La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

III) Comportement ondulatoire des corpuscules 1)Relation de de Broglie On a trouvé une relation entre une propriété corpusculaire du photon et une propriété

Présentations similaires


Présentation au sujet: "III) Comportement ondulatoire des corpuscules 1)Relation de de Broglie On a trouvé une relation entre une propriété corpusculaire du photon et une propriété"— Transcription de la présentation:

1 III) Comportement ondulatoire des corpuscules 1)Relation de de Broglie On a trouvé une relation entre une propriété corpusculaire du photon et une propriété de londe associée. Louis de Broglie a proposé une relation sappliquant à une particule quelconque (de masse différente de zéro). Si lon associe une onde de la forme a cette particule, alors la relation liant la propriété corpusculaire à la propriété ondulatoire est : Masse de la particule Vitesse de la particule nombre donde

2 Soit : Quantité de mouvement Longueur donde N.B. En utilisant linvariant relativiste : Et en posant m=0 pour le photon, on obtiens : et donc Qui est la formule de lénergie du photon

3 Pour un acarien de kg se déplaçant à 0,1 mm s-1 on obtient : =6, m Pour détecter cette onde par diffraction, il faudrait une fente avec une ouverture de lordre m ! Seul laspect « particule » est visible. Pour un électron de masse m = 9, kg ayant une énergie cinétique Rappel : 1 eV est lénergie acquise par un électron soumis à un potentiel d1 Volt. Dans un potentiel de 150,4 V on a donc T=150,4 eV et donc = m Qui est une dimension caractéristique du monde microscopique auquel appartient lélectron.

4 Lorsque v devient petit, augmente Pour obtenir une longueur donde = m avec une masse de 1 kg, il faut une vitesse v=6, m s -1 ! Il faudra alors années pour que lobjet parcoure 1 m, ce qui rend toute expérience impossible.

5 2) Mise en évidence expérimentale Les plans réticulaires forment des familles de plans parallèles dans les cristaux. Les plans sont définis par les indices de Miller.

6 Considérons le plan le plus proche de l'origine mais qui ne passe pas par l'origine. Si l'on prend l'intersection de ce plan avec les trois axes, on obtient les trois coordonnées de trois points : (P,0,0) l'intersection du plan avec l'axe des x ; (0,Q,0) l'intersection du plan avec l'axe des y ; (0,0,R) l'intersection du plan avec l'axe des z ; alors l'inverse des coordonnées des intersections donne les indices de Miller, avec la convention 1/ = 0 (l'indice est 0 si l'axe est parallèle au plan). Ces indices sont notés entre parenthèse (hkl) : h = 1/P ; k = 1/Q ; l = 1/R.

7 Les distances entre les plans réticulaires sont de lordres de quelques angstrœms on peut les utiliser comme « grille » de diffraction des électrons. William H. Bragg ( ) Pour que toutes les ondes réfléchies par une même famille de plans soient en phase, il faut (Loi de Bragg)

8 Cette expérience, déjà connue avec la diffraction de rayons X a été faite avec des électrons par Davisson et Germer Figures de diffraction obtenues avec une poudre de fer polycristalline. (chaque grain reflète le rayonnement avec un angle différent) Ecran

9 Clichés de diffraction électronique de laxe de zone [1 1 1] de Mn 2 O 3 (MONOCRISTAL) Avec un monocristal, on obtient une résolution angulaire du spectre de diffraction

10 3) Relations dHeisenberg. Le vecteur donde k est lié à la quantité de mouvement de la particule. Nous avons vu que pour avoir une onde parfaitement localisée, il fallait faire la somme dun nombre infini dondes. Chacune de ces ondes représente une certaine quantité de mouvement possible pour la particule. De même, si lon considère quune seule onde est associée à la particule, on fixe très précisément sa quantité de mouvement, mais la position de la particule se retrouve indéfinie car londe est délocalisée. Il y a donc difficulté pour décrire simultanément avec précision, la position et la quantité de mouvement dune particule quantique.

11 Werner Heisenberg a énoncé en 1927 ce « principe dincertitude » Incertitude sur position Incertitude sur quantité de mouvement

12 La constante de Planck étant très petite dans des unités macroscopiques, cette relation, na pas de répercussion sur le monde macroscopique où lon peut la négliger. Ce principe reflète une loi de la nature et pas une impossibilité technique ! On dit que x et p sont des variables conjuguées. Il en existe dautres, comme lénergie et le temps :


Télécharger ppt "III) Comportement ondulatoire des corpuscules 1)Relation de de Broglie On a trouvé une relation entre une propriété corpusculaire du photon et une propriété"

Présentations similaires


Annonces Google