La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Une expérience singulière de lAlpinisme François Fourcade Professeur ESCP Europe Chercheur Associé CRG – Ecole Polytechnique Directeur Scientifique du.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Une expérience singulière de lAlpinisme François Fourcade Professeur ESCP Europe Chercheur Associé CRG – Ecole Polytechnique Directeur Scientifique du."— Transcription de la présentation:

1 Une expérience singulière de lAlpinisme François Fourcade Professeur ESCP Europe Chercheur Associé CRG – Ecole Polytechnique Directeur Scientifique du CIRPP Tentative délucidation Ouverture sur léducation Ouverture sur la sagesse

2 Agenda de la présentation Deux histoires commentées –Ajuster nos imaginaires respectifs –A partir du ressenti –10 à 15 ans après … Re-Lecture métaphorique Sagesse et alpinisme ? Discussion

3 Précautions demploi « il ny pas que lalpinisme dans ma vie » Lalpinisme a constitué une étape Double démarche extopique ( F. Jullien) –Dépaysement –Horizontal => Vertical

4 Histoire N°1 Le « pilier du couchant » Gorges du Todra – Maroc Voie descalade rocheuse

5 Lieu qui pré-existe à lhomme –Cathédrale naturelle Non auto-référentiel Qui pose question 8 heures en paroi Accepter de quitter le sol –Autodiagnostic Peur Le corps est raide Ombre (nocturne) Froid –Pour quoi ? Engagement / Risque Trouver sa voie ?

6 Rythme –Point dassurance en point dassurance Se rassurer, sassurer Force et souplesse Economie effort Efficacité : –Lenteur –Equilibre Prise de recul sous stress –On est attiré par la fissure –Dialogue intérieur permanent Gestion émotionnelle Confiance en lassureur

7 La cordée –Alternance premier – second –Communication Souvent non verbale Ressenti Intuition –Confiance en lautre

8 Et on repart –Rythme Oser la lenteur –Se ré-engager –Quitter le relais ( larguer les amarres) –Remettre en jeu une situation stable pour un meilleur hypothétique

9 Omniprésence du vide –Peur –Concentration Resonance ou pas avec du vide en soi

10 Le relais –Détente –Technique Echanges –« circuler » la peur –Écoute sensible

11 Prise de hauteur Accès au « beau » Escalade …méditation –Ce paysage est dans notre dos … et nous porte –Qqch de plus grand que soi qui est là

12 Un nouveau Relais –Alternance « Lâcher prise » du mental –On a lâché le sol La voie devient évidente –Ressenti –On se sent guidé Espace temps autre

13 300m plus haut Progression Impermanence –Tout change, tout bouge –Si « on bloque » Chute Ne pas écouter la « tête » –Si on bouge On évite la chute Le déséquilibre est source de stabilité

14 En chemin vers le sommet du pilier Ne pas senfermer dans la fissure rassurante vs la dalle « plein gaz » Poser les bonnes sécurité Dialogue émotionnel constant –Soi et son second

15 Perdu de nuit :accepter limprévu! –Surtout ne pas descendre ! Accepter de se perdre ( pas de GPS) Pas de voie du retour Nouvel an mémorable Quétions nous allés chercher ce jour là ? Bonne année !

16 Histoire N°2 Pérou Ascension du huascaran 6850 m 5 jours

17

18 Huaraz ( 3000m) La montagne est impressionnante Long temps dobservation –De lenvironnement –De soi : apprivoiser ses émotions Pour quoi y aller ?

