La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Politiques économiques Chapitre 2 : Politique monétaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Politiques économiques Chapitre 2 : Politique monétaire."— Transcription de la présentation:

1 Politiques économiques Chapitre 2 : Politique monétaire

2 1. Définitions et faits stylisés Cest une question plus épineuse quil ny paraît. Pour les économistes, la monnaie est tout ce qui est accepté en paiement de biens ou service (ou en remboursement de dette). Ce nest donc ni le numéraire (i.e. les pièces et billets), ni le patrimoine, ni le revenu… Ce peut être du bétail, des coquillages, des cigarettes, de lor, des devises étrangères… On ne définit donc pas la monnaie par ce quelle est, mais par ses fonctions Quest-ce que la monnaie ?

3 Les fonctions de la monnaie : a) Moyen de paiement Le troc impose une « double coïncidence » et limite donc les possibilités déchange La monnaie peut séchanger contre tous les biens et services, elle a un « pouvoir libératoire » important. Pour cela, la monnaie doit être a) Aisément standardisée b) Largement acceptée c) Facilement divisible d) Facile à transporter e) Facile à conserver

4 b) Unité de compte Pour prendre des décisions économiques, il faut pouvoir comparer les prix des biens et services. Sil existe n biens, il faut alors connaître et comparer n(n-1)/2 prix relatifs. Si on exprime le prix de chaque chose en unité monétaire, il suffit de connaître n prix.

5 c) Réserve de valeur Pour pouvoir différer sa consommation dans le temps, il faut pouvoir conserver sa richesse. La monnaie doit pouvoir conserver sa valeur sur une période suffisamment longue : Les métaux monétaire sont des métaux précieux : Pour éviter que lexploitation de nouvelle mines ne fasse chuter la valeur Parce quils sont inoxydables. Linflation érode la valeur de la monnaie réticence à détenir de la monnaie en période dhyperinflation

6 Au final : La monnaie cest donc les pièces et billets… … mais aussi les dépôts à vue assortis dun moyen de paiement… … et puis les comptes rémunérés dont les montants peuvent être disponibles rapidement moyennant une opération simple… … et, dans ce cas, pourquoi pas les titres financiers, peu risqués, quil est facile de revendre.. Bref, la définition de la monnaie peut être plus ou moins extensive selon le degré de liquidité.

7 Les pension désignent les mises en pension provisoires des titres financiers

8 1.2. Les taux dintérêt Le taux dintérêt est le rendement annualisé dun placement. Il rémunère la mise à disponibilité des fonds prêtés compense linsuffisance de liquidité et le risque. Le taux dintérêt réel est la différence entre le taux dintérêt nominal et linflation anticipée Plus la maturité est longue, plus le taux est élevé (sauf en cas danticipations dune forte baisse). En tout cas, les taux à moyen et long terme sont liés aux taux à court terme courbe des taux

9 La banque centrale refinance les banques commerciales Lorsquelles manquent de liquidité, elles peuvent en emprunter auprès dautres banques, sur le marché interbancaire Si cela ne suffit pas, elles peuvent emprunter auprès de la banque centrale. La banque centrale fixe librement le taux de refinancement (taux directeur) Or le coût du refinancement influence le taux du marché interbancaire, puis le coût de crédits bancaires… et se transmet à lensemble des taux dintérêt

10

11 Evolution de lEuribor 3 mois (Euro inter-bank offered rate) Cf. Les Echos

12 Les agent pourraient détenir leur richesse sous forme de biens qui ont une certaine valeur (immeubles, lingots, bétail, images Panini…). Sils détiennent de la monnaie, cest quils lui reconnaissent aussi une certaine valeur. Question : quelle est la valeur de la monnaie ? Valeur externe = pouvoir libératoire en biens étrangers Dépend du taux de change Valeur interne = pouvoir libératoire en biens nationaux Dépend du niveau général des prix.

13 1.3. Linflation Linflation est lévolution (la croissance) du niveau général des prix. Sa mesure est complexe : Difficulté de la collecte des prix Changement de la structure du panier moyen Evolution de la qualité des produits (ordinateurs, TGV…) Cest un sujet sensible : Linflation influence directement le pouvoir dachat déterminant essentiel des négociations salariales Linflation (ou son anticipation) influence les calculs des coûts de production la définition des prix de vente (i.e. linflation elle-même)

14 Le cas de lEuro et du « sentiment de vie chère ». Le passage à lEuro en janvier 2002 a entraîné une tendance des producteurs et commerçants à arrondir à lunité supérieure et augmenter ainsi les prix. Effet plus important en France où le taux de change en euro est compliqué, quen Allemagne ou Italie Fort sentiment de croissance de forte inflation, en contradiction avec les mesures de lINSEE Explication : Effet qualité (écrans plats, téléphone portable, ADSL, tourisme de longue distance…). Ici, la baisse de prix des biens permet de généraliser leur consommation qui pèse sur les budgets. Sentiment de hausse plus fort pour les biens de consommation courante que pour les biens durables LINSEE propose depuis mars 2007 un logiciel de calcul individualisé de linflation.

