La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L APPORT D INTERNET ET SES NOUVELLES APPLICATIONS Mars 2002 Nicolas Leroy, Société IP-Site www.ip-site.com www.rechercheclinique.com Mars 2002- 1.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L APPORT D INTERNET ET SES NOUVELLES APPLICATIONS Mars 2002 Nicolas Leroy, Société IP-Site www.ip-site.com www.rechercheclinique.com Mars 2002- 1."— Transcription de la présentation:

1 L APPORT D INTERNET ET SES NOUVELLES APPLICATIONS Mars 2002 Nicolas Leroy, Société IP-Site Mars

2 INTRODUCTION LInternet sera un élément clé de R&D tel est le titre français du rapport du cabinet Accenture sur les processus les plus performants pour mettre au point de nouveaux médicaments. Constat dune R&D pharmaceutique confrontée à de multiples défis : - dépenses de R&D x 3 sur les 10 dernières années (50 milliards de dollars en 2000), plus de 40% de ces dépenses concernant le développement clinique - nombre de patients inclus dans les essais cliniques en augmentation de 15 à 20% chaque année - nombre d essais cliniques en laboratoire doublant tous les deux ans - complexité des formalités administratives doublant tous les 18 mois Mars

3 Mars LA SITUATION ACTUELLE - LInternet et les NTIC en général sont devenus des outils incontournables dans la recherche et la diffusion dinformations de toutes natures (notamment ils ont donné naissance à le-santé et particulièrement à le-R&D). Ils permettront en temps réel de proposer offres et demandes, de rapprocher les différents acteurs de la recherche clinique et de réduire les délais donc les coûts (selon une étude Berger, de 18% du coût total du développement clinique et réduction et réduction de la durée des processus de 76 semaines sur les 365 (soit plus de 7 ans) nécessaires en moyenne). - La recherche clinique par ce nouveau média devient un secteur de la santé de plus en plus connu et maîtrisé par le professionnel de santé et devient de moins en moins confidentielle en souvrant au grand public, aux patients et surtout aux volontaires potentiels des essais cliniques. La recherche clinique se pratiquait auparavant uniquement off-line mais avec les nouveaux moyens techniques et les évolutions culturelles véhiculés par Internet et les NTIC, elle se pratique aujourdhui on-line (Electronic Data Capture, serveur vocal, outils nomades type PDA…).

4 Mars Trois phases sont principalement concernées : * le recrutement des patients * le recrutement et le pilotage des centres investigateurs * la gestion et le traitement des données cliniques - La mise en œuvre de l e-business ne pose pas véritablement de problèmes techniques insurmontables, car les solutions technologiques existent. Les freins à surmonter existent ailleurs: * réticence au changement des différents acteurs impliqués * difficultés liées au déploiement et à la mise en œuvre des nouvelles technologies * évolution du cadre réglementaire indispensable pour l acceptation juridique des technologies « en ligne ». ATTENTES ET FREINS

5 Mars Selon une étude de 1996, la durée des essais doit être prolongée dans 85 % des cas faute d'avoir pu recruter à temps et le livre blanc de lACRP (Association of Clinical Research Professionals), paru en janvier 1997, révèle que près du quart de la durée dun essai est consacré au recrutement des patients. Autre problème : moins de 6 % de lensemble des patients susceptibles de participer à un essai clinique sont effectivement inclus, notamment à cause d'un manque d'information. Le recrutement de patients via Internet a le vent en poupe, en particulier aux Etats-Unis, où de nombreux sites grand public (Centerwatch, AmericasDoctor, Actual Clinical Trials, etc) font maintenant la promotion des essais thérapeutiques sur le Web. Or aujourd hui en France, aucune information exhaustive sur les essais cliniques en cours ou en projet et sur leurs résultats nest divulguée au patient, au grand public et au volontaire inclus dans une étude. PATIENT ET e-RECRUTEMENT (1)

6 Mars Répondre à une demande du patient et vulgariser la recherche clinique * permettre à toute personne de poser ses questions sur tel ou tel essai clinique et sur la recherche clinique en général (dossiers thématiques sur une pathologie, une classe de médicament en développement,..) * possibilité denregistrement en ligne des « candidats » motivés et informés * service de notification personnalisée par mail aux visiteurs désireux dêtre tenus informés des recrutements à venir dans le domaine thérapeutique de leur choix Moderniser la gestion du volontariat et e-recruter * gestion centralisée sur internet dun registre national et/ou européen ? * mise en place de campagnes de recrutement de volontaires sains / patients et suivi en ligne de ces campagnes (ex: pour une étude de morbi-mortalité, patients de 50 à 85 ans dans la région lyonnaise, présentant une HTA essentielle,..) PATIENT ET e-RECRUTEMENT (2)

7 Mars Au moins deux approches investigateurs sont applicables : - lune moins directe qui consiste à offrir au médecin investigateur la possibilité de senregistrer sur une base de données comme peut le faire le patient coupler le-formation les investigateurs novices et/ou non formés associer les investigateurs à un projet commun - lune plus directe qui consiste à recruter off-line les médecins investigateurs membres ou non d une communauté, d une FMC et/ou d une société savante et à les recruter ensuite on-line coupler le-formation des investigateurs novices et/ou non formés associer la communauté, la société savante,... au(x) domaine(s) thérapeutique(s) des essais cliniques qui peuvent les intéresser INVESTIGATEUR ET e-RECRUTEMENT (1)

