La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Prise de conscience récente Par Mme le Dr GIRODET Aux États –Unis en 1962. H.Kempe pédiatre. En France 1968. P.Straus pédiatre. Autrefois, la vie des enfants.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Prise de conscience récente Par Mme le Dr GIRODET Aux États –Unis en 1962. H.Kempe pédiatre. En France 1968. P.Straus pédiatre. Autrefois, la vie des enfants."— Transcription de la présentation:

1 Prise de conscience récente Par Mme le Dr GIRODET Aux États –Unis en H.Kempe pédiatre. En France P.Straus pédiatre. Autrefois, la vie des enfants était menacée par les infanticides, les abandons, les placements pour cause dallaitement, les maladies (pas de vaccins, pas dantibiotiques), la mise au travail précoce des enfants. La société approuvait les châtiments corporels « qui aime bien, châtie bien » Lintérêt du groupe familial passait bien avant lintérêt de chacun de ses membres et le père de famille détenait seul lautorité parentale. Il ny avait pas de contrôle social, peu de contrôle médical.

2 Pourtant la littérature du 19ème et du 20ème siècle est remplie dhistoires denfants maltraités: Dickens, La Comtesse de Ségur, E. Zola, Jules Romain, H.Bazin etc… Histoires autobiographiques pour la plupart. Convention internationale des droits de lenfant Novembre 1989

3 Définition, Limite. La violence physique: enfant victime de coups et blessures volontaires. Quand sarrête le droit de correction parentale? Quand commence la maltraitance? Les carences, les négligences: Carence de soin, carence alimentaire, carence affective, carence éducative. Négligences à lorigine daccidents domestiques ou hors de la maison. Mais sagit-il de carences ou négligences volontaires ou en rapport avec une déficience mentale des parents ou des problèmes financiers?

4 Définition, Limite. La violence psychologique: Humiliation, dévalorisation, moquerie, brimades = tout ce qui peut porter atteinte à limage de soi. Sadisme verbal, ou comportemental. Rejet, mise à lécart, exclusion = non existence. Chantage affectif. Exigences éducatives inadaptées à lâge de lenfant ou au contraire laxisme et absence de règles, dinterdits. Enfant témoin de la violence conjugale., des conflits violents entre adultes. Mais là encore, quand commence la violence psychologique?

5 Définition, Limite Les agressions sexuelles Au sein de la famille: relations incestueuses, climat incestueux. Au sein de la société: pédophilie, pornographie infantile,prostitution infantile.

6 Toutes ces formes de violence peuvent se rencontrer Dans tous les milieux Dg encore plus difficile dans les milieux aisés Au sein de la famille naturelle ou adoptive. Au sein de la famille nourricière. Au sein des institutions éducatives: école, collèges, lycées. Au sein des institutions de loisirs: centres aérés, colonies de vacances, clubs sportifs…. Au sein des institutions de protection de lenfance: mecs, centres daccueil durgence,lieux de vie… Au sein des institutions médicales ou médico- sociales: hôpitaux, pouponnières sanitaires ou sociales.

7 Définition subjective et évolutive. Subjective: liée à la sensibilité de chacun Fonction de son histoire personnelle Fonction de ses références culturelles Evolutive: fonction de la place faite à lenfant dans la société à laquelle il appartient.

8 Pourquoi est-il si difficile de définir la maltraitance ? En fait parler denfant maltraité implique de parler de parents maltraitants = « de mauvais parents » implique donc un jugement de valeur qui nous gène car on sait que ce sont le plus souvent des parents en grande difficulté. Enfant en danger=moins stigmatisant. Proposition dune autre définition: Enfant maltraité = Toute atteinte au respect dû à lenfant. Enfant maltraité = enfant qui perd son statut de sujet pour devenir « objet » de la toute puissance de ladulte en présence.

9 Vous dites: Cest fatiguant de fréquenter les enfants … Vous avez raison. Vous ajoutez: Parce quil faut se baisser, sincliner, se courber, se faire petit … Là, vous avez tort. Ce nest pas cela qui fatigue le plus, cest le fait dêtre obligé de sélever, de se mettre sur la pointe des pieds jusquà la hauteur de leurs sentiments, pour ne pas les blesser. Janusz Korczak.

10 Quelques chiffres à partir de la définition de lODAS Lenfant maltraité est celui qui est victime de violences physiques, dabus sexuels, de cruauté mentale, de négligences lourdes ayant des conséquences graves sur son développement physique et psychoaffectif. Lenfant en risque est celui qui connaît des conditions dexistence qui risquent de mettre en danger sa santé, sa sécurité, sa moralité, son éducation ou son entretien, mais qui nest pas pour autant maltraité. Les enfants en danger regroupent lensemble des enfants maltraités ou en risque signalés à lASE ou à la justice.

