La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Technique de l’extraction dentaire

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Technique de l’extraction dentaire"— Transcription de la présentation:

1 Technique de l’extraction dentaire

2 L’extraction dentaire est un acte chirurgical de nécessité ablation de la dent de son alvéole qui doit être effectué après l’épuisement des méthodes de traitement conservateur. L’extraction dentaire nécessite une préparation minutieuse pour prévenir les accidents et les complications possibles.

3 La préparation préextractionnelle
Préparation du médecin (lavage des mains, emplois des gants, tenue chirurgicale adéquate). Préparation du patient (accord informé du patient, formulaire complété par le patient sur ses antécédents pathologiques et son information sur les risques de l’intervention, les éventuels accidents et complications post-extractionnelles). L’évaluation de la tension artérielle du pouls et d’indices de saignement et de coagulation s’impose chez tout patient sain. En présence d’autres maladies générales est recommandée une consultation interdisciplinaire complète.

4 Préparation de l’instrumentation de consultation, d’anesthésie et d’extraction dentaire ainsi que de l’instrumentation accessoire faite après l’évaluation locale et régionale.

5 Preparation du patient avant l’extraction
Preparation physique(sorter glaces et prothese,le patient instalee confortablement dans le fauteuil,liberee de tout ce qui peut gener la repiration ou la circulation,la tete bien appuyee et orientee, de facon telle que la cavitee buccale soit eclaree au maximum) Preparation phsychique(informer le patient sur les manoeuvres qui suivent, calmer le patient) Preparation medicamenteuse(verifier si le patient a déjà pris les medicaments qu’il prend d’ habitude, la sedation du patient)

6 L’évaluation préextractionelle locale analyse la position de la dent à extraire (du point de vue clinique et radiologique), la relation avec les dents voisines, avec le sinus maxillaire, avec le canal mandibulaire, ainsi que l’intégrité de la couronne, la direction des racines, la mobilité dentaire (de la dent à extraire mais surtout des dents voisines) en vue d’établir l’instrumentaire et la technique d’extraction (avec l’élévateur, la pince, par alvéolotomie, avec séparation des racines).

7 Techniques d’extraction avec le davier
Les temps de l’extraction dentaire La syndesmotomie  L’application et l’adaptation du davier La luxation de la dent L’extraction proprement dite

8 La syndesmotomie : elle s’effectue avec l’élévateur (les élévateurs) et consiste dans le sectionnement du ligament circulaire de la dent. Les mouvements doux suivent le sulcus gingival, la face concave de l’élévateur s’appuyant sur la dent. Dans la situation où l’os alvéolaire le permet (septum interdentaire vigoureux), on recommande déjà le commencement de la luxation de la dent avec l’élévateur.

9 L’application et l’adaptation de davier ne sont recommandées que dans la situation où il existe une portion dentaire extra-osseuse suffisamment résistante ou lorsqu’on a réalisé un sillon périradiculaire à une dent monoradiculaire ou l’on a déjà effectué la séparation des racines d’une molaire et l’on peut appliquer le davier pour les restes radiculaires. La prise du davier doit être ferme, dans l’axe de la dent, avec les mâchoires centrées sous la gencive, d’abord la mâchoire orale puis celle vestibulaire.

10 La luxation de la dent avec l’élévateur se fait en introduisant l’élévateur entre la racine et le septum interdentaire ou interradiculaire et en insinuant l’élévateur de plus en plus profondément. L’appui sur l’os avec la partie convexe de l’élévateur permet à la partie concave de celle-ci la mobilisation de la dent. Cette méthode est surtout recommandée sur les monoradiculaires ou les racines dentaires après la séparation.

11 La luxation de la dent, lorsqu’elle se fait avec le davier, se fait lentement par mouvements basculaires vestibulo-oraux, avec l’élargissement graduel de l’alvéole, avec de légers mouvements de rotation lorsque la morphologie des racines le permet.

