La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

INSTRUCTION CIVIQUE ET MORALE. Les programmes du primaire font une large place à l'éducation morale, aux symboles de la République et aux marques de respects.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "INSTRUCTION CIVIQUE ET MORALE. Les programmes du primaire font une large place à l'éducation morale, aux symboles de la République et aux marques de respects."— Transcription de la présentation:

1 INSTRUCTION CIVIQUE ET MORALE

2 Les programmes du primaire font une large place à l'éducation morale, aux symboles de la République et aux marques de respects qui leur sont dus. Les repères plus apparents permettent à l'élève de mieux se situer, compte tenu de son âge, dans le temps et l'espace et le replacent, dans notre époque et notre pays.

3 L'élève découvre les règles de la vie en commun et l'apprentissage des valeurs, mais aussi les symboles de la Nation : l'hymne national et le drapeau.

4 L'esprit de défense est une attitude active qui s'acquiert en premier lieu par l'enseignement de défense défini par les programmes, mais aussi par l'appropriation des valeurs fondamentales de notre pays, la prise de conscience des menaces qui peuvent peser sur ces valeurs et des vulnérabilités de nos sociétés.

5 Dans les documents d'accompagnement des programmes, il est indiqué : «Le devoir de défense exige que l'École soit partie prenante d'une réflexion critique sur les moyens de préserver les valeurs, sur la sécurité collective des citoyens, sur le devoir d'ingérence…sur les engagements humanitaires.»

6 L'esprit de défense concerne bien sûr les élèves, mais aussi tous les adultes membres de la communauté scolaire, en tant que citoyens, comme dans l'exercice de leurs responsabilités professionnelles

7 Comment définir ce qui doit être dans la société française une éducation à l'esprit de Défense ? Est-il toujours d'actualité ?

8 C'est une notion qui a évolué. Pendant longtemps l'esprit de Défense recouvrait le sentiment patriotique qui lui-même renvoyait au sentiment national. L'esprit de Défense, dans une démocratie, ne peut se résumer à la seule acceptation d'une politique de défense votée par le Parlement.

9 L'esprit de Défense n'existe pas spontanément, il est partie intégrante d'une éducation à la citoyenneté. L'enseignement de défense est une éducation sur les valeurs à transmettre.

10 Il doit mettre en évidence la conscience de l'appartenance à une communauté de solidarité et de destin. Il doit faire surgir une culture de défense et de sécurité.

11 Les enseignants doivent donc actuellement traiter ces questions de Défense qui, pour la plupart d'entre eux, restaient jusqu'alors des notions floues. Nombreux sont ceux qui associent l'idée de Défense à la notion trop restrictive du rôle de l'armée.

12 Cette dernière joue certes un rôle prépondérant dans la Défense nationale mais il n'est pas omnipotent. La défense repose désormais sur la formation de l'esprit civique, sur la solidarité et la cohésion sociale qui concernent l'ensemble des citoyens et relèvent de leur éducation dès l'école primaire.

13 Bien avant la suspension du service national, le ministère de l'éducation nationale et le ministère de la défense se sont rapprochés en signant des protocoles. Ils ont pour but, entre autres, de favoriser une meilleure connaissance mutuelle entre les communautés militaires et enseignantes mais aussi qu'une meilleure réflexion sur la défense soit mieux assurée dans les classes.

14 La loi d'orientation et de programmation pour l'avenir de l'École du 23 avril 2005 rappelle que «la nation fixe comme mission première de faire partager aux élèves les valeurs de la République». Le "socle commun de connaissances et de compétences" intègre la culture de défense et de sécurité au titre de trois piliers : la culture humaniste, Citoyenneté et mémoire.

15 Le socle commun des connaissances et des compétences instaure un "parcours civique" de l'élève, qui doit être mis en place tout au long de la scolarité obligatoire. Son but est "de favoriser une participation efficace et constructive à la vie sociale et professionnelle, d'exercer sa liberté en pleine conscience du droit d'autrui, de refuser la violence".

