La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Resclin-Champagne-Ardenne Les définitions Les recommandations La réglementation Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Resclin-Champagne-Ardenne Les définitions Les recommandations La réglementation Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux."— Transcription de la présentation:

1 1 Resclin-Champagne-Ardenne Les définitions Les recommandations La réglementation Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Formation encadrement EOHH 4ème trimestre 2008

2 2 Nouvelles définitions des infections nosocomiales

3 3 Les infections associées aux soins Nouvelles définitions des infections nosocomiales (non encore publiée) mesures prises pour prévenir la transmission dun micro-organisme : définition et place des précautions standard dépistage, y compris des BMR (définition, indications, stratégie - méthode, fréquence, …) et ses conséquences modalités et place des précautions complémentaires ou additionnelles, en complément des précautions standard, incluant leur levée. « Isolement » = « Isolement du germe » Précautions standard + précautions complémentaires

4 4 Historique

5 5 Infections Associées aux Soins (IAS) Une infection est dite associée aux soins (IAS) si elle survient au cours ou à la suite dune prise en charge (diagnostique, thérapeutique ou préventive) dun patient ET si elle nétait ni présente, ni en incubation au début de la prise en charge Une Infection nosocomiale est une IAS contractée en établissement de santé

6 6 Infections Associées aux Soins (IAS) Lorsque létat infectieux au début de la prise en charge nest pas connu précisément, un délai dau moins 48h ou un délai supérieur à la période dincubation est couramment accepté pour définir une IAS. Toutefois, il est recommandé dapprécier dans chaque cas, la plausibilité de lassociation entre la prise en charge et linfection.

7 7 2 catégories d IAS non exclusives Infection associée à lenvironnement de soins (IAES) Infection associée aux actes de soins (IAAS)

8 8 Déterminants

9 9 Exclusions de la définition des IAS Infection présente ou en incubation à ladmission Colonisation asymptomatique colonisation urinaire, colonisation sur cathéter présence isolée d un micro-organisme sur une cicatrice ou une lésion cutanée Soins auto-prescrits Infections materno-fœtales (IMF) Sauf: entérocolite ulcéronécrosante épidémique, IMF à germes hospitaliers, IMF suite à colonisation maternelle non traitée (Strepto B)

10 10 Les recommandations

11 11 Actualités Bon usage des antibiotiques. HAS, avril 2008 Avis relatif à la maîtrise de la diffusion des infections à Clostridium difficile dans les établissements de santé français. 20 juin 2008 Rapport relatif à la conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche. Haut Conseil de la Santé Publique, 5 septembre 2008 Recommandations pour la prévention de la transmission croisée (1 er T 2009) Précautions standard Dépistage SAMR Précautions complémentaires contact

12 12 Précautions standard (PS)

13 13 PS: lhygiène des mains Technique dhygiène des mains priorisée: friction hydro-alcoolique (FHA) - [WHO 2005][CDC 2002][SFHH 2002]. - Comité Technique national des Infections Nosocomiales (CTIN), décembre 2001: « lhygiène des mains repose sur la friction avec un produit hydro-alcoolique (PHA) « en remplacement du lavage des mains »

14 14 PS: lhygiène des mains Comment bien faire la FHA ? Protocole tenues à manches courtes, pas dongles vernis, et de faux-ongles, pas de bijoux (y compris alliance), mains non souillées, non mouillées, accessibilité des PHA pas de risques dermato et systémique

15 15 PS: équipements de protection individuelle (EPI) et mesures « barrière » Port de gants prévention AES et transmission C. difficile. gants sans latex et non poudrés Port de masque / lunettes (PS) Protection de la tenue professionnelle méthode de protection de la tenue moins étayé (ex : surblouse) ou non démontré (surchaussures)

16 16 PS: pour les visiteurs Sensibilisation à lhygiène des mains avant et après contact direct avec un patient port de gants, de surblouses ? mal documenté (sauf hémato, blocs obstétricaux…) Resclin: NON Sauf cas particulier

17 17 PS: Organisation des soins globaliser les soins (par opposition aux soins en série) organiser la séquence du plus propre au plus sale stockage minimum de matériel dans lespace de soin