12 L’extraction proprement dite consiste dans l’enlévement de la dent de son alvéole par un mouvement de traction dans l’axe, parfois associé de rotation après la dilatation suffisante de l’os alvéolaire.

13 La syndesmotomie (consiste dans le sectionnement du ligament circulaire de la dent)

14 Pour eviter la fracture de la dent, le davier doit engager la dent le plus fermement et le plus profondement possible, sans leser les tissues voisines

15 L’élargissement de l’alvéole dentaire
La luxation de la dent, lorsqu’elle se fait avec le davier, se fait lentement par mouvements basculaires vestibulo-oraux, avec l’élargissement graduel de l’alvéole, avec de légers mouvements de rotation lorsque la morphologie des racines le permet.

16 L’extraction proprement dite consiste dans l’enlévement de la dent de son alvéole par un mouvement de traction dans l’axe, parfois associé de rotation après la dilatation suffisante de l’os alvéolaire.

17 L’extraction des dents maxillaires
Techniques d’extraction L’extraction des dents maxillaires

18 Extraction des incisives centrales maxillaires
Extraction des incisives centrales maxillaires. Instrumentation: pricèlle, miroir, elevateur droit, davier pour incisives maxillaires, curette droite.

19 Syndesmotomie. Position de la main gauche: l’index de la main gauche est placé en vestibulaire, en méme temps en écartant et protegeant la lèvre; le pouce est placée en palatin.

20 Extraction des incisives maxilaires
Avec un élévateur, comme levier, exercer une pression tout autour de la dent de façon à faire rompre les fibres du ligament dento-alvéolaire. La pression doit être appliquée alternativement de chaque côté de la dent. Dans sa fonction normale, le ligament a entre autres fonctions, celle d’absorber les chocs reliés à la mastication. Les petits coups appliqués sur la dent ne seront donc pas du tout efficaces pour rompre ces fibres qui ont une bonne élasticité.

21 Utiliser l’élévateur latéralement
Utiliser l’élévateur latéralement. Le centre de l’élévateur (partie convexe) sert de point d’appui tandis que le bord latéral est utilisé comme levier, en s’appuyant sur une aspérité de la dent à extraire (habituellement le bougeon du collet). Il en résultera alors une force verticale en direction de la couronne.

22 Extraction des incisives lateraux maxillaires.
Syndesmotomie. Position de la main gauche: l’index de la main gauche est placé en vestibulaire, en méme temps en écartant et protegeant la lèvre; le pouce est placée en palatin.  

23 Extraction des canines maxillaires
Syndesmotomie. Position de la main gauche: l’index de la main gauche est placé en vestibulaire, en méme temps en écartant et protegeant la lèvre ; le pouce est placée en palatin.

24 Extraction des prèmolares superieurs dans le 1-er quadrant.
Technique de l’extraction: Syndesmotomie. Position de la main gauche: le pouce est placée en vestibulaire, en écartant les tissus moux (la lèvre) et l’index de la maine gauche est placé en palatin, en soutenant l’os alvéolaire.

25 Extraction des prèmolares superieurs dans le 2-eme quadrant
Syndesmotomie. Position de la main gauche: le pouce est placé en palatin, en soutenant l’os alvéolaire, l’index de la maine gauche est placé en vestibulaire, en écartant les tissus moux(la lèvre).

26 Extraction des molaires superieurs, droit
Technique de l’extraction. Syndesmotomie. Position de la main gauche: le pouce est placée en vestibulaire , en écartant les tissus mous (lèvre) et l’index de la main gauche est placé en palatin, en soutenant l’os alvéolaire;

27 Extraction des molaires superieurs. Cote GAUCHE
Syndesmotomie. Position de la main gauche: l’index de la main gauche est placé en vestibulaire, en méme temps en écartant et protéger la lévre ; le pouce este placé en palatin.