11 Evolution du nombre denfants signalés à lASE par type de danger Année Enfants Maltraités Enfants en risque Total = Enfants en danger

12 Evolution des types de mauvais traitements parmi les enfants signalés pour maltraitance. Année Violences physiques Violences sexuelles Négligences lourdes Violences psychologiques Total:EM

13 Comment repérer des enfants maltraités ? Il y a une multitude de signes cliniques mais aucun nest spécifique. Les lésions traumatiques: les ecchymoses, les hématomes ( évocateurs en fonction de leur siège, de leur forme, corrélés à lâge de lenfant) les plaies; morsures, griffures, traces de lien, plaies endo-buccales, plaies des OGE les brûlures par ébouillantement, par mégot de cigarette Toujours éliminer un trouble de la coagulation, une leucémie… Savoir reconnaître des taches éthniques, un cao-gio.

14 Les lésions traumatiques. Les fractures Des os longs, des os plats. Se voient à tout âge, rien ne les distingue de fractures accidentelles. Des fractures spécifiques au nourrisson de moins de 1an. Arrachements métaphysaires, décollement du périoste, le plus souvent muet cliniquement, en lien avec des manipulations inadaptées de lenfant.( syndrome de Silverman ). = Radio systématique du squelette pour déceler des cals de fractures anciennes et les lésions spécifiques au nourrisson, en cas de suspicion de maltraitance.

15 La radio du squelette raconte une histoire que lenfant est trop jeune pour raconter lui-même. Silverman, radiopédiatre Denver, Colorado

16 Les lésions traumatiques Les lésions neurologiques En lien avec des coups directs portés sur la tête de lenfant ou de ladolescent. En lien avec des coups indirects: le syndrome du bébé secoué.

17 Syndrome du Bébé secoué. Age: 2à 6 mois Types de lésions: Hématomes sous duraux et/ou sous arachnoïdiens + hémorragies rétiniennes (8/10) souvent bilatérales. Mécanismes: Secousses antéro- postérieures, ballottage de la tête, mouvements daccélération, décélération + Poids élevé de la tête/faiblesse des muscles de la nuque : Rupture des veines pont reliant cortex au sinus veineux Œdème, contusion par écrasement du cerveau sur la boîte crânienne. Diagnostic: Scanner, Irm. Recherche clinique et radiologique dautres SF de MT. Pronostic: 15% de mortalité, séquelles très fréquentes. Signification: MT, énervement (en lien avec les pleurs) jeu inconséquent.

18 Symptômes en lien avec de la carence, de la négligence ou de la violence psychologique. Retentissement sur la croissance en poids et taille: Dénutrition, hypotrophie,nanisme Retentissement sur le développement psychomoteur: Retard des acquisitions, « pseudo débilité » Négligence corporelle, saleté. Syndrome de Münchausen par procuration. Münchausen passif: symptômes allégués par le parent. Münchausen actif: symptômes induits par le parent

19 Syndrome de Münchausen par procuration. Symptômes cliniques dorigine digestive,neurologique ou endocrinienne le plus souvent. Pathologie induite ou alléguée par le parent responsable Lenfant est amené pour bilan et traitement par le parent Négation par le parent du caractère induit ou allégué des symptômes Disparition de tous symptômes quand les visites du parent responsable sont interdites

20 Syndrome de Münchausen par procuration Diagnostic dune extrême difficulté En raison de: lhabitude de croire les mères sur létat de leur enfant leur comportement: très présentes, très proches de lenfant, très demandeuses et sollicitant léquipe soignante, ou au contraire très agressives, niant la négativité des bilans et sortant rapidement lenfant contre avis médical. leur origine sociale et professionnelle:milieu médical ou para-médical.

21 Troubles du comportement pouvant faire évoquer des mauvais traitements physiques, psychologiques ou sexuels La encore rien de spécifique Chez le petit nourrisson: Vigilance gelée, évitement du regard Attachement sans discrimination, avidité affective Troubles du sommeil

22 Troubles du comportement pouvant faire évoquer des mauvais traitements, physiques, psychologiques ou sexuels. Apathie, inhibition ou à lopposé agitation, agressivité Tristesse Signes de carence affective: tics de balancement dans la journée, absence de crainte à létranger Accidents ou intoxications accidentelles à répétition : signes de négligence ou de carence éducative ou appel à laide masqué? Fugues, tentatives de suicide:appel à laide masqué Troubles des conduites alimentaires: anorexie, boulimie Troubles du sommeil Retard de langage,échecs scolaires

23 Conséquences à plus long terme Mauvaise image de soi, dévalorisation, sentiment quon nest pas digne dêtre aimé Masochisme Sentiment de culpabilité Retentissement social en lien avec léchec scolaire, lisolement social, la recherche dindividus violents ou qui ont connu les mêmes expériences

24 Démarche diagnostique Cest une responsabilité médicale, mais lévaluation est pluridisciplinaire. Ne jamais rester seul Démarche médicale ordinaire (bilan, observation…) Circonstances de recours aux soins, entretien avec les parents Explications fournies par les parents ( invraisemblance, discordance…) retard dans la demande de soin Absence dempathie envers lenfant Recherche de facteurs de risque: antécédents de lenfant, contexte familial Entretien avec lenfant Liaison avec les autres partenaires (AS, PMI, MT, ….)

