La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 UFR de Langues Année universitaire 2007- 2008 Activités de la recherche.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 UFR de Langues Année universitaire 2007- 2008 Activités de la recherche."— Transcription de la présentation:

1 1 UFR de Langues Année universitaire Activités de la recherche

2 2 ILCEA CERAAC (Centre détudes et de recherches allemandes et autrichiennes contemporaines)

3 3 Séminaires Vendredi 21 septembre 2007 Sophie Lorrain-Bourgeois : « Les affiches politiques en RDA ». Mercredi 7 novembre 2007 François Genton : « Wolfgang Steinitz et la redécouverte de la tradition démocratique dans le chant populaire allemand ». Mercredi 27 février 2008 Gaëlle Vassogne : « La neutralité du sionisme pragois face à la fin de l'empire austro- hongrois, l'Etat tchécoslovaque et la montée du nazisme: la figure de Max Brod ». Mercredi 18 avril 2008 Herta-Luise Ott « Franz-Ernst Pipitz ( ) et la pensée de l'Autriche » Vendredi 26 septembre 2008 Christian Eggers: « Vichy et l'Italie fasciste : les camps des deux régimes dans une perspective comparatiste ».

4 4 CERHIUS (Centre détudes et de recherches hispaniques de luniversité Stendhal) ILCEA

5 5 Séminaires des axes du CERHIUS ( ) Axe « Rio de la Plata » (Michel Lafon) En , le séminaire sest réuni mensuellement, doctobre à juin, le vendredi après- midi. Comme lannée précédente, les travaux ont été consacrés à la science-fiction dans les littératures du Rio de la Plata : lectures et formation théoriques, constitution, présentation et analyse de corpus. Ce travail collectif, qui sinscrit sur un des deux axes transversaux prioritaires de lUniversité Stendhal et qui est également adossé au Cluster 14 (qui a lui-même donné lieu, pendant deux ans, à un séminaire transdisciplinaire sur la science-fiction, entre Lyon et Grenoble), va déboucher sur la publication dun numéro de la revue Tigre, début 2009, intitulé probablement « La Science-fiction dans le Rio de la Plata ». Axe Moyen Age / Siècle dor (Anne Cayuela) Un séminaire mensuel a eu lieu au cours de lannée Il sagissait dun séminaire préparatoire à la journée détudes du 17 octobre et du prochain colloque international (2009) Editer le siècle dOr. Il sagissait de sinterroger sur une ecdotique moderne particulièrement attentive aux conditions historiques qui ont régi la composition, la publication et la transmission des textes littéraires. Le séminaire a également permis à deux doctorants travaillant sur la littérature espagnole du siècle dor de présenter leurs travaux en cours. Les interventions furent les suivantes (mardi 10h30-12h30) : Anne Cayuela : El texto del Quijote : Preliminares a una ecdotica del siglo de oro (novembre 2008 ) Anne Cayuela : Lecdotique à la française (février 2008) Tatiana Alvarado (Doctorante Paris III), 4 mars 2008 Le monstre dans le théâtre de Calderon Filippo Fonio : 29 Avril 2008, La comédie hagiographique en Espagne (Doctorant ILCEA) Axe Espagne contemporaine (Georges Tyras) Un séminaire mensuel, d'octobre à juin, le vendredi après-midi. Travail collectif sur les questions de récupération de la mémoire historique et la problématique du témoignage dans l'Espagne d'aujourd'hui ; le séminaire a reçu plusieurs invités, dont José Manuel López de Abiada, de Berne et Alfons Cervera, de Valence. Une part importante des travaux était consacrée à la préparation du colloque de mars 2008, « Témoin et témoignage, mémoire individuelle et collective : expressions et représentations mémorielles dans lEspagne contemporaine. » Axe Civilisation Espagne-Amérique latine (Almudena Delgado-Larios) Un séminaire mensuel, qui a démarré en , a permis tout à la fois de formuler une demande collective de « crédits recherche », sur le thème « les conflits intrasociaux dans le monde hispanique : orthodoxies, déviances et dissidences » ; de lancer une réflexion sur la question « conflit et altérité dans le monde hispanique » (cest dans ce cadre que Frédérique Langue (EHESS) a été invitée à donner une conférence sur lhistoire des sensibilités, à partir de lanalyse du cas vénézuélien) ; et de lancer la préparation dune première journée détudes consacrée à « hétérodoxies, déviances et dissidences », qui aura lieu les 5 et 6 février 2009 (avec pour responsables scientifiques A. Delgado-Larios, Edmond Raillard et Maria Ferraro Osorio).