28 Extraction des 1-eres et 2-emes molaires de sagesse, superieurs.
Position de la main gauche-pour le 1er quadrant: le pouce est placé en vestibulaire, en écartant les tissus mous (lèvre) et l’index de la main gauche est placé en palatin, en soutenant l’os alvéolaire; pour le 2eme quadrant: l’index de la main gauche est placé en vestibulaire, en méme temps en écartant et protégeant la lévre ; le pouce est placé en palatin.

29 L’extraction des dents mandibulaires

30 Instrumentation: pricèlle, miroir, elevateur courbe, davier pour l’extraction des dents anterieures mandibulaires, curette courbe.

31 La bouche du patient doit etre au niveau de la coude du medecin

32 Tehnique de l’extraction des dents anterieures mandibulaires (quadrant 3 et 4)
Syndesmotomie. Position de la main gauche: le pouce est positionné en vestibulaire, en écartant la lèvre et l’index se place en lingual en soutenant l’os alvéolaire et en protegeant la langue.

33 Tehnique de l’extraction des CANINES ET prémolaires mandibulaires
Position de la main gauche: -pour l’hèmimandibule droite: l’index est positionné en vestibulaire pour proteger les tissus mous (lèvre et langue). Le pouce soutient le processe alvéolaire lingual, et les autres doigts soutien la branche horizontale de la mandibule. Pour hemimandibule gauche: l’index est positionné en vestibulaire pour proteger les tissus mons (lèvre et langue), le grand doigt est positionne en lingual et le ponce soutien la mandibule.

34 Tehnique de l’extraction des molaires mandibulaires
Position de la main gauche: -pour l’hèmimandibule droite: l’index est positionné en vestibulaire pour proteger les tissus mous (lèvre et langue). Le pouce soutient l’os alvéolaire lingual, et les autres doigts soutiennent la branche horizontale de la mandibule; pour l’hèmimandibule gauche: l’index est positionné en vestibulaire pour proteger les tissus mous, le grand doigt est placé en lingual et le pouce soutient la mandibule.

35 Tehnique de l’extraction des molaires de sagesse mandibulaires
Position de la main gauche: -pour l’hèmimandibule droite: l’index est placé en vestibulaire pour proteger les tissus mous et les autres doigts soutiennent l’angle mandibulaire. Pour l’hèmimandibule gauche: - l’index est placé en vestibulaire, le grand doigt est placé en lingual et le pouce soutient la mandibule.

36 L’extraction des racines dentaires
Extraction avec le davier à racines. Extraction avec l’élévateur. Extraction par alvéolotomie.

37 Extraction avec le davier à racines.
L’extraction avec le davier à racines est indiquée lorsqu’elle présente une portion dentaire suffisamment résistante du point de vue extra-osseux qui permet l’application du davier pour les restes radiculaires. Aux frontaux maxillaires, plus efficace est la prise avec le davier ordinaire, lorsqu’on crée un sillon périradiculaire avec la fraise sphérique ou l’on applique les mâchoires du davier au-dessus de la corticale marginale vestibulaire et palatinale, et l’on extrait la racine avec le davier (extraction Witzel). Le sacrifice inutile de substance osseuse ne recommande pas l’extraction Witzel.

38 Extraction avec le davier à racines
L’extraction Witzel

39 Extraction avec l’élévateur.
L’extraction avec l’élévateur est indiquée dans le cas où la racine dentaire est située infra-osseux et la pince ne peut pas s’appliquer pour les restes radiculaires. La technique nécessite de la manualité, la partie concave est appliquée sur la paroi radiculaire et celle convexe s’appuie sur la paroi alvéolaire osseuse. Les mouvements de pousse et de pression vers la profondeur sont associés avec une légère basculation. Si l’insertion de l’élévateur n’est pas possible, on pratique un sillon à fraise sphérique et ensuite l’on continue avec l’élévateur. Parfois aux dents pluriradiculaires, après l’écartement d’une racine est nécessaire la suppression du septum interradiculaire pour pouvoir écarter la racine transseptale restante. Un reste radiculaire déjà luxé dans l’alvéole peut être écarté avec une aiguille Hedstrom par son introduction dans le canal radiculaire.