18 18 Evaluation des PS évaluations qualitatives et quantitatives des indications et de la gestuelle de la FHA: suivi à plusieurs reprises du niveau de consommation indicateur de performance (ICSHA) rétro information des indicateurs importante moteur dans lamélioration des performances

19 19 Précautions complémentaires contacts (PC)

20 20 Précautions complémentaires contact Complémentaires aux précautions standard chambre individuelle ou regroupement des porteurs signalisation hygiène des mains port de gants port du masque port de surblouses/tabliers dans certaines circonstances

21 21 PC contact Chambre individuelle Si nombre de chambres individuelles insuffisant: regrouper les patients porteurs dans une même chambre regrouper les porteurs dans des unités dédiées = COHORTING (personnel non partagé avec dautres patients) Signalisation rationnel scientifique incertain

22 22 PC contact Hygiène des mains Intérêt friction SHA > lavage +++ amélioration de lobservance meilleure efficacité microbiologique études cliniques Port des gants non stériles à UU bénéfice du non port de gants sous réserve de loptimisation des SHA notamment lors denchaînements de soins chez un même patient sauf pour Clostridium difficile

23 23 Protection de la tenue vestimentaire port d'une surblouse (tablier) pour les soins potentiellement contaminants Port du masque occasionnellement recommandé soins avec risques daérosols rarement porté dans le cadre des PC PC contact

24 24 Le dépistage et ses conséquences

25 25 Dépistage du SARM Le dépistage en réanimation En labsence de dépistage: de 1/3 à > 1/2 des porteurs auraient été méconnus à ladmission. Dépistage à ladmission en réanimation: le dépistage serait économiquement rentable

26 26 Dépistage du SARM Le dépistage en court séjour Incidence des acquisitions mal connue, Evaluation de l'efficacité du dépistage difficile: mise en place d'études contrôlées difficile caractère multifactoriel de la plupart des interventions.

27 27 Dépistage du SARM Le dépistage en SSR et SLD variations importantes entre les SSR et SLD type de structures pathologies prises en charge durées de séjour densité de personnels charge en soins comorbidités des patients coût du dépistage

28 28 Dépistage du SARM Décontamination du portage SARM résultats variables selon les études impact sur les taux dinfections incertain résistance des SARM à la mupirocine: mal connue.

29 29 La réglementation

30 30 Quelques références clefs Le signalement et linformation du patient (décret 2002) HCSP (arr 6 octobre 2008) prévus 1 er T 2009: La loi patient santé et territoire Le plan de lutte contre les IAS TOUT sur Nosobase ( )

31 31 Le signalement Pourquoi Pour faire remonter et centraliser les informations à lInVS (échelon national) Recommandations Règlementation Retrait de matériel (en lien avec Afssaps) Pour officialiser une demande dexpertise et de soutien extérieur

32 32 Le signalement Quoi: Tout évènement rare, grave, évitable Qui: tout professionnel responsable du signalement connu de tous en lien avec lEOHH, le président du Clin (directeur informé) patient (personne de confiance ou désignée) informé Quand: dès que possible Où: au sein de létablissement de santé concerné Comment: par téléphone si besoin daide ou selon la gravité notification (formulaire Cerfa) CClin Est Resclin Ddass InVS

33 33 Certification HAS V2010

34 34 V2010: 2 objectifs complémentaires Mise en place dun système de pilotage de létablissement incluant lexistence dun processus damélioration de la qualité et de la sécurité des soins Latteinte dun niveau de qualité sur des critères thématiques jugés esstentiels Pratiques exigibles prioritaires (PEP)

35 35 V2010: PEP, indicateurs et gestion des risques PEP Critère 8.b: fonction gestion des risques Critère 8.f: gestion des évènements indésirables Critère 8.g: maîtrise du risque infectieux Indicateurs Critère 8.g: maîtrise du risque infectieux


Télécharger ppt "1 Resclin-Champagne-Ardenne Les définitions Les recommandations La réglementation Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux."

Présentations similaires


Annonces Google