25 Sévices sexuels Certains symptômes peuvent être évocateurs: Lésions des OGE, maladies sexuellement transmissibles chez lenfant non pubère. Grossesse chez ladolescente qui ne veut pas dire qui est le père du bébé. Certaines symptômes somatiques ou psychosomatiques: Douleurs abdominales ou osseuses, énurésie encoprésie, constipation rebelle, infections urinaires ou vaginales à répétition…nont rien de spécifique mais sont fréquemment rencontrés chez les victimes dabus sexuels. Certains troubles du comportement doivent y faire penser: Comportement sexualisé envers ladulte qui crée un sentiment de malaise.Agressions sexuelles sur dautres enfants. Préoccupations sexuelles inadaptées à lâge de lenfant. Fugues. Mutisme.TS…. Diagnostic dun extrême difficulté.

26 Qui sont les parents maltraitants ? Pas de profil type, on les rencontre dans tous les milieux. 1.Ceux qui ont plaisir à faire souffrir sont rares. Mais ce sont les situations les plus difficiles à reconnaître: parents manipulateurs, bien insérés dans la société (ex Sd de Münchausen) 2. Certains parents sont malades mentaux: schizophrènes, personnalités délirantes, paranoïaques. Ils nont pas lintention de faire souffrir, mais leur maladie mentale met leur enfant en danger. 3. La grande majorité des parents maltraitants sont des parents qui ont eux mêmes été carencés, rejetés, maltraités dans leur propre enfance.

27 Parents maltraitants, carencés, rejetés, maltraités dans leur propre enfance. Ce sont des adultes fragiles qui ont une mauvaise image deux-mêmes, qui ont le sentiment de navoir pas été dignes dêtre aimés. Cette fragilité a pour conséquence une intolérance à la frustration, aux difficultés quimpliquent la vie avec un enfant. Ils sont parfois, à cause de leur passé, alcooliques, toxicomanes ou violents. Ils attendent de leur enfant que celui-ci les guérisse de ce passé douloureux. Ils ne savent reconnaître ses besoins et encore moins sa souffrance. Mais tous les anciens enfants maltraités ne deviennent pas des adultes maltraitants: Théorie des 3 poupées en verre, en plastique, en métal. Tout le monde na pas la même résilience, la même vulnérabilité.

28 Quels sont les enfants vulnérables ? Face à ces parents vulnérables, certaines caractéristiques propres à lenfant peuvent le rendre vulnérable: Enfant difficile, peu gratifiant, pleurant beaucoup. Enfant séparé dès la naissance (prématurité, pathologie néonatale). Enfant séparé de ses parents les premières années de sa vie. Enfant né dune autre union, ou enfant adultérin. Enfant handicapé. Enfant de remplacement Enfant ayant une ressemblance particulière avec quelquun qui a fait souffrir le parent. Certaines étapes du développement de lenfant peuvent le rendre momentanément vulnérable : phase dopposition, phase dautonomie, phase déducation sphinctérienne,troubles du sommeil.

29 Comment bascule-t-on dans la maltraitance ? Toute difficulté rencontrée avec un enfant Tout ce qui va renforcer le sentiment dincompétence, de mésestime de soi du parent en présence. Chez un parent vulnérable ( surtout sil est seul ou que lautre parent est lui aussi vulnérable) Dans un contexte disolement et de facteur de stress extérieur (conflit, surmenage, chômage …) Peut faire basculer dans la maltraitance.

30 Ceci sapplique aussi bien en dehors de la famille et explique la maltraitance dans toute structure éducative, sociale ou soignante soccupant denfant. Un adulte vulnérable Un enfant vulnérable Une situation de crise Peut engendrer une maltraitance physique ou psychologique. Doù limpérieuse nécessité de savoir faire appel, de passer la main quand on se sent débordé. Savoir reconnaître ses limites sans que cela porte atteinte à limage de soi.

