La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

+ Santé émotionnelle chez les patients âgés Stratégies d'intervention 1 Le vieillissement : monologue ou dialogue ?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "+ Santé émotionnelle chez les patients âgés Stratégies d'intervention 1 Le vieillissement : monologue ou dialogue ?"— Transcription de la présentation:

1 + Santé émotionnelle chez les patients âgés Stratégies d'intervention 1 Le vieillissement : monologue ou dialogue ?

2 + L'un de nos objectifs dans le service consiste à mettre la personne âgée au centre de notre entretien de soins cliniques

3 + QUELQUES RAISONS CLINIQUES Dépression masquée: Déprime générale mais des difficultés à l'exprimer (Alexithymie), ou utilisent un symptôme physique comme « couverture » lorsqu'ils abordent la question avec leur famille ou les professionnels de la santé. Dépression sous-jacente : fonctionnement social réduit Habilités sociales réduites Pourquoi?

4 Le Processus relationnel : objectifs et stratégies 4 CHANGEMENT Connaître et comprendre le PROBLÈME et reconnaître les RESSOURCES RENFORCER l'expérience et sa réussite CONSCIEN TISER la personne Aider la personne à vivre de façon corrective

5 + 1 5 Explorez les ressources, les besoins et les désirs. COMMENT? « On se persuade mieux, pour l'ordinaire, par les raisons qu'on a soi- même trouvées » Blaise Pascal Connaître et comprendre le PROBLÈME et reconnaître les RESSOURCES

6 + Notre communication n'est pas : N'EST PAS DE L'EMPATHIE N'EST PAS DE L'AMITIÉ PAYÉE N'EST PAS UNE CONFESSION 6

7 + - Eviter les formes négatives - Chercher les exceptions - Tecnique de réutilisation - Paraphrasage - Questions ferme mais avec lillusion dune alternative Strategies de communication:

8 + Éviter les formes négatives Formuler même les concepts négatifs de façon positive. Ex. « vu que vous avez été aussi bon jusqu'ici, je voudrais vous demander de faire une chose un peu plus difficile, regarder sans intervenir ». Ceci afin de toujours éviter de « disqualifier » les gens ! La négation encourage la rigidité et le refus. 8 Vous être absolument incapable de... Je suis convaincu que vous être capable de...

9 + Technique de « Réutilisation » (Bandler et Grinder 1975) « Quiconque souhaite persuader quelqu'un doit le faire en utilisant les propres arguments de cette personne » (Aristote) Ex. la publicité réutilise des discours et de l'argot couramment utilisés Apprendre à utiliser le langage du client

10 + Chercher des exceptions Les questions relatives aux exceptions sont conçues pour découvrir des exemples d'exceptions positives : « Y a-t-il eu une quelconque exception ou la situation a-t-elle toujours été ainsi ? » Est-il possible de recréer dans le présent cette exception qui a fonctionné ?

11 + La technique du dialogue requiert : Questions Réponses Paraphrasage stratégique Qui mènent à un changement de perception du problème. 11

12 + La Question : nous aide à choisir nos objectifs selon les capacités, les ressources et les désirs de la personne, en comblant le fossé entre la prescription et la manière dont la personne met ceci en pratique. Répond à l'un des besoins les plus fondamentaux du patient âgé : communiquer, permettre un dialogue complet (sans interruptions pour accélérer les choses ou calmer le patient et sans diriger la conversation vers un sujet plus sûr ou plus familier pour nous et pas celui désiré par le patient). L'intervention ne se concentre pas sur la question de savoir pourquoi le problème existe, mais sur comment il fonctionne et sur comment le résoudre, en guidant la personne pour qu'elle change son comportement. Les stratégies communicatives sont l'application de la communication thérapeutique et interpersonnelle, résultant du travail du Groupe de Palo Alto (Watzlawick, Weakland, 1980, Nardone, Watzlawick 1990, 1997). 12

13 + La question : COMMENT EST-ELLE FORMULÉE 1.LES QUESTIONS NE SONT PAS OUVERTES Par ex. « Lorsque vous avez une crise de panique, comment vous sentez- vous ? » 13 Mais FERMÉES, avec l'ILLUSION D'UNE ALTERNATIVE Ex. « Lorsque vous avez une crise de panique, avez-vous peur de mourir ou de perdre le contrôle ? » Écrivez un exemple de question FERMÉE que vous pourriez utiliser dans votre travail.