19

20 En route !

21 Chemin de campagne … Marche dapproche Concentration Prise de rythme Processus gradualiste (Chronos)… en attente inconsciente « dimmediate », dun moment propice (Kairos)

22 Premier camp qui marque la cadence, de rythme

23 Du chemin au rocher …entre dans le monde « mineral » «sans vie, sans odeur» Premier seuil important qui signifie lengagement Réapprendre à marcher Equilibre - déséquilibre Adhérence vs engagement

24

25 Cest long, lent

26 Prise de hauteur Présence grandissante du vide … Coupure progressive avec le monde « retraite » vers autre chose

27 Poser les pieds à plat sur une dalle inclinée Concentration … marche lente +/- 5000m : taille des pas = taille de la chaussure

28 Espace de transition, moments importants Mourir à la certitude du rocher Accepter laléatoire de la neige Ré-apprendre à marcher Retrouver léquilibre Retrouver la « partie stable en soi » – soi plus soi que soi-même ( Ricoeur) »

29 Lenteur Recherche dune forme defficacité maximale en soi Patience

30 Nos amis nous accompagnent dans ce même rythme

31 Arrivée au camp 2

32 Au camp 2 –Le corps sacclimate –Pédagogie de lennui –Alternance de phase daction / dinaction

33 Petit coup dœil vers « demain » Engagement Risques objectifs

34 Au camp 2 –Longues phases dobservation, contemplation –Comme si on laissait le paysage entrer en nous pour « lapprendre » –La lumière diminue Pensée diurne à nocture

35

36 Le temps passe Entrée dans la nuit …froid

37 Bonne nuit ! Imaginaire en marche

38 On lève le camp –Nouveau Déséquilibre vers …le sommet

39 Encordement –Solidarité obligatoire –Rythme commun –Ecoute sensible –La cordée : A la fois seul et ensemble

40 De la neige à la glace –Autre transition –Autre sensibilité –Moins instable? –Miroir De plus en plus raide Piolet crampons Assurage sur pieux, broches Efforts difficiles

41 Stairway to heaven ?

42 Cest raide ! Cest beau Présence des crevasses –Glacier « vivant » –« entre deux infinis » la hauteur et le trou de la crevasse –Equilibre entre ces deux dimensions

43

44 Franchissement de crevasse –Engagement –Sécurité : rôle de la cordée –Intuition

45 On retrouve la neige Dernière « marche » avant le camp 3, camp dattaque du sommet

46

47 La crevasse comme refuge

48

49

50 « attaque » du sommet Début « technique » Vers 6400m

51

52 Le paysage et sa beauté vous transperce Wladimir Jankelevitch –La vie humaine Ce « le je ne sais quoi et le presque rien » Essai philosophique sur ce qui échappe à un tout spirituel …

53 En route vers le sommet …

54

55 Lengagement vers le retour Danger car : –Fatigue –Baisse de la vigilance –6800m –Euphorie / « Icare »

56 Le retour au camp 3 … « home sweet home »

57 Chacun sa technique !

58 Quai-je appris de ces expériences ? Distanciation : 15 ans après E. Morin et la pensée complexe –A partir du livre « introduction à la pensée complexe » Lalpinisme comme une expérience possible ( parmi dautres) de la complexité Une complexité en actes Hypothèse : lalpinisme « sait » la complexité

59 Les 7 savoirs nécessaires à léducation du futur ( E. Morin) et lalpinisme ? Les cécités de de la connaissance Les principes dune connaissance pertinente Enseigner la condition humaine Enseigner lidentité terrienne Affronter les incertitudes Enseigner la compréhension Léthique du genre humain

60 Lincertitude (pp24) « la stratégie …requiert la connaissance complexe, car la stratégie se mène en travaillant avec et contre lincertain » (pp49) « la complexité dans un sens a toujours affaire avec le hasard » –Pour moi : hasard a un sens = question posée par la vie (Sphinx) Pp 92 « nous sommes condamnés à une pensée incertaine, à une pensée criblée de trous, à une pensée qui na aucun fondement absolu de certitude » –Je trouve cela très rassurant –Pédagogie du questionnement permanent … Pp 107 « le domaine de laction est très aléatoire, incertain. Il nous impose une conscience très aigüe des aléas, dérives, des bifurcations, et il nous impose la réflexion sur la complexité même » Pp110 on ne doit pas senfermer dans le contemporanéisme, cest-à-dire dans la croyance que ce qui se passe maintenant va continuer indéfiniment … « secouer cette paresse desprit » … se préparer à linatendu Lalpiniste (entre autre) « sait » cela