15

16 Quel est le bon niveau dinflation ? Pas trop fort Ponction sur les ménages les moins aisés (qui épargnent peu) Plus forte instabilité (une forte inflation est beaucoup plus variable quune faible inflation) incertitudes, déstabilisation Cercle vicieux de lindexation des salaires risque dhyperinflation (> 50% par mois) : Allemagne ( ) : jusquà 1million % en 1923 Bolivie ( ) : % Argentine ( 1991)

17

18 Quel est le bon niveau dinflation ? Pas trop faible Si on veut relancer léconomie, il faut baisser le taux dintérêt réel (r = i - a ). Si linflation est trop faible, il faudrait que le taux dintérêt nominal (i) soit : Négatif (impossible) ou très bas Trappe à liquidité (les agents souhaitent toujours conserver des liquidités ; si le taux dintérêt est très bas ils conservent tous leurs avoir sous forme de monnaie ; une nouvelle baisse ne change pas leur comportement). Cf. crise japonaise Rigidité à la baisse des salaires nominaux linflation permet dintroduire un peu de souplesse dans la définition des salaires (baisser les salaires réels, sans baisser les salaires nominaux) Au final : consensus pour une inflation entre 1 et 3%

19 Principe = la quantité de monnaie en circulation définit le niveau général des prix, mais ninfluence pas la sphère réelle. … tout comme le nombre de jetons de poker définit le montant des mises ; ou le nombre de zéro sur les billets de monopoly définit le prix des transactions. David Hume (1752) : « Lorsquil y a plus grande abondance despèces, comme une plus grande quantité dentre elles a pour objet de représenter la même quantité de biens, cela ne peut avoir aucun effet, ni en bien ni en mal… » 2. Les fondements théoriques de la politique monétaire 2.1. La théorie quantitative de la monnaie

20 Il ne faut pas simplement tenir compte de la quantité, mais aussi de la vitesse de circulation (= nombre de fois quon peut utiliser une unité monétaire en un temps donné). Équation quantitative : MV = PY M : masse monétaire V : vitesse de circulation Y : revenu réel exogène = nombre de transactions P : niveau général des prix Conséquence : DP/P = DM/M + DV/V - DY/Y Si la vitesse de circulation est constante, alors les prix diminuent avec le niveau de richesse… a moins que la masse monétaire ne croisse au même taux.

21 Ainsi la monnaie est neutre à long terme. Si V est constante et Y est contraint par les capacités doffre (plein emploi), alors toute augmentation de la masse monétaire ne fait que produire de linflation. Selon Friedman : « linflation est toujours et partout un phénomène monétaire ». Cette relation est bien vérifiée empiriquement : sur la période , pour 110 pays, la corrélation entre linflation et la croissance de M est de 0,95.

22 2.2. Les rigidités nominales Mais à court terme, si les prix sont rigides et si les anticipations ne sont pas parfaite, il peut y avoir de lillusion monétaire. Si léconomie nest pas en plein-emploi, laugmentation de la masse monétaire peut relancer léconomie : Pour que la masse monétaire augmente, il faut que les agents souhaitent détenir davantage de monnaie. Si les prix naugmentent pas ( les agents nont pas besoin de plus dencaisses nominales pour régler leurs achats), cela nest possible que si le taux dintérêt baisse. La baisse du taux dintérêt permet de relancer linvestissement… et in fine lemploi, via un multiplicateur.

23 Comment expliquer les rigidités nominales ? Linformation imparfaite (Edmund Phelps) : Les producteurs observent mieux leurs prix que les prix des autres biens Quand le niveau général des prix augmente, ils pensent que cest leur prix qui tend à croître (i.e. ils pensent que la demande pour leur produit augmente) ils répondent à cette hausse en augmentant leur production, ce qui limite la hausse des prix.