14 + Paraphraser Dans cette phase de l'entretien, le paraphrasage est important ; il permet de confirmer que nous allons dans la bonne direction et ANCRE la perception de la personne dans sa réalité. Par ex. TX : « Corrigez-moi si je me trompe (content de changer d'avis), mais vous me dites que vous souffrez de crises de paniques qui correspondent à la peur de perdre le contrôle et qu'elles se produisent dans certaines situations prévisibles. » PZ : « Oui, tout à fait » Paraphrasez les réponses possibles du patient que vous avez imaginées pendant l'exercice 14

15 + Éviter les formes négatives Formuler même les concepts négatifs de façon positive. Ex. « vu que vous avez été aussi bon jusqu'ici, je voudrais vous demander de faire une chose un peu plus difficile, regarder sans intervenir ». Ceci afin de toujours éviter de « disqualifier » les gens ! La négation encourage la rigidité et le refus. 15 Vous être absolument incapable de... Je suis convaincu que vous être capable de...

16 + Continuer les questions et le paraphrasage : Questions Thérapeute : « Avez-vous tendance à parler beaucoup de votre problème ou gardez- vous les choses pour vous ? » Patient : « J'en parle à tout le monde » Thérapeute : « Et quand vous en parlez, vous sentez-vous mieux ou moins bien ? » Patient : « Mieux parce que je me décharge » Paraphrasage Thérapeute : « Vous me dites que quand vous parlez de votre problème vous vous sentez mieux parce que vous vous déchargez. Mais un peu plus tard, vous sentez-vous mieux ou moins bien ? » Patient : « Maintenant que j'y pense, je me sens assez frustré par la suite. » Paraphrasage : Thérapeute : « Donc, si j'ai bien compris, vous parlez beaucoup de votre problème, et quand vous en parlez, vous vous sentez mieux parce que vous vous sentez déchargé ; mais par la suite, vous vous sentez encore plus frustré parce que vous avez compris encore plus à quel point le problème vous semble difficile. » Patient : « Oui, c'est exactement ça. »

17 + POURQUOI UTILISER LA FORMULE « CORRIGEZ-MOI SI JE ME TROMPE » ? Notre objectif est que la personne se sente active et au centre de l'intervention. Le sentiment de protagonisme aide la personne à essayer la prescription en notre absence. Corrigez-moi si je me trompe fait sentir à la personne qu'elle guide le processus de dialogue et de découverte. La personne n'est pas face à un prestataire de soins qui lui dit « Faites ceci, faites cela », ni « Vous être malade de ça... ». UNE RELATION POSITIVE est construite, qui amplifie la collaboration et les attentes du patient en termes de thérapie. Le patient commence également à réfléchir à : - Comment le problème FONCTIONNE, ce qu'IL FAIT - PAS AUX CAUSES (pour lesquelles le patient ne peut souvent rien faire, si ce n'est se sentir oppressé, ex. « Votre dépression a des causes génétiques »)

18 OBJECTIFS ATTEINTS par le paraphrasage : 1.Il nous permet de simplifier et de clarifier le dialogue (particulièrement avec une personne âgée : nous devons communiquer simplement). 2. Nous pouvons nous assurer que la personne a compris 3. La personne se sent ÉCOUTÉE 4. Consacrer le BON TEMPS 5. LA PERSONNE SE SENT COMPRISE 6. Je connais la stratégie qui est normalement utilisée (c.-à-d. ressources, croyances), DÉCOUVRIR que certaines stratégies utilisées ne fonctionnent pas (le processus de découverte est bien plus efficace que les explications d'autres personnes !) 7. Je construit une bonne Relation 8. La croissance est progressive : LES ATTENTES QUE LE PATIENT A DU TRAITEMENT et LA RELATION ENTRE LE PATIENT ET LE THÉRAPEUTE expliquent plus de 70 % du changement, selon Hubble, Duncan et Miller. 18

19 + Qu'avons-nous obtenu ? 1. Information : ex. Nous savons que la personne a peur de perdre le contrôle et que cela peut se produire dans des situations prévisibles. Les personnes âgées ne nous parlent pas de nombreuses croyances et valeurs, souvent parce qu'elles ne sont pas habituées à verbaliser, qu'elles ont peur de mal le faire, ou qu'elles considèrent pour acquis que tout le monde pense ainsi et qu'il ne peut y avoir d'autres opinions. ex. J'arrête d'éviter de me fatiguer parce que je suis âgé, il y avait un moment où l'on mourait d'avoir poussé ses limites trop loin ! Si je ne pose pas les bonnes questions, je ne comprends pas les vraies réponses, et j'avance en fonction de mes compréhensions, pas de celles du patient. 2. La personne commence à éclaircir la carte et à coordonner le problème. 3. Le dialogue a été rapide mais efficace et la personne s'est sentie écoutée et comprise. 4. Nous n'avons ni minimisé ni réduit les demandes de la personne. 5. Nous aidons la personne à simplifier le problème et nous-mêmes à identifier l'objectif le plus adapté à la personne. 6. Nous réduisons la résistance au changement. 19