6 6 Séminaire Commun Mercredi 19 décembre 2007, 18h François Genton (Université Stendhal) "Un canon littéraire allemand actuel" Z003 Jeudi 31 janvier, 18h JamesUnderhill (Université Stendhal) "Mathew Arnold (Angleterre XIXè) et le canon " Grande Salle des colloques Mercredi 27 février, 18h Sébastien Scarpa et Christophe Roncato (Université Stendhal) : "He spoke with authority : A. C. Swinborne et le canon Grande salle des colloques Mercredi 23 avril, 18h Julie Penasse (Université Stendhal) "Le canon paralittéraire" Grande salle des colloques Jeudi 27 mars h Laurence Garino-Abel (Université Stendhal) "Relire La verdad sobre el caso Savolta d'Eduardo Mendoza (1975) à la lumière des réflexions de Jean-Philippe Domecq sur le canon et la littérature telles qu'il les expose dans son essai Le pari littéraire (1994)." Grande salle des colloques Jeudi 29 mai 18h Diana Labontu (Université Stendhal) "Canonisation française d'un roumain inconnu en Roumanie" Grande salle des colloques Jeudi 26 juin 18h Laurence Aubry (Université de Perpignan) "Entre récit, psychanalyse et poésie, à la recherche d'une écriture de la cure.Une lecture de Chêne et chien de Raymond Queneau (1937).«

7 7 Rencontre à Grenoble Une journée avec Ricardo Piglia Diario y ficcion 15 octobre 2008

8 8

9 9 La journée d'études « Diario y ficción » a eu lieu le 15 octobre 2007 à l'UniversitéStendhal de Grenoble, salle Jacques-Cartier de la Maison des Langues et des Cultures. Cette Journée a été organisée par l'ILCEA dans le cadre de la préparation du colloque International « Hommage à Ricardo Piglia », co-organisé par le LEIA (Caen), Traverses-LIRICO (Paris 10), le CRIMIC (Paris 4) et lILCEA, qui sest déroulée à Paris les 30 et 31 mai 2008, à la Sorbonne-Paris IV. Elle sest déroulée en deux temps. En matinée, une conférence douverture de Michel Lafon, « "Come en casa Borges" ­ Tesis sobre el diario », a été suivie de trois communications de jeunes chercheurs, portant sur les relations entre la pratique du journal et lécriture fictionnelle. Les textes des communicants sont accessibles sur Laprès-midi, Ricardo Piglia a donné une conférence intitulée « Modos de narrar », suivie dun débat avec le public coordonné par Teresa Orecchia-Havas et Christian Estrade.

10 10 Rencontre avec Alfons Cervera Vendredi 14 décembre H30-12H30 Salle des Conseil Maison des Langues et de la Culture

11 11 Rencontre avec Alfons Cervera Vendredi 14 décembre H30-12H30 Salle des Conseil Maison des Langues et de la Culture Animée par Georges Tyras Témoignage et écriture de la mémoire dans le roman espagnol contemporain

12 12 Le Groupe de recherche sur l'Espagne contemporaine du Cerhius (Ilcea, EA 613) a accueilli le 14 décembre 2007 l'écrivain espagnol Alfons Cervera, pour une rencontre avec les enseignants et les étudiants, auxquels se sont joints également quelques collègues du secondaire. Animée par Georges Tyras, la rencontre a permis d'effectuer un état des lieux du roman espagnol actuel, en particulier en tant qu'il est le principal vecteur d'un engagement à la fois socio-historique et littéraire, que le passé récent de l'Espagne (fin et séquelles du franquisme, Transition démocratique, problématiques de la récupération de la mémoire) rend indispensable. Au coeur de ce courant, l'œuvre même d'Alfons Cervera est exemplaire, et l'écrivain a dû répondre à bien des questions chaleureuses.

13 13 Journée dÉtudes organisée par ILCEA/CERHIUS LES RELATIONS DE GENRE DANS LE MONDE HISPANIQUE Vendredi 25 janvier 2008 Salle Jacques Cartier Maison des langues et de la culture

14 à Françoise THEBAUD, (Université dAvignon) «qu'est-ce que l'histoire des femmes et du genre ?» Mathilde DUBESSET, (I E P de Grenoble) «Femmes et religions, entre soumission et espace pour s'exprimer et agir : un regard d'historienne, 19e-20e siècles». Angela CARBALLEDA, (Université Stendhal Grenoble 3) «Espaces de pouvoir des femmes dans l'Amérique coloniale: un bilan historique et historiographique» Journée dÉtudes organisée par ILCEA/CERHIUS LES RELATIONS DE GENRE DANS LE MONDE HISPANIQUE Vendredi 25 janvier 2008 Salle Jacques Cartier Maison des langues et de la culture à Almudena DELGADO LARIOS, (U. Stendhal-Grenoble 3) «Femmes et politique dans le monde hispanique (XIX ème- XX ème siècles)» Danièle BUSSY-GENEVOIS, (Université de Paris VIII) «Presse, féminisme, citoyenneté en Espagne ( )» Bérengère MARQUES-PEREIRA, (Université Libre de Bruxelles) «Laccès des femmes à lespace public : du local au national, de linternational au transnational. Lexercice de la responsabilité publique et les rapports de genre en Amérique Latine».

