La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De loral à lécrit Réduire les inégalités en maternelle Moirans le 5 janvier 2011 Laboratoire des Sciences de lEducation Université Grenoble Centre de référence.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De loral à lécrit Réduire les inégalités en maternelle Moirans le 5 janvier 2011 Laboratoire des Sciences de lEducation Université Grenoble Centre de référence."— Transcription de la présentation:

1 De loral à lécrit Réduire les inégalités en maternelle Moirans le 5 janvier 2011 Laboratoire des Sciences de lEducation Université Grenoble Centre de référence des troubles du langage CHU de Grenoble Cogni-Sciences Michel ZORMAN

2 Plan La lecture processus multifonctionnel État des lieux de la difficulté en lecture État des connaissances dévelopt du langage Les pistes de réponses pédagogiques

3 Lapprentissage de la lecture un processus multidimensionnel

4 De plus, Acculturation à lécrit tout apprentissage scolaire mobilise des représentations, des croyances, de la motivation qui peuvent interférer avec ou, au contraire, dynamiser et réguler le processus cognitif de lapprentissage. ainsi, faire en sorte quun élève apprenne à lire, à aimer lire en comprenant ce quil lit, implique de favoriser le développement dune série de savoirs et savoir-faire, mais aussi de représentations concernant la lecture et, en définitive, dun rapport positif au savoir lire.

5 LA PERFORMANCE DE LECTURE Gough & Tunmer 1986 L = R x CL = R x C Extraire de linformation de ce qui est écrit Identification des mots isolés L=RC Compréhension orale sémantique syntaxique Connaissance du monde Pré-requis - Vocabulaire - Morpho-syntaxe - Culture -Traitements complexes Pré-requis -conscience phono Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

6 Modèle à 13 composantes (Daprès The cognitive foundations of learning to read. Southwest educational development laboratory. //www.sedl.org/reading/framework/) Compréhension en lecture Compréhension du langage Identification des mots Connaiss. linguistiques Connaissances du monde Syntaxe Vocabulaire Conscience phonémique Principe alphabétique Connaissance des lettres Connaiss. du code Connaiss. Orthogr. Conceptions de lécrit Phonologie Lapprentissage de la lecture un processus multidimensionnel

7 Compétence fonctionnelle complexe: Compréhension en lecture Ressources intégrées (acquisitions déjà réalisées) Vocabulaire Syntaxe Compréhension du langage Conscience phonologique Reconnaissance des mots Apprentissage explicite Conscience phonémique Code alphabétique Principe alphabétique Reconnaissance des mots

8 Langage compréhension Deux larges domaines connaissances linguistiques connaissances du monde qui interagissent ensemble permettent de faire des inférences Par exemple: Titres hebdomadaires « Santé: Les plantes » « Société: chasse à lappart » « Psycho: le doigt dans lengrenage » « Être attentive: les gens au pair

9 État des lieux des difficultés de lecture en France

10 La situation actuelle sur la compréhension de lécrit Les JAPD ,7% des jeunes ont un vocabulaire déficitaire Vocabulaire 9,8% Vocabulaire 4,9 % 20,7% difficultés de lautomaticité de la lecture Lecture 2,3% Lecture 12,9 % Lecture 5,5 % Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

11 La proportion délèves en difficulté de lecture augmente Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

12 Le niveau en lecture des plus faibles en CM2 baisse* *Note dInformation Décembre 2008 DEPP Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

13 Le niveau en lecture des plus faibles en CM2 baisse*surtout pour les enfants de milieu populaire *Note dInformation Décembre 2008 DEPP

14 Performance du système scolaire Français 14 DOCUMENT DE TRAVAIL NB : les scores moyens se situent autour de 500, les scores des élèves les plus faibles autour de 300 : pour ces élèves, 50 points représentent une baisse de près de 20%. Le niveau baisse, surtout pour les plus faibles Entre 2000 et 2006, ce sont surtout les élèves les plus faibles qui ont un niveau en baisse (test PISA, élèves de 15 ans). Le niveau des élèves moyens na par ailleurs pas progressé Source : OCDE, PISA 2006

15 Différence non négligeable même sur les (tout) meilleurs élèves Compréhension de lécrit Maths Compréhension de lécrit Maths Niveau des bons élèves Au-delà de la grande difficulté scolaire, il faut saméliorer aussi sur les bons élèves ; mais cette évolution est moins prioritaire Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