8 Grâce à Internet et aux nouveaux outils technologiques, le médecin doit pouvoir à l avenir encore plus maîtriser son rôle dans la recherche clinique et performer sa capacité d investigation clinique : - une solution consisterait pour le médecin à définir une patientèle susceptible de participer à des études cliniques mise en place dun e-CRM dédié aux études cliniques - une autre solution permettrait à l investigateur et au futur investigateur de répondre en ligne aux « appels d offres » des promoteurs (laboratoires, CRO, institutionnels,..) mise en place d une plateforme internet « I to P » INVESTIGATEUR ET e-RECRUTEMENT (2) Mars

9 INVESTIGATEURS * formation en ligne (quizz, tableaux d auto-évaluation,…) * formation sur site (réunion investigateurs, thématiques produits et pathologies, séminaires recherche clinique,..) * formation à l assurance qualité et à la réglementation préparation audit qualité * mise à disposition dun fonds documentaire important et personnalisé (ex: concept de l EBM) Mars ACTEURS DE LA RECHERCHE CLINIQUE ET e-FORMATION ARCs, TECs, chefs de projet... * formation en ligne (auto-évaluation, e-CRF, gestion et maîtrise des outils nomades type PDA…) * formation sur site (réunion investigateurs, présentation thématiques produits et pathologies, intervenant séminaires recherche clinique) * formation à des modules : assurance qualité, réglementation, pharmacovigilance préparation audit qualité

10 Mars ETUDES CLINIQUES PHASES I A IV ET e-DEVELOPPEMENT > Exploitation immédiate des données, > Amélioration de la qualité des données : pas de données manquantes, réduction drastique des demandes de corrections avec une validation en ligne, > Tableaux de gestion globale de l étude en temps réel, > Monitoring de critères de sélection dans la population incluse, > Réduction des coûts de monitoring et repositionnement des ARCs, ré- orientation de leurs responsabilités, > Intégration et édition des résultats de laboratoires centraux ou dimagerie.

11 Mars ECONOMIE DE LA SANTE ET INTERNET > Facilité de mise en œuvre dans les départements sans structure de monitoring, > Adaptabilité immédiate des questionnaires, en cas d évolution du projet, > Mise en commun des données en temps réel des différents intervenants (ville / hôpital, investigateurs / autres professionnels de santé,…). Enquêtes épidémiologiques, observatoires, recueil de données médico- économiques

12 Mars MARKETING ET INTERNET > Outils innovants pour l implantation de vos produits, > Raccourcissement des délais de publication ou de présentation en congrès, > Possibilité de services personnalisés aux médecins, > Mise en place de réseaux de médecins, constitution de panels, > Conduite dopérations combinées (Etude, formation et information). > Etablissement de nouveaux contacts pour le réseau médical, > Profiling de populations, outils d aide à la décision marketing, Enquêtes dopinion, implantation, observatoire des pratiques médicales, études de marché, création et gestion globale de sites : communication, formation et services

13 Mars PHARMACOVIGILANCE ET INTERNET > Transmission instantanée des informations et diffusion à tous les services concernés (pharmacovigilance, médical, biométrie, siège de la société), > Dispositif dalerte par ou SMS, > Analyse des cas en direct avec le médecin et mise à jour en temps réel de la base de données, > Edition des cas, > Facilité de mise en œuvre pour des départements sans structure de monitoring (service de gestions des ATU par exemple). PMS (Post Marketing Surveillance), enquêtes durgence, registres épidémiologiques

14 Mars CHANTIERS MEDICAUX, RECHERCHE CLINIQUE ET INTERNET > d un côté, le dossier patient format électronique (droit daccès, contenu, contenant ?), > d un côté, le dossier clinique patient format papier (dossier source) (passage partiel ou total au tout électronique), A moyen/long terme, on peut estimer que le dossier source représentera au moins 50% du dossier électronique médical. Législation, technologie, mentalités des patients et aussi de plus en plus des médecins s orientent vers une numérisation de la donnée médicale et donc vers son imbrication dans le dossier patient géré au cours d un essai clinique

15 Mars CONCLUSION Internet va favoriser de plus en plus la communication par mail, téléphone et fax entre le patient potentiel et l'investigateur et sans doute responsabiliser davantage le patient dans la gestion de sa santé et le sensibiliser aux problèmes de santé publique. Les premiers initiateurs de projets sur les essais cliniques par Internet affirment que la diffusion massive de l'information dans le grand public permettra d'accélérer le recrutement, et d'augmenter le nombre d'inclusions, objectifs qui semblent légitimes : diffuser l'information dans le grand public et accélérer la procédure de mise sur le marché des médicaments. Pour exemple, le National Cancer Institute a estimé que moins de 5 % des patients atteints de cancers sont intégrés dans des essais cliniques aux Etats-Unis, et que si ce nombre atteignait 10 %, de nouvelles thérapies prometteuses pourraient être mises sur le marché en une année au lieu de 5 aujourdhui. Pour le moment, les projets en ligne (recrutement, CRF, logistique, dossier AMM) occupent une place marginale, mais lorsqu'ils se développeront, ils feront partie intégrante du développement clinique.


Télécharger ppt "L APPORT D INTERNET ET SES NOUVELLES APPLICATIONS Mars 2002 Nicolas Leroy, Société IP-Site www.ip-site.com www.rechercheclinique.com Mars 2002- 1."

Présentations similaires


Annonces Google