La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Collège Jules FERRY LE THILLOT jeudi 29 mars 2O12 Lévaluation, pierre angulaire de lenseignement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Collège Jules FERRY LE THILLOT jeudi 29 mars 2O12 Lévaluation, pierre angulaire de lenseignement."— Transcription de la présentation:

1 Collège Jules FERRY LE THILLOT jeudi 29 mars 2O12 Lévaluation, pierre angulaire de lenseignement

2 HARMONISER LES PRATIQUES DEVALUATION POUR UNE MEILLEURE REUSSITE DES ELEVES

3 Quest-ce quévaluer ? Evaluer est un processus inhérent à toute action. Evaluer cest donner une valeur, valoriser. Cela ne peut être que positif. Lévaluation a pour objectif de faire avancer dans la valeur. On a pour habitude de mesurer des résultats aux examens, on mesure des performances mais on ne sinscrit pas dans la durée, on fait de lévaluation circonstancielle, on sinscrit dans le court terme. Evaluer, cest mesurer dans la durée et dans des situations créées à cet effet, la progression des élèves dans lacquisition de connaissances, de capacités et dattitudes.

4 Quel but assigne-t-on à la notation ?

5 La notation : quelques écueils La fiabilité dune note : Que représente une note donnée ? Serait-elle la même avec un autre professeur ? Dans un autre lycée ? Dans un autre pays ? Quelle est la signification dune moyenne disciplinaire ? Quelle est la signification dune moyenne générale ou moyenne des moyennes ?

6 La notation : quelques écueils La dictature de la moyenne et le système de compensation « Nous sommes dans un système de compensation : 8 et 12 ça fait 10. Mais que sait faire un élève avec le BAC ? Les notes semblent ne servir quau dialogue entre parents et enseignants. On est dans un système de la moyenne : il faut mettre fin à la dictature de la moyenne ! » Alain Bouvier (ancien Recteur, membre du HCE)

7 La notation : quelques écueils La dictature de la moyenne et le système de compensation « Les acteurs du système français (…) ont laissé se développer une production colossale de notations des élèves, la quasi-totalité de ces notes (...) étant prise en compte dans des moyennes par matière puis des moyennes générales, souvent calculées avec deux chiffres décimaux, dont on ninterroge jamais le statut (…). La logique de la compensation généralisée entre toutes les disciplines dans le cadre de la dictature de la moyenne dément en permanence lintérêt de chaque compétence ou de chaque connaissance en elles-mêmes » Roger-François Gauthier IGEN

8 La notation : quelques écueils Lutilisation dune échelle de notation réduite Une notation basée quelquefois sur les lacunes des élèves (le verre est à moitié vide) Une logique sélective Lévaluation « récompense - punition » Une évaluation séparée de lapprentissage Une orientation par la note

9 La notation : quelques écueils La constante macabre (André ANTIBI) « Les enseignants (inconsciemment bien sûr) sobligent, même sils nont que dexcellents élèves, à mettre une certaine proportion de mauvaises notes pour être dans les normes, à sarranger pour que la moyenne de la classe tourne autour de 10/20 avec un tiers de bons élèves, un tiers délèves moyens et un tiers délèves en difficulté ». André ANTIBI définit ainsi ce tiers délèves en difficulté comme une constante temporelle et spatiale : « une constante macabre »

10 Lévaluation et la motivation La théorie de la motivation de Joseph Nuttin met en évidence quatre leviers principaux pour lapprenant : Le relationnel Le désir de lapprenant La réussite Le sens social

11 Lévaluation et la motivation

12 Lévaluation SOMMATIVE Après lenseignement Lévaluation FORMATIVE/FORMATRICE Pendant lenseignement Lévaluation DIAGNOSTIQUE Avant lenseignement LA TRILOGIE de LEVALUATION

13 LEVALUATION DIAGNOSTIQUE

14 Se situe au début dune séquence denseignement Elle nest pas notée Elle sert à lenseignant pour : adapter son enseignement et adapter sa stratégie en fonction dune classe donnée Anticiper les difficultés des élèves Lévaluation DIAGNOSTIQUE

15 Elle sert aux élèves pour : vérifier ses connaissances Vérifier ses conceptions ou représentations initiales (placer les élèves en situation de métacognition) Elle doit être courte et bien pensée par le professeur Elle doit être décontextualisante, autant que possible Lévaluation DIAGNOSTIQUE

