La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

EPIDEMIOLOGIE DES MENINGITES BACTERIENNES EN FRANCE EN 1999 Perrocheau A, de Benoist AC, Six C, Goulet V, Decludt B, Levy-Bruhl D, Desenclos JC. Département.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "EPIDEMIOLOGIE DES MENINGITES BACTERIENNES EN FRANCE EN 1999 Perrocheau A, de Benoist AC, Six C, Goulet V, Decludt B, Levy-Bruhl D, Desenclos JC. Département."— Transcription de la présentation:

1 EPIDEMIOLOGIE DES MENINGITES BACTERIENNES EN FRANCE EN 1999 Perrocheau A, de Benoist AC, Six C, Goulet V, Decludt B, Levy-Bruhl D, Desenclos JC. Département des Maladies Infectieuses, Institut de Veille Sanitaire

2 Plan de la présentation Importance des méningites bactériennes Sources des données Part relative des bactéries responsables de méningites Epidémiologie des méningites selon lorganisme : M. tuberculosis, N. meningitidis, S.pneumoniae, L.monocytogenes, S.agalactiae, H. influenzae

3 Importance des méningites bactériennes en France Ce sont souvent des maladies de survenue brutale Elles affectent principalement les jeunes enfants La létalité et le taux de séquelles sont élevés Elles représentent une source dangoisse pour les parents

4 Les différentes sources de données La déclaration obligatoire Les centres nationaux de référence Le réseau de laboratoires hospitaliers EPIBAC La littérature scientifique

5 La déclaration obligatoire (DO) Infections à méningocoques, listérioses et tuberculoses Objectifs de la DO : –Prévention dautres cas dans lentourage du patient –Dépistage précoce des cas groupés –Suivi des tendances –Évaluation des mesures de prévention

6 Lexhaustivité de la déclaration obligatoire (nombre de cas déclarés par le système / nombre de cas estimés) Pathologie Infections à méningocoques Tuberculose Exhaustivité 53% en % en % en % en 1992

7 Les Centres Nationaux de Référence N.meningitidis, S. pneumoniae L.monocytogenes, H.influenza, M. tuberculosis Permet de suivre la distribution des sous-populations des bactéries responsables dinfections invasives Surveillance de l émergence de sous-populations Suivi de la sensibilité aux antibiotiques

8 Les centre Nationaux de Référence les types de surveillance N. meningitidis : surveillance nationale L. monocytogenes : surveillance nationale S. pneumoniae : surveillance nationale pour les méningites, échantillonnage pour les septicémies H. influenza : système sentinelle M. tuberculosis : un CNR des mycobactéries et un CNRST pour la surveillance des résistances

9 Le réseau de laboratoires hospitalier EPIBAC H. Influenza, N. meningitidis, L. monocytogenes, S.pneumonia, S. agalactiae Objectifs : –Permet destimer lincidence nationale de certaines infections bactériennes invasives –Surveille l évolution de la proportion relative des organismes –Décrit la proportion relative des germes selon les âges

10 Le réseau de laboratoires hospitaliers EPIBAC Est basé sur la participation volontaire des laboratoires hospitaliers Existe depuis 1985 La participation en 1999 : –311 laboratoires hospitaliers 70 CHU, 221 CHG, 20 privés 76% des laboratoires hospitaliers français –Couvre 73% des admissions en médecine dans les services prenant en charge les maladies étudiées

11 La surveillance en Europe N.meningitidis et H.Haemophilus : projet IBIS (tendance, résistance, efficacité vaccinale) Tuberculose : EUROTB (tendance + résistance) Pneumocoque : Projet EARSS (résistance) Listeria : soumission dun projet en 2001

12 La part relative des différents bactéries responsables des méningites bactériennes en France

13 Distribution des bactéries responsables de méningites en 1999 BactériesNombre cas Proportion estimés % S.pneumoniae47746 N.meningitidis32032 S.agalactiae11311 L.monocytogenes566 H.influenzae 48 5 Total source EPIBAC - InVS

14 Évolution du nombre de méningites bactériennes estimées et de la proportion selon lorigine Source EPIBAC

15 Evolution de la proportion relative des méningites bactériennes selon lorigine source EPIBAC

16 Proportion relative des méningites bactériennes selon lorigine et lâge en 1999 source : EPIBAC

17 En résumé Le nombre de méningites bactériennes estimé diminue progressivement depuis 1992 On observe une diminution de la part relative des méningites à H. influenzae et à Listeria depuis 1992 La part des méningites à streptocoque B paraît stable La part des méningites à méningocoques et à pneumocoques augmente depuis 1995 La part des bactéries responsables de méningites varie avec l âge