16 Performance du système scolaire Français 16 DOCUMENT DE TRAVAIL Inégalités sociales et culturelles PISA Si on prend le ¼ des plus favorisés et le ¼ des moins favorisés les écarts de scores par pays sont importants. Aussi bien culture scientifique que sciences et compréhension de lécrit: Pour la compréhension de lécrit: – Islande 55 – Corée du sud 56 – Finlande 58 - Japon 72 – Italie 74 –Canada76 – Royaume uni 87 – Pays Bas 90 – Etats-Unis103 – Allemagne 112 – France 120 -

17 Performance du système scolaire Français 17 DOCUMENT DE TRAVAIL principes de lamélioration et de réduction des inégalités Si ces différences constatées ne tiennent pas quà lécole (multifactorielles) Une partie en dépend (non négligeable) programmes, exigences institutionnelles, pratiques pédagogiques, rapports aux élèves. 1 Il est possible de réduire les inégalités 2 Ceci ne se fait pas au dépend des meilleurs, au contraire –Légalité moteur de la performance. Les 1 enseignement individualisé (évaluation pas contrôle) 2 prendre en charge la difficulté au moment où elle apparaît 3 Rapports et école bienveillante 4 Moins élitiste et moins concurrentielle

18 Le développement du langage oral

19 Organisation et réorganisation du lexique Dominique Bassano CNRS 2003 Étude de la production naturelle des interactions langagières avec leur entourage de 60 enfants Les Pourquoi Parce que derrière Partir Beau Tomber mouillé a plus Oui/non Veux ça Ça yest Bébé Doudou Ballon chat Mots grammaticaux PrédicatsMots paralexicaux Noms Structuration du lexique Structuration lexique

20 Évolution du lexique entre 14 et 39 mois aplus pourquoi souvent oui voiture manger vouloir fleur en mois

21 Lévolution du lexique Total 60 enfants Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

22 Comment fait-il pour acquérir les langues Grande capacité du calcul du cerveau Il déduit les règles du langage Prendu, véné, décollagé, les enfants prendaient des billes » « les mamans sontaient parties » Déduit les règles sonores (phonotactique) mk nexiste pas en français mais en néerlandais Il calibre à 10 mois si on transforme leur « ba, ba, ba » en « be, be, be » il modifie la production pour entendre « ba, ba, ba » Pas bain de langage mais inter-action 8-10 mois 20 minutes 3 fois par semaine chinoise pendant 1 mois après discriminait les contrastes du chinois mandarin Le signal acoustique est continu « tuveuxtonbiberon »« Fermelaporte » Par exemple tr est plus fréquent que lr le bébé fait lhypothèse dans « la gazelle rapide » quil y a une frontière entre le l et le r « gazelra » nest pas un mot

23 Développement du vocabulaire expressif nombre moyen (1211 enfants) Adaptation française du MacArthur S. Kern 1999 A 27 mois 75% sujet verbe complément

24 Le développement du langage 1 ère année la prosodie, les syllabes 2 e année le vocabulaire 3 e- 4 e année les phrases

25 Les inter-actions langagières Principales causes des différences de niveau de langage

26 Milieu familial et développement du langage Betty Hart and Todd R. Risley familles et enfants de lâge de 7-9 mois à 3 ans enregistrement 1 heure chaque mois. 13 haut statut socio économique, 23 employés et ouvriers et 6 précaires Nombre de mots produits par heure Nombre de mots différents/h

27 Nombre de mots auquel les enfants ont été exposés en famille Style et qualité des échanges Cadres : 32 affirmatives(interrog), 5 interdictions, 6 encouragements / heure Ouvriers employés: 12 affirmatives, 7 interdictions, 2 encouragements Précaires: 5 affirmatives, 11 interdictions, 1 encouragement

28 Le langage une fenêtre de développement précoce et essentielle pour lavenir de la compétence

29 Maîtrise de la grammaire de lAnglais pour des ressortissants Coréens et Chinois arrivés entre lâge de 3 ans et 26 ans aux USA (Jonhson et Newport 1989) Score moyen grammaire Fenêtre de développement du langage oral

30 Les conséquences des inégalités de langage précoce sur la scolarité Silva et coll (1987) n = 1027 enfants - évaluation langage oral à 3 ans, 5 ans, 7 ans. Résultats à 9 ans: % denfants en difficulté de lecture et/ou QI faible <85 Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

31 Proscrire la stratégie du « wait and see » version anglaise du « ça va se débloquer » « il va avoir le déclic » La précocité de lintervention est un facteur important de lefficacité de la prévention, visant à éviter ou du moins à réduire les difficultés dacquisition du langage écrit.