20 + 20 Il s'agit d'une rencontre guidée, qui n'est pas recherchée par la personne. Nous accordons de l'importance à ce qui a été dit. La personne ne se sent pas seule. La personne, qui recherche un dialogue, n'a plus besoin de se concentrer sur ses symptômes, ni sur la recherche, mais a un objectif, une motivation et est concentrée sur ce nouvel objectif (aussi parce qu'elle doit nous dire comment ça s'est passé). Nous disons à la personne : revenez dans deux semaines et dites-moi comment ça s'est passé.

21 + Un problème à la fois

22 + 22 identifiez la plus petite activité que la personne peut effectuer, dans le but de l'aider à faire l'expérience de la réussite. « La politique des petits pas » (Karl Popper) Aider la personne à vivre de façon corrective

23 + RENFORCER LES RÉSULTATS POSITIFS OBTENUS PAR LE PATIENT Même s'ils ne sont pas ceux espérés. Nous recherchons la plus petite réussite qu'ils ont pu obtenir. Ex. Patient: Je n'y suis pas arrivé Thérapeute : Que voulez-vous dire par « je n'y suis pas arrivé » ? (Question avec solutions alternatives) : voulez-vous dire que vous n'êtes pas parvenu à faire rien de ce dont nous avions parlé, ou que vous n'êtes pas parvenu à tout faire ? Patient : Le matin, je l'ai fait mais pas à de nombreuses reprises au cours de la journée Thérapeute : C'est super, je suis vraiment content qu'on ait pu démarrer, vous vous en êtes très bien sorti. Et après coup, vous sentiez-vous très fatigué ou un peu fatigué ?... et vous continuez ainsi. Nous pouvons découvrir que le patient n'a pas compris, qu'il ne peut pas le faire, que la tâche n'avait pas été donnée au bon moment ou pas dans la bonne quantité. UNE ATTITUDE PUNITIVE OU ÉVALUATIVE DOIT ÊTRE ÉVITÉE. RENFORCER l'expérience et sa réussite

24 + 24 CONSCIEN- TISER la personne

25 + Approches 1.Modèle stratégique : - Palo Alto - Bateson, Erikson, Giorgio Nardone - Interaction - Comunication stratégique 2. Approche orientée vers la responsabilisation : -Objectif : « augmenter les opportunités à la foi des individus et des groupes à contrôler activement leurs propres vies » Massimo Bruscaglioni 25

26 + 21/03/09 Si la personne se comporte bien, c'est grâce à elle, et si elle fait une erreur, j'ai fait quelque chose de travers.

27 27 PARTIE PRACTIQUE

28 + Activité Pratique Activités en groups Groupes denviron 10 personnes Durée 20 mns + 10 mns Un leader pour chaque groupe (docteur, infirmière, pharmacien, ou autre professionnel) Les participants, divisés en groupes, sont invites à réfléchir sur une simulation de conversation entre un docteur et son patient et à échanger sur les stratégies de communication employées. Cet exercice est basé sur les contenus du module précédemment présenté. 21/03/09

29 + 1. SIMULATION 1. Les participants complètent un document sur les techniques de communication employées et ensuite, ils pourront comparer leurs réponses au sein du groupe. 2. Le groupe doit essayer de bâtir le dialogue entre le professionnel de santé et son patient, en ajoutant toutes les éléments manquants et en identifiant les stratégies utilisées. 3. La session plénière permettra aux différents groupes de comparer leurs réponses avec le formateur. Le formateur évoluera parmi les groupes pour clarifier si besoin es, et répondre aux questions. 21/03/09

30 + 2. JEU DE ROLE 20 mns But: tester leurs connaissances sur les stratégies de communication apprises pendant lintervention. Dans chaque groupe, les rôles à jouer sont : le professionnel de santé, une personne âgée, et deux observateurs avec le document ci-dessus pour noter leurs observations. La personne qui joue le rôle du professionnel de santé devra répondre à la personne âgée, en utilisant les nouvelles techniques apprises et en suivant le déroulé du document du jeu de rôle. La personne jouant le rôle de la personne âgée doit répondre en essayant de simaginer de ce quune personne âgée répondrait réellement, dans la vie quotidienne. Les observateurs noteront les techniques utilisées. Puis, le groupe entier discutera des résultats du jeu de rôle.


Télécharger ppt "+ Santé émotionnelle chez les patients âgés Stratégies d'intervention 1 Le vieillissement : monologue ou dialogue ?"

Présentations similaires


Annonces Google