La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MANAGMENT INTERCULTUREL LA LANGUE EN COMMUN LA LANGUE EN COMMUN LINTERPRETARIAT LINGUISTIQUE ET CULTUREL LINTERPRETARIAT LINGUISTIQUE ET CULTUREL LA COMMUNICATION.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MANAGMENT INTERCULTUREL LA LANGUE EN COMMUN LA LANGUE EN COMMUN LINTERPRETARIAT LINGUISTIQUE ET CULTUREL LINTERPRETARIAT LINGUISTIQUE ET CULTUREL LA COMMUNICATION."— Transcription de la présentation:

1 MANAGMENT INTERCULTUREL LA LANGUE EN COMMUN LA LANGUE EN COMMUN LINTERPRETARIAT LINGUISTIQUE ET CULTUREL LINTERPRETARIAT LINGUISTIQUE ET CULTUREL LA COMMUNICATION INTERCULTURELLE LA COMMUNICATION INTERCULTURELLE

2 COMMUNICATION INTERCULTURELLE ASPECTS THEORIQUES Pour HALL (1990), la culture est considérée comme un système de communication « la culture nous dicte nos comportements, elle programme chacun de nos gestes, chacune de nos réactions, de nos sentiments même ». Selon HALL, si une personne déroge à ces règles, linterlocuteur aura limpression que « quelque chose danormal sest passé.» Pour HALL (1990), la culture est considérée comme un système de communication « la culture nous dicte nos comportements, elle programme chacun de nos gestes, chacune de nos réactions, de nos sentiments même ». Selon HALL, si une personne déroge à ces règles, linterlocuteur aura limpression que « quelque chose danormal sest passé.» Il faut comprendre cette proposition de HALL, non pas comme un dogme mais comme une invitation à analyser la culture comme un système de création et de traitement de linformation. Il faut comprendre cette proposition de HALL, non pas comme un dogme mais comme une invitation à analyser la culture comme un système de création et de traitement de linformation. 3 constantes pour HALL. 3 constantes pour HALL.

3 La notion de contexte riche et de contexte pauvre selon que linformation explicite est plus ou moins réduite La notion de contexte riche et de contexte pauvre selon que linformation explicite est plus ou moins réduite Par exemple, dans une culture à contexte riche, la communication se fait sur un mode allusif où limplicite prime, et cest le contexte qui pallie aux non-dits. Par exemple, dans une culture à contexte riche, la communication se fait sur un mode allusif où limplicite prime, et cest le contexte qui pallie aux non-dits. Par contre, dans la culture à contexte pauvre, les interlocuteurs « mettent les points sur les i ». C'est-à-dire que le raisonnement logique est considéré comme naturel. Par contre, dans la culture à contexte pauvre, les interlocuteurs « mettent les points sur les i ». C'est-à-dire que le raisonnement logique est considéré comme naturel.

4 La notion de monochronie et de polychronie Dans la monochronie, le temps est conçu comme un flux continu et il y a un passé, un présent et un futur. Dans la monochronie, le temps est conçu comme un flux continu et il y a un passé, un présent et un futur. Dans la polychronie, le temps nest pas isolé des évènements sociaux, et lobéissance nest pas due au temps mais aux relations entre les gens. Dans la polychronie, le temps nest pas isolé des évènements sociaux, et lobéissance nest pas due au temps mais aux relations entre les gens.

5 La notion de proxémique culturelle Comme pour le temps, le rapport à lespace est culturellement construit. Comme pour le temps, le rapport à lespace est culturellement construit. La distance corporelle et le contact sont assujettis à des codes. La distance corporelle et le contact sont assujettis à des codes. Lintensité du regard prend des significations variables en fonction des formatages culturels. Lintensité du regard prend des significations variables en fonction des formatages culturels. Les signaux ne sont pas forcement contrôlables. Les signaux ne sont pas forcement contrôlables.

6 Pour HALL, ces trois constantes ne sont pas indépendantes. Elles fonctionnent comme un système de communication. Elles fonctionnent comme un système de communication. Lerreur à ne pas commettre cest de se limiter aux stéréotypes. « Les Allemands sont comme ceci, les Américains comme cela. Les Congolais comme ceci, les Suédois comme cela. Les Chinois comme ceci, les Italiens comme cela. » Lerreur à ne pas commettre cest de se limiter aux stéréotypes. « Les Allemands sont comme ceci, les Américains comme cela. Les Congolais comme ceci, les Suédois comme cela. Les Chinois comme ceci, les Italiens comme cela. » Attention à la différence entre les comportements observés et les comportements attendus ! Attention à la différence entre les comportements observés et les comportements attendus !