15 15 Activités organisées par Almudena Delgado Larios (axe Civilisation Espagne-Amérique Latine) Les relations de genre dans le monde hispanique, vendredi 25 janvier Depuis les années 1970 jusquà nos jours, les études dhistoire des femmes et des relations de genre se sont multipliées et elles ont permis daborder des thématiques peu ou pas traitées auparavant. La réflexion méthodologique et conceptuelle que cette approche a favorisée a eu des retombées fécondes dans les autres domaines de la recherche historique. Trente ans après le cours de Michèle Perrot à luniversité de Paris VIII « Les femmes ont-elles une histoire ? » ( ) et du colloque organisé à Aix-en-Provence sur La condition féminine, la question des femmes et de leur présence dans lespace public figure au programme des concours du Capes et de lAgrégation dEspagnol. Le moment était propice pour faire un bilan historiographique de la recherche développée pendant ces trente dernières années dans le monde hispanique et de présenter les études en cours. La journée détudes a été structurée en fonction de ces deux objectifs (état de la question et recherche en cours) et de la volonté de faire connaître aux étudiants hispanistes les travaux de spécialistes du cas français et dengager un dialogue avec les chercheuses qui travaillent sur lEspagne et sur lAmérique latine. Un premier bloc de deux interventions faisait un bilan de « cette aventure intellectuelle » et des recherches en cours en France (Françoise Thébaud, de lUniversité dAvignon, «Qu'est-ce que l'histoire des femmes et du genre ?» et Mathilde Dubesset, de I E P de Grenoble, «Femmes et religions, entre soumission et espace pour s'exprimer et agir : un regard d'historienne, 19e-20e siècles»). Puis, quatre communications dressaient le bilan et présentaient des études sur le monde hispanique : pour lEspagne, Almudena Delgado Larios (Université Stendhal-Grenoble 3) «Femmes et politique dans le monde hispanique (XIXème-XXème siècles)» et Danièle Bussy-Genevois, (Université de Paris VIII) «Presse, féminisme, citoyenneté en Espagne ( )» ; pour lAmérique Latine, Angela Carballeda, (Université Stendhal Grenoble 3) «Espaces de pouvoir des femmes dans l'Amérique coloniale: un bilan historique et historiographique» et Bérengère Marques-Pereira (Université Libre de Bruxelles) «Laccès des femmes à lespace public : du local au national, de linternational au transnational. Lexercice de la responsabilité publique et les rapports de genre en Amérique Latine». Les étudiants de capes et dagrégation despagnol sont venus nombreux, ainsi que des étudiants de master 1 et 2. Les communications présentées lors de cette journée leur ont permis de mieux situer la thématique du sujet du programme des concours ainsi que de percevoir les possibilités de recherche. Trois des six communications présentées sont déjà publiées dans la revue électronique Nuevo Mundo Mundos Nuevos.

16 16 Colloque international Témoin et témoignage, mémoire individuelle et collective (expressions et représentations mémorielles dans lEspagne contemporaine) Université Stendhal Grande Salle des Colloques, bât G, 4 e étage Jeudi 13 et vendredi 14 mars 2008

17 17 Organisé par le Groupe de recherche sur lEspagne contemporaine ILCEA-CERHIUS Contact : - Juan. Colloque international Témoin et témoignage, mémoire individuelle et collective (expressions et représentations mémorielles dans lEspagne contemporaine) Université Stendhal Grande Salle des Colloques, bât G, 4 e étage Jeudi 13 et vendredi 14 mars 2008

18 18 Le colloque international Témoin et témoignage, mémoire individuelle et collective : expressions et représentations mémorielles dans lEspagne contemporaine, organisé par Georges Tyras et Juan Vila et le Groupe de recherche sur l'Espagne contemporaine du Cerhius (Ilcea, EA 613), s'est déroulé à Grenoble les 13 et 14 mars Il a réuni 15 communicants, dont la moitié d'étrangers (Espagne et Suisse pour l'essentiel) devant un public nombreux (une cinquantaine de personnes à chaque demi-journée). La réflexion collective élaborée à cette occasion a porté sur les problématiques de la récupération de la mémoire historique telle qu'elle se produit en Espagne depuis les années 90, et sur le statut du témoignage selon les formes qu'il revêt dans l'ensemble des représentations que provoque l'anamnèse individuelle et collective. Les échanges ont été nourris, et l'ensemble de la manifestation s'est déroulé dans d'excellentes conditions, grâce entre autres à la qualité du travail de préparation effectué en amont par le personnel de l'UFR. Une publication est prévue courant 2009.