40 Extraction avec l’élévateur

41 Extraction avec l’élévateur.
Un apex de racine situe profondement dans l’os

42 Extraction avec l’élévateur.
L’extraction des racines des incisives, canines, et premolaires inferieures se fait avec le pied de biche

43 Extraction avec séparation des racines
Elle est indiquée aux dents pluriradiculaires avec destruction coronaire étendue ou la couronne fracturée, aux molaires intègres avec racines divergentes ou avec d’autres anomalies de forme et position. Aux molaires supérieures, après la syndesmotomie et le décollage de la fibromuqueuse gingivale, on a en vue la mise en évidence du sillon interradiculaire, après laquelle on sectionne les trois racines avec une fraise cylindrique suffisamment longue. Ensuite on extrait séparément avec l’élévateur ou avec la pince en baïonnette lorsqu’il existe une portion suffisamment résistante du point de vue extra-osseux. Lorsque la couronne est intègre et l’on a en vue la séparation d’une seule racine divergente, après qu’on sectionne celle-ci sous le plancher de la chambre pulpaire, on extrait la couronne avec les racines qui font corps commun avec celle-ci, et puis on extrait la racine restante. Aux molaires supérieures, la section aura la forme T, avec un sillon qui sépare les deux racines vestibulaires de celle palatine, et un autre sillon qui sépare les deux racines vestibulaires et est perpendiculaire sur le premier. Aux molaires inférieurs, le sillon est vestibulo-lingual séparant la racine distale de celle mésiale. Après qu’on a sectionné les racines, chaque racine est extraite séparément, le plus fréquemment avec l’élévateur.

44 Extraction avec séparation des racines
143

45 Extraction avec l’élévateur.
L’extraction des racines des molaires inferieures

46 Distruction coronnaire importante de la molaire maxillaire 1. 6
Distruction coronnaire importante de la molaire maxillaire 1.6. Syndesmotomie et decollement de la muqueuse gingivale. la sèparation des racines vestibulaires avec une fraise cylindrique longue.

47 La section interradiculaire est en forme de T ou y.

48 L’extraction de la racine palatine Les trois racines extraites

49 Le curetage de l’alvéole postextractionnelle
Le curetage de l’alvéole postextractionnelle. L’ablation du septum interdentaire avec la pence a os. Suture du lambeau et l’aplication d’une mèche iodoformée.

50 Extraction par alvéolotomie
Elle est indiquée pour : racines fracturées sous la marge de la corticale osseuse (récemment ou longtemps après), racines en « baguettes de tambour », avec ankylose dento-alvéolaire, racines situées sous des travaux prothétiques avec espace rétréci par migration des dents voisines. L’approche se fait toujours au niveau de la corticale vestibulaire, même dans la situation de l’extraction de la racine palatinale. Ce sont la visibilité et les éléments anatomiques locaux (par exemple, le nerf mentonnier) qui conditionnent la technique.

51 Temps opératoires L’incision peut être trapézoïdale, courbe ou en L en fonction de la surface qu’on veut aborder et du niveau où est située la racine fracturée. Le décollage du lambeau muco-périostique se fait de bas en haut par mouvements doux avec le syndesmotome fin appliqué avec la surface concave sur l’os et avec celle convexe sur le périoste. La trépanation de l’os se fait avec la fraise avec refroidissement au sérum physiologique et est conditionnée par la position de la racine fracturée. On commence le plus fréquemment par le bord de la corticale vestibulaire alvéolaire. La résection osseuse se fait jusqu’à l’exposition suffisante de la racine pour appliquer l’élévateur, pour luxer et écarter la racine. Après la localisation de la résection osseuse, l’alvéolotomie peut être marginale, partielle, totale ou apicale.

52 Types de lambeaux

53

54

55

56

57

58

59

60 L’extraction de la racine se fait selon les technique connues, en utilisant l’élévateur.
La vérification de la plaie osseuse et muqueuse, la réapplication du lambeau et la suture se font en respectant la morphologie locale et la position initiale du lambeau. Si l’on a en vue une guérison per primam, on sectionne le périoste et l’on déplace le lambeau coronaire pour couvrir complètement l’alvéole.