18 Epidémiologie des méningites bactériennes selon l organisme

19 Les méningites tuberculeuses

20 Les méningites tuberculeuses Evolution depuis 1972 Sources : Dispensaires anti-tuberculeux, DO - InVS

21 Les méningites tuberculeuses caractéristiques des cas 105 cas en 1999 dont 6 enfants < 15 ans 1,5% des cas de tuberculose Selon une étude nationale en 1995 (1) –Co-infection VIH : 9% –Létalité : 39% –Séquelles neurologiques : 32% –4% de souches résistantes à 1 antibiotique Source : DO - InVS, (1)

22 Les méningites tuberculeuses incidence par âge en 1999 Incidence / Source : DO - InVS

23 Les méningites à méningocoques

24 Les méningites à méningocoques évolution depuis 1985 Source : DO - InVS, (2)

25 Les méningites à méningocoques caractéristiques des cas 342 cas déclarés en 1999 Représentent 83% des infections à méningocoques déclarées Létalité : 10% Taux de séquelles : 4% Sérogroupes isolés : B 67%, C 23%, W135 2%, Y 2% Epidémie de N.meningitidis W135 en 2000 (n=27 cas) Source : DO - InVS

26 Les infections à méningocoques Distribution des sérogroupes depuis 1985 Source : DO - InVS

27 Les méningites à méningocoques incidence par âge en 1999 Source : DO - InVS

28 Les méningites à pneumocoques

29 Les méningites à pneumocoques évolution depuis 1987 Source : EPIBAC - InVS

30 Les Méningites à pneumocoques caractéristiques des cas 477 cas en % des infections invasives Létalité globale 14% à 21% (3) Enfant de moins de 16 ans (3) –taux de létalité 3 à 8% –taux de séquelles 15 à 29% 42% souches présentent une sensibilité diminuée à la pénicilline (4) Source : EPIBAC - InVS, (3), (4)

31 Les méningites à pneumocoques incidence par âge en 1999 Incidence / Source : EPIBAC - InVS Classes d âge

32 Les méningites à Listeria

33 Méningites à Listeria évolution depuis 1987 Source : EPIBAC - InVS Cas / Années

34 Méningites à Listeria caractéristiques des cas 68 cas estimés en % des cas dinfections invasives déclarées 51% des cas présentent un ou plusieurs facteurs de risque médicaux Létalité globale : 22% –Létalité en présence de facteurs de risque : 34 % –Létalité en l absence de facteur de risque 9 % Source : DO - InVS

35 Méningites à Listeria incidence par âge en 1999 Source : DO - InVS

36 Méningites à streptocoques B

37 Méningites à streptocoques B évolution depuis 1987 Source : EPIBAC - InVS

38 Méningites à streptocoques B caractéristiques des cas 113 cas en % des infections invasives 42% des méningites surviennent avant 2 mois et 66% avant 1 an Létalité et taux de séquelles : non disponible en France Source : EPIBAC - InVS

39 Méningites à streptocoques B incidence par âge en 1999 Source : EPIBAC - InVS

40 Les méningites à H.influenzae

41 Méningites à H. influenzae évolution depuis 1987 Source : EPIBAC

42 Méningites à H. influenzae caractéristiques des cas 48 cas estimés en % des infections invasives 48% des cas sont âgés de plus de 40 ans Pas de phénomène de remplacement par les autres types capsulés et non capsulés observé à ce jour (8) Source : EPIBAC, (6)

43 Méningites à H. influenzae incidence par âge en 1999 Source : EPIBAC - InVS

44 Incidence des méningites à Haemophilus influenzae chez les enfants de moins de 5 ans France Vaccination Hib Source InVS - EPIBAC Taux/

45 Conclusion Les méningites bactériennes sont des maladies graves en terme de létalité et de séquelles Les données illustrent limpact des mesures de prévention mises en place contre les infections à H.influenzae et à listeria L incidence des méningites tuberculeuses, à pneumocoques et à streptocoques B est stable Les méningites à méningocoques augmentent régulièrement La surveillance des méningites bactériennes doit encore être renforcée par une étroite collaboration entre cliniciens, microbiologistes et épidémiologistes