19 19 Rencontre avec lécrivain CARLOS LISCANO Lundi 31 mars 2008 Grande salle des colloques

20 20 Lundi 31 mars 2008, à l'invitation du CERHIUS, à linitiative de Marita Osorio Ferraro, (axe Rio de la Plata du CERHIUS), nous avons reçu la visite de lécrivain Carlos Liscano pour une conférence sur son œuvre littéraire le matin et une rencontre avec le groupe de théâtre du Département despagnol laprès midi. Cette journée à été forte en participation détudiants, la Grande Salle des Colloques remplie et il manquait même des places assises. De 10h à midi, Liscano a fait une très intéressante conférence sur son œuvre littéraire et répondu à des très nombreuses questions de la salle, tant des étudiants comme des enseignants présents. Après une pause déjeuner, il a rencontré jusquà 17h30 le groupe de théâtre du Département despagnol qui préparait pour son spectacle de fin dannée une des pièces de cet auteur. Son dernier livre "El escritor y el otro" pas encore traduit au moment de la conférence est actuellement en cours de traduction par Jean-Marie Saint-Loup, il paraîtra prochainement en français aux éditions Belfond. La personnalité singulière de Liscano a aussi amené le public à l'interroger sur la question des droits humains en Uruguay."

21 21 Colloque International Hommage à Ricardo Piglia Paris, Sorbonne 30 – 31 Mai , rue de la Sorbonne Amphithéâtre Descartes

22 22

23 23 Colloque International Hommage à Ricardo Piglia Paris, Sorbonne 30 – 31 Mai 2008 Co-organisé par lInstitut des Langues et des Cultures dEurope et dAmérique (ILCEA) de lUniversité Stendhal-Grenoble 3, et par les Universités de Paris-Sorbonne Paris IV, Caen- Basse Normandie et Paris 8 Vincennes - Saint Denis, avec la collaboration de Princeton University et du Colegio de España, le Colloque International fait suite à la Journée dÉtudes organisée par lILCEA le 15 octobre 2007 à Grenoble, en présence de Ricardo Piglia, sur le thème « Diario y ficción ». Le colloque sest déroulé à la Sorbonne avec 22 intervenants (doctorants, professeurs, essayistes, tous spécialistes de lœuvre de Ricardo Piglia), provenant détablissements français (Grenoble 3, Paris IV, Paris 8, Caen, Lyon II et Toulon-Var) mais aussi duniversités espagnoles (Zaragoza, Granada, Valencia, Sevilla, Madrid, Bilbao), nord- américaines (Pittsburgh, Portland) et latino-américaines (Mexico, La Havane, Buenos Aires, Mar del Plata). Il constitue le premier colloque international consacré à lœuvre de lécrivain argentin Ricardo Piglia, en hommage à lun des écrivains argentins fondamentaux de ces trente dernières années. Il a été loccasion de proposer de nouvelles lectures dune œuvre dont laudace critique et loriginalité narrative ne cessent de faire surgir les interprétations les plus fructueuses. Les deux journées de travail ont été divisées en huit ateliers organisés par thèmes. Le Colloque a été également loccasion de rendre hommage à Christian Bourgois, éditeur de Ricardo Piglia et de nombreux écrivains argentins du 19e et du 20e siècles, récemment disparu. LILCEA a pris en charge les frais de déplacement et dhébergement de ses membres intervenant dans le colloque. Le public a été nombreux, en raison de lintérêt porté par les étudiants, les critiques et les lecteurs à lœuvre de Ricardo Piglia, mais aussi de la présence de ce dernier, qui a donné une conférence plénière suivie dun échange informel avec le public. Ce colloque a permis à lILCEA dentamer une collaboration avec des universités nord- américaines (notamment Pittsburgh University), mais aussi de renforcer ses liens scientifiques traditionnels avec les argentinistes des universités de Caen, de Paris 8 et de Paris 4. La publication des actes est prévue chez un éditeur argentin, afin de faciliter sa diffusion dans le monde hispanique.

24 24 Conférence « Écriture de lhistoire et mythe bolivarien au Venezuela » Vendredi 6 juin 2008 Grande salle des colloques

25 25 Conférence organisée par ILCEA/CERHIUS Vendredi 6 juin 2008 De 14h00 à 17h00 Grande Salle des Colloques Bât G, 4 ème étage Écriture de lhistoire et mythe bolivarien au Venezuela Frédérique LANGUE, historienne, a été professeur d'université à Caracas. Chercheur au CNRS (CERMA-EHESS), spécialiste de l'histoire culturelle et politique du Venezuela, elle est responsable de la revue électronique Nuevo Mundo Mundos Nuevos et auteur de nombreux ouvrages sur lAmérique Latine.

