La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Actualisation des 100 recommandations 1998 Surveiller et prévenir les IAS (170 recommandations) Sfhh septembre 2010 Assemblée des professionnels 05 octobre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Actualisation des 100 recommandations 1998 Surveiller et prévenir les IAS (170 recommandations) Sfhh septembre 2010 Assemblée des professionnels 05 octobre."— Transcription de la présentation:

1 Actualisation des 100 recommandations 1998 Surveiller et prévenir les IAS (170 recommandations) Sfhh septembre 2010 Assemblée des professionnels 05 octobre 2010

2

3

4 Cible et objectif du document Cible: –Les professionnels de santé non-hygiénistes, tout particulièrement les correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène, indépendamment de leur lieu dexercice, constituent la cible principale. –La construction du document permet toutefois aux hygiénistes, en particulier en début dexercice, de trouver des informations détaillées. Objectif: –Mettre à la disposition des professionnels de santé un document de base et de référence contenant le socle minimal de mesures à appliquer ES et EMS

5 Surveiller - signaler Surveiller les infections associées aux soins –Mise en oeuvre de la surveillance –Surveillance en conditions optimales –Surveillance en réseau dans les secteurs à risque –Surveillance dans les autres cas Signaler les infections nosocomiales –Organisation, formation, évaluation –Rôle du responsable du signalement –Rôle du praticien de léquipe opérationnelle dhygiène Prendre en charge et maîtriser une épidémie dIAS –Cellule de crise –Investigation –Mesures à mettre en œuvre

6 Précautions standard –Hygiène des mains –Port des gants –Masques –Tenue professionnelle Transmission croisée –Transmission croisée par contact –Transmission croisée par gouttelettes Prévenir

7 Air Eau Travaux Hygiène des locaux Linge Alimentation Déchets Prévenir : environnement et circuits

8 Infections urinaires –Mesures générales –Sondage vésical à demeure –Étui pénien –Cathéter sus-pubien –Sondage vésical évacuateur ou itératif Infections respiratoires –Moyens non spécifiques –Moyens spécifiques non médicamenteux –Décontamination oro-pharyngée et digestive sélective –Prise en charge globale Infections du site opératoire Préventions des infections

9 Infections associées aux dispositifs intra-vasculaires –Mesures générales –Formation, évaluation, surveillance –Dispositifs intra-vasculaires –Site dinsertion –Pose dun cathéter veineux central ou dune chambre à cathéter implantable –Pose dun cathéter veineux périphérique –Pansement –Manipulation du dispositif intra-vasculaire, des tubulures et robinets –Retrait, changement du dispositif intra-vasculaire Prévention des infections

10 Infections associées aux soins à transmission digestive –Toxi-infections alimentaires collectives –Gastro-entérites nosocomiales Mesures Générales Mesures Spécifiques (ICd, infections virales) Infections en maternité –Surveillance épidémiologique –Antibioprophylaxie –Bonnes pratiques dhygiène et de prévention du risque infectieux Prévention des infections

11 Mesures générales dhygiène –Hygiène des mains –Tenue et équipements de protection individuelle Mesures pendant la grossesse –Échographies (intra-vaginale, abdominale) –Gestes endo-utérins à haut risque par voie abdominale (amniocentèse, trophocentèse) –Gestes endo-utérins à haut risque par voie vaginale (biopsie de trophoblaste) Bonnes pratiques dhygiène et de prévention du risque infectieux en maternité

12 Mesures pendant laccouchement –Pour toutes les parturientes –Accouchement voie basse Préparation et pose dun cathéter péridural Accouchement eutocique Situations particulières –Accouchement par césarienne Nouveau-né en salle de naissance Bonnes pratiques dhygiène et de prévention du risque infectieux en maternité

13 Mesures en suites de couches –Mère Toilette vulvo-périnéale et soins périnéaux Hygiène de lallaitement et soins des seins –Nouveau-né Soins du cordon Hygiène des biberonneries en maternité Utilisation des antiseptiques chez le prématuré et le nouveau-né Prévention des accidents par exposition au sang Bonnes pratiques dhygiène et de prévention du risque infectieux en maternité

14 Parasitaires - exemple de la gale Bactériennes - exemples dinfections pyogènes : Staphylococcus aureus et Streptococcus pyogenes Virales - exemples des herpes viridae (varicelle, zona, herpès) Spécificités – exemple des escarres Infections cutanées

15 Accidents exposant au sang Tuberculose Vaccinations des professionnels de santé Risques professionnels

16 Argumentaire-Discussion PHA : –Inefficacité sur des parasites (sarcopte de la gale, poux…) Sur champignons autres que Candida –Conditions de virucidie : NF EN –Efficacité non prouvée ou incertaine (Cd): Avant le soin : FHA puis port de gants Après le soin : retrait des gants, lavage simple puis FHA Masques : –Ne doit jamais être repositionné ou porté en collier Tenue professionnelle : –Code du travail Art. R : le port du vêtement de travail est obligatoire, lemployeur est tenu dassurer les charges de son entretien –Mélange polyester et coton >> coton (particules, trop bonne adhérence aux microorganismes)

17 Argumentaire-Discussion Notion de « précautions complémentaires » (PC) aux précautions standard (PS) Les indications des PC sappuient sur : –Le mode de diffusion des agents infectieux –La nature de lagent: Persistance dans lenvironnement Résistance aux antiseptiques et aux antibiotiques –La localisation et la gravité potentielle de linfection –Létat immunitaire (inné ou acquis) des personnes à protéger.