32 - Acquisition du langage - Préparation de lécrit des pistes pour les réponses pédagogiques

33 Principes Cycle 1 apprentissage individualisé - 1) Tout petits groupes (2-3) parfois par niveau - Interactions individuelles séquentielles - 2) A partir des intérêts et motivations de lenfant - 3) Apprentissage implicite - Essayer de faire comme à la maison pas dapprentissage formel moins de rigidité, se servir de lexpérience de la vie quotidienne - 4) Plus de séquences en tout petits groupes pour les faibles - 5) Ne pas laisser les retards sinstaller (effet Mathieu)

34 Ne pas laisser le retard, léchec sinstaller Intervenir précocement par des pédagogies adaptées. Éviter leffet Mathieu

35 Courbe de croissance en fluence de lecture sétablit précocément CP CE1 CE2CM1 CM2 Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

36 Enseignement implicite ( pas inconscient ) Inductif Régularité analogie Exposition fréquente Interaction et/ou guidance individuelle / dialogue Le rôle essentiel de lattention

37 Quelques recommandations Partir de ses motivations: lenfant est attentif et se concentre sur ce qui lintéresse Guider sa réflexion, laider à faire et classer des analogies, découvrir des principes des règles (sans les expliciter) Encourager, féliciter toutes ses petites réussites Devant ses erreurs qui permettent à lenseignant de comprendre son mode de raisonnement positiver son erreur tout en linfirmant Faire du dialogue le mode essentiel de la communication pédagogique

38 Activités Attention Langage oral Conversation Quotidien interactions individuelles conversationnelles Lecture partagée Préparation à lécrit Lecture écriture principe CGP Épiphonologie sensibilité phonologique, conscience phonologique

39 Langage écrit

40 Permettre aux enfants peu acculturés à lécrit dans leur famille de : De construire des représentations liées à une pratique concernant la lecture et, en définitive, dun rapport positif au savoir lire Découvrir le principe alphabétique Voir aussi lecture partagée

41 Script, minuscules camion Écrire les mots de lenfant individuellement Petits groupes intervention séquentielle Daprès F. Boulanger Cycle 1 Apprentissage implicite inductif et par analogie

42 repérer les régularités orthographiques Lettre son _ syllabe son papa-poire-pain-pull chat-chaussure-chien-chanter livre-lit-line- cachette-dinette-galette-anette bateau-chapeau-eau-cadeau-gateau camion-cadeau-camille-calin Sapin-lapin-matin Progressivement les classer par analogie orthographique à même sonorité

43 GSM explicite Lalphabet Le nom des lettres Le son des lettres Le graphisme des lettres Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

44 Phonologie De lattention auditive PSM Sensibilité ou épiphonologie MSM Conscience phonologique et phonémique associée à linitiation au code alphabétique explicite GSM

45 Merci pour votre attention

46 La conscience phonologique Attention des sons Comptage syllabique Phonème et lettres Evaluer et entraînement spécifique

47 Pas seulement parler mais faire la conversation Pratiquer la conversation En faire un interlocuteur Dès la naissance Acquisition Appétit pour le langage

48 1 Motiver lenfant fixer lattention sur le langage 2 Parler lentement, articuler 3 Faire des phrases courtes et simples 4 Répéter (3-5 fois) 5 Privilégier les interrogatives 6 Poser des questions ouvertes 7 Laisser les silences pour susciter la réponse 8 Encourager 9 Ne pas corriger: redonner le modèle ou reformuler en enrichissant Les pratiques adaptées

49 1 Amener lenfant à demander 2 Créer les conditions du besoin 3 Demander de choisir une activité 4 Mettre en langage ce quil est en train de faire: « cest bien tu cuis la viande » « Tu vas la manger? » la Ou ce que fait sa maman : « tu vois je fais la purée jécrase les pommes de terre » « tu veux les écraser? » « tu aimes la purée? » 4 stratégies et techniques quotidiennes Rendre la production langagière nécessaire Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

50 1 Obtenir lattention des enfants +++ On utilise des exclamations en pointant: « Oh la la! Viens voir la poupée » « on va laver la poupée » en pointant la poupée du doigt 2 Nommer les objets ou les images correspondants aux mots cibles « Cest un ballon » « A ta maison tu as un ballon » Les techniques