26 26 "Ecriture de l'histoire et mythe bolivarien au Venezuela", conférence de Frédérique Langue (CERMA-EHESS) le 6 juin 2008 Organisée par Historienne, chercheur au CNRS, Frédérique Langue est spécialiste de lhistoire de lAmérique Latine. Elle a fait des recherches sur le Mexique colonial (Mines, terres et société à Zacatecas (Mexique) de la fin du XVIIe siècle à l'indépendance, Publications de la Sorbonne, 1995) et elle a écrit de nombreux ouvrages sur lhistoire culturelle et politique du Venezuela. Elle dirige la revue électronique Nuevo Mundo Mundos Nuevos et se montre très active dans le domaine de lhistoire des sensibilités. Cette conférence présentait justement la problématique de lhistoire des sensibilités à partir du cas vénézuélien. Il sagissait également de nouer des liens de recherche entre son groupe de recherche et laxe de civilisation hispanique dirigée par Almudena Delgado au sein du Cerhius. Les échanges ont été fructueux et la réflexion est lancée autour de cette notion de « sensibilités ».

27 27 ILCEA CESC (Centre détudes slaves contemporaines)

28 28 Journée détudes « Poésie et théâtre russes contemporains » 15 et 16 mai 2008 Salle Jacques Cartier Maison des langues et de la culture

29 29 Jeudi 15 mai de 14h à 18h Vendredi 16 mai de 9h à 12h Salle Jacques Cartier Maison des langues et de la culture Journée détudes Journée détudes organisée par CESC/ILCEA Avec la participation de : Christine Zeytounian Hélène Henry Maria Rubins Katia Bouchoueva Elina Wojciechowska Marie-Noelle Pane Isabelle Després Régis Gayraud Valéry Kossov Hélène Mélat Nastia de la Fortelle Gérard Abensour Tania Moguilevskaïa Ivana Ryčlova Ludmila Kastler Multiplicité des festivals poétiques, des revues, des almanachs, mais aussi larges possibilités dInternet : en Russie la poésie est plus que jamais un art vivant. Parallèlement, le théâtre a connu un essor phénoménal, tant dans sa branche expérimentale, que pour les spectacles grand public. Décrire et analyser le dynamisme artistique de la Russie contemporaine dans ces deux domaines, tel est le but que se fixe cette journée détudes à laquelle apporteront leur contribution certains des meilleurs spécialistes français et étrangers. Contact

30 30 Compte-rendu des journées détudes « Poésie et théâtre contemporains russes ». Les 15 et 16 mai à la Maison des Langues et cultures de lUniversité Stendhal ont eu lieu deux demi-journées détudes organisées par le CESC. La première a été consacrée à la poésie contemporaine russe. En raison des manifestations ayant perturbé le transport public entre la gare et luniversité, la séance a débuté avec retard, et le programme a été légèrement modifié. Dans son allocution douverture, Isabelle Després (directrice du CESC) a rappelé qua eu lieu, à Grenoble en 1988, une très importante rencontre avec la poésie russe contemporaine. Sous légide du CREARC (Centre de création, de recherche et des cultures, N. de Pontcharra) et de lADEC (Association pour le dialogue entre les cultures), ont été invités plus de vingt poètes russes et français, qui ont passé plus de dix jours dans notre ville. Il y eut de nombreuses conférences et lectures de poésie, à luniversité comme dans les bibliothèques et lieux de culture de Grenoble. De nombreux slavistes et traducteurs ont contribué à lorganisation de cette manifestation (dont certains, il faut les en remercier, sont revenus en 2008 à Grenoble). Lannée suivante, les poètes français furent invités à Moscou. Ce rappel fut aussi loccasion de rendre hommage à tous les chercheurs et universitaires qui ont posé les fondements de la tradition des études slaves à Grenoble, ou qui lont perpétuée, et dont certains sont encore à nos côtés aujourdhui. Ce vingtième anniversaire permet de prendre conscience de lincroyable chemin parcouru par la poésie russe, et par le pays tout entier, grâce à la perestroïka. Certains des poètes présents à Grenoble en 1988 sont aujourdhui décédés (Okoudjava, Krivouline …), mais dautres, qui étaient alors presque des inconnus (en tout cas pour la France), car interdits de publication officielle, sont aujourdhui des figures majeures du paysage littéraire russe. La figure dominante des cinquante dernières années est sans conteste celle de Iossif Brodky. Lintervention prévue sur la langue de Brodsky a malheureusement été annulée, Maria Rubins (Londres), victime dun accident de la circulation, nayant pas été en mesure de venir à Grenoble. La première intervention a été celle de Hélène Henry (Paris IV). Spécialiste reconnue dès lépoque soviétique de la poésie russe contemporaine, ayant traduit de très nombreux poètes, sintéressant désormais également au théâtre, elle a dressé un panorama de la branche pétersbourgeoise de la poésie, traçant les liens entre la poésie des acméistes (Mandelstam, Akhmatova), celle de Brodsky et de sa génération (E. Reïn, D. Bobychev, A. Naïman) et celle de la nouvelle génération issue de lunderground des années 70 et 80. Marie Noëlle Pane (Lyon 3) a ensuite évoqué la poésie mystique et religieuse de Olga Sedakova, à propos de laquelle elle prépare une thèse et quelle a beaucoup traduite. Elle a montré comment Sedakova trouve au terme de sa quête poétique une nouvelle simplicité qui naît de la complexité A linverse, comme la montré ensuite dans son intervention Christine Zeytounian, elle-même poète en langues russe et française, traductrice renommée de la poésie et de la littérature russe, responsable de collections dans les plus grandes maisons dédition, les vers récents de Bella Akhmadoulina, qui est couramment associée à la poésie du Dégel, évoluent vers davantage de complexité, du lyrisme vers le métaphorisme. C. Zeytounian a ensuite évoqué Dimitri Prigov, décédé lan dernier, père du conceptualisme russe, dont lœuvre se confond totalement avec la construction de son image, dans ce quil faut appeler le « projet Prigov », qui lui confère « léternité ». Cette intervention, particulièrement vivante et spontanée, saccompagnait de lectures et déclamations des vers des deux poètes et de leur traduction. Katia Bouchoueva, jeune poète russe vivant à Grenoble et adepte du slam, a présenté les lieux de la vie poétique, festivals, cafés littéraires, dans les différentes villes et régions de Russie, ainsi que les nouvelles formes poétiques (graphique, internet, slam, etc). On a pu ainsi mesurer à quel point cette pratique était rendue vivante par les nouvelles générations. Mais la poésie russe ne connait pas de frontières géographiques, un pan entier a dérivé dans les années 90 vers le nouveau pays démigration russe qua constitué Israël. Ce fut lobjet de lintervention dElina Wojciechowska, en cours de rédaction dune thèse consacrée à la poésie russe (Grenoble), qui est également poète russe ayant longuement vécu en Israël. La dernière intervention se rapportant à la poésie a été reportée au lendemain matin. Isabelle Després (Grenoble) a présenté lœuvre du poète moscovite Timour Kibirov.