31 La prévention périnatale. Implique un regard critique sur notre fonctionnement institutionnel En prénatal: Attention au poids des mots autour des examens médicaux et surtout autour des échographies. Importance de lentretien du 4ème mois qui permet dévaluer la place faite à lenfant à venir, de dépister des difficultés psychologiques et sociales et de mettre en place un travail en réseau (AS, PMI,Psychiatrie adulte et pédopsychiatrie) dès la grossesse. En postnatal : Pas de dépossession, pas dinfantilisation des parents. Attention au poids des mots au dessus du berceau du bébé. Accompagnement des parents, étayage,soutien psychologique si nécessaire Relais avec les structures extérieures (PMI, MT, Pédopsychiatrie, psychiatrie adulte, TISF ….)

32 Prévention périnatale. Implique de connaître les facteurs de vulnérabilité. Liés au passé des futurs parents: ant. de placements, de carence affective ou éducative, de violences intra familiales. Liés au présent: isolement, transplantation récente. difficultés matérielles (logement, chômage, pb financiers.) jeune âge de la future mère, rejet familial à cause de la grossesse. Liés à une mauvaise acceptation de la grossesse: grossesse cachée, déniée, non suivie médicalement, demande dIVG tardive, absence de préparation à la venue de lenfant. Pathologie somatique ou psychosomatique dont lenfant est rendu responsable. Liés à la découverte lors du suivi de la grossesse: dun éthylisme maternel, dune toxicomanie, dun état dépressif, dune situation de violences conjugales.

33 Prévention périnatale. Implique de connaître les facteurs de vulnérabilité propres au nouveau-né: Enfant ayant un statut particulier ( adultérin, né dune autre union, enfant handicapé, enfant de remplacement….). Enfant hospitalisé en néonatalogie pour prématurité ou pathologie néonatale avec peu ou pas de visite de ses parents. Antécédents dans la fratrie de mauvais traitements, placements, morts inexpliquées.

34 Prévention Périnatale Implique de repérer des signes de mauvais « accordage » entre les parents et le nouveau-né Indifférence, absence de plaisir, agressivité dans les soins Absence dempathie, de réponse aux besoins physiques et affectifs du bébé Commentaires négatifs et dévalorisants de la part de la mère à légard de lenfant, du conjoint ou delle même Intolérance aux cris,au refus de têter, à toute forme de frustration Inquiétudes injustifiées et persistantes

35 Prise en charge préventive La connaissance des facteurs de risque ne doit pas aboutir à un jugement négatif des parents Se défendre de toute idéologie de tout discours moralisateur sur le lien parent-enfant Reconnaître le parent en tant que sujet Le valoriser dans sa fonction parentale Valoriser les qualités de lenfant sans nier ses déficiences Apprendre aux parents à percevoir les besoins de lenfant et à le considérer comme un sujet à part entière Leur faire comprendre que lambivalence est normale dans la relation parentale Respecter quune femme ne veuille pas assumer sa maternité

36 Protection de lenfance Protection administrative. Protection judiciaire. Définies par la loi du 5 Mars 2007 réformant la protection de lenfance.

37 Loi du 5 Mars 2007 Renforce le rôle du président du Conseil général (representé par les services de lASE) Acteur clef de la prévention:PMI, SSD,ASE … Met en place des CRIP : cellule de recueil des informations préoccupantes. Assure le suivi des mesures de protection mises en place. Met en place un observatoire départemental de lenfance en danger. Autorise le partage du secret professionnel pour toute information nécessaire à lévaluation et à la mise en place de mesure de protection. Renforce les mesures de prévention : entretien du 4èm mois, soutien à la parentalité.. Associe les parents au projet pour leur enfant. Définit les situations qui doivent faire lobjet dun signalement judiciaire: échecs de mesures antérieures, refus de collaboration, impossibilité dévaluation.

38 La protection administrative exercée par les services de lASE: Aide sociale à lenfance. Aide financière. Actions éducatives à domicile. Accueil temporaire de lenfant ( en famille daccueil, en pouponnière, en mecs.) Toutes ces mesures nécessitent laccord des parents: un projet pour lenfant est cosigné par: lASE, les titulaires de lautorité parentale, les organismes qui participent à la mesure.

39 La protection judiciaire. Les signalements denfant en danger sont envoyés au Procureur de la République ( au substitut aux mineurs.) Art.375 Code Pénal. La Voie Pénale : a pour but de rechercher lauteur du délit ou du crime Juge dInstruction Jugement Au tribunal correctionnel pour les délits En cours dassises pour les crimes La Voie Civile: a pour but la protection de lenfant. Juge des Enfants. Qui prononce des mesures de protection : AEMO ( action éducative en milieu ouvert), OPP (ordonnance de placement provisoire en famille daccueil ou en institution). Ces mesures sont imposées, révisables, les parents peuvent faire appel, ils gardent lautorité parentale.


Télécharger ppt "Prise de conscience récente Par Mme le Dr GIRODET Aux États –Unis en 1962. H.Kempe pédiatre. En France 1968. P.Straus pédiatre. Autrefois, la vie des enfants."

Présentations similaires


Annonces Google