La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

C HAPITRE 4 Stratification, hiérarchie et mobilité sociale Marie Ferru Maître de Conférences en économie Université de Poitiers

Présentations similaires


Présentation au sujet: "C HAPITRE 4 Stratification, hiérarchie et mobilité sociale Marie Ferru Maître de Conférences en économie Université de Poitiers"— Transcription de la présentation:

1 C HAPITRE 4 Stratification, hiérarchie et mobilité sociale Marie Ferru Maître de Conférences en économie Université de Poitiers

2 2

3 3 Une classe sociale? Pas de définition universellement acceptée Dans son sens le plus large: groupe social de grande dimension pris dans une hiérarchie sociale de fait Selon la tradition marxienne: collectifs structurés par une position spécifique dans le système économique définie notamment au travers de la propriété des moyens de production, marqués par un conflit central (lexploitation), animés éventuellement par la conscience collective Selon la tradition weberienne : groupes dindividus semblables partageant une dynamique probable similaire sans quils en soient nécessairement conscients somme dindividus que le chercheur décide dassembler selon ses critères propres I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

4 4 Intérêt et enjeux Dans toutes les sociétés : groupes sociaux hiérarchisés, des classes! – Relations entre les groupes? – Egalité ? domination? Pose la question des inégalités économiques et sociales Comment évolue ces groupes sociaux? – Lindividu est-il déterminé par son origine sociale? – Peut-il sen affranchir? – Quelle égalité des chances? Pose la question de la mobilité sociale Comment mesurer ces inégalités et la mobilité sociale? I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

5 Outil danalyse: les PCS Les PCS (Professions et Catégories Socioprofessionnelles ) Objectifs: « Classer lensemble de la population, ou tout au moins lensemble de la population active, en un nombre restreint de grandes catégories présentant chacune une certaine homogénéité sociale » Étude des métiers, consommation, épargne, logement, etc. Mesurer les transformations de la stratification sociale Créé par lINSEE en 1954, modifiée en 1982 Anciennement CSP (catégories socio-professionnelles) Classement de plus en plus précis Critères de classification Statut Secteur dactivité économique Taille entreprise Niveau de qualification Classification ou hiérarchie au sein de lentreprise Nature de lemployeur Type de métier 5 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

6 PCS Remarques Revenu non intégré Chômeurs classés en fonction de leur dernier emploi Comportements des acteurs induits par ces critères de classification? 4 niveaux : 8, 24, 42 et 497 catégories. Liste complète : 8 catégories principales Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs dentreprise Cadres et professions intellectuels supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Retraités Autres personnes sans activité professionnelle 6 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

7 PCS « Outil français » Limites des PCS – Aucune distinction selon les formes de contrats (CDD, CDI, temps partiel, etc.) – Autres grandes distinctions sociales Mode de vie familiale (familles monoparentales ou non) Lieux dhabitat (centre ville, banlieue, etc.) Origines ethniques et pratiques religieuses – Centralité du rapport au travail – Masque la domination liée aux rapports sociaux (critique des sociologues marxistes) Certaines PCS sont très hétérogènes Pour aller plus loin « les CSP ne font pas les classes », Alternatives économiques n°29 7 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

8 PCS Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble Evolution des PCS: Interprétations: Part des salariés est largement prédominante (>90%) Groupe des agriculteurs en baisse : niveau résiduel très faible Poids cumulé des 2 groupes « cadres et professions intellectuelles supérieures » et »professions intermédiaires »=1/3 importance des salariés très ou assez qualifiés Groupe le plus nombreux: les employés, en majorité des femmes Le monde des employés devient hétérogènes par ses conditions de travail et demploi et ses frontières deviennent plus perméables I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

9 Inégalités et mobilité sociales Lanalyse en termes de PCS – Permet une mesure des inégalités économiques et sociales et de leur évolution Définition des inégalités économiques et sociales: – Différences qui se traduisent par des avantages ou des désavantages qui sont perçues comme injustes – Cest une différence subie – Renvoie à la question de la mobilité sociale? Dans quelle mesure les statuts sociaux sont héritables? Quelle égalité des chances? Définition de la mobilité sociale – Circulation des individus dune société donnée – Contraire: Immobilité (stabilité des positions sociales) 9 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

10 10

11 Mesure des inégalités économiques et sociales 2008 Artisan, commerçant, chef d'entreprise Cadre (A) Profession intermédiaire Employé Ouvrier qualifié Ouvrier non qualifié (B) Ensemble Rapport (A)/(B)1,91 11 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion Niveau de vie médian selon la catégorie socioprofessionnelle Sources : Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées 1996 à 2004, Insee- DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à Lecture : En 2008, la moitié des cadres disposent d'un niveau de vie supérieur à euros.

12 Inégalités économiques et sociales Au 17 ème siècle, lécart entre la noblesse et la paysannerie en termes de revenus, de conditions de vie était bien plus grand quaujourdhui entre les cadres et les ouvriers Pendant les 30 glorieuses, réduction des inégalités économiques et sociales De 1962 à 1979, la partie de la population la plus modeste a connu un enrichissement nettement plus rapide que la plus aisée Croissance puis décroissance des inégalités courbe de Kuznets « Egalisation des conditions » dans les sociétés démocratiques (Tocqueville) 12 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

13 Depuis une trentaine dannées, la courbe semble sinverser inégalités croissantes – Inégalités de revenu : augmente à nouveau depuis 1984 de plus en plus de salariés pauvres – inégalités de patrimoine beaucoup plus amples (loyers, dividendes, intérêts des placements, etc.) – Inégalités dexposition au chômage et au travail précaire – Inégalités sociales : face à lécole, au logement, à la santé Pour les plus riches, hausse de limmobilier et des titres financiers dans les années Pour les plus pauvres, précarité et exposition au chômage dus à la crise 13 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion Inégalités économiques et sociales

