La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le point sur lenseignement du russe en France. Isabelle Després Professeur des Universités Département de russe et études slaves Université Stendhal –

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le point sur lenseignement du russe en France. Isabelle Després Professeur des Universités Département de russe et études slaves Université Stendhal –"— Transcription de la présentation:

1 Le point sur lenseignement du russe en France. Isabelle Després Professeur des Universités Département de russe et études slaves Université Stendhal – Grenoble 3 Membre de lAssociation Française des Russisants

2 Historique 1891 : Institut des Langues Orientales 1892 : Université de Lille 1902 : chaire de russe à la Sorbonne Premiers slavistes français: Emile haumant, Jules Patouillet, André Lirondelle, Louis Leger, Jules Legras, puis Raoul Labry, André Mazon, Pierre Pascal.

3 Après la Révolution bolchévique 1919 : création de lInstitut détudes slaves (avec la Revue des études slaves, en 1921) 1932 : création dune direction détudes des littératures slaves du Moyen Age à lEcole pratique des hautes études (EHESS) Lentre-deux guerres ne fut pas favorable aux études slaves. Difficulté des relations avec les universitaires soviétiques.

4 Essor après la deuxième guerre mondiale : fondation de lAgrégation de russe : fondation du CAPES. Engouement pour les Slaves et pour la culture russe. Entre 1945 et 1968 sont créées dans lenseignement supérieur 14 chaires de russe. De brillants universitaires, parfois issus des écoles normales supérieures, sorientent vers les études de russe. Cest lâge dor des études de russe.

5 Les années 70. Au début des années 70, plus de 50 postes sont offerts aux concours de recrutement des enseignants du secondaire (CAPES et Agrégation) offrant un débouché sérieux aux étudiants des sections de russe. Lapprentissage du russe dans le secondaire est encouragé. Réputation dune langue difficile, donc formatrice. Les étudiants passionnés deviennent des enseignants passionnants.

6 Déclin des années 80. Baisse de lintérêt du public pour lURSS. Amorce de la chute des effectifs délèves dans le secondaire. Début du sur-encadrement. La Dotation Horaire Globale décourage le choix de la diversité des options. La suprématie de langlais.

7 Les années 90, la nouvelle Russie. Renouveau de lintérêt. Possibilités de voyages, multiples contacts avec la langue. Qualité exceptionnelle de laccueil des élèves et étudiants en Russie. Dynamisme des enseignants de russe. Presque élèves à la rentrée 90.

8 Difficultés Image brouillée voire inquiétante de la Russie, véhiculée par les médias : criminalité, alcoolisme, insécurité. Le rapprochement a privé la Russie dune part de son exotisme. Absence de volonté politique russe de défense de la langue.

9 Déception Pas dinversion de la tendance de baisse des postes aux concours (dix fois moins que dans les années 70). Extinction programmée de lenseignement du russe dans le secondaire. Le russe dans le primaire? Espoir vite déçu. Priorité à langlais.

10 Les années 2000 : constat dune chute vertigineuse. Désaffection confirmée des jeunes Français pour le russe. En 2002, il y avait élèves pour 314 enseignants de russe dans le secondaire public. (Dans le privé: 2500 élèves pour 35 enseignants). Rappel 1987/88 : élèves pour 487 enseignants. Une perte de la moitié des effectifs en 14 ans.

11 Répit pour les universités. Le russe se maintient, voire progresse, mais en partie grâce à lafflux détudiants des anciens pays du bloc de lEst.

12 Stabilisation Effectifs en légère augmentation en 2005 et les années suivantes. Développement du russe langue 3, et forte baisse du russe langue 1 et surtout langue 2. Le russe est la cinquième langue, loin derrière litalien ( élèves), mais devant le portugais (7000 élèves), le chinois (6500 élèves), larabe (6000). Chiffres de Poursuite de la compression de loffre (suppression de postes)

13 Le russe dans le secondaire aujourdhui. 101 collèges et 223 lycées, 264 professeurs (en 2008) Peu présent dans les filières technologiques, absent de lenseignement professionnel. 5 sections européennes (Bordeaux, Limoges, Paris (2), Versailles) 2 sections internationales de russe: Strasbourg et Nice.

14 Lenseignement élémentaire. 18 sites en CM1 - CM2 1 site en maternelle.

15 Luniversité. Forte diminution des effectifs, surtout en LCE, dont le débouché naturel, enseignement et recherche, est tari. Tarissement du flux détudiants arrivant du lycée avec une connaissance suffisante de la langue russe pour faire des études de russe classique. Nécessité de sadapter par la création de nouvelles filières.

16 Stratégies dadaptation. Création dune filière dinitiation intensive (année préparatoire) avec stage linguistique en Russie. Diversification des filières: - LEA - licence trilingue juristes / économistes - Licence bi-langue - parcours de spécialisation (histoire, droit, FLE, journalisme, TAL, …) Mutualisation des enseignements.

17 Promotion du russe dans le secondaire Création de sixièmes « bi-langue » Multiplication des voyages scolaires Projets scolaires autour de la culture russe impliquant les autres enseignants (chant, histoire et géographie, dessin, littérature…) Mais lassitude et vieillissement du corps enseignant.

18 Perspectives Absence de postes mis aux concours denseignement en Extinction progressive de la filière LCE Mais forte demande dans le secteur LANSAD. Multiplication des officines denseignement privées payantes Beaucoup de méthodes dauto-apprentissage du russe

19 Conclusion Absence de volonté politique de préserver lenseignement public. Mais persistance dune demande forte dont la nature a évolué.


Télécharger ppt "Le point sur lenseignement du russe en France. Isabelle Després Professeur des Universités Département de russe et études slaves Université Stendhal –"

Présentations similaires


Annonces Google