51 3 Poser des questions lui demander: « cest quoi ça ?» en pointant le ballon si il ou elle ne dit rien, répéter : « cest un ballon » « est ce que cest un camion? », « montre moi le camion » « où est le camion?» 4 Sil dit quelque chose dinintelligible ou approximatif? il faut lencourager et lui dire « cest bien, cest un ballon » Pour ceux qui commencent à parler 5 Ajouter de linformation Si lenfant dit à partir dune image de lalbum : « papillon » on va ajouter des informations « Oui cest bien! » « le petit papillon vole » « un gâteau » « oui cest un gâteau danniversaire » « comment on sait que cest un gâteau danniversaire » « tu vois » pointer du doigt les bougies « il y a des bougies »

52 Poser des questions: « Quest ce que cest » / « a coto » « Oui bien ce sont des grands couteaux » « quest ce quon fait avec des couteaux» « é mange » « oui cest bien les couteaux ça sert à couper la viande » Si lenfant parle un peu

53 Si lenfant fait des phrases « Quest que vous voyez sur cette page? » « les enfant jouent dans le sable » « oui les enfants font des châteaux de sable sur la plage » « et là? » « cest un bateau » « oui, cest un voilier avec une voile jaune » en pointant du doigt la voile « montre moi la voile du bateau avec ton doigt » Faire respecter le tour de parole

54 Allez, dit papa à Lucie et à Tony, installez- vous sur le banc, je vais vous prendre en photo Exercices outils: Se représenter la situation par une analyse syntaxique/sémantique précise Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

55 Un conte Il était une fois un atron, un vrai bourne, qui vivait tout stule. Comme la plupart des atrons, il avait des donits pointues, une barbe piquante et un grand troche. Il était toujours de mauvaise lanien et avait toujours manin. Ce qu'il aimait le plus au monde, c'était de manourer, des petits enfants à son tripu lanon. 9 mots / 59 mots

56 Traitement actif de la syntaxe Le but premier de mon voyage à Londres nétait pourtant pas daccroître mon pécule, et jéprouvais quelques scrupules à tromper le moine et surtout ma belle mère ; car le saint homme lui transmettait certainement son point de vue en même temps que les messages que je lui avais confiés pour Margaret Walker.

57 Après un quart dheure deffort pour traverser le lac, nous attachâmes les pédalos aux anneaux de la berge et nous déposâmes nos sacs à dos. Inférences déductives contextuelles Nous avions terminé notre pique-nique. Nous rangeâmes nos couverts et nos restes et nous pédalâmes jusquà lhôtel.

58 _ans un p_ys tr_versé du _ud au n_rd par le Ni_, sillo_né de _anaux, p_rsemé de ma_ais et rec_uvert par l'inon_ation _uatre m_is par _n, l'e_u es_ à la _ois o_stacle et mo_en de com_unication. « _aire t_averser le fl_uve à cel_i qui n'a pas de bat_au » cons_itue une oblig_tion _orale ; se d_placer en ba_que pa_aît si nat_rel que l'on croi_ que le _oleil se d_place de cette ma_ière dans le cie_. Des _ateaux, il y en a de t_utes so_tes. Pour les mar_is et les eau_ peu _rofondes, une n_celle faite de ti_es de pap_rus liée_ _uffit ; on la p_opulse et on la diri_ge à l'aid_ d'une _affe ; dans c_rtaines, on pe_t mêm_ _ransporter un v_au. Pour na_iguer sur le _il, on u_ilise des em_arcations de boi_. Les _argaisons l_urdes et vo_umineuses, par exe_ple un obél_sque, circu_ent dans de _arges c_alands que l'on ha_e ou que l'on rem_rque fau_e d'y pouv_ir place_ un _réement ou des r_meurs, l'es_ace éta_t enti_rement occup_ par la _harge. S_non, les ba_eaux son_ pro_ulsés à la voil_ ou à la _ame. Le c_urant fa_ilite la des_ente du _il. On le r_monte gr_ce au ven_ qui _ouffle g_néralement du no_d au _ud. Le _il, m_lgré sa cr_e, se nav_gue, somm_ _oute, a_sément, mais ré_erve quelques mau_aises surp_ises, tels les _ancs de s_ble qui ch_ngent d'emp_acement d'une anné_ sur l_utre.

