La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 1 Comptabilité de gestion Référence H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Paris, Economica, 3 e éd.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 1 Comptabilité de gestion Référence H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Paris, Economica, 3 e éd."— Transcription de la présentation:

1 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 1 Comptabilité de gestion Référence H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Paris, Economica, 3 e éd. août 2006

2 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 2 Plan Introduction : une comptabilité pour les managers Première partie : notions et principes fondamentaux Chapitre 1 : concepts de coûts pour la décision Chapitre 2 : modéliser la consommation de ressources Chapitre 3 : lorganisation et le fonctionnement de la comptabilité de gestion Deuxième partie : laide au contrôle stratégique Chapitre 4 : les enjeux stratégiques de la comptabilité de gestion Chapitre 5 : laide au pilotage coût-valeur

3 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 3 Première partie Notions et principes fondamentaux

4 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 4 Chapitre 1 Concepts de coûts pour la décision

5 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 5 Chapitre 1 1.Le principe : les coûts pertinents directs et indirects 2.Les coûts dopportunité 3.Le comportement des coûts 4.La notion de coût contrôlable 5.Principales approches 6.Exemple

6 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 6 1. Le principe : les coûts pertinents Les coûts à considérer dans une décision sont ceux quelle touche, à lexclusion des autres. Les coûts sont touchés si leur montant ou leur comportement (flexibilité notamment) sont modifiés. Un cas typique de coût non pertinent : le sunk cost. Attention néanmoins aux risques de dérive « court termiste » ou « marginaliste », qui conduit à décomposer abusivement les décisions et à ignorer les coûts dinfra structure (ci-après). La référence reste la grille des neuf cases présentée en introduction.

7 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 7 Les coûts marginaux Coût total à court terme pour une capacité installée C 1 Niveau dactivité Coût marginal à court terme de x unités x Coût total C1C1 C2C2 Coût totalà court terme pour une capacité installée C 1 Coût total à court terme pour une capacité installée C 2 x Coût marginal à long terme de x unités (a) (b) C1C1 Coût total C1C1 C2C2 Coût totalà court terme pour une capacité installée C 1 Coût total à court terme pour une capacité installée C 2 x Coût optimisé à long terme avec économies déchelle Niveau dactivité Coût marginal à long terme de x unités (c)

8 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 8 Fort Faible Degré d insertion dans les processus consommés par les produits Energie consommée par les machines Loyer des machines Salaires des chefs d atelier Entretien de l usine Assurance de l usine Salaires du siège Coûts en télécoms du siège Ou (?) Crédibilité croissante du coût total rattaché à un produit Il y a différents degrés dans les coûts indirects

9 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 9 La clé de répartition Limputation dun coût indirect exige deux conditions : lutilisation de clés de répartition justifiées, un lien établi entre chaque clé et les objets auxquels elle permet dimputer des coûts. Première condition : une clé de répartition doit expliquer le niveau du coût à répartir. Exprimant ainsi une loi de comportement du coût, elle en permet une distribution défendable. Lidéal, cest une relation linéaire entre le coût et lunité qui doit servir de clé de répartition. Une relation non linéaire, par exemple à coût marginal croissant, risque dinduire des « subventionnements croisés » par péréquation.

10 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 10 Un cas correct, lautre pas cc x1x1 x a x1x1 X a X c 1 = a.x 1 Cas aCas b c 1 = a.x 1 c1c1 CC x 00

11 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 11 La répartition (suite) Un test simple se dégage : il suffit de vérifier que le coût unitaire est assez stable par rapport à la variable que lon pense retenir pour lallouer. Seconde condition : la variable qui explique le coût doit pouvoir être associée à chaque objet du calcul sans risque important derreur. Il faut donc construire un dispositif de collecte des données nécessaires. Dans certaines situations, la réalité technique rend même la chose impossible. Cest le cas lorsque les produits obtenus au terme dun processus sont « liés » ou « joints ».

12 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 12 Prix de Vente Coût de revient complet Coût de production Coût dachat Résultat Marge sur coût de production Marge sur coût dachat Coûts hors production Autres charges de production Les principaux concepts de marges et de coûts

13 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 13 Les notions de rentabilité

14 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica Le coût dopportunité Vous achetez un billet pour la finale de la Coupe du Monde de football 1998 et vous le payez 300 F. Le jour du match on vous en propose F. 300 F Les garder Acheter un billet Le billet Lutiliser Le vendre

15 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 15 Quels sont les coûts dopportunité associés aux décisions suivantes ? Acheter une mati è re premi è re 100 afin d effectuer une commande qui d é gagera une marge sur co û t mati è re de Accepter une commande qui consommera une mati è re en stock pay é e au moment de son achat et qui pourrait être revendue moyennant le versement d une taxe pour pollution de Si on ne la revend pas, son stockage co û tera par an. Aucune autre commande n est pr é visible. Les sont des sunk costs. On sacrifie = Même question si on suppose qu une autre commande est acceptable et qu elle rapporterait un b é n é fice de , à comparer au bénéfice de la commande

16 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 16 Coût dopportunité et facturation interne La division maintenance de la société A vend ses interventions 400 par heure aux clients externes. Elle supporte un coût de 250 par heure, dont 50 de déplacement. A quel prix doit-elle proposer ses interventions aux autres entités de A, sachant quelle ne supporterait pas de déplacement dans ce cas ? L enjeu : décentraliser et faire converger lintérêt local et lintérêt général Maintenance A Client interne Coût d opportunité : =