16 Les compétences sociales et civiques, pilier 6: Lélève est capable de : - reconnaître les symboles de lUnion européenne ; - respecter les autres, et notamment appliquer les principes de légalité des filles et des garçons ; - avoir conscience de la dignité de la personne humaine et en tirer les conséquences au quotidien ;

17 - respecter les règles de la vie collective, notamment dans les pratiques sportives ; - comprendre les notions de droits et de devoirs, les accepter et les mettre en application ; - prendre part à un dialogue : prendre la parole devant les autres, écouter autrui, formuler et justifier un point de vue ; - coopérer avec un ou plusieurs camarades ; - faire quelques gestes de premier secours ; - obtenir lattestation de première éducation à la route ; savoir si une activité, un jeu ou un geste de la vie courante présente un danger vital.

18 L'École doit aussi "développer le sentiment d'appartenance à son pays, à l'Union européenne, dans de respect dû à la diversité des choix de chacun et des options personnelles".

19 des enseignements disciplinaires, et en particulier l'instruction morale et civique au primaire, l'éducation civique au collège, l'éducation civique, juridique et sociale (ECJS) au lycée des enseignements transversaux : l'éducation au développement durable, l'éducation à la défense, l'éducation à la sexualité, à la santé et à la sécurité

20 de la participation à la vie de l'établissement (représentation des élèves, développement de la vie associative) de la participation à des actions éducatives citoyennes (journée de commémoration et de sensibilisation, concours et prix etc...) en lien avec les partenaires extérieurs de l'École.

21 Mémoire et histoire Droits de l'homme et du citoyen Exercice de la citoyenneté Solidarité et fraternité

22 À une menace précise, majeure mais improbable ont succédé, depuis la fin de la guerre froide, des menaces multiples, diffuses, face auxquelles le seul instrument militaire ne suffit pas : - terrorismes, - possibilité d'attaques déloyales contre la substance économique d'une nation ouvertes par la mondialisation de l'économie, - risques pesant sur l'approvisionnement en énergie, etc.

23 L'enseignement de la défense et de la sécurité doit plus que jamais reposer sur la notion de défense globale, tout en délimitant clairement son objet. Tous les risques ne relèvent pas de l'enseignement de défense et de sécurité.

24 L'École a un rôle essentiel à jouer dans l'enseignement de l'histoire et la transmission de la mémoire auprès des enfants et des jeunes. En complément des enseignements, en particulier d'histoire-géographie, les journées commémoratives et les actions éducatives constituent des moyens privilégiés pour mener ce travail pédagogique.

25 22 octobre : journée de la mémoire de Guy Môquet 11 novembre : armistice de la Première Guerre mondiale 11 novembre : armistice de la Première Guerre mondiale 27 janvier : journée de la mémoire des génocides et de prévention des crimes contre l'humanité 27 janvier : journée de la mémoire des génocides et de prévention des crimes contre l'humanité dernier dimanche d'avril : Journée nationale du souvenir des victimes de la déportation dernier dimanche d'avril : Journée nationale du souvenir des victimes de la déportation 8 mai : armistice du 8 mai mai mémoire de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions 10 mai mémoire de la traite négrière, de l'esclavage et de leurs abolitions

26 L'École doit permettre aux élèves de d'apprendre les règles fondamentales de la vie démocratique et de devenir des citoyens responsables. L'apprentissage concret commence à l'école primaire dans diverses situations de la vie quotidienne et se poursuit dans l'enseignement secondaire, en particulier par l'élection des délégués. A côté des enseignements, l'action éducative permet aux élèves d'expérimenter une citoyenneté concrète.

27 Créé en 1994 en partenariat entre le ministère de l'Éducation nationale et la Présidence de Assemblée nationale, le Parlement des enfants a pour objectif d'offrir aux élèves de CM2 une leçon d'éducation civique "grandeur nature". Il réunit chaque année 577 délégués juniors, élus par leurs camarades de classe et représentant l'ensemble des circonscriptions de métropole et d'Outre-mer. Conviés au Palais Bourbon, ces délégués se prononcent par un vote solennel sur la proposition de loi qu'ils jugent la meilleure parmi celles qui ont été rédigées par les classes participant à l'opération.

28 Peuvent concourir les classes de CM2 volontaires des écoles élémentaires. L'opération, inscrite dans la durée de l'année scolaire, donne lieu à l'élaboration d'une proposition de loi par classe. Les propositions de lois sélectionnées à l'échelon académique sont soumises à un jury national composé de membres de l'Éducation nationale et de l'Assemblée nationale. Il sélectionne les trois propositions qui seront soumises au vote des délégués juniors

29 57 élèves de lEcole Primaire Jean Moulin De Castelnau Le Lez ont participé au quatre-vingt-dixième anniversaire de la commémoration de la fin de la Première Guerre Mondiale à Montpellier.