16 Elle a lieu pendant lenseignement Elle permet à lélève de se situer dans son apprentissage Elle permet au professeur dévaluer son enseignement, de répondre à la question « les compétences exigibles du socle commun sont- elles acquises ? » Si la réponse est négative, le professeur propose une remédiation Elle nest pas forcément notée Lévaluation FORMATIVE

17 Remédiation NON Evaluation SOMMATIVE OUI Evaluation FORMATIVE Les connaissances sont- elles acquises ? Enseignement Lévaluation FORMATIVE

18 Lévaluation formative est une évaluation et/ou autoévaluation accompagnée doutils méthodologiques pour conduire les élèves à la réussite Elle seffectue avec des grilles dévaluation clairement explicitées aux élèves La connaissance préalable des critères dévaluation permet à lélève dêtre guidé dans son travail et daméliorer ses performances

19 Lévaluation FORMATIVE Elle permet à lélève de gérer ses erreurs (Faire la distinction entre erreur et faute) Elle permet la maîtrise des processus danticipation et de planification de laction Pour mettre en place cette évaluation, il faut : Définir clairement et limiter les compétences évaluées Définir clairement les critères de réussite

20 Lévaluation FORMATIVE Exemple dune grille dautoévaluation basée sur le socle commun et hiérarchisation de la difficulté Compétence Capacités testées Hiérarchisation Raisonner Je sais restituer mes connaissances Je sais appliquer mes connaissances Je sais madapter à une situation inconnue à laide de mes connaissances

21 Exemple dune grille dévaluation dun exposé Lévaluation FORMATIVE

22 Lévaluation SOMMATIVE

23 Norme et Critères Le contrôle (évaluation sommative, normative) La prise dinformation (évaluation formative, critériée et auto-évaluation) Contrôler, cest vérifier la conformité des performances de lapprenant à la Linformation que lon recherche cest, autant pour lapprenant que pour lenseignant, de savoir si les objectifs fixés sont ou non atteints, selon les NormeCritères formulés par lenseignant

24 Norme et Critères Norme Évaluation sommative Critères formulés par lenseignant Evaluation formative Pour cela, on utilise des tests calibrés, des exercices, des examens, qui donnent lieu à une Pour cela, on utilise des activités dévaluation, des fiches dauto- estimation, des exercices de vérification qui donnent lieu à note Cette évaluation est imposée, elle sert à classer les élèves entre eux. La note est la seule information donnée. Il sagit dune évaluation sanction. information commentée Cette évaluation est consentie, elle apporte des informations sur les acquis et sur ce quil reste à acquérir. Il sagit dune évaluation (in)formative. Elle mène à la certification. Elle a une valeur sociale. Elle mène à la reconnaissance des compétences. Elle a une valeur formative.

25 Lévaluation SOMMATIVE Elle doit être hiérarchisée et critériée. Les quatre items ou critères souvent admis sont : 1. Communiquer (lire, écrire, sexprimer) 2. Connaître 3. Comprendre 4. Réaliser et appliquer

26 Lévaluation SOMMATIVE Les quatre principales qualités des critères dévaluation 1. Ils sont en nombre limité 2. Ils sont compréhensibles par tous 3. Ils sont stables ou récurrents 4. Ils sont partagés par lensemble de léquipe pédagogique

27 La norme

28 Lévaluation SOMMATIVE Les caractéristiques dune évaluation sommative 1. Elle se situe à la fin dune séquence denseignement 2. Elle est notée 3. Elle est conçue pour la réussite de lélève, pour le valoriser 4. Les questions sont hiérarchisées par ordre croissant de difficulté 5. Le barème est donné aux élèves et sétablit sur des critères simples

29 Lévaluation SOMMATIVE 6. Elle concerne toutes les compétences mises en jeu lors de lenseignement 7. Elle névalue quune fois chaque compétence 8. Elle porte à la fois sur des acquis cognitifs et méthodologiques 9. Elle varie les activités intellectuelles sollicitées en situation contextualisante et/ou non contextualisante 10. Elle doit être multiforme (réponse à rédiger, schéma à faire, tableau à compléter, graphe à tracer, document à étudier, activité pratique à effectuer,… 11. Elle doit être si possible spiralée.