61 Lhumain comme machine non triviale Pp110 : « toute crise est un accroissement dincertitudes. La prédictivité diminue. Les désordres deviennent menaçants. Les antagonismes inhibent les complémentarité, les conflictualités virtuelles sactualisent. Les régulations défaillent ou se brisent. Il faut abandonner les programmes, il faut inventer les stratégies pour sortir de la crise. Il faut souvent abandonner les solutions qui remédiaient aux anciennes crises et élaborer des solutions nouvelles » Pp119 «il ny a aucune recette déquilibre. La seule façon de lutter contre la dégénérescence est dans la régénération permanente … » Lalpinisme (entre-autre) enseigne rappelle cela

62 Equilibre et déséquilibre Pp30 autour des questions déquilibre et de déséquilibre «la constance de la flamme dune bougie […] (équilibre apparent) est lié au déséquilibre … –Cest le déséquilibre qui fait léquilibre, et vice versa « auto-organisation » –Lalpiniste est en perpétuelle auto organisation « acclimatation à laltitude », au temps, à son psychisme, imaginaire provoqué par ses peurs, Apparition de la « conscience de soi » ( pp53) Conscience de limpermanence Conscience que tout est mouvement –Ne pas sattacher –« lâcher prise »

63 Du rapport au réel (pp 27)« Il ny a plus de sol ferme, la matière nest plus la réalité massive élémentaire et simple à laquelle on pouvait réduire la phusis »

64 Dépasser les alternatives classiques, les « oppositions » Prendre conscience dune « unité complexe » « ordre et désordres » accroissent au sein dun système complexe « Vivre de mort et mourir de vie » (Héraclite) Naviguer entre les deux « délires », celui de lincohérence et celui de lordre absolu –Lexpérience en montagne contient cela –On ira rechercher, en allant en montagne, à faire et refaire cette expérience

65 Lexpérience du vide pp86 « lexpérience du vide qui est tout et du tout qui nest rien » Perception dune unité fondamentale qui dépasse toute les oppositions

66 Mythes, Religions, Pp95 « tenir compte de la profondeur de la réalité de la puissance religieuse et mythologique dans lêtre humain » « nous devons sans cesse lutter contre la déification de la raison qui est pourtant notre seul instrument de connaissance fiable » –Lexpérience du « pont de neige » et la « raison »

67 La non linéarité … « nous sommes à la fois produits et producteur » Récursivité en rupture avec le linéaire On sort de la logique « cause/effet » La phrase de Sénèque –« ce nest pas parce que les choses sont difficiles que nous nosons pas mais cest parce que nous nosons pas quelles sont difficiles » La prise descalade, dans le rocher ou dans la glace. « il ny a pas de prise »

68 Migration des concepts « les grandes découvertes sont le fruit derreurs dans le transfert des concepts dun champ à un autre …, opérées par le chercheur de talent » (Mendelbrot) Il faut du talent pour que lerreur devienne féconde –Escalade/ Alpinisme –Position relative de lerreur et de la vérité

69 Autour du temps … Double temporalités –Verticales –Horizontales –Gradualiste : De relais en relais, de camps en camps –vs immédiate Le geste intuitif du grimpeur Lintuition du passage, du geste juste

70 Terre, Neige, Glace Lexpérience de la partie « solide » en soi Les seuils, les portes

71 Sagesse de lalpinisme Savoir dire non, faire demi tour Connaitre et reconnaitre ses zones de « faiblesse » Saccepter dans son humanité Défi est un moteur pour moi « Sauter dans le vide » crée de la valeur –Pour soi Connaissance de soi, improvisation, rassuré vs lavenir … –Lentourage

72 Alpinisme et sagesse Une fois que lon a fait cette expérience de la totalité, que peut on espérer de plus ?

73 Merci


Télécharger ppt "Une expérience singulière de lAlpinisme François Fourcade Professeur ESCP Europe Chercheur Associé CRG – Ecole Polytechnique Directeur Scientifique du."

Présentations similaires


Annonces Google