14 14

15 Mobilité sociale Outil et tendance Les tables de mobilité – Tables de recrutement: que faisaient les pères de ces agriculteurs? – Tables de destinée: que deviennent les fils dagriculteurs? – Deux tables différentes: une très grande partie des agriculteurs ont un père qui était lui-même agriculteurs mais beaucoup de fils dagriculteurs ne sont pas devenus agriculteurs Indicateur global dimmobilité À partir des valeurs absolues de la table des destinées: somme des valeurs diagonale / somme totale observations Tendance – Augmentation entre (+8 points) – Stabilité entre 1993 et I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

16 Mobilité sociale inter-générationnelle CSP fils (ligne) CSP père (colonne) Agric.Indép.Cadres Prof. Interm. EmployésOuvriers Sans prof. Total Agriculteurs Indépendants Cadres Prof. intermédiaires Employés Ouvriers Total Lecture: dernière ligne: 3,9% sont des agriculteurs au moment de lenquête 51,9% des fils douvriers nés entre 1950 et 1995 sont eux même ouvriers Tableau des destinées de personnes nées en 1950 et 1955 (version 2003) devenir de fils de telle ou telle catégorie I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

17 Mobilité sociale inter-générationnelle Interprétations – Immobilité sociale relativement faible (cf. diagonale, beaucoup de % < à 50%) – Pas de parfaite égalité des chances toutefois (si égalité des chances, même chiffres colonne par colonne, autant de fils dagriculteurs qui deviennent cadres que des fils demployés) – Fluidité : mobilité sociale pas toujours ascendante (exemple, fils de cadres qui deviennent employés) – Mobilité entre CSP proches – Mais des catégories plus nettement immobiles: cadres et ouvriers 17 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

18 Comparaison entre deux enquêtes FQP: 1993 et 2003 – 1993: 35,1% dimmobilité sociale (identité de catégorie entre homme et père) – 2003: 36,2% dimmobilité sociale Avant 1993, la comparaison entre enquêtes faisait apparaître une augmentation de la mobilité Part de la mobilité qui est « structurelle » : conséquence du changement global de la structure sociale – Ex: déclin du monde agricole et augmentation de lemploi tertiaire Reste la « mobilité nette » : la mobilité qui ne résulte pas du seul changement structurel « Fluidité sociale » – En augmentation lente mais régulière en France entre 1953 et – De faibles différences de fluidité sociale selon les sociétés 18 Mobilité sociale I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

19 Mobilité sociale Déterminants/ facteurs de mobilité sociale – Renvoie à un débat déjà rencontré: Holisme / IM – Evolution des structures économiques Modification des emplois – Mais qui circule et pourquoi? Linsertion professionnelle est liée au niveau de diplôme – 57% des jeunes sortis avec un master de lettres et sciences humaines occupaient trois ans après leur diplôme un emploi de cadre contre 14% de lensemble de la génération (CEREQ, 2004). – La moitié des jeunes sortis sans qualification occupe un emploi douvrier, contre 24% en moyenne et 73% des détenteurs de CAP-BEP industriels. Toutefois, à qualification égale, des inégalités de genre, régionales,… – Débat Bourdieu / Boudon – Poids de lhéritage culturel et des inégalités sociales face à lEcole 19 Taux de chômage selon le diplôme, le sexe et la durée depuis la sortie de formation initiale Année 2009 HommesFemmes Enseignement supérieur Bac, CAP-BEP et équivalents Brevet, CEP et sans diplôme Ensemble Sortis depuis 1 à 4 ans de formation initiale 22,218,29,623,149,220,2 Sortis depuis 5 à 10 ans de formation initiale 10,410,74,811,926,510,5 Sortis depuis 11 ans et plus de formation initiale 6,67,54,36,310,87,0 Source : Insee, enquêtes Emploi. I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

20 Mobilité sociale La mobilité sociale thème central des sociétés contemporaines à idéologie méritocratique (« ascenseur social », etc.) De puissants processus conduisent à des évolutions lentes et à de très fortes inerties Un objet essentiel pour la sociologie des classes et des changements sociaux : la question des effets de la mobilité – Faut il nécessairement plus de mobilité sociale? – Est-ce une bonne chose? Aspects négatifs de la mobilité sociale – Incertitudes – Individualise léchec – Une société plus mobile nest pas forcément plus égalitaire 20 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

21 21

22 En résumé Position sociale dun individu Contexte économique et social: mutation de lappareil productif, etc. Milieu familial: capital économique, social, culturel Diplôme de lindividu PCS des parents 22 I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion

23 Inégalités et classes sociales ? 1 er temps: jusquaux années 80 Tertiairisation Division des classes sociales de moins en moins claire Réduction des inégalités sociales avec les 30 glorieuses « Moyennisation » de la société part importante de la population en situation intermédiaire Développement de la thèse selon laquelle le concept de classe sociale perd de la pertinence 23 2 ème temps: fin des années 80 Baisse des inégalités interrompue Mobilité sociales ascendante moins favorisée Affaiblissement de la conscience des classes – même si les inégalités augmentent, – même si la reproduction sociale reste forte, – même si les modes de vie des ouvriers et des cadres restent différents I. Analyse en termes de classes sociales II. Une mesure des inégalités économique et sociale III. Question de la mobilité sociale IV. Conclusion


Télécharger ppt "C HAPITRE 4 Stratification, hiérarchie et mobilité sociale Marie Ferru Maître de Conférences en économie Université de Poitiers"

Présentations similaires


Annonces Google