24 II. La politique monétaire 2. Les rigidités nominales Comment expliquer les rigidités nominales ? Les menus (Akerlof &Yellen) Les prix des biens sont ajustés périodiquement (coût dimpression et diffusion des catalogues…) Les contrats (Taylor & Fisher). Les producteurs définissent des contrats avec leurs fournisseurs et leurs employés. Il est coûteux de réajuster ces contrats (négociations…). Ils sont donc révisés périodiquement. Et même dans ce cas, les hausses de prix ne sont pas toujours entièrement répercutés (arbitrage embauches/pouvoir dachat…).

25 II. La politique monétaire 2. Les rigidités nominales Au final : Une politique monétaire passe par une extension de la masse monétaire (i.e. de la monnaie en circulation) A court terme, cela permet de relancer lactivité A long terme, la politique monétaire dégénère en inflation. Plus les agents sont capables danticiper correctement linflation, moins la politique monétaire est efficace. Plus les agents peuvent ajuster rapidement les prix, moins la politique monétaire est efficace.

26 II. La politique monétaire 2. Les canaux de transmission La politique monétaire peut affecter la sphère réelle par plusieurs canaux. 1) Les taux dintérêt Cf. supra : modèle (neo)keynesien 2) Le prix des actifs = effet de richesse La baisse des taux dintérêt tend à accroître la valeur des actifs (effet balançoire) : Si les taux dintérêt baissent, alors le rendement des nouveaux titres devient plus faible que celui des titres anciens la demande pour les titres anciens augmente La richesse des agents qui détiennent des titres augmente Cet effet richesse stimule la demande

27 II. La politique monétaire 2. Les canaux de transmission 3) Le canal du crédit Les banques cherchent à financer des projets très rentables et peu risqués. Asymétrie dinformation : elles ne peuvent pas observer lampleur réelle du risque Elles ont tendance à inclure une prime de risque dans le taux dintérêt surcoût pour les projets peu risqués. Plus le taux dintérêt augmente, plus le risque que les emprunteurs ne remboursent pas saccroît plus les primes de risque et le nombre de projets évincés augmente = rationnement du crédit.

28 Chap 4. Politique monétaire et inflation I. La monnaie II. La politique monétaire : éléments de théorie III. Les politiques monétaires en pratique Le rôle et le fonctionnement de la banque centrale La BCE et lEuro

29 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales « [Il est] urgent que soit créé un véritable gouvernement économique de la zone euro et que soient rediscutés le statut et les objectifs de la BCE » Nicolas Sarkozy (22 juin 2007) « [Il faut] que la BCE soit soumise à des décisions politiques, bien sûr celles de lEurogroupe » Ségolène Royal (7 décembre 2007) Lindépendance des banques centrales et/ou leur focalisation sur les objectifs de stabilité des prix et de défense du taux de change est une source de tension et dincompréhension politique.

30 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales Les banques centrales peuvent conduire la politique monétaire en utilisant différents instruments : Les réserves obligatoires = obligations faites aux banques de conserver un dépôt auprès de la banque centrale en proportion des crédits accordés Mesure prudentielle, mais qui accroît aussi le coût du crédit - instrument qui ne permet cependant pas un contrôle fin de la liquidité Lopen-market = achat ou ventes de titres sur le marché financier (utilisé aux EU mais pas en Europe) Taux de refinancement

31 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales Quelle objectif pour la banque centrale ? La banque centrale doit combiner plusieurs objectifs : Assurer la stabilité du système financier Défendre la valeur interne et externe de la monnaie (controler linflation) Influencer léconomie (stabilisation / croissance) Il est difficile de combiner ces objectifs qui peuvent être contradictoires, notamment entre le court terme et le long terme.

32 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales La nécessité de définir un cap. Les actions de la BC (sur le taux dintérêt notamment) nont deffet sur lobjectif final (linflation, voire la croissance) quà moyen/long terme. Comme pour diriger un pétrolier, il est difficile dêtre réactif. Nécessité de se doter dune ligne de conduite claire, dun objectif de long terme fixe Règles de « ciblage » : De croissance dun agrégat monétaire (Bundesbank) De niveau dinflation (UK) La BCE fait un peu les deux (depuis 2003, le ciblage dinflation domine)

33 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales La nécessité de définir un cap. Il sagit alors orienter léconomie par a-coups pour rester constamment dans la cible. Limite les sur-réactions de la BC & facilite les anticipations Problème = les objectifs de long terme défini aujourdhui peuvent ne pas être pertinents demain…

34 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales Quelle réactivité ? Une fois le cap définit, il reste à savoir si on doit donner de grands coups de barre ou faire de petits ajustements, le moins souvent possible. Dun côté, en réagissant à la volatilité de léconomie, on risque de laccentuer : « Il faut immuniser la politique monétaire contre le court-termisme » J.C. Trichet