31 31 Les débats ont été fructueux. A été mentionnée la perspective de lédition dun almanach bilingue de poésie contemporaine russe, en collaboration avec la Maison de la Poésie Rhône-Alpes. Plusieurs questions ont porté sur la question de la langue et de son évolution, sur la spécificité de la traduction de la poésie, et en particulier sur lauto-traduction. Enfin, en guise dillustration et en hommage à la parole poétique, de façon informelle, plusieurs intervenantes ont lu leurs propres vers. La seconde demi-journée fut consacrée au théâtre. En introduction, Lioudmila Kastler a rappelé le travail qui a déjà été fait depuis quelques années, au CESC, et au département détudes slaves, avec les étudiants de russe, sur les auteurs contemporains, dont plusieurs ont été invités à luniversité Stendhal (Maxime Kourotchkine, Natalia Jouravliova, Ekaterina Narchi). Valéry Kossov (Grenoble) a choisi, comme support pour une réflexion sur le transfert culturel entre la Russie et lOccident (traduction et adaptation), la représentation à Moscou (dune durée de huit heures) de la pièce de lAnglais Tom Stoppard, sur la vie littéraire et intellectuelle russe du XIX siècle, intitulée The coast of Utopia. Cest un regard de déconstruction postmoderne sur des « icônes » telles que Herzen et Belinski que soffre par cet intermédiaire anglais le public russe. Puis Gérard Abensour, professeur émérite, qui suit lactualité du théâtre russe depuis plusieurs décennies, a dressé le tableau de la programmation 2008 du festival de Moscou « Zolotaïa Maska » (Le masque dor) et la commentée, en faisant remarquer la présence dun grand nombre de spectacles de province, ce qui prouve la grande qualité du travail effectué loin des capitales. Il a également commenté certains spectacles davant-garde, auxquels il a pu assister à Moscou, critiquant certains des choix des metteurs en scène, en particulier pour le renouvellement des œuvres du répertoire classique. Tania Moguilevskaïa, traductrice de nombreuses pièces de théâtre expérimental russe, en cours de rédaction dune thèse sur le sujet, a décrit lexpérience du collectif théâtre.doc, avec Mikhaïl Ougarov, et lécriture par le jeu scénique de leur pièce « La guerre des Moldaves ». Lioudmila Kastler sest intéressée à la langue des textes dramatiques contemporains, et aux effets recherchés doralité dans ce quon appelle le « nouveau drame ». Pour finir, Ivana Ryclova (Brno, Rép.Tchèque)a analysé la représentation de lenfance dans une pièce de lauteur contemporain Vassili Sigarev « La pâte à modeler ». Elle a montré que le texte théâtral peut avoir valeur de témoignage psychanalytique et de catharsis. Les nombreuses réactions et questions soulevées, que ce soit sur les interactions entre les expériences russes et les expériences occidentales dans linvention des approches nouvelles de lécriture théâtrale, ou sur la spécificité de la langue russe en ce qui concerne les passages entre loral et lécrit, ou encore sur lefficacité du théâtre comme témoignage, documentaire ou psychique, ont montré la richesse de létude de ce domaine de la production artistique russe contemporaine. En conclusion, on peut réaffirmer que tant la poésie que le théâtre sont plus que jamais en Russie des formes dart vivantes et productives. Ces journées détudes ont ouvert de nouvelles perspectives de travail et de collaboration entre le CESC de Grenoble et différents chercheurs (Londres, Brno, Paris IV, Bordeaux) et traducteurs professionnels, ce qui favorisera la connaissance et la diffusion de la culture russe. Il serait souhaitable à terme détendre le champ dinvestigation aux autres pays de langues et cultures slaves. Les actes de ces journées seront publiées dans Chroniques slaves N°4 (2008). Isabelle Després