30 FORMER et EVALUER par COMPETENCES Une méthodologie plus efficace et plus efficiente

31 A propos des compétences Lapproche européenne : combinaison de connaissances, de capacités et dattitudes appropriées à une situation donnée. Une compétence permet de faire face à une situation complexe et nouvelle, en lidentifiant et en construisant une réponse adaptée. Cette réponse nest pas puisée dans un répertoire de réponses préprogrammées.

32 Lapproche par compétences Pourquoi ? Insatisfactions à lécole par rapport aux acquis Superficialité des apprentissages Manque dintégration des savoirs Absence de certains acquis essentiels Secondaire : écrit, argumentation, autonomie, initiative Supérieur : leadership, travail en équipe Demande professionnelle Mettre les acquis au service du développement : Compétences pour compétitivité Enquête auprès des ingénieurs diplômés qui font état de manques : capacité à résoudre des problèmes, à travailler sous pression, à prendre des responsabilités et des décisions, à gérer son temps, à planifier, à coordonner et organiser le travail

33 Lenseignement par compétences Comment ? En identifiant les compétences mises en œuvre lors de la conception des activités En explicitant les compétences attendues aux élèves En développant leurs capacités à sautoévaluer En fournissant des outils de suivi des compétences, avec différents degrés de maîtrise

34 Lenseignement par compétences En proposant des aides lors de la réalisation des tâches complexes, et des outils pour la rémédiation En effectuant une programmation pour lacquisition des compétences, mais en la modulant en fonction des apprentissages En ménageant des temps pour la différenciation : aides pour les uns et approfondissements pour les autres En individualisant au maximum les apprentissages : par exemple, lors des corrections de contrôles

35 Lenseignement par compétences Quelles conséquences pour lenseignement par compétences? Recentrage sur les processus dapprentissage plutôt que les contenus denseignement Méthode : Processus de contextualisation- décontextualisation-recontextualisation pour transfert de savoirs et mobilisation de ressources dans de nouvelles situations (savoir vivant)

36 Situation dapprentissage Situation dévaluation Il y a une situation dapprentissage et un moment où on évalue cest-à-dire où on photographie, on mesure ce que lélève maîtrise. Il faut éviter de multiplier les évaluations, il faut éviter de donner le sentiment quon va évaluer plus que lon enseigne, quon va tellement évaluer ce quon a déjà enseigné quon naura plus le temps denseigner quoi que ce soit. Attention à ne pas céder à la tentation forte et récurrente de penser quil ne faut pas évaluer ce qui a été enseigné, mais évaluer le transfert de ce qui a été enseigné à autre chose qui est inconnu. Il ne sagit pas de prôner à linverse une sorte de bachotage, mais déviter le saut dans linconnu au moment de lévaluation sous prétexte déviter dévaluer trop directement ce qui a été étudié.

37 Lévaluation des compétences Lélève napprend plus pour être évalué, mais est évalué pour mieux apprendre La remédiation est au cœur des apprentissages

38 Des compétences à tous les niveaux du cursus Scolarité obligatoire (école, collège) : programmes et socle commun de connaissances et de compétences Lycées généraux, technologiques et professionnels : les compétences au cœur des nouveaux programmes et dans les certifications de la voie professionnelle (CCF) Techniciens : STS : association dun niveau taxonomique à chaque compétence dans les BTS industriels CPGE Ingénieurs Professeurs : Les dix compétences professionnelles des maîtres

39 Lévaluation des compétences Les écueils à éviter Latomisation des savoirs et des capacités et la performance des élèves Des grilles de suivi trop parcellisées, trop « complexes » Une évaluation permanente Une limitation des apprentissages à ce qui peut être facilement évalué Lexigence des tâches complexes pour les élèves les plus fragiles La pédagogie active, comme dogme, versus la diversification des situations dapprentissage

40 CONCLUSION La formation et lévaluation par compétences, Des évolutions : Changements de postures des enseignants Changements dattitudes des élèves ; rendre lélève acteur de ses apprentissages Des espoirs : Susciter la motivation et le désir dapprendre La réussite de tous les élèves Amener chaque élève au maximum de ses possibilités

41 HARMONISER LES PRATIQUES

42 Merci pour votre attention


Télécharger ppt "Collège Jules FERRY LE THILLOT jeudi 29 mars 2O12 Lévaluation, pierre angulaire de lenseignement."

Présentations similaires


Annonces Google