7 HOFSTEDE, dans sa célèbre enquête avec questionnaires auprès de filiales dIBM dans plus de 50 pays, dégage 5 dimensions : HOFSTEDE, dans sa célèbre enquête avec questionnaires auprès de filiales dIBM dans plus de 50 pays, dégage 5 dimensions : la distinction entre société individualiste et collectiviste, la distinction entre société individualiste et collectiviste, la distance hiérarchique qui correspond aux différences de pouvoir acceptées dans la société : la distance hiérarchique qui correspond aux différences de pouvoir acceptées dans la société : le contrôle de lincertitude qui concerne le degré dacceptation de linconnu réservé par le futur avec des sociétés à fort contrôle de lincertitude et des sociétés à faible contrôle de lincertitude, le contrôle de lincertitude qui concerne le degré dacceptation de linconnu réservé par le futur avec des sociétés à fort contrôle de lincertitude et des sociétés à faible contrôle de lincertitude, les sociétés masculines et les sociétés féminines, les sociétés masculines et les sociétés féminines, lorientation vers le court ou long terme dune société. lorientation vers le court ou long terme dune société.

8 La France, par exemple, serait une société avec : un fort individualisme, un fort individualisme, une grande distance hiérarchique, une grande distance hiérarchique, un fort contrôle de lincertitude, un fort contrôle de lincertitude, un indice moyen de masculinité, un indice moyen de masculinité, une orientation à long terme. une orientation à long terme.

9 LA CONFRONTATION DES MODELES EXPLICATOIRES ILLNESS ILLNESS DISEASE DISEASE SICKNESS SICKNESS TREPIED DE LANTHROPOLOGIE MEDICALE TREPIED DE LANTHROPOLOGIE MEDICALE

10 LE SYSTEME DE SOINS CULTURE BLIND CULTURE BLIND CULTURE SENSITIVE CULTURE SENSITIVE

11 DOCUMENTS MULTIMEDIA

12 PATIENT (E). LANGUE en commun. SICKNESS. ILLNESS MEDIATEUR(TRICE) culturel(le) dans le cadre du soin. Confrontations des représentations culturelles. Compétence transactionnelle MEDIATEUR(TRICE) culturel(le) dans le cadre du soin. Confrontations des représentations culturelles. Compétence transactionnelle Organisation du système de soins et valeurs de la société daccueil SOIGNANT(E) Compétence culturelle Décentrage grâce à la Confrontation des modèles explicatoires DISEASE SOIGNANT(E) Compétence culturelle Décentrage grâce à la Confrontation des modèles explicatoires DISEASE

13 Les réponses systemiques Il ny a pas de problèmes Il ny a pas de problèmes Culturaliser la pathologie Culturaliser la pathologie Pathologiser la culture Pathologiser la culture Ne rien y comprendre Ne rien y comprendre Chacun propose une stratégie Chacun propose une stratégie Le travail en réseau Le travail en réseau

14 BIBLIOGRAPHIE 1. Cecil G.HELMAN. Culture, Health and Illness 1. Cecil G.HELMAN. Culture, Health and Illness Second edition, Butterworth-Heinemann Ltd, Oxford, 1990 Second edition, Butterworth-Heinemann Ltd, Oxford, Laurence-J KIRMAYER, Danielle GROLEAU, Jaswant GUZDER, Caminee BLAKE, Eric.JARVIS 2. Laurence-J KIRMAYER, Danielle GROLEAU, Jaswant GUZDER, Caminee BLAKE, Eric.JARVIS Cultural consultation : A model of mental health service for multicultural societies Cultural consultation : A model of mental health service for multicultural societies CANADIAN JOURNAL OF PSYCHIATRY Volume, fascicule 48,

15 BIBLIOGRAPHIE 3.R.Bennegadi Migrations et urgences, 3.R.Bennegadi Migrations et urgences, Revue de médecine psychosomatique, 29, pages 49-58, Revue de médecine psychosomatique, 29, pages 49-58, R.Bennegadi et F. Bourdillon.La santé des travailleurs migrants en France: aspects médico - sociaux et anthropologiques, 4. R.Bennegadi et F. Bourdillon.La santé des travailleurs migrants en France: aspects médico - sociaux et anthropologiques, Revue des Migrations Internationales,Volume 6, N°3, Revue des Migrations Internationales,Volume 6, N°3, 1990.

16 BIBLIOGRAPHIE 5. E.T.HALL Au-dela de la culture E.T.HALL Au-dela de la culture R. BENNEGADI. Anthropolgie médicale clinique et santé mentale des migrants en France 6. R. BENNEGADI. Anthropolgie médicale clinique et santé mentale des migrants en France In : Médecine Tropicale, Revue française de pathologie et de santé publique tropicales, 1996; Volume 56, Numéro 4 bis : In : Médecine Tropicale, Revue française de pathologie et de santé publique tropicales, 1996; Volume 56, Numéro 4 bis :

17 BIBLIOGRAPHIE 7. Arthur KLEINMAN : "What really matters. Living a moral life amidst uncertainty and danger" 7. Arthur KLEINMAN : "What really matters. Living a moral life amidst uncertainty and danger" Oxford University Press, Oxford University Press, 2006.


Télécharger ppt "MANAGMENT INTERCULTUREL LA LANGUE EN COMMUN LA LANGUE EN COMMUN LINTERPRETARIAT LINGUISTIQUE ET CULTUREL LINTERPRETARIAT LINGUISTIQUE ET CULTUREL LA COMMUNICATION."

Présentations similaires


Annonces Google