (céphalosporinase). On utilise des MACROLIDES comme lÉrythromycine ou la spiramycine.

16 vendredi 10 janvier Prophylaxie Il faut éliminer les PROTOZOAIRES hébergeant des Legionella dans des biofilms de différents lieux humides, par choc thermique, traitement chlorés… : douches bains à remous climatisations tours aéroréfrigérantes Il faut éliminer les PROTOZOAIRES hébergeant des Legionella dans des biofilms de différents lieux humides, par choc thermique, traitement chlorés… : douches bains à remous climatisations tours aéroréfrigérantes

17

18

19

20 vendredi 10 janvier Merci de votre attention !!!! Réalisé par Jean-No ë l Joffin Mars 2010 Au laboratoire de SAINT BRICE ! Critiques :


Télécharger ppt "Vendredi 10 janvier 20141 Par léquipe denfer Cédric - jnj Legionella."

Présentations similaires


Annonces Google