17 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica Quel est le comportement des coûts ? Coûts variables volumiques : varient en fonction de la quantité de lobjet du calcul final de coût Exemple : si lobjet du calcul est le coût du passager dun avion, le coût des plateaux repas est variable et volumique. Coûts variables indivis : varient en fonction dun autre facteur. Par rapport à la quantité de lobjet du calcul final, ils évoluent par palier, parce quils sont fonction dune autre variable que lui Exemple : lessentiel du carburant de lavion, les frais datterrissage. Coûts de capacité : ressources consommées pour être capable dassurer une activité dans des conditions définies de performance (qualité, délai, variété des options…) Exemple : assurance de la flotte, une partie de son coût dentretien, coût des équipages (varie avec le nombre déquipages donc, à long terme, de vols).

18 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 18 Coûts de capacité et coûts variables Coûts de capacité Coûts « fatals » décidés en raison de la performance recherchée T Coûts non fatals Prochaine décision possible Constat progressif des coûts Coûts variables cumulés Temps Survenance de lévénement qui les déclenche (inducteur dactivité)

19 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 19 Exemples de coûts variables indivis Conditionnement 10 Transport 100 Réglage 250 Expédition 400 1

20 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 20 Ces crit è res se combinent, notamment Doù la carte suivante :

21 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 21 Fort Faible Degré dinsertion dans les processus consommés par les produits Loyer des machines Entretien de l usine Salaires des chefs d atelier Coûts en télécoms du siège Crédibilité croissante du coût total rattaché à un produit Relation entre leur cause de déclenchement et le volume produit Faible à court termeForte Crédibilité croissante du coût unitaire du produit Salaires du siège Assurance de l usine Énergie consommée par les machines ? ? Les coûts indirects et les coûts de capacité

22 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 22 Une réponse : limputation rationnelle Coût de sous- activité Coûts de capacité (ou variables indivis) Coûts absorbés Total F.n/N Coût de sous- activité Coût unitaire F/N n Niveau réel de fonctionnement N Potentiel

23 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 23 Exemple Un auditeur coûte par an dans un cabinet daudit. Il est supposé facturer 80 % de son temps soit h par an. En 2003 il a facturé h. N = F = n = F.n/N =

24 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 24 Imputation rationnelle de coûts non homogènes x c Capacité N Coût de capacité unitaire F/N X Réel v = coût variable unitaire Coût de capacité F Coût variable Coût de sous-activité Coût total

25 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica Coûts contrôlables : coûts induits, coûts dépensés 15 % 85 % 100 % Coûts décidés Coûts dépensés Conception Production Cycle de vie Coûts

26 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 26 ResponsableProduction Politique comptable Contribution au résultat comptable Coût de période/coût créant un actif Activité, processus Coût contrôlableCoût fixe/coût variableCoût direct/coût indirect Résultat économique Coût d opportunité Situation de management Résumé des concepts

27 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 27 Variables Directs Indirects Directs Fixes Entrent dans le calcul des coûts des produits Résultats par produits Coûts constatés Logique : long terme 5. Principales approches : le coût complet

28 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 28 Coûts constatés Variables Directs Indirects Directs De capacité Entrent dans le calcul des coûts des produits Marges sur coûts variables par produits Résultat N y entrent pas Logique : point mort Principales approches : le direct costing (coût variable)

29 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 29 Coûts constatés Variables Directs Indirects Directs De capacité Entrent dans le calcul des coûts des produits Marges sur coûts dimputation rationnelle Résultat Coûts de sous- activité Ny entrent pas Logique : lien court-long terme Les principales approches : limputation rationnelle

30 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 30 Co û ts pr éé tablis Normes de coûts élémentaires Saisie du réel Écarts Logique : suivi des normes

31 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica Exemple Faut-il accepter la commande de 1000 unités à 85 par unité, sachant que : - le coût variable unitaire est de 55, - les coûts de capacité totaux de lentreprise sont de par mois - sa capacité mensuelle de production est de 4000 unités, - le prix habituel est de 125

32 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 32 Si elle oblige à sacrifier dautres commandes, son coût est la perte de CA quelle implique (coût dopportunité au sens strict) Sinon, son coût est la valeur des ressources quelle fait consommer Exemple : on sattend à vendre 3400 unités à unités « non pertinentes » ? Cette commande coûte ce quelle nous oblige à sacrifier

33 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 33 Perte de CA sur 400 unités Coût variable de 600 unités 400 x 125 = x 55 = Chiffre daffaires 1000 x 85 = On peut vérifier : Sans la commande Ventes : 400 x 125 = Coût variable : 55 x 400 = Marge : 400 x 70 = Avec la commande Ventes : 1000 x 85 = Coût variable : 1000 x 55 = Marge : 1000 x 30 = Contribution de la commande x 85 = x 85 =

34 Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 34 Mais les 600 unités « libres » nont-elles pas dautre coût dopportunité que les coûts variables ? Le coût de la capacité immobilisée /4000 = 37,7 soit, pour 600 unités, Lattente d autres commandes au prix normal ou à un prix supérieur à ,5 = 92,5 A moyen terme il manque 7 au moins !


Télécharger ppt "Daprès H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Economica 1 Comptabilité de gestion Référence H. BOUQUIN, Comptabilité de gestion, Paris, Economica, 3 e éd."

Présentations similaires


Annonces Google