32 32 5 ème journée détudes de doctorants slavisants Jeudi 12 juin 2008 Salle Jacques Cartier Maison des langues et de la culture

33 33 Salle Jacques Cartier Maison des langues et de la culture Contact : Organisé par ILCEA/CESC, et avec la collaboration de CESAL université Lyon 3 5 ème journée détudes de doctorants slavisants Jeudi 12 Juin 2008 De 9h00 à 18h00

34 34 ILCEA GREMUTS (Groupe de recherche multilingue en traduction spécialisée)

35 35 Journée détudes « Langues et cultures spécialisées à lépreuve des médias » Vendredi 25 janvier 2008 Grande Salle des Colloques

36 36 vendredi 25 Janvier 2008 Grande Salle des Colloques Université Stendhal Grenoble 3 Contact : Shaeda Isani Journée dÉtudes organisé par ILCEA/GREMUTS Langues et cultures spécialisées À lépreuve des médias

37 37 « LANGUES & CULTURES DE SPECIALITE A LEPREUVE DES MEDIAS » La journée détude, organisée par Shaeda ISANI dans le cadre du GREMUTS (Groupe de Recherche Multilingue en Traduction Spécialisée) et son volet Langues & Cultures de Spécialité, sest déroulée sur la journée du vendredi 24 janvier Cadre de réflexion Les langues et cultures de spécialité étant, par définition un domaine interdisciplinaire, ces journées détude se sont définit comme objectif dappliquer les théories et les outils conceptuels qui lui sont propres au domaine de la presse. Dans la perspective multilingue et interculturelle qui cadre les travaux du GREMUTS, et en partant de la pluralité discursive, générique et disciplinaire qui définit le texte journalistique, ces journées ont proposé dexplorer la rencontre de deux disciplines aussi richement diversifiées quelles sont évolutives. Un premier axe de réflexion a porté sur le discours spécialisé écrit ou oral dans les média, en français et dans dautres langues. Il sest articulé autour des quatre paramètres que sont la langue, le genre, le medium et le domaine et ouvre, entre autres, les pistes de réflexion suivantes : Quel discours spécialisé ? Celui du médium – radio, télévision, presse écrite traditionnelle ou en ligne, blog ? – ou de la discipline/du domaine dont relève le sujet ? Celui du journaliste qui le produit ou de lorgane qui le véhicule ? Ou existe-t-il un « supra » discours journalistique qui sera lessence de tous les sous- genres ? Quelle notion de généricité pour une mosaïque composée de multiples sous-genres possédant une charte générique spécifique ? Quelles sont les transformations qui sopèrent lorsque le discours journalistique entre en contact avec des langues et cultures autres ? Le métadiscours journalistique ou le journalisme qui analyse le journalise Un deuxième axe de réflexion a porté sur la notion de la culture en rapporta avec le monde du journalisme, à la fois celle qui le façonne que celle quelle façonne à son tour. Dans cette perspective, la réflexion sest définit autour des axes suivants : Comment se définit la culture professionnelle journalistique dans les différentes cultures ? Quels sont les paramètres culturels qui profilent lécriture journalistique ? 10 communications ont eu lieu, présentées par 15 communicants. Le point dorgue de cette manifestation fut une communication présentée conjointement par cinq membres du GREMUTS portant sur lanalyse multilingue du traitement fait par la presse internationale dun même texte source. Des 15 participants, 7 ont été des participants extérieurs à lUniversité Stendhal et/ou au groupe de recherche. En plus des 15 participants, 31 autres personnes y ont assisté en tant quauditeurs