61 Diagnostic: reste radiculaire 4.6 (racine distale) intraalvèolaire.
Traitement: alveolotomie de la 4.6. L’examen radiologique du reste mandibulaire de la 4.6 (racine distale). Incision trapezoidale. Decollement du lambeau.

62 Enlèvement de l’os au niveau de l’alvéole postextractionnelle.
Extraction avec l’elevateur de la racine distale de la 4.6. Curetage de l’alvéole.

63 Suture du lambeau avec des fils a suture.

64 Extraction alvéoloplastique
L’extraction alvéoloplastique est une technique d’écartement de deux ou de plusieurs dents voisines et qui prépare le processus alvéolaire pour le prochain traitement prothetique ou d’une dent restante qui a le processus alvéolaire au-dessus du niveau de la crête édentée voisine. Mais la régularisation du plan osseux doit se faire le plus limité possible ayant en vue la réduction de la dimension de l’alvéole post-extractionnelle avec un tiers du volume au minimum pendant les six mois post-extractionnels. Certains auteurs recommandent de remplir l’alvéole de greffe xénogène (Bio oss), en vue de conserver justement la hauteur de la crête. L’intervention a comme but, après l’écartement des dents, la régularisation des septums interdentaires ou interradiculaires, des papilles ou des marges gingivales sans vascularisation favorable à la guérison et la suture de la plaie post-extractionnelle. La guérison peut se faire per secundam, comme une plaie post-extractionnelle ordinaire, ou per primam lorsqu’on crée un lambeau vestibulaire qui par sectionnement du périoste s’allonge et couvre complètement l’alvéole. La méthode de la guérison per primam est surtout indiquée chez les patients qui vont faire ou ont fait la radiothérapie locale ou régionale (cancer de la tête ou du cou) ou ont suivi un traitement aux biphosphonates.

65

66 Avant d’entreprendre quelqu’effort pour enlever une dent, on doit couper toute attache gingivale, de l’épithélium sulculaire, à l’aide d’une lame tranchante. Cette démarche minimise les chances de déchirement de gencive, lors d’élévation de lambeaux, ou lorsque la dent sera retirée. Pour extraire une dent il faut « disloquer » la racine de son alvéole. Pour y arriver, on doit couper, briser, étirer, déchirer le ligament donto-alvéolaire. Il faut bien voir le site opératoire en tout temps. Il ne faut pas hésiter à soulever un lambeau de gencive. Si cette procédure n’est pas toujours essentielle. Elle est toujours facilitante et la guérison de la plaie se fait sans problème.

67

68

69 Lorsqu’on fait une prothesation immediate, l’empreinte dentaire doit etre faite avant l’extraction, et on ecarte du modele les dents qu’on va extraire. La prothese s’aplique immediatement apres l’extraction

70

71 7 jours apres l’extraction

72 3 semaines apres l’extraction et l’alveoloplastie

73 Diagnostic: Restes radiculaires multiples.
Traitment: Extraction alvéoloplastique 1.1,1.2,1.3,1.4,2.6. Image radiologique de la radiotransparence periapicale du niveau de la 1.1, 1.2,1.3,1.4. Realisation de l’incision en vestibulaire et palatin

74 L’incision Détacher la muqueuse gingivale au fond du sulcus sur tout le pourtour de la dent, à l’aide d’une lame de bistouri #11, #15, #15C, ou #12. La lame doit être tenue presque parallèle à la dent avec la pointe dirigée vers l’alvéole. Cette procédure est particulièrement utile dans les cas où l’attache de la gencive est encore bien solide sur le dent. En ce faisant, on évite le déchirement de la muqueuse lors de l’extraction.

75 Decollement du lambeau mucoperiosté.
Extraction des restes radiculaires 1.1,1.2, 1.3, 1.4.

76 Curetage des alveoles postextractionelles.
Plastie du septum interradiculaire avec la pince à os. Suture continue des lambeaux mucoperiosté. 