35 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales Quelle réactivité ? De lautre, il ne faut pas prendre le risque de ne pas réagir à temps si la BC ne se propose pas dessayer de limiter dès que possible les crises, alors les agents privés savent quils en supporteront le coût et limitent leurs investissement. Alan Greenspan

36 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales Faut-il être indépendant ? Pour être efficace, la politique monétaire doit être clairement lisible, facile à anticiper Exemple : baisse prévue du taux directeur de la BCE (juin 2003)

37 III. Les politiques monétaires en pratique 1. Les banques centrales Faut-il être indépendant ? Il faut donner un objectif de long terme clair, dire quon sy tiendra et être crédible Lindépendance vis-à-vis des décisions politiques est un moyen de gagner en crédibilité. On peut faire plus (nommer des gouverneurs connus pour leur « conservatisme », associer la rémunération des gouverneur au taux dinflation…). Le coût de la perte de crédibilité peut être élevé : taux dintérêt plus élevés, crise de change… Lindépendance nest pas liée a priori à lobjectif. Le mandat de la BC peut mettre laccent sur la croissance économique en plus de la lutte contre linflation.

38 III. Les politiques monétaires en pratique 2. La BCE La Banque Centrale Européenne Créée en 1998 Basée à Francfort Organe de décision de lEurosystème : = Banque centrale européenne (BCE) + banques centrales nationales de la Zone euro. Le Système européen de banques centrales (SEBC) comprend la BCE et les BC des vingt-sept États membres de l'UE. Il assure la coordination des politiques monétaires au sein de lUE.

39 III. Les politiques monétaires en pratique 2. La BCE Spécificités et difficultés de la BCE Lindépendance est inscrite dans les traités : Article 108 du traité de Rome sur l'indépendance de la BCE : « Dans lexercice des pouvoirs et dans laccomplissement des missions et des devoirs qui leur ont été conférés par le présent traité et les statuts du SEBC, ni la BCE, ni une banque centrale nationale, ni un membre quelconque de leurs organes de décision ne peuvent solliciter ni accepter des instructions des institutions ou organes communautaires, des gouvernements des États membres ou de tout autre organisme. Les institutions et organes communautaires ainsi que les gouvernements des États membres sengagent à respecter ce principe et à ne pas chercher à influencer les membres dorganes de décision de la BCE ou des banques centrales nationales dans laccomplissement de leurs missions. ». Condition nécessaire pour que lAllemagne accepte de renoncer au DM.

40 III. Les politiques monétaires en pratique 2. La BCE

41 Spécificités et difficultés de la BCE Pour asseoir sa crédibilité (et rassurer les Allemands), lobjectif de la BCE est essentiellement centré sur linflation : Les statuts de la Fed (Federal Reserve Act) : sont davantages centrés sur le plein emploi : « maintenir en moyenne une croissance des agrégats monétaires et de la quantité de crédit compatible avec le potentiel de croissance de la production, de manière à tendre vers les objectifs suivants : un taux d'emploi maximum, des prix stables et des taux dintérêt à long terme peu élevés.» Cependant, la BCE est montre en réalité un peu de souplesse (l'inflation ayant dépassé 2 % plusieurs fois depuis 2001)

42 III. Les politiques monétaires en pratique 2. La BCE Difficulté 1 : Le Policy - Mix Le commissaire européen aux affaires économiques, et le ministre des finances présidant lEurogroupe peuvent assister au conseil des gouverneurs de la BCE. Il ny a peu (pas) de contact officiel entre les institutions en charge de la politique économique et la BCE visant à favoriser la coordination Les politiques budgétaire sont le fait des Etats membres difficultés du policy-mix il manque un réel « chef de file » de la pol. économique en Europe. Quel intérêt à la coordination : Eviter les actions contradictoires (pol. mon restrictive pour contrer les pol. bug. expansionnistes) Eviter que la BCE apparaisse que la seule responsable de la politique économie de lUE et attire ainsi toutes les critiques

43 III. Les politiques monétaires en pratique 2. La BCE Difficulté 2 : lhétérogénéïté Après sêtre réduite en 1999 la dispersion des taux dinflation au sein de la zone euro sest accrue à nouveau. Le mandat de la BCE est de réagir à linflation moyenne, pas à son écart-type


Télécharger ppt "Politiques économiques Chapitre 2 : Politique monétaire."

Présentations similaires


Annonces Google