38 38. Communications présentées Cultures universitaires et réalités journalistiques (Michel Petit, Pr., Bordeaux 2) Caractérisation par triangulation de la culture professionnelle journalistique : prototype du journaliste de la presse écrite britannique (Shaeda Isani, Pr., Grenoble 3) Entre analyse de discours et didactique de langlais de spécialité : le cas des interactions journalistiques (Laurent Rouveyrol, MCF, Université Sophia-Antipolis, CNRS) Journalistes et journalisme dans la littérature de jeunesse des années 50 à nos jours (Sylvie Martin-Mercier, MCF, Université Stendhal, Grenoble 3) Le discours de The Economist, est-il un discours de spécialité économique ? (Catherine Resche, Pr., Université Paris 2, Panthéon-Assas) La traduction, un exercice périlleux pour le journaliste (Véronique Sauron, ETI- université de Genève, Elisabeth Lavault, Pr., Université de Grenoble) Sciences dures pour les nuls : discours et représentations journalistiques de la nanorévolution (Donna Andréolle, Pr., Université Stendhal, Grenoble 3) Le discours de la vulgarisation à travers différents médias ou les tribulations des termes spécialisés : le cas de la médecine (Elodie Vargas, MCF, Université Stendhal, Grenoble 3) Paradigmes métaphoriques dans la conceptualisation de lamour dans la presse féminine en anglais, français et tchèque (James Underhill, MCF, Université Stendhal, Grenoble 3) Vladimir Poutine et la presse internationale : restructuration du discours et construction dimages (Valery Kossov, MCF, Université Stendhal, Grenoble 3 ; Setty Moretti-Alaoui, MCF, Université Lumière, Lyon 2 ; Elisa Rossi, MCF, Université Lumière, Lyon 2 ; Christian Leblond, MCF, Université Stendhal, Grenoble 3 ; Claire Allignol, MCF, Université Stendhal, Grenoble 3) Publication Le projet de publication est en cours de réalisation. Des articles issus des communications, enrichis par dautres proposés par des non-communicants présents à la journée détude, seront réunis pour constituer le premier numéro en ligne des Cahiers de lILCEA sur le portail revue.org. La parution de ce numéro est prévue pour la fin Compte rendu fait par Shaeda Isani le 10 juillet 2008

39 39 Compte rendu sur les Rencontres du Gremuts Objectifs Dans le cadre du GREMUTS, centre de recherche membre de lILCEA, ces rencontres ont été lancées principalement sur linitiative de James Underhill avec la participation enthousiaste de lensemble de léquipe et surtout de Cécile Frérot qui sest chargée de linvitation dune collègue de luniversité de Toulouse. Lidée, qui reprend une initiative mise en pratique en LEA il y a quelques années par Shaeda Isani (mais abandonnée depuis), est de maintenir une continuité de réflexion autour de questions dintérêt pour les chercheurs de ce centre. En effet, en plus des réunions régulières du groupe, de plusieurs journées détudes et dun colloque organisé en 2005, les membres du groupe ont souhaité inviter régulièrement des chercheurs (du groupe, dautres centres de luniversité ou dautres universités) à exposer leurs travaux dans le but dapprofondir leur réflexion commune par louverture et la discussion. Séances Les séances ont commencé au deuxième semestre. Trois séances ont pu avoir lieu entre mars et juin 2008 : vendredi 14 mars, Emuanela Nanni, Traductrice, Doctorante et Enseignante à luniversité Stendhal : Évolution de la traduction technique en Italie, vendredi 25 avril, Tatiana El Khoury,Traductrice, Docteur es Lettres, Enseignante à luniversité Stendhal : Relations intratermes dans la terminologie médicale arabe, vendredi 6 juin, Amélie Josselin-Leray, Maître de conférences au département danglais de lUniversité de Toulouse le Mirail, La variation géographique en terminologie: Une approche basée sur corpus".

40 40 Bilan Les rencontres peuvent être considérées comme réussies pour trois raisons : la qualité des interventions, la qualité de la discussion qui sest poursuivie pendant un moment de détente (avec un pot informel), le fait que la régularité et le caractère sérieux mais informel des rencontres a contribué à la consolidation de léquipe et permis aux uns et aux autres de se tenir au courant de lévolution de leurs recherches, des événements au sein de luniversité et de la communauté scientifique en France et à létranger. Il semble possible denvisager entre 4 et 6 séances par an. De plus, étant donné la qualité des interventions, il serait souhaitable dassurer un public plus large en attirant des collègues dautres groupes et surtout des étudiants et doctorants. Nous avons rassemblé entre 6 et 14 personnes pour les séances. Cela contraste avec le public qui sest déplacé pour venir écouter un autre invité du GREMUTS, Henri Meschonnic en mai 2007 (environ 50 personnes). Une façon dassurer un public plus large serait effectivement dinviter une ou deux fois par an un chercheur de grande renommée. Les dépenses ont été très modestes cette année. Lintervention dun ou deux chercheurs prestigieux pourrait promouvoir la visibilité du centre au sein de notre université et rendre plus attractives les interventions de nos chercheurs qui seraient ainsi juxtaposées à celles de chercheurs affirmés. CR rédigé par James Underhill


Télécharger ppt "1 UFR de Langues Année universitaire 2007- 2008 Activités de la recherche."

Présentations similaires


Annonces Google