77 Guérison post-extractionnelle
Dans le processus de guérison de l’alvéole vide se produit une contraction de fibres élastiques de la gencive et du ligament circulaire, les marges de la plaie s’étendent vers le haut de l’alvéole comme suite de l’œdème post-opératoire et de l’hyperémie locale, le caillot alvéolaire adhère à la paroi alvéolaire et change de couleur de rouge en gris, les vaisseaux sanguins présentent une coagulation partielle ou dilatation, et commencent l’adhésion de la gencive au caillot intra-alvéolaire et la résorption des restes nécrotiques osseuses.

78 Une semaine après, le caillot organisé est presque complètement couvert d’épithélium, deux semaines plus tard, la dépression entre les marges gingivales a disparu, trois semaines plus tard apparaît une proéminence par l’évolution de la prolifération osseuse, et six mois plus tard apparaît le remaniement osseux de l’alvéole par la réduction du volume alvéolaire, un tiers vis-à-vis de la situation initiale (immédiatement post-extractionnelle).

79 Tout cela a lieu dans les conditions du respect des indications post-extractionnelles par le patient : maintenir le pansement compressif pendant deux heures, éviter de fumer, de sucer l’alvéole ou de cracher, de se rincer la bouche, de consommer des aliments lactés, des glucides ou des boissons carbogazeuses le jour respectif, maintenir une hygiène orale rigoureuse à partir du lendemain.

80 Guerison de l’alveole dentaire apres l’extraction
1.alveole normale 2.alveole infectee 3.alveole detruite(ecrasee)

81 L’alveole normale Le meilleur pansement pour l’alveole est le caillot de sang Il faut presser l’alveole entre les deux doigts pour lui rendre la forme initiale C’est interdit : Le curetage agressif de l’alveole Le lavage avec des solutions antiseptiques D’introduire dans l’alveole des matieres etrangeres

82 Il est important de débrider l’alvéole après l’extraction.
Les arétes osseuses seront rongées de façon à permettre à la gencive de recouvrir le tissus osseux sans causer d’irritation au lambeau. La gencive est toujours suturée au dessus de l’alvéole. Les tissus doivent être manipulés avec délicatesse afin d’obtenir une guérison rapide.

83 Recommandation postextractionnelles
Les recomandations doivent etre orales et ecrites Le patient doit garder la compresse au moins une heure Il doit eviter de fumer, de consommer des sucreries et des produits lactes Il doit respecter une bonne hygiene orale les jours suivants

84 Alveole infectee(parodontite apicale)
Le medecin Doit laver l’alveole avec du serum physiologique Ne doit pas cureter l’alveole Doit introduire une meche iodoformee dans l’alveole

85 Alveole ecrasee Ecarter les morceaux d’os detaches
L’os doit etre regularise(nivele) Les tissues necroses doivent etre ecartes L’alveole doit etre suturee et protegee par une compresse

86 DENTS DE LAIT Pour les dents de lait, l’exodontie est à la fois très simple et très délicate. Ces structures juvéniles sont en effet très friables mais elles reposent dans un environment moins rigide que chez l’adulte. La structure de la dent de lait n’est pas toujours complète en région apicale; une radiographie de la région apicale nous éclairera sur ce sujet. Dans des cas d’exodontie de dents de lait pour satisfaire à des raisons d’orthodontie, il est fortement recommandé de s’assurer de la présence, et de la location, du bourgeon de la dent permanente par une radiographie. Son absence devrait, le cas échéant être signalée au propriétaire car le résultat final s’en trouvera d’autant modifiéIl n’est pas recommandé de suturer l’ouverture; formation de tissu cicatrisé peut interférer avec l’éruption de la dent adulte. Si l’élévation d’un lambeau a été nécessaire, l’incision buccale doit être suturée.


Télécharger ppt "Technique de l’extraction dentaire"

Présentations similaires


Annonces Google