La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE Docteur Jean REGELE Jeudi 09 février 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE Docteur Jean REGELE Jeudi 09 février 2012."— Transcription de la présentation:

1 TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE Docteur Jean REGELE Jeudi 09 février 2012

2 Sommaire I.LE CADRE II.PRINCIPALES CAUSES DE LOMBALGIES MECANIQUES III.LES MECANISMES DE LA DOULEUR IV.LES TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX 1.LES INFILTRATIONS 2.LES TRAITEMENTS PHYSIQUES.Les manipulations vertébrales.La Kinésithérapie.Les immobilisations par orthèses.Les activités sportives 3.LES AUTRES TRAITEMENTS v.CONCLUSION

3 I.LE CADRE

4 Lombalgies mécaniques après exclusion des lombalgies non vertébrales, inflammatoires ou tumorales (données cliniques et imageries) Lombalgies mécaniques après exclusion des lombalgies non vertébrales, inflammatoires ou tumorales (données cliniques et imageries) Sadressent surtout aux lombalgiques chroniques Sadressent surtout aux lombalgiques chroniques A lexclusion des lombo-radiculalgies A lexclusion des lombo-radiculalgies

5 80% des personnes présentent un épisode de lombalgie au cours de leur vie 80% des personnes présentent un épisode de lombalgie au cours de leur vie Plus d1 Français sur 2 a souffert de lombalgie au moins 1 jour sur 2 dans les 12 derniers mois dont 20% plus de 30 jours, cette prévalence augmente avec lâge Plus d1 Français sur 2 a souffert de lombalgie au moins 1 jour sur 2 dans les 12 derniers mois dont 20% plus de 30 jours, cette prévalence augmente avec lâge La lombalgie est la principale cause de Maladie Professionnelle et darrêt de travail avec une probabilité de reprise de travail de La lombalgie est la principale cause de Maladie Professionnelle et darrêt de travail avec une probabilité de reprise de travail de 40% après 6 mois 20% après 1 an 0% après 2 ans syndrome mixte à la fois somatique et à fort retentissement psychologique favorisé par le stress, lanxiété, la dépression, la mélancolie… syndrome mixte à la fois somatique et à fort retentissement psychologique favorisé par le stress, lanxiété, la dépression, la mélancolie…

6 II. PRINCIPALES CAUSES DE LOMBALGIES MECANIQUES

7 Chez lenfant et ladolescent: épiphysite, postural et musculaire Chez lenfant et ladolescent: épiphysite, postural et musculaire Chez le jeune adulte: discale et articulation postérieure Chez le jeune adulte: discale et articulation postérieure Chez la personne âgée: arthrose, tassement, canal lombaire étroit Chez la personne âgée: arthrose, tassement, canal lombaire étroit Le spondylolisthésis: par lyse isthmique ou dégénératif Le spondylolisthésis: par lyse isthmique ou dégénératif Chez la femme enceinte Chez la femme enceinte

8

9 III LES MECANISMES DE LA DOULEUR

10 1.SOMATIQUES Osseuse: Osseuse: -Tassement ostéoporotique ou traumatique

11

12 Articulaire: Articulaire: -Participe aux éléments du Trépied vertébral -Cest lhyperpression articulaire qui est source de douleur (hyperlordose + ou- rotation) -Lâge et le passage à la chronicité entraînent de larthrose primitive ou secondaire aux dégâts discaux -Participe à létroitesse canalaire transversale

13

14

15 Discale: Discale: -25% de la taille de tout sujet -33% en lombaire: épaisseur discale physiologique variable (1/3 à ¼ de la hauteur du corps) à ¼ de la hauteur du corps) -Pression intra-discale de haut en bas surtout postérieur sur les lamelles de lanulus -La dégénérescence discale progressive aboutit à une saillie discale postérieure (protrusion) source de phénomène inflammatoire et de conflit mécanique avec le sac dural -Toute augmentation de pression intra-discale entraîne laugmentation de conflit duremérien:.Port de charges.Flexion antérieure….Position assise (+30%)

16

17

18

19

20 Ligamentaire: Ligamentaire: -Lombalgie par exagération de courbure (inter-épineux) -Illio-lombaire (hyperlordose)

21 Musculaire Le rôle des muscles intervient dans la stabilité et participent à la protection du joint intervertébral, 2 groupes: Musculaire Le rôle des muscles intervient dans la stabilité et participent à la protection du joint intervertébral, 2 groupes: Extenseurs Court Court.Multifidus de L1 à L5 Long Long.Spinaux superficiels.Carré des lombes Transverses(rotatoire) Fléchisseurs Abdominaux Abdominaux Psoas Psoas