18 Transmission croisée Souches de portage > souches cliniques –MAIS non évalué! Souches R ou S aux AB Résistance bactérienne hospitalière classée selon: –Sa fréquence (caractère émergent, épidémique ou endémique) –Les mécanismes qui conduisent à la dissémination des micro-organismes –Leur caractère commensal (participant à la flore humaine normale) ou saprophyte

19 Bactéries ciblées SARM EBLSE A. baumannii imipénème-R ou uniquement imipénème-S Entérobactéries hyperproductrices de céphalosporinase (HPCase) en néonatologie (mais pas chez ladulte) P. aeruginosa avec imipénème-R associée à dautres résistances Bactéries plus sensibles aux antibiotiques, mais responsables dépidémie

20 Transmission croisée et PCC SARM et EBLSE : –Bactéries commensales –Principal mécanisme de dissémination : transmission croisée précautions complémentaires contact (PCC)

21 Transmission croisée et PCC Autres bactéries Précautions supplémentaires aux PCC : –Encore plus résistantes ou émergentes (ERG) –Encore non multirésistantes, mais à fort potentiel de diffusion (Clostridium difficile) –Caractère hautement pathogène, virulence, potentiel de diffusion rapide au sein des collectivités SARM dits communautaires (SARM Co) responsables dans la grande majorité des cas dinfections cutanées (reco spécifiques HCSP) –Autres pathogènes (sarcopte de la gale)

22 Transmission croisée et PCC Concerne aussi les bactéries sensibles aux AB de détection est plus difficile au laboratoire PS doit permettre den éviter la transmission Indications des PCC étendues à certaines situations épidémiques virales (gastro-entérites, pneumopathies) Pédiatrie SSR SLD

23 Mesures de contrôle Peu de données fondées sur des preuves Complémentarité des Recommandations : –Maîtrise de la transmission croisée –Bon usage des antibiotiques. Maîtrise de la transmission croisée : –Respect des PS +++ –Hygiène des mains ++++

24 PS vs PCC « Cest parce que les PS ne sont pas respectées en toutes circonstances quont été proposées les PCC » « Le choix entre PS et PCC va dépendre de la situation épidémiologique et de lobservance des PS » « Cest dans les circonstances de moindre observance des PS que les PCC seront les plus utiles » Commentaire V. Bussy-Malgrange : « A condition que les PCC soient parfaitement respectées! » « Comment imaginer le respect des PCC si les PS, plus simples, ne sont pas respectées! »

25 PS vs PCC « En revanche si des critères sont réunis montrant un bon respect des PS, le Clin (ou linstance équivalente de consultation et de suivi) peut alors décider de privilégier les PS seules pour le contrôle de la transmission croisée : –Mise à disposition large des PHA –Observance élevée de lhygiène des mains (en qualité et en quantité) –Bonnes pratiques du port de gants –Bonne connaissance de lépidémiologie des BMR –Expertise du CLIN et de lEOH »

26 PS vs PCC Eléments principaux des PCC : –Dépistage –Signalisation et information –Isolement géographique –Port de moyens de protection

27 PS vs PCC Pour les PCC, le CLIN* définira : –les micro-organismes justifiant de mesures complémentaires –la politique de dépistage, en sappuyant sur lexpertise de lEOH En accord avec les recommandations nationales En fonction: –De lépidémiologie locale des risques pour les patients et la collectivité –Des données connues de lobservance des PS *ou linstance équivalente de consultation et de suivi

28 PS vs PCC : sujets de recherche Faut-il préférer des PS seules bien respectées, ou des PCC en complément ? Utilité de la chambre individuelle Impact respectif des différentes mesures individuelles dans les PCC Utilité dassocier une décontamination aux PCC Stratégies de dépistage des BMR, notamment SARM et EBLSE

29 Montrer le bon respect des PS Formations aux PS et à lhygiène des mains Indicateurs : Icsha Audits nationaux Audits ou évaluations avec les outils régionaux: –« Eval PS-PC » : ES, EMS ; Audits : EMS Connaissance et suivi des BMR : –Laboratoire local ou extérieur ( convention) Indicateur Sarm Information, communication directe en temps réel Expertise: –Locale ou en inter-établissements ( convention) –Resclin/Cclin-Est Attention à la précision des termes des conventions

30 Dépistage Doit faire lobjet dune réflexion poussée : –Conduite dans les établissements : EOHH, microbio, Clin,… –Lors dun sujet de travail en assemblée des professionnels de janvier 2011 (après avis du comité de Réflexion)


Télécharger ppt "Actualisation des 100 recommandations 1998 Surveiller et prévenir les IAS (170 recommandations) Sfhh septembre 2010 Assemblée des professionnels 05 octobre."

Présentations similaires


Annonces Google