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

41

42 Elle est constituée de cinq vitrines représentant la maison, la rue, l'école, les interlocuteurs de lenfant et l'Assemblée Nationale. Sous chacune des trois premières vitrines, trois séries de 30 fiches posent des questions en relation avec le lieu représenté.

43 Ces questions trouvent réponse sous la quatrième vitrine où un dispositif sonore informatisé donne tour à tour la parole aux parents, à un copain, un travailleur social, un policier, un enseignant et un magistrat. La vitrine représentant l'Assemblée Nationale propose les textes législatifs en référence aux questions choisies par les enfants.

44 Parlement des enfants année Mr Jean Pierre Grand 3ème circonscription de lHérault Classe de CM 2 Mr Jean Michel Bosch Ecole Jean Moulin 315, chemin des Mendrous Castelnau Le lez : Adresse(s) de messagerie :

45 Proposition de loi la « Justine LT » Permettre à laide des nouvelles technologies aux enfants qui ne peuvent être scolarisés en raison dun accident, dune hospitalisation ou dune maladie de rester en contact et déchanger avec leurs camarades de classe. Présentée par : Charly Andral, Célia Babaci, Charlotte Bégu, Eudes Boyer-Gibaud, Joséphine de la Croix, Amélie Decombas, Thibault Delrieu, Arto Douy, Hugo Ducros, juliette Franceschino, Marie Charlotte Friedmann, Vincent Gautier, Clémence Grand, Killian Guigue, Milann Kadambari, Clara Laffargue, Justine Le Tendre, Raphaël Malivel, Lucile Maurel, David Memmi, Alexandra Ménager, Lison Mossino, Alexandre Plantec, Marian Powderly, Godfroy Ratet,, Julien Roumagnac, Léopoldine Stouvenot-Soulier et Maxime Weill Elèves de la classe de Monsieur Jean Michel Bosch à lécole primaire Jean Moulin Castelnau Le Lez. Délégué de la classe : Arto Douy Délégué suppléant : Amélie Decombas.

46 Raisons pour lesquelles la classe veut participer : Justine Le Tendre est une élève de la classe, nous la connaissons depuis la maternelle. Pendant lannée de cours préparatoire elle a été gravement malade. Quand son état sest amélioré, elle a pu revenir avec nous en classe. Elle a suivi le CE 2 et le début du CM 1 normalement et même, elle a participé aux activités sportives. Malheureusement elle a été de nouveau malade au début de lannée 2007 et depuis elle na pu revenir que ponctuellement en classe. Grâce à la gentillesse des moniteurs du centre nautique de Palavas Les Flots, elle a pu participer à la classe de voile en fin dannée scolaire. Aujourdhui elle a des difficultés à se tenir assise et ne peut plus venir en classe. Elle est hospitalisée deux fois par semaine à lInstitut Saint Pierre à Palavas. Elle aimerait venir avec nous, jouer avec nous et profiter de lécole.

47 Nous proposons cette loi car avec des moyens vidéos et par internet nous pourrions dialoguer avec elle plusieurs fois par semaine et elle se sentirait moins seule. Ce lien avec tous les camarades de sa classe devrait lui permettre doublier un peu sa maladie et garder contact avec nous. Il doit y avoir en France de nombreux et de nombreuses « Justines » ne pouvant se rendre à lécole pour des motifs de santé qui aimeraient garder un lien avec leurs camarades. Les nouvelles technologie de communication : internet ou la vidéo conférence devraient être mises à disposition de ces élèves et de leur classe pour pouvoir dialoguer. Ainsi les enfants malades ou accidentés seraient toujours en contact avec leur classe et oublieraient un peu leur maladie.

48 Question à monsieur le Ministre de lEducation Nationale : Que pensez-vous de lattitude des jeunes aujourdhui dans les établissements scolaires? Question à Monsieur le Président de lassemblée Nationale : Que pensez-vous de lattitude des députés pendant les débats parlementaires ?

49


Télécharger ppt "INSTRUCTION CIVIQUE ET MORALE. Les programmes du primaire font une large place à l'éducation morale, aux symboles de la République et aux marques de respects."

Présentations similaires


Annonces Google