22

23

24

25

26

27 La force des extenseurs est toujours supérieure à celle des fléchisseurs (sujet sain ou lombalgique) Chez le lombalgique:.Faiblesse des extenseurs (-40%; altération du Multifidus).Peu ou pas dabdominaux (10 à 20%).Diminution de la force du transverse (-35°).Avec lâge, amyotrophie physiologique et envahissement du tissu graisseux en paravertébral.Possible atteinte neurologique(nerf de la branche postérieure).Possible atteinte vasculaire En pratique: test des érecteurs(manœuvre de Ito- extension-1.cf photo ci-dessous)

28

29 2.EXTRA-SOMATIQUES États favorables au déclenchement et à pérennisation: Asthénie Asthénie Anxiété Anxiété Stress Stress Mélancolie Mélancolie Dépression Dépression Troubles du sommeil Troubles du sommeil

30 IV LES TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX

31 1.LES INFILTRATIONS

32 Linfiltration est réservée à la phase aiguë: Épidurale sous scanner Épidurale sous scanner Foraminale sous scanner Foraminale sous scanner Articulaire postérieure Articulaire postérieure Loco dolenti (ligamentaire) Loco dolenti (ligamentaire)

33 2.LES TRAITEMENTS PHYSIQUES

34 LES MANIPULATIONS VERTEBRALES INDICATIONS En phase aiguë et chronique En phase aiguë et chronique Plutôt dans les pathologies articulaires postérieures Plutôt dans les pathologies articulaires postérieures Possible en cas de pathologie discale en labsence de conflit disco- radiculaire Possible en cas de pathologie discale en labsence de conflit disco- radiculaireCONTRE-INDICATIONS AVK - ostéoporose AVK - ostéoporose Âge: pas durant ladolescence et chez le sujet très âgé Âge: pas durant ladolescence et chez le sujet très âgé Pas dans le spondylolisthésis ou la lyse isthmique et dans les grosses scolioses Pas dans le spondylolisthésis ou la lyse isthmique et dans les grosses scolioses Pas dans les grosses arthroses ou dans les rachis très raides type Maladie de Forestier (ostéite ankylosante ou condensante) Pas dans les grosses arthroses ou dans les rachis très raides type Maladie de Forestier (ostéite ankylosante ou condensante)

35 Efficacité à court terme pas à long terme: 1 à 2 séances à 8 jours dintervalle 1 à 2 séances à 8 jours dintervalle 2 à 3 en chronique 2 à 3 en chronique Efficacité manipulation+ traitement médical supérieure à manipulation seule ou traitement médical seul Efficacité manipulation+ traitement médical supérieure à manipulation seule ou traitement médical seul Mode daction: action sur les récepteurs de la douleur, possible rôle mécanique et placebo Mode daction: action sur les récepteurs de la douleur, possible rôle mécanique et placebo

36 LA KINESITHERAPIE Indiquée en phase chronique ou exceptionnellement en phase aiguë si contre indication: grossesse, contre indication médicamenteuse aux AINS (AVK) Sédative: massages, thermothérapie, physiothérapie Sédative: massages, thermothérapie, physiothérapie Surtout active, pourquoi? Surtout active, pourquoi? Diminution de la masse musculaire et désadaptation à leffort effectuée au cabinet, en Centre, à lEcole du Dos effectuée au cabinet, en Centre, à lEcole du Dos Durée de la séance et son contenu Durée de la séance et son contenu

37 Les principes Ne pas mobiliser sauf coxo-fémorales et genoux Ne pas mobiliser sauf coxo-fémorales et genoux Muscler Muscler Très peu étirer Très peu étirer Proprioception + ou - Proprioception + ou -

38 Les exercices de renforcement musculaire Les spinaux Décubitus ventral Décubitus ventral Extension isométrique Extension isométrique Assis et debout: auto- agrandissements Assis et debout: auto- agrandissements Les abdominaux Isométrie stricte Isométrie stricte Assis Assis Couché dorsal en cyphose modérée, pression sur les genoux (pour lombalgie sur hyperlordose) Couché dorsal en cyphose modérée, pression sur les genoux (pour lombalgie sur hyperlordose) Éviter les abdominaux en concentrique couché sur le dos pour les lombalgies discales Éviter les abdominaux en concentrique couché sur le dos pour les lombalgies discales