46 Références 1. Barataud D. Analyse et description des données recueillies par le réseau EPIBAC, Université Bordeaux 2. Institut de santé publique, d'épidémiologie et de développement. 2. Decludt B, Campese C. Les cas de tuberculose déclarés en France en 1998 et BEH Truffot-Pernot CdBAC, Schwoebel V, Trystram D, Grosset JR, et les chefs de laboratoires de bactériologie correspondants du CNRST. Surveillance active de la méningite tuberculeuse en France en BEH 1998; Perrocheau A, Goulet V, Levy-Bruhl D, Riou JY, Desenclos J.C. Evaluating the surveillance systems for meningococcal disease in France in 1996 using capture-recapture methods. Twelfth International Pathogenic Neisseria Conference, Galveston, Texas, USA [Abstract 257],

47 5. Perrocheau A, Levy-Bruhl D. Les infections à méningocoques en France en 1998 et BEH 51, Goulet V, Lepoutre A, Rocourt J, Courtieu A-L. Epidémie de listériose en France; bilan final et résultats de l'enquête épidémiologique. BEH 39, Goulet V, Jacquet C, Laurent E, Rocourt J, Vaillant V, de Valk H. La surveillance de la listériose humaine en France en BEH 2001; Dabernat H, Stahl J, Goulet V, et al. Méningites bactériennes en France. Etude dans six départements métropolitains en Médecine et Maladies Infectieuses 30, Laurichesse H, Romaszko JP, Nguyen LT, Souweine B, Poirier V, Guolon D, Andre M, Ruivard M, De Champs C, Caillaud D, Labbe A, Beytout J. Clinical characteristics and outcome of patients with invasive pneumococcal disease, Puy-de-Dôme, France, Eur.J.Clin.Microbiol.Infect.Dis. 2001;

48 10. Olivier C, Bègue P, Cohen R, Floret D pour le GPIP. Méningites à pneumocoque de l'enfant - Résultats d'une enquête nationale BEH 2000; Schuchat A, Robinson K, Wenger JD, Harrison LH, Farley M, Reingold AL, Lefkowitz L, Perkins BA. Bacterial meningitis in the United States in Active Surveillance Team. N.Engl.J.Med. 1997; Dabernat H. Centre National de Référence des Haemophilus influenzae. Bilan d'activité Baraff LJ, Lee SI, Schriger DL. Outcomes of bacterial meningitis in children: a meta-analysis. Pediatr.Infect.Dis.J. 1993; Barrault Y, Decludt B, Levy-Bruhl D, Schwoebel V. Impact épidémiologique d'une modification de la politique de vaccination par le BCG en France. InVS

49 15. Goulet V, de Valk H, Piere V, et al. Effect of prevention measures on incidence of human listeriosis, France, Emerging Infectious Disease 7[6], E 16. InVS. Evaluation du bénéfice épidémiologique attendu de la vaccination des nourrissons contre les pneumocoques en France. Rapport, Davis CW, McIntyre PB. Invasive pneumococcal infection in children, : a hospital- based study. Journal of Paediatrics & Child Health 1995; Burman LA, Norrby R, Trollfors B. Invasive pneumococcal infections: incidence, predisposing factors, and prognosis. [Review]. Reviews of Infectious Diseases 1985; Scheifele D, Halperin S, Pelletier L, Talbot J. Invasive pneumococcal infections in Canadian children, : implications for new vaccination strategies. Canadian Paediatric Society/Laboratory Centre for Disease Control Immunization Monitoring Program, Active (IMPACT). Clin.Infect.Dis. 2000;58-64.

50 20. Avis du CSHPF relative à la vaccination par le vaccin anti- pneumococcique conjugué Prevenar*. Bulletin officiel solidarité-santé 27 octobre, Six C, et al. Infections materno-foetales à Escherichia Coli et à streptocoque du groupe B en France ( ). BEH Bedford H, de Louvois J, Halket S, Peckham C, Hurley R, Harvey D. Meningitis in infancy in England and Wales : follow up at age 5 years. BMJ 2001; ANAES. Recommandations pour la pratique clinique. Prévention anténatale du risque infectieux bactérien néonatal précoce


Télécharger ppt "EPIDEMIOLOGIE DES MENINGITES BACTERIENNES EN FRANCE EN 1999 Perrocheau A, de Benoist AC, Six C, Goulet V, Decludt B, Levy-Bruhl D, Desenclos JC. Département."

Présentations similaires


Annonces Google