59 Dans un pays traversé du sud au nord par le Nil, sillonné de canaux, parsemé de marais et recouvert par l'inondation quatre mois par an, l'eau est à la fois obstacle et moyen de communication. « Faire traverser le fleuve à celui qui n'a pas de bateau » constitue une obligation morale ; se déplacer en barque paraît si naturel que l'on croit que le soleil se déplace de cette manière dans le ciel. Des bateaux, il y en a de toutes sortes. Pour les marais et les eaux peu profondes, une nacelle faite de tiges de papyrus liées suffit ; on la propulse et on la dirige à l'aide d'une gaffe ; dans certaines, on peut même transporter un veau. Pour naviguer sur le Nil, on utilise des embarcations de bois. Les cargaisons lourdes et volumineuses, par exemple un obélisque, circulent dans de larges chalands que l'on haie ou que l'on remorque faute d'y pouvoir placer un gréement ou des rameurs, l'espace étant entière­ment occupé par la charge. Sinon, les bateaux sont propulsés à la voile ou à la rame. Le courant facilite la descente du Nil. On le remonte grâce au vent qui souffle généralement du nord au sud. Le Nil, mal­gré sa crue, se navigue, somme toute, aisément, mais réserve quelques mauvaises surprises, tels les bancs de sable qui changent d'emplacement d'une année sur l'autre.

60 Attention Petits groupes interventions individuelles séquentielles Loto sonore (attention auditive) Type où est Charly (attention visuelle) Tâche simple pour aider à fixer lattention

61 Langage oral

62 1 Amener lenfant à demander ne pas anticiper 2 Créer les conditions du besoin de production de langage 1 Faire la conversation 2 Quotidien + ateliers 2-3 (niveau) stratégies et techniques quotidiennes Rendre la production langagière nécessaire Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF

63 Les pratiques recommandées 1 Motiver lenfant, fixer lattention sur le langage 2 Parler lentement, articuler 3 Faire des phrases courtes et simples 4 Répéter (3-5 fois) les nouveaux mots 5 Privilégier les interrogatives 6 Poser des questions ouvertes 7 Laisser les silences pour susciter la réponse 8 Encourager 9 Ne pas corriger: redonner le modèle ou reformuler

64 Quand lenfant ne produit pas encore 1 Obtenir lattention des enfants +++ se servir de ses pôles dintérêt On utilise des exclamations en pointant: « Oh la la! Viens voir la poupée » « on va laver la poupée » en pointant la poupée du doigt « tu prends la poupée! » « tu laves la poupée! » « Cest quoi? » en pointant la poupée 2 Nommer les objets ou les images correspondant aux mots cibles « Cest un ballon » « A ta maison tu as un ballon ?» 3 Encourager: Oui tu as montré le ballon Les techniques

65 Poser des questions: « Quest ce que cest » / « a coto » « Oui, ce sont des grands couteaux » « quest ce quon fait avec des couteaux?» question ouverte « i mange » «bravo, on coupe la viande avec les couteaux » Si lenfant parle un peu, enrichir

66 Nesrim 2,5 ans « tombé néléphant » « tu as raison il est tombé léléphant » (renforcement et reformulation) « comment il est tombé? » (question ouverte, amorce conversationnelle)

67 Reformulation et feed back un pas au delà des possibilités de lenfant « Quest que vous voyez sur cette image ? » Bryan « les enfants chouent avec le sable » « oui les enfants font des châteaux de sable sur la plage » « et là? » Bilel « cest un bateau » « oui, cest un voilier avec une voile jaune » en pointant du doigt la voile « montre moi la voile du bateau avec ton doigt »

68 Implication Formation des Parents Implication des parents! Imagiers et jeux Laboratoire des Sciences de lEducation UPMF Collection Usborne

69 Lecture partagée petits groupes 2-3 faibles 4-5 les autres Album relecture au moins 12 séquences 1album par trimestre Objectif apprendre implicitement les stratégies de compréhension -inférer vocabulaire, métaphore, anaphore, cohérence,…

70 Lecture partagée. Aider à découvrir les stratégies pour comprendre un mot de vocabulaire que lon ne connaît pas, énoncer et expliciter une situation, faire débattre les enfants, leur demander dargumenter. Faire utiliser ce mot (contraire, faire phrase, …) « Hop! Petit ourson sagrippe aux poils de sa mère ours » Faire se représenter une situation « Et crac! La glace se casse. Petit ours flotte sur un morceau de glace. Il séloigne sur leau comme sil était un bateau. » Discussion débat (adulte reformule, aide, mais ne donne pas la réponse guide et explicite)


Télécharger ppt "De loral à lécrit Réduire les inégalités en maternelle Moirans le 5 janvier 2011 Laboratoire des Sciences de lEducation Université Grenoble Centre de référence."

Présentations similaires


Annonces Google