39

40 12 3 4

41

42

43

44

45 Les postures en délordose Quand laugmentation de la lordose saggrave: Canal lombaire étroit Canal lombaire étroit Spondylolisthésis Spondylolisthésis Hyperlodrose douloureuse de ladolescent Hyperlodrose douloureuse de ladolescent Femme enceinte Femme enceinte

46 Les étirements Doux du rachis lombaire À genoux (prière Mahometane) À genoux (prière Mahometane) Du segment sous-pelvien Étirements des ischio-jambiers Étirements des ischio-jambiers Étirements et assouplissement de la coxo-fémorale Étirements et assouplissement de la coxo-fémorale

47 Le verrouillage lombaire LErgonomie Lajustement proprioceptif Le réentraînement à leffort (Bicyclette/tapis de marche)

48 LES IMMOBILISATIONS PAR ORTHESES Mode daction: Immobilisation ImmobilisationRelative Plus ou moins selon le niveau: peu en L5LS1, mieux au dessus Limitation surtout en extension et en latéralité En pratique limite les amplitudes extrêmes Effet musculaire Effet musculaire Suppléance de la paroi lombo-abdominale Les études isocinétiques révèlent une augmentation du recrutement de la force musculaire des extenseurs dans les mouvements de flexion-extension Rappel de posture Rappel de posture Effet placebo Effet placebo Impression de sécurité

49 Les différentes orthèses Ceintures et corsets de petit appareillage Ceintures et corsets de petit appareillage Orthèse de contention souple: -Ceinture de soutien lombaire ou de maintien lombaire(CML) -Ceinture de maintien abdominal et lombaire (CMAL) coutil+ baleines postérieure et antérieure -Ceinture de maintien lombaire renforcé (CMLR) Le lombostat de contention renforcé: coutil baleiné des trochanters à divers niveaux selon leffet désiré D6, D9,D12 (sur prescription médicale avec entente préalable)

50 Les corsets de grand appareillage Les corsets de grand appareillage Plastique thermomoulé et fermeture antéro-latérale et antérieure: à la fois en aigu et dans les lombalgies chroniques invalidantes (scoliose arthrosique par exemple)

51 LES ACTIVITES SPORTIVES.Lexercice dépend de lâge physiologique et des handicaps associés (prothèses, orthèses des membres inférieurs, problèmes cardiaques ou respiratoires). Les limites des indications sont les lombalgies mécaniques en dehors de la crise

52 La pratique Sports indiqués Sollicitation en isométrie des spinaux et des extenseurs sans mobilisation Natation Natation Jogging Jogging Marche Marche Bicyclette Bicyclette Foot Foot Golf Golf Sports à éviter Les sports mobilisateurs Sports de raquettes Sports de raquettes Sports en position extrême (tennis, volley, basket) Sports en position extrême (tennis, volley, basket) Sports de contact Sports de contact Musculation Musculation

53 La fréquence 1x/semaine 1x/semaine 1 à 2 heures 1 à 2 heures Progressivement Progressivement Adaptée à lâge Adaptée à lâge + ou – avec ceinture + ou – avec ceinture

54 3. LES AUTRES TRAITEMENTS

55 .Psychothérapie.Relaxation.Sophrologie.Traitement de la douleur.Acupuncture, Homéopathie….Traitements chirurgicaux

56 V CONCLUSION

57 Multiples causes étiologiques aux lombalgies mécaniques doù lintérêt dun diagnostic précis Multiples causes étiologiques aux lombalgies mécaniques doù lintérêt dun diagnostic précis Caractère psycho-somatique de la lombalgie Caractère psycho-somatique de la lombalgie Intérêt de lexercice physique en dehors de la crise, adapté au diagnostic lésionnel Intérêt de lexercice physique en dehors de la crise, adapté au diagnostic lésionnel Intérêt des associations de traitements non médicamenteux Intérêt des associations de traitements non médicamenteux Intérêt dun discours médical positif Intérêt dun discours médical positif Le recours à la chirurgie devrait être exceptionnel Le recours à la chirurgie devrait être exceptionnel


Télécharger ppt "TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE TRAITEMENTS NON MEDICAMENTEUX DE LA LOMBALGIE Docteur Jean REGELE Jeudi 09 février 2012."

Présentations similaires


Annonces Google